Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité23 février 2021
|Les habitants de la commune Makamba tirent une sonnette d’alarme !

Burundi - Sécurité Routière22 février 2021
|Une personne tuée dans un accident de roulage

Burundi - Administration20 février 2021
|Le ministre de l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire donne des éclaircissements sur le contenu de sa décision

Burundi - Sécurité 19 février 2021
|Un corps sans vie d’un homme non encore identifié repêché dans la rivière Maragarazi

Burundi – Sécurité 18 février 2021
|Deux morts foudroyés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 17 février 2021
|Trois personnes mortes foudroyées en province de Mwaro

Burundi - Sécurité16 février 2021
|Trois enseignants échappent de justesse en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 15 février 2021
|Fouille-perquisition au quartier VII au Nord de la capitale économique

Burundi - Santé13 février 2021
|Bilan semestriel de l’hôpital militaire de Kamenge

Burundi - Sécurité Routière12 février 2021
|L’Otraco demande le transfert de propriété avant la recherche d’un carnet de contrôle technique biométrique

Burundi - Sécurité 11 février 2021
|L’ancien chef de quartier Kavumu tué dans la nuit de ce mercredi

Burundi - Sécurité10 février 2021
|Un homme trouve la mort dans la province de Bujumbura

Burundi - Sécurité 9 février 2021
|Quatre magasins ont pris feu en province de Rumonge

Burundi - Sécurité8 février 2021
|Une femme trouve la mort à Kiganda, ses deux fils incarcérés pour enquêtes

Burundi - Sécurité 6 février 2021
|Une livraison pour la bastonnade qui tourne vers l’irréparable !

Burundi - Politique5 février 2021
|Le Burundi commémore 30 ans de ratification de la charte de l’unité nationale

Burundi - Rwanda - Sécurité4 février 2021
|Les habitants de la commune de Mabayi dans la peur-panique

Burundi - Tanzanie - Sécurité 3 février 2021
|Une découverte d’un corps sans vie d’un refugié burundais au camp de Nyarugusu

Burundi - Sécurité 2 février 2021
|Dans le paquet des intouchables du parti Cndd-Fdd, deux interpellés en province de Cankuzo !

Burundi - Politique 1er février 2021
|Le nouveau secrétaire général du parti Cndd-Fdd accueilli en héros en province de Makamba

Burundi - Sécurité30 janvier 2021
|Le gouverneur de Bujumbura contre les adeptes des adventistes du 7è jour anarchistes

Burundi - Politique - Médias29 janvier 2021
|« Jamais sans les medias », dixit le président de la République

Burundi - Sécurité28 janvier 2021
|Un cadavre retrouvé tout près de la rivière Mutsindozi

Burundi - Sécurité27 janvier 2021
|Des voleurs "visitent" une ancienne élue du peuple vivant à Mutanga Sud

Burundi - Sécurité26 janvier 2021
|Il y a 3 jours, un sexagénaire prenait fuite vers une position militaire de Matongo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Ecole Etoile de Maramvya, établissement scolaire ou camp policier ?

27 novembre 2020

Bujumbura, le 27 novembre 2020 (Net Press). Dans ses dépêches du 25 novembre 2020, la rédaction faisait part d’un torchon qui brule entre parents et éducateurs suite à une décision unilatérale prise par la direction de l’établissement sans aucun consensus des deux parties. Rappelons que le minerval était passé de 90.000 à 110.000 Fbu, ce qui avait créé un tollé général dans le camp des parents dont les élèves fréquentent cette école.

Nous apprenons que cette école située dans la commune Mutimbuzi, dans Bujumbura dit rural, a été réveillée ce matin par la présence massive des éléments de la police. Selon des témoins sur place, les choses prennent une autre tournure suite au bras de fer qui persiste entre la direction de l’école et les parents d’élèves.

Suite à cette présence massive, les élèves ne savent pas à quel saint se vouer car depuis cette crise, les activités de l’école ont été paralysées. Une certaine inquiétude émerge d’ailleurs comme quoi cette école risque de fermer les portes car les parents, intraitables, persistent et signent, il n’est pas question de revoir le minerval à la hausse, du moins avant le début de l’année scolaire prochaine.

Ils se basent même sur une correspondance du ministère en charge de l’éducation qui semble leur donner raison car elle suggère un consensus entre la direction de l’école et les parents réunis en assemblée générale lors du processus de fixation du minerval, ce qui semble avoir fait défaut dans le présent cas.

Qui gagnera ce combat rude entre l’école et les parents en plein milieu de l’année scolaire ? S’il y a des choses très compliquées aujourd’hui, c’est d’exiger des parents de toucher sur leurs porte monnaies alors que le pouvoir d’achat des Burundais est voisin de zéro. Le ministère de tutelle devrait prendre les devants avant qu’il ne soit trop tard. N.R.

Burundi - Politique

La journée nationale du patriotisme fixée au 8 juin de chaque année

Gitega, le 27 novembre 2020 (Net Press) . C’est ce qu’a décidé le conseil des ministres de ce 25 novembre dernier, une journée qui coïncide avec la date de décès de l’ancien président de la République, feu Pierre Nkurunziza. Initialement, cette journée était prévue pour le mois de juillet de chaque année et présidée par le guide suprême du patriotisme, une qualification attribuée à l’ancien président aujourd’hui défunt.

Comme il n’est plus en vie, le conseil des ministres s’est senti dans l’obligation de modifier quelques dispositions relatives à cette journée et elle sera désormais commémorée le 8 juin de chaque année et présidée par le chef de l’Etat en fonctions. Selon des informations officielles, cette décision a été approuvée à l’unanimité. Ch.N.

Burundi - Politique

Arrêté pour distribution des armes à la population

Rumonge, le 27 novembre 2020 (Net Press) . Il s’agit d’un enseignant du lycée communal de Murango, dans la commune de Burambi, de la province de Rumonge, au Sud-ouest du pays, Jonathan Nibasumba, qui a été arrêté ce jeudi 26 novembre dernier pour participation aux bandes armées.

Selon des informations en provenance de cette contrée, il a été arrêté en train de distribuer des armes à la population de sa colline natale, Gisagazuba, dans la zone de Maramvya de cette commune de Burambi. Cependant, sa famille biologique ainsi que des voisins de cet enseignant évoquent de fausses accusations et une détention illégale.

Nous apprenons que par le passé, son père et son frère avaient été également arrêtés pour la même infraction, ce qui s’était fait suite à plusieurs informations évoquant de nombreuses infiltrations d’hommes armés en provenance de la République démocratique du Congo vers plusieurs localités des communes de Bugarama et de Burambi. D.N.

Burundi - Justice - Opinion

Rongé par la conscience ou un tigre en papiers ?

Bujumbura, le 27 novembre 2020 (Net Press). Une certaine opinion "bujumburaise" se demande toujours pourquoi l’ancien président de la République, Pierre Buyoya, est toujours sur la défensive chaque fois que l’on évoque le dossier de l’assassinat de son successeur, Melchior Ndadaye.

Pourtant, il a été condamné aux côtés d’autres 17 de ses proches collaborateurs mais lui seul perd son sang froid. Cette fois-ci, il a battu le record en présentant sa démission à l’Union africaine, officiellement pour trouver du temps à se défense, même si d’autres informations indiquent qu’il a été acculé à sortir par la petite porte.

La même opinion se rappelle également des accusations mutuelles via les médias, de Pierre Buyoya et de l’ancien procureur général de la République, Gérard Ngendabanka, les deux anciennes personnalités ne demandant qu’à se retrouver face à face devant la justice. Malheureusement, un tel scénario n’a jamais eu lieu pour des raisons que l’opinion n’a jamais saisies.

Un ancien conseiller du président Buyoya a indiqué à la rédaction que chaque fois que Pierre Buyoya rougit, c’est que sa conscience le travaille. Sinon, quand on vociférait des mensonges à son égard, il ne faisait que rigoler. Une telle attitude aujourd’hui pourrait donc expliquer son éventuelle implication qu’il ne souhaite pas qu’elle soit portée à la connaissance de l’opinion.

Mais une autre opinion pense que finalement, Pierre Buyoya était un tigre en papiers car il a peur d’assumer publiquement la situation qu’il a lui-même créée, en renvoyant dos-à-dos tous ses anciens conseillers qui lui disaient de bien analyser la situation avant d’agir, notamment l’engagement du Burundi sur la voie des négociations, ce qui a été un fiasco total à son actif. En ricanant, il leur répondait qu’ils ne comprennaient rien en politique et aujourd’hui, les mêmes conseillers concluent qu’il est rattrapé par ses propres faits. Pourquoi ne pas assumer ? J.M. 

Burundi - Santé - Commémoration

Le Burundi prépare la commémoration de la journée mondiale de lutte contre le Sida

Bujumbura, le 27 novembre 2020 (Net Press) . A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le Sida, édition 2020, qui sera célébrée à Kayanza, au Nord du pays, le 1er décembre 2020, un atelier de mobilisation des professionnels des médias sur leur implication dans les activités qui accompagnent cette journée a été organisée ce vendredi 27 novembre 2020 dans les enceintes de l’INSP sous le thème « solidarité mondiale, responsabilité partagée ».

Le directeur du programme national de lutte contre le Sida et des Ist (infections sexuellement transmissibles), Dr Aimé Ndayizeye, qui a présidé cet atelier, a dit que la journée arrive au moment où il y a la pandémie du covid-19. Il a interpellé tout le personnel des medias à sensibiliser sur la lutte contre le Vih Sida car depuis 1983, où cette maladie a fait son apparition au Burundi, la situation épidémiologique a sensiblement diminué mais on est pas arrivé à l’objectif de l’an 2020 qui touche à sa fin d’ici 31 décembre.

Il demande d’augmenter la vitesse de travail pour qu’en 2030, en plus des efforts du gouvernement et de tous les secteurs concernés pour atteindre l’objectif : zéro nouvelle infection au Vih, zéro décès lié au Vih et zéro discrimination des malades du Sida. Il demande la rentabilisation d’efforts et mobilisation des communautés pour l’engagement commun à l’élimination du Vih et des hépatites virales à l’horizon.

Pourquoi ils ont combiné la journée du Sida et de l’hépatite, Dr Aimé Ndayizeye dit que le programme combine les deux parce qu’ils ont un même mode de transmission, ce sont des maladies dont l’un accélère l’évolution de l’autre, par rapport au traitement par exemple pour l’hépatite B, l’un des trois traitements du Sida traite l’hépatite. Concernant les médicaments de l’hépatite qui ne sont pas accessibles ou qui coûtent énormément cher, il a dit que même les médicaments du Sida coûtent cher à l’arrivée, mais le parlement du Burundi a pris cette question en main. Il a ajouté que pour l’hépatite B, c’est une maladie qui ne guérit pas mais il a un vaccin qu’un enfant reçoit a sa naissance. Pour l’hépatite C, pas de prévention pas de vaccin. N.B.

Burundi - Education

"Les Fonctionnaires peuvent espérer un traitement salarial équitable", espère le journal La Voix de l’Enseignant

Bujumbura, le 27 novembre 2020 (Net Press) . Après plusieurs étapes déjà franchies, le ministère de la fonction publique, du travail et de l’emploi convie les partenaires sociaux à une retraite pour vider les questions en suspens en rapport avec la politique salariale dans l’administration publique burundaise.

Ces Points en suspens sont la détermination de la valeur du point-emploi et le calcul de l’impôt professionnel sur le revenu, l’avancement annuel et l’avancement de grade dans la nouvelle politique salariale, le déblocage administratif, des avancements ainsi que l’impact budgétaire de cette politique.

Les enseignants qui constituent le gros des fonctionnaires de l’Etat espèrent qu’à la fin du mois de janvier 2021, cette politique qui vise l’harmonisation des salaires sera mise en application.

Par ailleurs, le même journal estime que le gel des annales avait démotivé les fonctionnaires. En vue de corriger les disparités salariales qu’il a lui-même créées, le gouvernement burundais a suspendu depuis janvier 2015 les augmentations salariales annuelles des fonctionnaires suivant leur notation.

Depuis lors, l’assiduité au travail a sensiblement diminué car ces fonctionnaires savent que leur effort ne sera pas récompensé. Ils espèrent que la politique salariale en cours de préparation mettra fin à cette décision qui viole le statut général des fonctionnaires et de les rétablir dans leur droit.

Le même confrère estime que l’enseignement du Français au Burundi nécessite une revalorisation. Le Français étant une langue enseignée, langue d’enseignement et langue officielle, elle doit être utilisée correctement en classe et au travail. Malheureusement, des enseignants signalent que les élèves et les étudiants éprouvent actuellement des difficultés à s’exprimer et ou à répondre aux questions posées dans différentes disciplines.

Les difficultés se font sentir au niveau de la conjugaison et expressions. De même à l’écrit, il est difficile aux étudiants de prendre notes et les enseignants leur font des photocopies. Un enseignant propose au ministère de tutelle de revoir à la hausse le volume horaire du Français, qu’il soit enseigné dans toutes les sections.

Faut-il aussi revoir à la baisse les effectifs des élèves par classe pour permettre l’apprentissage des compositions, de la lecture des romans et faire des dictées. Aux universitaires, de réinstaurer les examens oraux. D.N.

Burundi - Société

Une présumée prostituée déclare personae non grata en province de Karusi.

Karusi, le 27 novembre 2020 (Net Press) . L’administrateur de la commune Mutumba, en province de Karusi, au Centre-est du pays, Faustin Ruzobavako, dans un communiqué affiché au centre de négoce de Mutumba, a déclaré personae non grata la présumée prostituée, en la personne de Riziki sur le sol de cette commune, selon cet administratif, pour des raison de sécurité.

Selon la mesure de cet administratif datant du 23 novembre 2020 et affiché dans tous les coins du centre de négoce de Mutumba, cette jeune femme originaire de la colline Gisimbawaga, commune Mutumba, en province de Karusi n’est pas permise de s’établir dans cette commune du fait que sa présence entraîne automatiquement l’insécurité de son ressort administratif, sauf si cette jeune dame se marie officiellement.

Des informations sur place indiquent que ceux qui sèment l’insécurité de cette commune ne sont pas des prostituées mais les jeunes du parti aux affaires, les Imbonerakure, qui violentent les militants de l’opposition et qui affichent des comportements inhumains. Le cas cité est celui d’un certain Alexis Itangishaka, responsable des Imbonerakure dans la commune de Mutumba, accusé d’avoir violé sa domestique de 12 ans et qui se la coulait douce avant d’être arrêté en date du 13 novembre 2020 grâce aux parents de la victime du viol qui tiraient sur une sonnette d’alarme. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi