Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 16 décembre 2020
|Des journalistes sportifs séquestrés au stade de football de Buganda

Burundi - Sécurité15 décembre 2020
|Femme sans vie retrouvée à Bubanza

Burundi - Sécurité14 décembre 2020
|Une personne trouve la mort dans une opération de fraude

Burundi - Sécurité12 décembre 2020
|Punir l’enfant abusivement le pousse à être agressif et plus tard, un délinquant

Burundi - Sécurité11 décembre 2020
|Des Imbonerakure détenus au Sud du pays

Burundi - Sécurité10 décembre 2020
|Deux jeunes candidats brigadiers ont succombé lors d’un concours de course

Burundi –Sécurité 9 décembre 2020
|Une jeune fille à la fleur de l’âge portée disparue en province de Ngozi !

Burundi - Environnement8 décembre 2020
|La pluie torrentielle mélangée du vent provoque la déviation de la rivière Nyambwa à Rumonge

Burundi – Sécurité - Politique 7 décembre 2020
|Un militant du Cnl intercepté en zone Maramvya dans la province de Bujumbura

Burundi - Onu - Coopération5 décembre 2020
|Le Burundi retiré de l’agenda du conseil de sécurité des Nations unies

Burundi - Sécurité4 décembre 2020
|Arrêtée pour avoir volé un nourrisson

Burundi - Sécurité3 décembre 2020
|Une personne tuée par les voisins dans la province de Cibitoke

Burundi - Droits de l’Enfant2 décembre 2020
|Arrêté pour avoir maltraité son enfant

Burundi - Sécurité1er décembre 2020
|Serait-il de l’anathème au Burundi ?

Burundi - Sécurité30 novembre 2020
|Les habitants de Cibitoke exterminés par les leurs

Burundi - Sécurité 28 novembre 2020
|Deux interpellations autours de l’affaire de l’école étoile de Maramvya !

Burundi - Sécurité 27 novembre 2020
|Ecole Etoile de Maramvya, établissement scolaire ou camp policier ?

Burundi - Justice26 novembre 2020
|Un responsable des Imbonerakure détenu pour viol d’une mineure

Burundi - Sécurité25 novembre 2020
|La mort d’un jeune Thierry Kubwimana tué par deux criminels armés

Burundi - Sécurité24 novembre 2020
|Un corps sans vie au chef-lieu de la province Ruyigi

Burundi - Politique 23 novembre 2020
|Autour des cérémonies, le chef de l’Etat met en garde !

Burundi - Sécurité21 novembre 2020
|Des découvertes de cadavres deviennent de plus en plus inquiétantes

Burundi - Russie - Sécurité20 novembre 2020
|Un deuxième étudiant trouve la mort en Russie

Burundi - Sécurité19 novembre 2020
|Un homme se donne la mort après avoir tué son épouse enceinte

Burundi - Sécurité Routière18 novembre 2020
|La route Bugarama - Gitega impraticable depuis ce matin

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des Imbonerakure détenus au Sud du pays

11 décembre 2020

Bururi, le 11 décembre 2020 (Net Press) . Deux jeunes Imbonerakure, Jackson Sabushimike et Egide Niyongabo, ont été arrêtés depuis la nuit de mercredi 9 décembre dans la commune de Matana, de la province de Bururi, au Sud du pays, accusés d’avoir violenté des habitants de la colline de Gitanga.

Selon des informations en provenance de Matana, ils étaient en patrouille nocturne avec des armes blanches et d’un coup, ils ont attaqué des gens qui rentraient, les ont frappés et blessés. Les personnes agressées ont crié au secours et c’est à ce moment que la police a fait irruption et le commissaire communal de police a donné l’ordre de les arrêter.

Depuis leur arrestation, il y a deux tendances qui se développent, la première étant celle du président du Cndd-Fdd au niveau provincial qui voudrait que les deux jeunes soient libérés sans conditions au moment où le commissaire communal de la police voudrait que leur cas soit traité par des instances judiciaires. D.N.

Burundi - Sécurité

De la lumière sur l’enlèvement d’une jeune fille Latifa en province de Ngozi

Ngozi, le 11 décembre 2020 (Net Press). Contacté par la rédaction ce matin, Mireille Uwumuhoza, la mère de l’enfant disparue, a donné la lumière sur l’enlèvement de sa fille Latifa Niyomuhoza (13 ans), au quartier Kanyami, au centre-ville de Ngozi, une province septentrionale du pays.

Mireille Uwumuhoza a fait savoir que tout a commencé vers le mois de décembre 2019, lorsque sa fille Latifa couchait en cachette avec un homme de 45 ans, son voisin. Sa famille ne pouvait pas croire qu’un homme de 45 ans pouvait faire un comportement incestueux avec une jeune fille de 13 ans et privilégiait l’hypothèse que la fille entretenait des relations de bon voisinage avec cet homme.

En date du 20 novembre 2020, un voisin de cette famille a révélé qu’il avait surpris, en flagrant délit, Latifa en train de s’amouracher avec l’homme de 45 ans et la jeune fille a eu peur de rentrer au risque d’être infligée à des châtiments corporels. Aidée par cet homme, la jeune fille qui étudiait à l’école fondamentale de Kanyami en 7ème a pu descendre sur Bujumbura ou elle est employée comme bonne d’enfants à la 4eme avenue du quartier Cibitoke, commune urbaine de Ntahangwa, en mairie de Bujumbura. Cet homme est aujourd’hui pensionnaire de la prison centrale de Ngozi.

Ce vendredi, le 11 décembre 2020, les choses ont pris une autre tournure car Mireille Uwumuhoza, la mère de la victime, en compagnie de quelques éléments de la police du commissariat urbain de Cibitoke, ont pu mettre la main aux deux personnes qui ont aidé la fillette à trouver de l’emploi et, contre toute attente, ces derniers refusent de montrer l’employeur de Latifa.

Et au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que les deux personnes viennent d’être détenues au cachot du commissariat de la police de Cibitoke, commune urbaine de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique Bujumbura. N.R.

Burundi - Environnement

Le ciel se fâche dans la province de Kirundo

Kirundo, le 11 décembre 2020 (Net Press) . Nous apprenons que dans l’après-midi de ce jeudi 10 décembre, de fortes pluies mêlées de vents violents et de grêle se sont abattues dans la commune de Kirundo, plus précisément sur les collines de Yaranda et de Runyonza, causant des dégâts énormes.

Selon cette information, au moins 230 hectares de haricot, de banane et de maïs ont été abîmés au moment où plus de 50 maisons ont été détruites. Les autorités provinciales qui confirment cette information demandent en même temps aux âmes charitables de venir en aide aux populations sinistrées. J.M. 

Burundi - Humanitaire

Assistance aux indigents hospitalisés par la première dame

Bujumbura, le 11 décembre 2020 (Net Press) . Ce jeudi 10 décembre 2020, la première dame, Angéline Ndayishimiye, qui a représenté la fondation bonne action en partenariat avec Fondation Al maktoum, a organisé une visite pour venir en aide aux indigents hospitalisés et appuyer les hôpitaux à la prévention du covid-19. Ceux qui ont bénéficié de son assistance sont l’hôpital Prince Louis Rwagasore et de Prince Régent Charles.

La première dame dit que l’activité est organisée pour se joindre aux personnes vulnérables en leur souhaitant les meilleures fêtes de fin d’année, en les aidant à célébrer ces fêtes dans leurs familles respectives. Cette aide est composée par les frais d’hospitalisation et des vivres.

Quant aux représentants de la fondation Al maktoum, Hashim Mohamed Ibrahim, il a dit qu’il a voulu accompagner les actions charitables de cette fondation et a distribué des kits médicaux pour faire face à la pandémie du covid-19. Les bénéficiaires ont remercié la première dame et la représentante légale de la fondation pour cet acte charitable. Le montant total de cette aide s’élève à 231.499.025 de nos francs. N.B.

Burundi - Droits de l’Homme

Les organisations de la société civile réagissent au retrait du Burundi sur l’agenda du conseil de sécurité des Nations unies

Bujumbura, le 11 décembre 2020 (Net Press) . Dans une conférence tenue dans la matinée de ce vendredi, les organisations de la société civile qu’une certaine opinion qualifie de « proches du pouvoir », ont réagi face au retrait du Burundi sur l’agenda du conseil de sécurité des Nations unies.

Dans un communiqué conjoint, ces organisations de la société civile se sont réjouis du retrait du Burundi sur la liste des pays qui faisaient objet de l’agenda du conseil de sécurité de l’organisation des Nations unies et ont invité à des manifestations de joie qui se tiendront en mairie de Bujumbura, à Gitega et à Ngozi ce samedi 12 décembre.

Selon ce communiqué, depuis 2016, le Burundi a été mis par le conseil de sécurité des Nations unies sur la liste des pays qui devraient faire l’objet d’analyse chaque trimestre. Cette décision avait été décriée par la société civile, le gouvernement burundais et la population en général et ces organisations n’avaient cessé de montrer à la communauté internationale que le conseil de sécurité des Nations unies avait pris cette mesure sans tenir compte des réalités sur terrain.

Ces organisations de la société civile se réjouissent de l’état des lieux du respect et de la promotion des droits de la personne humaine au Burundi et estiment que la sécurité règne sur tout le territoire national.

Par la même occasion, ces organisations de la société civile s’insurgent en faux contre quelques cas isolés observés ces derniers jours, où elles ont vu certains parents qui bafouent les droits des enfants et appellent à cesser les actes de torture des enfants et l’infanticide .

Quand l’Ong Human rights watch est indexé d’ennemi du pays !

A la question de savoir la réaction de organisations sur le rapport de l’ong human rights watch rendu public ce mercredi 9 décembre, qui stipule que le conseil de sécurité des Nations unies devrait continuer à surveiller de près la situation préoccupante au Burundi et cite des graves abus –arrestations arbitraires meurtres , disparition forcée –qui perdurent , l’un des orateurs du jour a dit que la mission de cette ong de ternir l’image du Burundi dans le concert des nations a tourné vers au fiasco.

Pour lui, le conseil des sécurité des Nations unies, en retirant le Burundi sur l’agenda du conseil de sécurité des Nations unies, vient prouver que les rapports de cette Ong publiés depuis 2016 sont biaisés. Ces organisations espèrent que l’Union européenne, dont les membres sont influents au conseil de sécurité des Nations, pourront se ressaisir pour lever les sanctions économiques prises l’encontre du Burundi. N.R.

Burundi - Parlement

Le président de l’assemblée nationale désigne des parlementaires de l’union interparlementaire

Bujumbura, le 11 décembre 2020 (Net Press) . Le président de l’assemblée nationale, Daniel Gélase Ndabirabe, a désigné en date du 10 décembre une équipe de 5 parlementaires qui sont membres de l’union interparlementaire. Il s’agit de Sabine Ntakarutimana, de Cyriaque Nshimirimana, de Denise Ndadaye, de Janvière Ndirahisha et de Léopold Hakizimana. Ch.N.

Burundi - Education

Le journal "La Voix de l’Enseignant" de nouveau dans les kiosques

Bujumbura, le 11 décembre 2020 (Net Press) . Cet hebdomadaire spécialisé dans des questions d’éducation apparaît chaque vendredi de la semaine. Il parle de la remise des certificats de fin du cycle post-fondamental au lycée du lac Tanganyika où la présence de la première dame a été très remarquée.

Les cérémonies de remise des certificats de fin du cycle post-fondamental aux 429 lauréats du Lycée du Lac Tanganyika I et II, samedi 5 décembre 2020 ont été rehaussées par la présence de l’épouse du chef de l’Etat. Cette présence, la première dans l’histoire de l’enseignement au Burundi, a attiré l’attention des participants et a donné lieu à plusieurs interprétations. Certaines personnes estiment que cette présence s’inscrivait dans la continuité des rencontres que la première Dame fait avec les jeunes, compte tenu du discours qu’elle a prononcé. D’autres personnes, plus informées de la situation de l’école, la participation de cette haute personnalité, accompagnée par le ministre de l’éducation nationale et du directeur municipal de l’éducation, était une façon d’encourager les autorités de ce grand lycée dans leurs efforts de mettre les choses en ordre, après plusieurs années de mauvaise gouvernance scolaire et administrative.

Les enseignants à cette école quant à eux disent que la présence de l’épouse du chef d’Etat dans les cérémonies de remise des certificats les a confortés car elle est une occasion de démentir un groupe d’élèves qui ont vilipendé le jury de certification en l’accusant d’avoir fait échouer les élèves d’une même ethnie et d’un même parti politique, celui au pouvoir.

Notre confrère s’étonne également par le fait qu’au Lycée de la Cepbu Ntahangwa, un élève s’est permis d’injurier le préfet des études. Il a été chassé définitivement de l’école, accusé d’indiscipline notoire après avoir refusé les ordres des encadreurs d’abord, et insulté le préfet des études ensuite.

Pour garder l’honneur et la qualité de l’école sous convention protestante, le conseil des disciplines décide de chasser l’élève. C’est aussi une façon de mettre en garde le reste des élèves. La décision est basée sur l’article 35 du règlement scolaire qui dit que « les fautes qui méritent un renvoi définitif de l’école : injure ou insolence notoire adressée à une autorité ».

Un parent se demande s’il n’y a pas de punition intermédiaire prévue car l’élève avait une bonne connotation à l’école. Les autorités scolaires répondent par un négatif car l’élève était en tenue extravagante, une autre faute de plus.

Concernant la législation du travail, l’hebdomadaire estime que les modifications ne sont pas profondes. Le nouveau code du travail révisé est en circulation aujourd’hui. Il a été signé le 24 novembre de cette année. Les changements ne sont pas énormes. Les travailleurs du secteur paraétatique et privé avaient espéré que l’âge de la retraite bouge mais en vain, selon les apports des sénateurs burundais.

Le congé de maternité est de 12 semaines mais qu’il peut être prolongé jusqu’à 14 semaines, contrairement aux fonctionnaires sous statut, où la durée de congé de maternité est de droit de 14 semaines. Un dilemme. Le code contient tous les contours de la vie du travail au Burundi, notamment les obligations des employeurs et des travailleurs, leurs droits, les congés légaux, la santé et la sécurité, les différends au travail, etc. Les travailleurs régis par le code du travail devraient s’en imprégner pour éviter les contradictions avec la loi en vigueur. D.N.

Burundi - Ouganda - Sécurité

Début d’une enquête sur les personnes mortes lors des manifestations

Kampala, le 11 décembre 2020 (Net Press) . Tout remonte au 18 novembre 2020 lorsque des manifestations consécutives à la détention d’un opposant, le parlementaire et musicien, Bobi Wine, ont éclaté.

Ce jeudi 10 décembre, 2020, le porte-parole de l’armée ougandaise, Lt.col. DéoAkukia, a rendu public donné un communique de presse où il a dit qu’ils ont commencé une enquête pour se renseigner sur les soldats qui ont tué la population lors de la manifestation. A travers son communiqué, il dit que l’enquête sera centrée sur les 50 personnes mortes suite à une manifestation politique.

Ceci arrive au moment où les familles des victimes demandent aux chargés des droits de l’homme, aussi à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur, de mener des enquêtes libres et indépendantes, afin de punir les responsables de ces crimes.

La police donne les chiffres de 54 morts lors de ces manifestations dans le rapport des manifestations politiques de trois jours. Les acteurs des droits de l’homme disent quant à eux que les policiers et les soldats ont usé d’une force supérieure à celle des manifestants, d’où beaucoup de personnes sont mortes et ces chiffres qu’ils donnent sont loin supérieurs aux chiffres réels.

L’association « ugandalow society » dit qu’elle va aider les familles victimes de formuler les procès et de fournir des avocats aux victimes de ces manifestations. La communauté internationale (USA et UE) s’inscrivent en faux contre les tueries et les violations des droits de l’homme sur la population lors de ces manifestations. N.B.

Le ministère de la Communication, des technologies de l’information et des médias, en collaboration avec l’UNICEF, poursuit sa campagne de rappeler aux populations des mesures de prévenir la propagation du covid-19. Malgré cela, depuis la réouverture des frontières et l’aéroport international Melchior Ndadaye de Bujumbura, des cas de covid-19 testés positifs augmentent sans cesse.

Cette situation pousse les autorités sanitaires à prendre des mesures plus rigoureuses afin d’endiguer la pandémie. Mais, ces derrières sont parfois décriées par les concernés car ils estiment qu’ils vivent dans des conditions inhumaines, dorment à même le sol et sont parfois frappés de froid. La situation est d’autant plus compliquée que même les médecins ou infirmiers, assistent impuissants à cette situation.

Ainsi, les membres de la Cnidh et de l’Isteebu sont en réunion dans la capitale politique Gitega pour analyser ensemble les conséquences néfastes du covid-19 sur les droits de l’homme. Pour eux, cette maladie a eu un impact négatif sur la vie des gens dans plusieurs secteurs de la vie nationale. Les mesures prises, comme le confinement, a causé la perte du travail, l’économie qui tourne au ralenti et le défaut de déplacement quand où veut et où on veut.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi