Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité23 février 2021
|Les habitants de la commune Makamba tirent une sonnette d’alarme !

Burundi - Sécurité Routière22 février 2021
|Une personne tuée dans un accident de roulage

Burundi - Administration20 février 2021
|Le ministre de l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire donne des éclaircissements sur le contenu de sa décision

Burundi - Sécurité 19 février 2021
|Un corps sans vie d’un homme non encore identifié repêché dans la rivière Maragarazi

Burundi – Sécurité 18 février 2021
|Deux morts foudroyés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 17 février 2021
|Trois personnes mortes foudroyées en province de Mwaro

Burundi - Sécurité16 février 2021
|Trois enseignants échappent de justesse en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 15 février 2021
|Fouille-perquisition au quartier VII au Nord de la capitale économique

Burundi - Santé13 février 2021
|Bilan semestriel de l’hôpital militaire de Kamenge

Burundi - Sécurité Routière12 février 2021
|L’Otraco demande le transfert de propriété avant la recherche d’un carnet de contrôle technique biométrique

Burundi - Sécurité 11 février 2021
|L’ancien chef de quartier Kavumu tué dans la nuit de ce mercredi

Burundi - Sécurité10 février 2021
|Un homme trouve la mort dans la province de Bujumbura

Burundi - Sécurité 9 février 2021
|Quatre magasins ont pris feu en province de Rumonge

Burundi - Sécurité8 février 2021
|Une femme trouve la mort à Kiganda, ses deux fils incarcérés pour enquêtes

Burundi - Sécurité 6 février 2021
|Une livraison pour la bastonnade qui tourne vers l’irréparable !

Burundi - Politique5 février 2021
|Le Burundi commémore 30 ans de ratification de la charte de l’unité nationale

Burundi - Rwanda - Sécurité4 février 2021
|Les habitants de la commune de Mabayi dans la peur-panique

Burundi - Tanzanie - Sécurité 3 février 2021
|Une découverte d’un corps sans vie d’un refugié burundais au camp de Nyarugusu

Burundi - Sécurité 2 février 2021
|Dans le paquet des intouchables du parti Cndd-Fdd, deux interpellés en province de Cankuzo !

Burundi - Politique 1er février 2021
|Le nouveau secrétaire général du parti Cndd-Fdd accueilli en héros en province de Makamba

Burundi - Sécurité30 janvier 2021
|Le gouverneur de Bujumbura contre les adeptes des adventistes du 7è jour anarchistes

Burundi - Politique - Médias29 janvier 2021
|« Jamais sans les medias », dixit le président de la République

Burundi - Sécurité28 janvier 2021
|Un cadavre retrouvé tout près de la rivière Mutsindozi

Burundi - Sécurité27 janvier 2021
|Des voleurs "visitent" une ancienne élue du peuple vivant à Mutanga Sud

Burundi - Sécurité26 janvier 2021
|Il y a 3 jours, un sexagénaire prenait fuite vers une position militaire de Matongo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un cadavre retrouvé tout près de la rivière Mutsindozi

28 janvier 2021

Rutana, le 28 janvier 2021 (Net Press) . Un cadavre d’un homme a été retrouvé hier tout près de la rivière Mutsindozi, située à cheval entre les provinces de Rutana, au Sud-est du pays et de Makamba, au Sud du pays. Le corps inanimé qui n’a pas été identifié a été aperçu pour la première fois dans la localité de Bukemba, toujours dans la province de Rutana.

Selon des informations en provenance de Rutana, les mobiles de ce décès ne sont pas encore connus, mais l’on soupçonne la noyade de la victime dans la rivière susmentionnée, surtout qu’il y a eu ces derniers jours de fortes pluies qui ont fait que la rivière déborde ses rives et change de cours.

L’on saura qu’à cette même occasion, des champs divers avaient été abîmés et que les agriculteurs natifs de cette entité administrative n’espèrent pas grand chose comme récolte suite à ces intempéries, d’où une assistance humanitaire s’avère nécessaire. D.N.

Burundi - Sécurité Routière

La route nationale n° III de plus en plus impraticable

Rumonge, le 28 janvier 2021 (Net Press) . Selon plusieurs témoins, la route nationale n° III, Bujumbura - Rumonge, au Sud-ouest du pays, est menacée de destruction à plusieurs endroits, racontent les chauffeurs des bus de transport qui font des navettes entre les deux villes riveraines du lac Tanganyika.

Pourtant, disent les spécialistes des économies internationales, cette route a une importance capitale dans le développement économique des pays comme la République démocratique du Congo, le Burundi, le Rwanda, la Tanzanie et par extension, la Zambie sauf que dans ce cas, le lac Tanganyika doit s’inviter dans les échanges commerciaux.

Des usagers de cette route demandent qu’elle soit rétablie le plus vite possible car plus elle se détériore, plus elle devient difficile à réhabiliter. Du côté des autorités habilitées, l’on annonce des travaux de réhabilitation de cette route très prochainement, mais l’on ne précise pas de date de démarrage des travaux.

L’on signalera qu’elle n’est pas la seule qui soit dans de mauvaises conditions dans ce pays, mais elle a cette particularité d’ériger le Burundi au centre d’une plateforme d’échanges commerciaux et humains entre tous ces pays, ce qui pourrait constituer un pôle d’attraction des hommes d’affaires, voire des touristes dont le Burundi a tant besoin pour la relance de son économie. D.N.

Burundi - Politique - Médias

Le président de la République rencontre les responsables des médias

Bujumbura, le 28 janvier 2021 (Net Press). Le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a rencontré les professionnels des médias ce jeudi 28 janvier à "Kiriri Garden", dans la capitale économique Bujumbura. C’est une première rencontre du genre depuis que le nouveau président est en fonctions, voici bientôt 7 mois.

Pour le président Ndayishimiye, un journaliste doit être un homme intègre car il a une arme puissante dans la mutation de la société. Il a reconnu le rôle crucial des médias dans le développement du pays. Il en a profité pour demander au conseil national de la communication de s’asseoir avec les responsables des médias suspendus ou en situation de sanctions pour qu’ils trouvent des solutions durables garantissant la liberté de la presse dans ce pays.

Cette initiative du chef de l’Etat a été accueillie avec satisfaction par les professionnels des médias d’autant plus qu’il y a quelques mois, plusieurs sanctions avaient été prises à l’endroit des médias comme La Voix de l’Amérique et la BBC. Des journaux comme Iwacu et autres ont également des difficultés avec ce conseil qui était pourtant censé garantir la liberté de la presse dans ce pays, au regard de sa mission constitutionnelle.

Le geste du président Ndayishimiye intervient au lendemain d’un autre qui a été hautement apprécié dans les milieux journalistiques qu’ailleurs, celui de libérer les 4 journalistes du groupe de presse Iwacu, qui venaient de passer 14 mois dans les geôles de la province de Bubanza, à l’Ouest du pays, victimes de l’exercice de leur métier. Les journalistes sont convaincus qu’il pourrait y avoir une nouvelle ère de liberté sous la présidence actuelle. N.B.

Burundi - Sécurité - Anniversaire

Mort accidentelle de Firmin Sinzoyiheba dit Kagajo : 23 ans déjà !

Bujumbura, le 28 janvier 2021 (Net Press) . Aujourd’hui, 23 ans jour pour jour viennent de s’écouler après l’accident mortel de l’ancien ministre de la défense, Firmin Sinzoyiheba dit Kagajo. Il a été tué dans un crash d’avion alors qu’il se rendait dans la province de Gitega pour prendre part à une réunion tenue par le chef de l’Etat d’alors, le major Pierre Buyoya.

Selon des informations qui ont circulé à l’époque, le ministre Sinzoyiheba n’était pas en bons termes avec Pierre Buyoya qui le soupçonnait de lui disputer le pouvoir un jour, d’autant plus il se prenait pour l’homme fort qui avait écarté la mise en pratique du coup d’Eta fomenté par Jean Baptiste Bagaza contre l’ancien président Sylvestre Ntibantunganya, en 1996.

Même si aucune voix ne s’est élevée pour condamner celui-ci ou celui-là, l’on a été cependant étonné du fait qu’aucune enquête n’a été menée pour qu’on établisse les responsabilités de ce meurtre, surtout que le ministre était en compagnie, à bord de l’avion, d’Anne Sindamuka, proche collaboratrice de Pierre Buyoya au moment des faits.

Par contre, toutes les autorités du pays ont abandonné des voyages en avion pour se déplacer uniquement en voitures, ce qui voulait expliquer qu’il y a une information non dite à propos de cet accident. De son côté, le parti Parena, de l’ancien président Jean Baptiste Bagaza, était convaincu que le meurtre devait être imputé à l’ancien président Buyoya.

Rappelons que lors des violences intervenues après la mort de Melchior Ndadaye, le colonel Firmin Sinzoyiheba avait demandé aux jeunes tutsi de ne pas chasser des quartiers les Hutu car ces derniers pouvaient organiser une rébellion difficile à contenir. Ce qui fut dit par cet officier supérieur, fut fait par les sympathisants de Melchior Ndadaye.

Rappelons enfin qu’hier 27 janvier, les Burundais se souvenaient des 8 ans qui viennent de s’écouler après l’incendie qui a ravagé l’ancien marché central de Bujumbura. En effet, dans la petite matinée du 27 janvier 2013, il y avait une alerte maximale de la part de plusieurs organisations, dont notamment l’Olucome, qui a crié via les médias mais qui n’a pas été entendu.

Les commerçants qui opéraient dans ce marché ont accusé le pouvoir d’être à l’origine de l’incendie, ce qu’il a toujours nié. D’ailleurs, une équipe d’experts français a été dépêchée pour établir les responsabilités, mais ils ont conclu que l’incendie était d’origine accidentelle. Mais ce qui a semé des doutes, c’est que quelques mois plus tard, le ministre de l’intérieur de l’époque a déclaré par voie de presse que le marché avait pris feu sur volonté divine.

Jusqu’à présent, la place est inoccupée même si des initiatives sont prises par des privés tout comme par les services de l’Etat. Le gouvernement projette la construction d’un immeuble moderne pouvant abriter plusieurs activités. J.M.

Burundi - Rd Congo - Politique

"L’Assemblée nationale fait tomber le Premier ministre Sylvestre Ilunga", dixit Rfi

Kinshasa, le 28 janvier 2021 (Net Press) . En République démocratique du Congo (RDC), l’Assemblée nationale a voté, mercredi 27 janvier, à une écrasante majorité une motion de censure contre le Premier ministre proche de l’ex-président Joseph Kabila, consacrant une victoire politique de l’actuel chef de l’État, Félix Tshisekedi.

La motion de censure a été adoptée à une large majorité : 367 en faveur sur 377 votants. Pour les députés qui défendaient cette motion, le gouvernement du pro-Kabila Sylvestre Ilunga était « incompétent », il n’avait « pas tenu ses promesses », par exemple dans le secteur de la sécurité. Ces députés citaient aussi « les massacres qui continuent dans l’est du pays », la présence d’armées étrangères sur le territoire congolais ou encore l’insécurité grandissante dans les villes.

Ces parlementaires dénonçaient enfin le manque d’équité dans la justice, le maintien « des antivaleurs » et notamment la corruption. La liste des reproches était longue.

Sylvestre Ilunga absent

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga n’est finalement pas venu à cette séance. Il a écrit une communication à l’Assemblée nationale qui n’a finalement pas été lue.

Dans sa communication, Sylvestre Ilunga rappelle que son gouvernement n’est entré en fonction que neuf mois après l’investiture du président Tshisekedi, que les caisses de l’État étaient alors quasiment vides, les réserves de change érodées. Pour le futur ex-Premier ministre, cela est dû à une gestion « non orthodoxe » des finances publiques et à des dérapages révélés à l’occasion du procès dit « des 100 jours ».

« Il y a lieu de relativiser la responsabilité du gouvernement dans le prétendu échec allégué par certains honorables députés », écrit encore Sylvestre Ilunga. Le chef du gouvernement plaide même pour une responsabilité partagée, voire prépondérante du chef de l’État. Il rappelle que la quasi-totalité des Conseils des ministres ont été présidés par Félix Tshisekedi. « Ses orientations ont été coulées par la suite sous forme de décisions du Conseil », assure-t-il.

24 heures pour présenter sa démission

Comme ses collègues de la coalition pro-Kabila, Sylvestre Ilunga ne reconnaît pas la compétence du bureau provisoire à organiser le vote de cette motion et donc toute la légalité de la séance d’hier. Sans tenir compte du vote du jour, il termine sa communication en assurant se tenir à la disposition du bureau définitif de l’Assemblée.

Pour le président du bureau provisoire, le débat sur l’habilitation du bureau provisoire à examiner cette motion ne tient pas. En séance, il a expliqué que c’est l’assemblée plénière des députés qui démet le gouvernement et non le bureau qu’il dirige. Il a annoncé le gouvernement comme démissionnaire. Le Premier ministre a, en théorie, 24 heures pour présenter sa démission à Félix Tshisekedi.

Réaction du PPRD

Le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie de l’ancien président Joseph Kabila a réagi. Le rapporteur du bureau politique de l’une des principales composantes du FCC dénonce ce qu’il qualifie de « précédent fâcheux » et appelle à accepter leur appartenance à l’opposition. N.R.

Revue annuelle de la presse : Septembre 2020

Burundi - Rdc – Politique

Vers une rencontre au sommet entre les chefs d’Etat de la région à Goma en Rdc !

Goma, le 1er septembre 2020 (Net Press) . Selon le journal rwandais "The Chronicles", il va se tenir dans les prochains jours une rencontre au sommet entre les chefs de l’Etat de l’Angola, du Burundi, de l’Ouganda, de la Rdc et du Rwanda à Goma en République Démocratique du Congo.

Selon ce journal, cette rencontre signerait le retour du Burundi dans le jeu régional après une parenthèse de 5 ans. De son côté, le journal "Jeune Afrique" estime que Félix Tshisekedi est à la manœuvre pour une quadripartite des Grands lacs en septembre. Au cas où le Burundi participerait à ce sommet, ce serait la toute première sortie du nouveau président de la République vers l’étranger.

L’on se souviendra qu’il a succédé à feu Pierre Nkurunziza, qui avait décidé d’être "casanier" suite à sa décision de briguer un troisième mandat controversé. Il était alors en conflit avec toute la diplomatie qui ne lui donnait pas du tout raison sur ce mandat qui violait la constitution et les accords de paix et de réconciliation d’Arusha d’août 2000.

Une fois qu’il a visité notre voisin de l’Est, à Dar es Salam, sur le sommet régional qui était consacré à la situation au Burundi et qui a finalement échoué, une tentative de renversement des institutions a eu lieu le 13 mai 2015, une action menée par le général Godefroid Niyombare, destitué deux mois plus tôt pour avoir déconseillé le président de briguer un mandat de trop. J.M.

Burundi - Sécurité

Les habitants de la commune Bukeye dans une peur-panique

Muramvya, le 2 septembre 2020 (Net Press) . Des sources dignes de foi indiquent que les populations de la commune de Bukeye, province de Muramvya, au Centre du pays, surtout celles qui sont riveraines de la forêt naturelle Kibira, vivent dans une peur-panique car elles aperçoivent des gens qui sortent de cette forêt et qui ne sont pas de la région.

Des informations en provenance de cette commune rapportent que des populations entières fuient leurs ménages de peur d’être attaquées par ces inconnus. Ils fondent leur peur sur ce qu’ils entendent ici et là dans les provinces de Rumonge, de Bururi, dans la commune de Mugmba, dans Bujumbura à Mukike et dans la localité de Bugarama, commune et province de Muramvya. Ch.N.

Burundi - Ouganda - Société

Nakivale : un camp de déplacés instable au propre comme au figuré

Kampala, le 3 septembre 2020 (Net Press) . C’est un camp de réfugiés où des phénomènes assez bizarres se passent presqu’au quotidien. Dans ses livraisons d’hier, la rédaction se focalisait sur la situation des réfugiés après le départ du premier groupe de réfugiés de Mahama au Rwanda, en date du 27 août dernier.

Il y a également des cas de violences domestiques de plus en plus nombreux car les femmes sont frappées par leurs époux. Ce phénomène est dû à la consommation par les hommes des boissons prohibées et l’on note une femme qui a failli mourir suite aux coups sans pitié de son mari. Elle subit pour le moment des soins intensifs dans l’une des structures sanitaires de ce camp. D.N.

Burundi - Politique

Deux "Cnlois" détenus dans la province de Muramvya

Muramvya, le 4 septembre 2020 (Net Press) . Ils sont détenus depuis bientôt 4 jours et ils ont été interpellés par des jeunes Imbonerakure sur la colline de Murambi, de la zone de Gatabo dans la commune de Kiganda, province de Muramvya, au Centre du pays. Ils sont accusés de collaborer avec les groupes armés.

Selon des informations concordantes, ils ont été arrêtés en date du 1er septembre et remis aux agents du service secret. Le responsable local du Cnl dénonce cette double arrestation et évoque un harcèlement ni plus ni moins. Pour lui, c’est une façon de réduire au silence tous les membres de l’opposition.

Il demande qu’ils soient libérés sans autre forme de procès car aucune infraction ne pèse sur eux. Les autorités administratives de Kiganda ne veulent rien révéler sur cette arrestation et le Cnl interprète ce silence comme une façon de s’auto accuser sur l’injustice subie par les membres de cette formation politique de l’opposition. J.M.

Burundi - Environnement

Le projet « Ewe Burundi » interdit l’exploitation anarchique des rivieres de la ville de Bujumbura

Bujumbura, le 5 septembre 2020 (Net Press) . En marge d’une descente sur les rivières de la capitale économique effectuée avec les professionnels des medias ce jeudi 3 septembre, le projet " Ewe Burundi urambaye ", une initiative du gouvernement visant à planter des arbres sur toute l’étendue du Burundi, a interdit l’exploitation des moellons et des sables dans les rivières de la mairie de Bujumbura.

Le président de cette commission, Prime Niyongabo, a dit que ces mesures permettront au projet " Ewe Burundi Urambaye " de planter des arbres le long de ces rivières afin de contrecarrer les glissements de terrain qui s’observent au bord des rivières Ntahangwa, Kanyosha , Mugere, Mutimbuzi et Kizingwe.

Le maire de la ville de Bujumbura, Jimmy Hatungimana, au cours d’un point de presse animé à cette occasion, a indiqué que la mairie va prendre des dispositifs pour arrêter l’exploitation des moellons et des sables dans toutes les rivières de la ville de Bujumbura, et ce, à partir de ce jeudi 3 septembre. N.R.

Burundi - Rdc - Politique

Kinshasa confirme la tenue d’une réunion entre les présidents burundais, rwandais, ougandais et angolais

Kinshasa, le 7 septembre 2020 (Net Press). Le président congolais Félix Tshissekedi, dans une réunion du conseil de ministres tenu vendredi 4 septembre dernier, a confirmé la tenue d’un mini-sommet qui se tiendra à Goma entre lui-même, Paul Kagame, Yoweri Museveni, Joao Lourenço et Evariste Ndayishimiye respectivement présidents de la Rdc, du Rwanda, de l’Ouganda, de l’Angola et du Burundi.

Ces assises se tiendront sous plusieurs thèmes à savoir : la paix et la sécurité dans la région, les relations diplomatiques et politiques entre ces Etats ainsi que la relance des activités économiques dans le contexte actuel de lutte contre la Covid19. D.N.

Burundi - Sécurité

Quand la police congolaise et la commission nationale en charge des réfugiés empêchent les réfugiés Burundais de rentrer

Kavimvira, le 8 septembre 2020 (Net Press) . Ils sont aux environs 300 refugiés à vouloir rejoindre le territoire burundais ce lundi matin 7 septembre au matin en passant par la frontière de Kavimvira entre le Burundi et la RDC, juste à la sortie de la localité de Gatumba, dans la commune de Mutimbuzi de la province de Bujumbura, à l’Ouest.

Et des sources sur place indiquent que la police congolaise et la commission nationale en charge des réfugiés les ont reconduits aux centres de transit de Kavimvira et Sange sur le territoire d’Uvira dans la province du Sud- Kivu( Rdc). C’est la deuxième fois que l’accès à leur pays leur est refusé.

L’on se rappellera que le 3 septembre dernier, ces Burundais avaient été convaincus de retourner dans les deux sites de transit après deux semaines de séjour à la frontière de Kaberagure.et selon le représentant de ses refugiés, ils trouvent la mort suite à la famine et ces réfugiés de Sange et Kavimvira se disent vouloir fuir les conditions de vie « déplorable » auxquelles ils font face.

Les autorités burundaises affirment qu’elles sont au courant de cette situation et qu’elles discutent avec des responsables habilités pour trouver une solution durable à ce problème. Elles informent que ces réfugiés doivent avoir une communication dans l’après-midi ou au plus tard demain matin. D.N.

Burundi - Politique - Administration

Les intellectuels chômeurs appelés à se faire inscrire

Bujumbura le 9 septembre 2020 (Net Press) . Le ministère chargé de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique vient d’appeler tous les jeunes qui ont terminé leurs études mais qui n’ont pas encore eu d’emploi, de se faire enregistrer ce samedi 12 septembre.

Les gens chargés de l’inscription de ces jeunes chômeurs devront eux aussi suivre une formation à partir de ce 10 septembre. Elle aura lieu dans les provinces de Gitega pour les régions du centre, de Ngozi pour celles du Nord, de Cankuzo pour les régions de l’est, de Bujumbura mairie pour l’ouest et de Makamba pour le sud.

Ces inscriptions débuteront ce samedi à partir de 7h30 et se clôtureront dans l’après-midi de lundi 14 septembre. Le ministère prie avec insistance ces jeunes de se présenter massivement car il n’y aura plus une autre séance pour ce travail. Il est demandé aux gouverneurs, aux administrateurs, bref, aux responsables administratifs à plusieurs niveaux de s’impliquer dans ce travail. Ch.N.

Burundi - Education

Les parents obligés de supporter les charges d’enseignants

Kirundo, le 10 septembre 2020 (Net Press) . L’année scolaire 2020 - 2021a commencé dans tout le pays, mais des fois avec des difficultés plus compliquées chez certaines écoles, notamment dans la province de Kirundo, au Nord du pays. Selon des informations à notre disposition, cette province a besoin de 500 enseignants au moins mais les prévisions du ministère de tutelle ne dépassent pas 60 individus. Les écoles sont obligées de recourir aux vacataires et aux enseignants bénévoles qui seront supportés par les parents. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi