Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité23 février 2021
|Les habitants de la commune Makamba tirent une sonnette d’alarme !

Burundi - Sécurité Routière22 février 2021
|Une personne tuée dans un accident de roulage

Burundi - Administration20 février 2021
|Le ministre de l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire donne des éclaircissements sur le contenu de sa décision

Burundi - Sécurité 19 février 2021
|Un corps sans vie d’un homme non encore identifié repêché dans la rivière Maragarazi

Burundi – Sécurité 18 février 2021
|Deux morts foudroyés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 17 février 2021
|Trois personnes mortes foudroyées en province de Mwaro

Burundi - Sécurité16 février 2021
|Trois enseignants échappent de justesse en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 15 février 2021
|Fouille-perquisition au quartier VII au Nord de la capitale économique

Burundi - Santé13 février 2021
|Bilan semestriel de l’hôpital militaire de Kamenge

Burundi - Sécurité Routière12 février 2021
|L’Otraco demande le transfert de propriété avant la recherche d’un carnet de contrôle technique biométrique

Burundi - Sécurité 11 février 2021
|L’ancien chef de quartier Kavumu tué dans la nuit de ce mercredi

Burundi - Sécurité10 février 2021
|Un homme trouve la mort dans la province de Bujumbura

Burundi - Sécurité 9 février 2021
|Quatre magasins ont pris feu en province de Rumonge

Burundi - Sécurité8 février 2021
|Une femme trouve la mort à Kiganda, ses deux fils incarcérés pour enquêtes

Burundi - Sécurité 6 février 2021
|Une livraison pour la bastonnade qui tourne vers l’irréparable !

Burundi - Politique5 février 2021
|Le Burundi commémore 30 ans de ratification de la charte de l’unité nationale

Burundi - Rwanda - Sécurité4 février 2021
|Les habitants de la commune de Mabayi dans la peur-panique

Burundi - Tanzanie - Sécurité 3 février 2021
|Une découverte d’un corps sans vie d’un refugié burundais au camp de Nyarugusu

Burundi - Sécurité 2 février 2021
|Dans le paquet des intouchables du parti Cndd-Fdd, deux interpellés en province de Cankuzo !

Burundi - Politique 1er février 2021
|Le nouveau secrétaire général du parti Cndd-Fdd accueilli en héros en province de Makamba

Burundi - Sécurité30 janvier 2021
|Le gouverneur de Bujumbura contre les adeptes des adventistes du 7è jour anarchistes

Burundi - Politique - Médias29 janvier 2021
|« Jamais sans les medias », dixit le président de la République

Burundi - Sécurité28 janvier 2021
|Un cadavre retrouvé tout près de la rivière Mutsindozi

Burundi - Sécurité27 janvier 2021
|Des voleurs "visitent" une ancienne élue du peuple vivant à Mutanga Sud

Burundi - Sécurité26 janvier 2021
|Il y a 3 jours, un sexagénaire prenait fuite vers une position militaire de Matongo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité Routière

Deux morts et sept blessés graves dans un accident de roulage en province de Rutana

13 janvier 2021

Rutana, le 13 janvier 2021 (Net Press) . Un véhicule de marque Toyota Hillux appartenant au secrétaire provincial du parti Cndd-Fdd à Rutana, a cogné un autre véhicule Toyota dans l’après-midi de ce mardi 12 janvier, sur la route numéro VIII, sur la colline de Maramya, dans la commune et province de Rutana (Sud-est du Burundi). Deux personnes sont mortes sur le champ tandis que 7 autres ont été grièvement blessées. L’excès de vitesse serait à l’origine de l’accident.

Selon une source policière, deux femmes parmi les passagers ont trouvé la mort sur le champ tandis que sept autres ont été blessés et ce véhicule du numéro 1 du parti aux affaires Cndd-Fdd en province de Rutana roulait à tombeau ouvert. Les blessés ont été évacués en urgence à l’hôpital de Rutana.

Dans la même rubrique sécuritaire, huit personnes ont été arrêtées dans la matinée de ce mardi 12 janvier lors d’une fouille-perquisition menée par quelques éléments de la police, au centre-ville de Makamba, au Sud du pays. Parmi les interpellés, il y avait des irréguliers et des présumés bandits.

La fouille a visé en grande partie des hôtels et maisons de passage dans les quartiers de Makamba 1 et 2, selon des témoins. « La police vérifiait des registres des visiteurs dans des hôtels. Un employé de l’hôtel Makamba City 1 qui n’a pas enregistré ses clients a été arrêté », disent des témoins oculaires.

Ils ajoutent que trois des quatre clients appréhendés en sa compagnie n’avaient pas de cartes d’identité sur eux. La police a également appréhendé trois individus assimilés aux bandits.
Ils ont été surpris avec des régimes de bananes, un sac d’engrais chimique et 4 tôles. Les interpellés ont été conduits au commissariat communal de la police. N.R.

Burundi - Rwanda - Formation

Maison Shalom ouvre un centre académique Ubuntu

Kigali, le 13 janvier 2021 (Net Press) . C’est une école de technique moderne qui devra utiliser la technologie de formation à distance pour éviter des contaminations éventuelles dues à la pandémie du covid-19.

Emery Emerimana, le chargé de la communication à la Maison Shalom, dit que c’est projet pour enseigner les filles dans la vie de tous les jours, les mœurs et la personnalité, sur l’environnement, la bonne santé, les encourager dans la lutte contre la prostitution. Le projet concerne les réfugiés qui sont dans les villes et au camp de déplacés de Mahama et bien d’autres, dans notre voisin du Nord.

Cela arrive au moment où dans les trois mois qui viennent de s’écouler, la Maison Shalom a arrêté de prendre en charge plus de 100 étudiants des réfugiés burundais qui sont au Rwanda. Pour ceux qui peuvent se poser la question de savoir s’il n’y a pas de contradiction, le représentant de la Maison Shalom dit qu’il n’en y a pas car le fait de ne pas payé les frais pour ces étudiants n’est pas lié au problème financier.

Il entend aborder ces étudiants pour que les deux parties se parlent en toute franchise sur ce qui semble être un problème entre elles. Mais en attendant, les concernés devront patienter car le problème de covid-19 leur empêche de se parler face-à-face, selon toujours Emery Emerimana.

L’un des étudiants s’est exprimé et demande à la Maison Shalom de se ressaisir dans les mesures qu’elles prend à l’endroit de ces étudiants pour qu’ils puissent terminer l’année, surtout que leurs diplômes sont supposés leur être décernés à la fin de cette année académique. N.B.

Burundi - Commerce

Sanctions très dures à l’endroit de 24 stations de l’intérieur du pays

Bujumbura, le 13 janvier 2021 (Net Press) . Selon nos confrères de la radio Isanganiro, après une descente effectuée par le service chargé de la distribution du carburant à l’intérieur du pays, du 15 au 17 décembre de l’an passé, le représentant de ce service a animé une conférence de presse et dit que sur les 10 provinces visitées, on a trouvé que la plupart des stations font des tricheries quand elles vendent le carburant.

En moyenne, la perte pour les clients s’évalue entre 900 et 3500F sur 20 litres de carburant acheté. Cette commission dit que les 24 stations qui sont accusées de spéculations vont payer une amende de 37millions dans une période ne dépassant pas 7 jours, à partir de ce mardi 12 janvier 2021.

Signalons qu’il s’observe une pénurie de carburant en mairie de Bujumbura depuis hier. Selon des informations qui circulent un peu partout mais qui ne sont pas du tout officiellement confirmées, le gouvernement serait sur le point de revoir à la hausse le prix de ce produit plus que stratégique à la pompe, raison pour laquelle ceux qui se rendent aux stations services font le plein alors qu’il y a peu, ils mettaient le strict minimum pour dépannage. N.B.

Burundi - Santé

Des mesures contre le covid-19 se poursuivent

Gitega, le 13 janvier 2021 (Net Press) . Le gouvernement vient de décider que le personnel qui évolue dans le transport en commun, chauffeurs et convoyeurs, doivent porter des masques dès ce 13 janvier 2021, pour des raisons de lutte contre la propagation du covid-19.

Selon la même décision, les passagers sont également invités à faire de même à partir de ce 14 janvier, toujours dans le même objectif de barrer la propagation à grande échelle de cette maladie qui frappe de plein fouet le monde entier. Rappelons que depuis peu, des cas positifs au covid-19 deviennent de plus en plus nombreux dans ce pays.

Cependant, sur terrain, certains ont tenté d’obéir à ces mesures, comme les passagers qui ont accompagné les leurs au cimetière de Mpanda, un constat fait par un reporter de Net Press qui était à bord d’un bus de transport vers cet endroit ce matin. Mais les autres bus qui sillonnent dans les quartiers de Bujumbura vers le centre-ville et vice-versa, la mesure n’a pas été très suivie. Des séances de prise de conscience sont encore indispensables en lieu et place des sanctions, selon l’opinion des uns et des autres. Ch.N.

Revue annuelle de la presse : Juin 2020

Burundi – Politique

Une réapparition qui suscite beaucoup d’interrogations !

Bujumbura, le 1er juin 2020 (Net Press) . Il s’appelle Innocent Muryango, ancien technicien de la Radio Bonesha, une station détruite en 2015. Il a été enlevé et porté disparu depuis le 25 mai 2020 et retrouvé ce dimanche 31 mai. Rien ne filtre sur cette disparition d’autant plus que l’intéressé ne coopère pas pour donner la lumière sur cet enlèvement .

Selon nos sources, Innocent Muryango a été appelé le 25 mai 2020 sur son téléphone portable par un individu non encore identifié, enlevé et détenu dans un endroit tenu top secret comme le confirment d’autres personnes. Ses ravisseurs ont exigé un rançon de six millions pour son relâchement, la famille en avait donné deux et suite à une intervention musclée d’un haut gradé de la police, selon un témoin sous couvert d’anonymat, Innocent Muryango a été relâché, un véhicule non encore identifié l’a déposé à son domicile .

Selon les membres de la famille biologique, Innocent Muryango a été sérieusement torturé, il apparaissait sale et fatigué, ce dernier ne révèle aucun mot sur son enlèvement, sur le lieu et les conditions de sa détention, La victime et sa famille biologique vivent la peur au ventre car selon elle, Innocent Muryango risque d’être tué par ses anciens ravisseurs. Ch.N.

Burundi - Sécurité

La province de Muyinga découvre trois corps démembrés

Muyinga, le 2 juin 2020 (Net Press) . Ces trois corps en décomposition ont été découverts hier dans la province de Muyinga, au Nord-est du pays, plus précisément dans la localité de Bunywana. Selon des informations sur place, les victimes n’ont pas été identifiées et l’on pense que ce sont des gens tués ailleurs et jetés dans un boisement.

Ils en veulent pour preuve qu’aucune famille ne déclare une perte de ses membres dans la région. Et puis, certains de ces corps sont démembrés et l’on estime également qu’ils ont été tués depuis plusieurs jours car, autour des cadavres, se trouvait également du sans noirci et sec.

Les autorités locales ont décidé de faire inhumer ces corps de peur qu’ils ne soient à l’origine d’autres maladies. Mais cette décision a choqué les défenseurs des droits de l’homme qui regrettent que ces personnes sont enterrées sans être identifiées et qu’aucune enquête n’est prévue. Il semble que les autorités locales se sont refusées tout commentaire.

Des cas d’insécurité sont également signalés dans le camp de déplacés de Nakivale en Ouganda où, suite à une intervention policière au début du mois d’avril, trois personnes, dont un enfant, ont trouvé la mort. D.N.

Burundi - Onu - Sécurité

Le Burundi de nouveau dans le microscope de l’Onu

New York, le 3 juin 2020 (Net Press). Une réunion du conseil de sécurité de l’Onu se tient demain 4 juin à New York et le Burundi sera de nouveau sous observation de ce conseil qui sera présidé par la France. Plusieurs points seront abordés, dont les récentes élections du mois de mai dernier sans oublier la situation des droits de l’homme.

L’on saura que le gouvernement de Gitega a l’habitude de rejeter tout ce qui s’y décide sur le pays car il considère que les conclusions issues de telles réunions ternissent l’image du Burundi dans le concert des Nations. La France, quoi que politiquement proche du gouvernement de Pierre Nkurunziza, avance toujours dans ces réunions que la situation au Burundi est critique, surtout en matière de sécurité et des droits de l’homme, ce qui engendre parfois des méfiances mutuelles entre Paris et Gitega.

L’on signalera que l’ambassadeur du Burundi auprès de l’Onu, Albert Shingiro, ne ménage aucun effort pour que le Burundi soit retiré de la liste des pays à problèmes qui doivent être tout le temps diagnostiqués, mais en vain. Malgré ces échecs, le chef de l’Etat reconnaît ses efforts, d’où il lui a décerné un prix au mois de juillet de l’année dernière.

Coïncidence ou pas, cette réunion sur le Burundi se tient au moment où au Burundi, tous les yeux seront braqués sur la cour constitutionnelle qui doit proclamer les résultats définitifs du triple scrutin du 20 mai dernier et sur celui qui présidera aux destinées du pays à partir du mois d’août 2020. L’opinion n’attend pas de surprises de la part de la cour constitutionnelle. J.M.

Burundi - Communication

Serait - il un courant du morcellement de l’Union Burundaise de Journaliste en gestation ?

Bujumbura, le 4 juin (Net Press). Un nouveau visage syndical dénommé « Burundian Journalist’s Alliance « a été lancé sans la concertation étroite des professionnels des medias locaux et internationaux. Une large majorité des journalistes qui étaient sur place crient au morcellement de l’Union Burundaise des journaliste (Ubj)

Ces professionnels des medias trouvent que la mise en place de ce nouveau syndicat devrait être discuté avec le professionnels des medias, d’autant plus que selon Melchior Nicayenzi, le président de ce nouveau syndicat, ce journaliste de la Radio Nderagakura dit les membres fondateurs de ce syndicat sont composés de cent quarante journalistes issus de la presse audio-visuelle, écrite et en ligne, sans révéler leurs noms. D’autres trouvent que le président de ce syndicat devrait mener une concertation étroite avec les professionnels des medias pour la mise en place d’un syndicat d’un comité élu.

De son côté, le président de ce nouveau syndicat, Melchior Nicayenzi, indique que la mise en place de ce nouvel organe vient à point nommé car depuis la suppression du syndicat dénommé Union Burundaise des journalistes, Ubj, en 2015, les professionnels des médias burundais n’avaient plus de cadre légal ou ils pouvaient s’exprimer sur leur liberté ou réclamer leurs droits car ils sont quelques fois violés volontairement ou par méconnaissance de certains individus .

Melchior Nicayenzi dit que les objectifs de ce nouveau syndicat visent la protection et le renforcement des droits et des libertés de tout journaliste au Burundi, la défense et la promotion des principes et de l’organisation syndicale, la promotion et la défense de la liberté d’information, de la liberté des médias ainsi que du pluralisme de l’indépendance du journalisme.

L’accent particulier sera mis sur les activités de recherche et de contrôle des violations des droits des journalistes, une action en faveur de la défense du journaliste et de son travail, l’observation et l’amélioration des normes professionnelles et la promotion de normes exigeantes en matière de qualité du journalisme, de déontologie journalistique et de formation professionnelle, l’amélioration et la défense des conditions professionnelles et sociales de tout journaliste, salarié, bénévole et indépendant ainsi que l’encouragement et le soutien des journalistes sur le lieu de travail .

L’on saura que ce matin, le ministre en charge de l’information, Frédéric Nahimana, à travers un point de presse, a félicité la synergie des médias pour le travail louable abattue par les journalistes lors du triple scrutin du 20 mai dernier. Il a appelé ceux qui auraient commis quelques erreurs de rectifier le tir à temps car les élections se poursuivent. Il a aussi mis en garde certains médias qui travaillent en ligne, les accusant de fournir des informations qui ne sont pas vérifiées. N.R.

Burundi - Justice

La cour d’appel de Ntahangwa maintient les sanctions du 1er juge

Bujumbura, le 5 juin 2020 (Net Press) . C’est la consternation dans les milieux journalistiques car nos confrères et consœurs du groupe de presse Iwacu, Christine Kamikazi, Agnès Ndirubusa, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana devront rester sous les verrous car la cour d’appel de Ntahangwa, en mairie de Bujumbura, vient de confirmer le verdict du premier juge.

Donc ces journalistes devront purger une peine de deux ans et de 6 mois de prison ferme, accusés d’avoir attenté à la sécurité intérieure du pays. Ils s’étaient rendu dans la province de Bubanza, à l’Ouest du pays, pour un reportage sur l’insécurité qui y régnait après qu’une attaque rebelle fut dirigée contre les forces de l’ordre de ce pays.

Un des coéquipiers avait mentionné dans un message au téléphone qu’ils allaient aider les rebelles, une blague qui a été brandie par la justice comme argument imbattable de preuve de complicité. La rédaction n’ pas encore contacté les avocats de la défense pour savoir la suite qu’ils donneront à ce jugement. Ch.N.

Burundi - Rwanda - Diplomatie

Le Rwanda adresse un message de félicitation au président élu du Burundi

Kigali, le 8 juin 2020 (Net Press) . Dans une correspondance du ministère rwandais des affaires étrangères et de la coopération internationale le portant numéro 272/ 09. 01/ cab. Min/20, Kigali félicite le président élu du Burundi, le général major Evariste Ndayishimiye. .

On peut lire entre autre que notre voisin du nord saisit cette occasion pour exprimer sa volonté d’œuvrer à l’amélioration des relations historiques qui existent entre les deux pays frères et souhaite une bonne santé, la paix et la prospérité au peuple et au gouvernement de la République du Burundi, en particulier pendant cette période difficile de la pandémie du covid -19.

Et dans la même foulée, des messages de félicitation du président élu de la République fusent d’un peu partout. La plateforme de l’opposition burundaise en exil au royaume de Belgique (Cnared - Giriteka) dit que conformément à la déclaration de la cour constitutionnelle, il prend ainsi acte de la victoire de Mr Evariste Ndayishimiye, le futur président de la République du Burundi pendant les 7 ans à venir et lui souhaite bonne chance. J.M.

Burundi - Politique

Le torchon brûle au sein du parti présidentiel

Bubanza, le 9 juin 2020 (Net Press) . Quatre jeunes Imbonerakure du parti Cndd-Fdd ont été arrêtés dans les communes de Musigati, de Bubanza et de Mpanda de la province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Des informations dignes de foi indiquent qu’ils sont accusés d’avoir proféré des menaces de mort contre un dignitaire du Cndd-Fdd et qu’ils auraient même envisagé de l’assassiner.

Cependant, ce dignitaire n’est pas pointé du doigt, ce qui pousse certains à évoquer un montage de la part des "Cnddfddistes" de cette circonscription administrative. Mais d’autres sources parlent d’un règlement des comptes car ceux qui sont incarcérés auraient dit ouvertement qu’ils préféraient la candidature de Pascal Nyabenda, actuel président de l’assemblée nationale, à celle d’Evariste Ndayishimiye.

D’autres informations confirment le règlement des comptes et précisent que la liste des gens à arrêter déjà confectionnée est longue. Cependant, les autorités locales se gardent de tout commentaire, préférant répondre aux questions des journalistes qu’elles ne sont au courant de rien. Ch.N.

Burundi - Nécrologie - Politique

Départ pour l’Eternité du président de la République

Gitega, le 10 juin 2020 (Net Press). La nouvelle de la mort du président de la République a filtré pour la première fois dans l’après-midi de ce 8 juin mais tout le monde le prenait pour une rumeur. Cependant, dans la soirée de lundi, l’on pouvait remarquer que les véhicules des autorités tant militaires qu’administratives roulaient presqu’à tombeau ouvert, signe qu’elles avaient une information qui n’était pas encore parvenue au public

Ce n’est qu’hier que le gouvernement a confirmé la nouvelle de son décès inopiné, suite à l’arrêt cardiaque. Pierre Nkurunziza vient de quitter cette planète à 55 ans, alors qu’il était encore en fonctions, un âge relativement jeune quand on sait que tous les présidents qui ont dirigé ce pays, - à l’exception de Melchior Ndadaye avec cette différence que ce dernier a été assassiné tout au début de son mandat - atteignent 70 ans, allusion faite à feu Jean-Baptiste Bagaza, à Pierre Buyoya, à Domitien Ndayizeye et à Sylvestre Ntibantunganya qui est âgé aujourd’hui de 64 ans mais dont la santé laisse croire qu’il a encore quelques années devant lui.

Pierre Nkurunziza est donc cet homme qui a rejoint le maquis en 1995 alors qu’il était professeur d’éducation physique à l’université du Burundi. Après la rébellion, son mouvement devenu parti politique Cndd-Fdd, il rentra et occupa le poste de ministre chargé de la bonne gouvernance du 30 avril 2003 au 26 août 2005, lors de la deuxième tranche de la transition pilotée par Domitien Ndayizeye.

Rappelons que le président défunt est né le 18 décembre 1964 dans la province de Ngozi, au Nord du pays. Il vient de trouver la mort avant qu’il ne remette officiellement le pouvoir à son successeur élu, en la personne d’Evariste Ndayishimiye, au mois d’août prochain, probablement le 20, si du moins l’on considère la dernière date où le président Pierre Nkurunziza a prêté serment en 2015.

L’on saura que le Pierre Nkurunziza a été le président dont le règne a duré le plus longtemps de ceux qui ont dirigé ce pays car il s’est étendu du 26 août 2005 au 8 juin 2020, soit plus ou moins 15 ans d’affilé au trône. Il a devancé son prédécesseur Pierre Buyoya qui a totalisé 17 ans au pouvoir, mais avec une interruption de 3 ans, de 1993 à 1996.

L’ambiance à Bujumbura

A l’annonce de sa mort, presque tout le monde était déjà au courant de la mauvaise nouvelle même si personne n’osait en parler à haute voix. En d’autres termes, cela n’a pas été une surprise pour les "Bujumburais". Comme réaction, les citadins ont quitté le centre-ville assez tôt pour se diriger dans leurs quartiers où, bon nombre d’entre eux, ont fréquenté les bars comme si de rien n’était, probablement pour avoir de plus amples détails sur le décès du président. Pour ceux qui étaient encore en ville, l’on raconte que vers 19 heures, les rues de la ville étaient tout simplement désertes.

Dans certains quartiers, des policiers auraient traqué des citoyens qui étaient dans les bistrots pour leur intimer l’ordre de rentrer. C’est dans ce contexte qu’un message a circulé sur les réseaux sociaux pour éviter qu’il y ait des gens qui soient arrêtés dans ces conditions. Mais dans l’ensemble, la capitale économique Bujumbura était calme, à part un embouteillage qui a été enregistré presque dans tous les axes qui mènent du centre-ville vers les zones de la mairie de Bujumbura.

Le gouvernement a décidé de mettre sur pieds un deuil national de 7 jours à partir de ce 9 juin, le jour du lancement du communiqué officiel. A la télévision nationale, uniquement des chants religieux sont animés, ce qui rappelle la période de l’assassinat de Melchior Ndadaye où des chorales entières ont été obligées de s’exhiber à la télévision, ce qui avait contribué à leur visibilité.

La gestion des affaires courantes

A propos de la gestion de l’intérim jusqu’au 20 août 2020, les deux constitutions apparemment en vigueur accordent leurs violons sur celui qui gère les affaires courantes. En effet, la loi fondamentale de 2005 prévoit qu’en cas d’empêchement ou de décès du président de la République en fonctions, il est remplacé par le président de l’assemblée nationale. Même la nouvelle constitution de juin 2018 stipule, en son article 121, que le président de la République, en cas d’empêchement, est remplacé par le président de l’assemblée nationale.

Mais il est à constater que ce dernier est un civil qui a moins de chances d’être accepté par ceux qui ont participé à la rébellion car dans ce pays, ce sont eux qui ont le dernier mot, que ce soit dans les affaires militaires, civiles ou politiques où des décisions importantes doivent être prises. Ce qui est presque sûr est que des réunions se tiennent en permanence depuis bien avant l’annonce officielle du décès du président pour que les choses rentrent dans l’ordre. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi