Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 19 février 2021
|Un corps sans vie d’un homme non encore identifié repêché dans la rivière Maragarazi

Burundi – Sécurité 18 février 2021
|Deux morts foudroyés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 17 février 2021
|Trois personnes mortes foudroyées en province de Mwaro

Burundi - Sécurité16 février 2021
|Trois enseignants échappent de justesse en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 15 février 2021
|Fouille-perquisition au quartier VII au Nord de la capitale économique

Burundi - Santé13 février 2021
|Bilan semestriel de l’hôpital militaire de Kamenge

Burundi - Sécurité Routière12 février 2021
|L’Otraco demande le transfert de propriété avant la recherche d’un carnet de contrôle technique biométrique

Burundi - Sécurité 11 février 2021
|L’ancien chef de quartier Kavumu tué dans la nuit de ce mercredi

Burundi - Sécurité10 février 2021
|Un homme trouve la mort dans la province de Bujumbura

Burundi - Sécurité 9 février 2021
|Quatre magasins ont pris feu en province de Rumonge

Burundi - Sécurité8 février 2021
|Une femme trouve la mort à Kiganda, ses deux fils incarcérés pour enquêtes

Burundi - Sécurité 6 février 2021
|Une livraison pour la bastonnade qui tourne vers l’irréparable !

Burundi - Politique5 février 2021
|Le Burundi commémore 30 ans de ratification de la charte de l’unité nationale

Burundi - Rwanda - Sécurité4 février 2021
|Les habitants de la commune de Mabayi dans la peur-panique

Burundi - Tanzanie - Sécurité 3 février 2021
|Une découverte d’un corps sans vie d’un refugié burundais au camp de Nyarugusu

Burundi - Sécurité 2 février 2021
|Dans le paquet des intouchables du parti Cndd-Fdd, deux interpellés en province de Cankuzo !

Burundi - Politique 1er février 2021
|Le nouveau secrétaire général du parti Cndd-Fdd accueilli en héros en province de Makamba

Burundi - Sécurité30 janvier 2021
|Le gouverneur de Bujumbura contre les adeptes des adventistes du 7è jour anarchistes

Burundi - Politique - Médias29 janvier 2021
|« Jamais sans les medias », dixit le président de la République

Burundi - Sécurité28 janvier 2021
|Un cadavre retrouvé tout près de la rivière Mutsindozi

Burundi - Sécurité27 janvier 2021
|Des voleurs "visitent" une ancienne élue du peuple vivant à Mutanga Sud

Burundi - Sécurité26 janvier 2021
|Il y a 3 jours, un sexagénaire prenait fuite vers une position militaire de Matongo

Burundi - Sécurité Routière - Nécrologie25 janvier 2021
|Mise en terre d’un ancien cadre du Cndd-Fdd fauché par un accident de la route

Burundi - Sécurité23 janvier 2021
|Explosion de deux grenades au marché de city market

Burundi - Sécurité22 janvier 2021
|Découverte du cadavre de la victime d’un hippopotame

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Dans le paquet des intouchables du parti Cndd-Fdd, deux interpellés en province de Cankuzo !

2 février 2021

Cankuzo, le 2 février 2021 (Net Press) . Deux membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, Cndd-Fdd, réputés intouchables, sont entre les mains de la police du commissariat de la police de Cankuzo, à l’Est du pays. Selon des informations concordantes, ils sont accusés de battre à mort un certain Déo Ciza.

Selon toujours nos informations, le prénommé Gilbert, employé de la Régie de distribution de l’eau et de l’électricité (Regideso) et un certain Oscar, ex agent de transmission de l’ancien député Anglebert Ngendabanka, sont tous membres du parti de l’Aigle. La victime a eu des accrochages avec un agent de transmission du commissaire provincial de la police de Cankuzo qui l’a livré aux "griffes" des Imbonerakure.

Ceux-ci l’ont sérieusement battu alors qu’il était en costume d’Adam. N’eût été l’intervention musclée des passants Déo Ciza allait trouver la mort sur place. De hauts gradés du parti au pouvoir dans cette province qui ne voulaient pas ternir l’image de cette formation politique ont fait des tractations pour mettre la main sur les deux auteurs de ce crime. De son côté, un autre haut gradé de la République aurait mis sur place ses agents secrets dans cette province, ce qui aurait facilité la mesure de suivre ce dossier.

Et dans la même foulée, nous apprenons que le prénommé Gilbert de la Regideso a pris le large au moment où son ami Oscar a été arrêté. Les citoyens de Cankuzo poussent un ouf de soulagement, d’autant plus que les fauteurs de trouble sont arrêtés sans tenir compte de leur appartenance politique. Mais ils déplorent que l’évasion de Gilbert aurait été facilitée par les "cnddfddistes" pur dur de Cankuzo. N.R.

Burundi - Société

Les Bashingantahe vont désormais porter le nom des notables

Bujumbura, le 2 février 2021 (Net Press) . Cela est prévu dans la loi du 23 janvier 2021 portant sur les notables collinaires, notamment dans le chapitre III de la composition et du fonctionnement du conseil de notables de la colline ou du quartier. L’article VI dit que les notables collinaires ou de quartier ne peuvent pas infliger des punitions. L’assemblée collinaire n’a pas de mandat, il n’est plus en fonction s’il a une maladie grave ou une maladie mentale, s’il devient handicap physiquement, s’il est jugé coupable ou s’il est trop surchargé.

Il n’y a pas de rémunération sauf des primes qui vont être promulguées sur une loi. Dans son article VII, le conseil des notables est composé de 15 membres élus par l’assemblée collinaire ou de quartier. Avant d’entrer en fonctions, les membres du conseil des notables prête serment devant l’assemblée collinaire et leur serment est reçu par le siège du tribunal de résidence de leur ressort. N.B.

Burundi - Justice

Deux fils de deux parents tués à Rumonge en détention

Rumonge, le 2 février 2021 (Net Press) . Deux fils de feu Déo Niyongabo, un ancien sous-officier de l’armée à la retraite tué dans une opération de la police le 16 janvier 2021 et de son frère, Égide Sindayigaya, mort au commissariat de Rumonge, il y a une semaine, sont détenus au cachot de la police à Burambi (province de Rumonge, Sud-ouest du Burundi).

Aucun motif n’a été avancé par la police officiellement. Des sources proches du dossier pensent que leur détention est liée à l’affaire qui a conduit à l’assassinat de leurs pères. Innocent Kezimana (fils de Sindayigaya) a été arrêté par la police dans une buvette au quartier de Cibitoke (nord de la ville de Bujumbura) avant d’être emmené dans sa commune natale, selon des sources locales.

« Il a d’abord passé quelques jours dans un endroit tenu secret. Ensuite, il a été transféré au cachot de la police à Burambi », disent des témoins. Son cousin (fils de Niyongabo) lui, a été arrêté par la police sur la colline de Kiganza, en zone de Maramya, la semaine passée.

Officiellement, la police n’a pas communiqué leur arrestation ni son motif. Mais une source judiciaire sous couvert d’anonymat a confié que les deux jeunes gens sont poursuivis pour « appartenance à des groupes armés ». C’est la même accusation qui a conduit à l’assassinat de leurs pères.

Deux autres jeunes de la zone de Maramvya (zone natale des deux détenus) ont été appréhendés la semaine dernière. Il leur est reproché de « collaborer » avec des groupes armés. Ils sont locataires du même cachot que les deux premiers.

Un autre fils de feu Déo Niyongabo et sa veuve sont détenus à la prison de Murembwe (Rumonge) depuis plus de neuf mois. Ils sont poursuivis pour « non dénonciation d’un criminel ». La police estime qu’ils ont caché des informations sur le lieu où le chef de ménage logeait quand il était encore en vie. Selon la police, l’ex sous-officier était à la tête d’un groupe armé qui a tué au moins 26 personnes depuis 2016. N.R.

Burundi - Ue - Coopération

Vers le réchauffement de la coopération entre l’Ue et le Burundi ?

Bujumbura, le 2 février 2021 (Net Press) . Ce mardi, le gouvernement du Burundi représenté par l’ambassadeur Albert Shingiro, ministre ayant les affaires étrangères et la coopération dans ses attributions, a rencontré une délégation de l’Union européenne conduite par Claude Bochu, ambassadeur de l’Union européenne, accompagné des ambassadeurs d’Allemagne, de la Belgique, de la France et des Pays Bas.

L’objectif de la rencontre était la reprise des échanges tels que prévus par l’article 8 de l’Accord de Cotonou liant d’une part les pays de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et d’autre part, l’Union européenne et ses Etats membres. Au cours de leurs échanges, les deux parties ont rappelé que le Burundi et les Etats membres de l’Union européenne sont des partenaires historiques soucieux de voir leurs liens d’amitié et de coopération se développer davantage dans un esprit de confiance et de respect mutuel pour le bénéfice de leurs peuples respectifs.

Les deux parties ont échangé sur les sujets d’intérêt commun et les engagements mutuels dans le cadre de la normalisation de leurs relations d’amitié et de coopération. La reprise du dialogue politique constitue une priorité partagée qui bénéficiera aux peuples burundais et européen.

Le communiqué de presse termine en soulignant que les deux parties se sont félicitées de l’excellent climat constructif qui a présidé à leurs échanges et ont convenu de les poursuivre dans la perspective de déboucher dans les meilleurs délais sur des résultats concrets. N.R.

Burundi - Commerce

Le gouvernement sur le point de combattre les commissionnaires

Gitega, le 2 février 2021 (Net Press) . Nous apprenons que le gouvernement a la ferme intention de combattre sérieusement les hommes ou femmes dits "commissionnaires" qui jouent les intermédiaires entre les propriétaires des biens à vendre et les acheteurs. Le gouvernement considère que ces personnes sont à l’origine de la cherté des biens à vendre, d’autant plus ils négocient leur marge bénéficiaire dans l’ignorance totale des avantages du client.

Une telle démarche du gouvernement a d’ailleurs commencé hier au marché de Rutegama, dans la province de Gitega, capitale politique de ce pays. La police était en train d’arrêter les commissionnaires dans la vente des vaches dans cette région car ils vivent des spéculations les plus folles pour leurs propres intérêts. Cette activité devrait se poursuivre un peu partout dans le pays. D.N.

Burundi - Santé

Le président de la République décrète, les retraités grognent...

Bujumbura, le 2 février 2021 (Net Press). Il y a quelques jours, le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a décidé que les soins de santé des retraités soient désormais gratuits. Quelques jours plus tard, un décret présidentiel y relatif est sorti et une ordonnance ministérielle d’accompagnement de la mesure également.

Mais ce que les retraités constatent sur terrain est une triste réalité car seuls les hôpitaux Prince Régent Charles et Clinique Prince Louis Rwagasore observent cette mesure alors que le décret est national. Les autres hôpitaux de la capitale économique comme l’hôpital militaire de Kamenge, Kira Hospital et autres Bumerec, n’ont pas encore mise en application cette disposition.

Nous apprenons que les institutions de sécurité sociale, à savoir Inss et Onpr, ont déjà versé les contributions dues à savoir les 20% pour soins gratuits aux personnes du troisième âge, mais jusqu’à présent, elles ne voient rien venir. Ils demandent au gouvernement de rectifier le tir à temps. Signalons que les soins gratuits concernent toutes les pathologies. J.M.

Burundi - Agriculture

Une bonne gestion de la production en cour de récolte

Gitega, le 2 février 2021 (Net Press) . Tel est l’objet d’une conférence de presse animée ce lundi 1er février 2021 par le ministre de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage, en collaboration avec celle du commerce et de l’industrie, pour gérer la production agricole en cours de récolte, où ils ont fixé le prix de certains produits vivriers.

L’objectif du gouvernement est que chaque bouche ait à manger et chaque poche aura de l’argent, d’après Deo Guide Rurema, ministre ayant l’agriculture dans ses attributions, où il poursuit que la politique de l’Etat pour accroitre la production, le gouvernement a lancé une campagne de sensibilisation à la population, aux grand entrepreneurs, aux fonctionnaires pour investir dans l’agriculture.

Selon lui, cette campagne a apporté des fruits car il trouve que pour les cultures comme le maïs, le riz, les oignons,… la production a augmenté, d’où le surpris sera mis sur le marché.

Pour encourager et valoriser les efforts de l’agriculteur, le gouvernement vient de mettre en place un mécanisme de gestion de la production tout en garantissant à la population le marché d’écoulement à un prix convenable calculé sur base du coût de production et des efforts du producteur.

Il a donné un exemple du maïs qui est estimé à 550 Fbu mais que le prix de vente ne va pas en dessous de 680/Kg. Il a mis en garde les commerçants qui font des spéculations ou qui veulent passer outre les mesures gouvernementales en achetant par exemple la production à un prix inférieur à 680FBU/Kg ou en utilisant la mauvaise pratique dite « Umugwazo »ou alors achat d’un champ encore en labeur, qu’ils seront sévèrement puni. N.B.

Burundi - Tanzanie - Société

Kigoma : Pour avoir tué involontairement son beau-père , un citoyen Tanzanien parmi les interdit de prendre un verre de bière

Kigoma, le 2 février 2021 (Net Press). Il s’appelle Boniface Kachilla, ce natif de Kigoma en Tanzanie qui est accusé par la justice de son pays de tuer involontairement son beau-père. Il a été interdit par le tribunal de grande instance de Kigoma, dans un jugement rendu public ce vendredi dernier, 29 janvier, de ne pas prendre un verre de bière pendant douze mois. Le prévenu compte interjeter appel.

Selon des sources sur place, Boniface Kachilla, natif de la localité de Kayungwe, district de Kigoma, passait une soirée bien arrosée avec son beau–père, en la personne de Donatien Ndolele. Sur le chemin de retour, les deux hommes se sont rentrés dedans, le beau-père a succombé à ses blessures à l’hôpital de Kigoma.

Devant la barre, l’auteur du meurtre plaide non coupable de ce crime d’autant plus qu’il ne pouvait tuer son beau-père qu’il aimait beaucoup, d’où il a plaidé pour l’atténuation de la peine. Et dans un jugement rendu public par le président du tribunal de grande instance de Kigoma Athumani Matuma, Boniface Kachilla a été interdit de prendre de l’alcool pendant douze moins.

Pour lui, le procès est non équitable et sévère et compte interjeter appel jusqu’à la cour suprême de ce pays. Même sa fille, l’épouse de Boniface Kachilla, trouve que le procès est injuste car le tribunal n’a pas pu déterminer qui, de son père ou de son mari, est à l’origine du combat funeste. N.R.

Burundi - Environnement

Les fossoyeurs doivent respecter l’environnement et aplatir les terres tels qu’ils les ont trouvés

Bujumbura, le 2 février 2021 (Net Preess) . Ceci est dit par le gouverneur de la province Kirundo après avoir visité les lieux d’extraction minière. Le gouverneur demande de respecter l’environnement et de terrasser les lieux tels qu’on les a trouvés avant l’extraction.

Cette autorité l’a déclaré après avoir trouvé que les extracteurs des mines ont laissé des chaines de montagnes qui ont souillé le lac. Il demande également un dédommagement pour les gens qui sont sur les zones d’extraction. Il met en garde les gens qui font des commerces clandestins qu’une fois appréhendés, ils seront considérés comme des ennemis du pays. N.B.

Revue annuelle de la presse : Septembre 2020 (suite et fin)

Burundi - Sécurité

Le petit marché de Mukike dans Bujumbura prend feu !

Bujumbura, le 21 septembre 2020 (Net Press). Il était vers 5 heures du matin de ce lundi le 21 septembre, dans la zone Mayuyu, de la commune Mukike, en province de Bujumbura dit rural, à l’Ouest du pays, que le petit marché de Mukike réputé dans la vente de boisson locale, a pris feu.

Des sources sur place indiquent que les commerçants détenteurs de ces débits des boissons locales ont oublié d’éteindre le reste du feu car de telles boissons se fabriquent dans ces maisonnettes. L’on déplore plus de 25 kiosques partis en fumée et selon nos sources, aucun dégât humain n’a été enregistré. Quelques heures plus tard, le feu a été maîtrisé par les populations. Ch.N.

Burundi - Société

L’escroquerie se poursuit dans la capitale économique

Bujumbura, le 22 septembre 2020 (Net Press) . Le maire de la ville de Bujumbura, le commissaire de police Jimmy Hatungimana, a dû crier hier pour alerter les citadins de son ressort afin de ne pas subir de l’escroquerie. En effet, il a fait savoir qu’il y a une bande de gens qui vient de faire irruption et qui dit à qui veut l’entendre que la mairie de Bujumbura octroie actuellement du travail.

Ces hommes qui donnent l’impression d’être très gentils voudraient "épargner" les gens de la fatigue pour chercher cet emploi et demandent un peu d’argent qui correspond aux frais du dossier. Il y en a qui tombent dans le piège, d’où la mairie a été obligée d’informer qu’elle n’est pas en train de donner du travail en ce moment.

La mairie n’est pas la seule victime de cette escroquerie car même d’autres services comme Lumitel ont connu des mésaventures similaires. IL semble que cette pratique est généralisée dans la capitale économique Bujumbura. L’on apprend également des services proches des prisons que des détenus accusés de l’infraction d’escroquerie augmentent de façon exponentielle. D.N.

Burundi - Société

Le Burundi connaît une nouvelle forme de criminalité

Bujumbura, le 24 septembre 2020 (Net Press) . C’est un nouveau feuilleton de criminalité qui n’était pas très connu dans la culture burundaise. En effet, le chef de quartier Kinanira IV vient de saisir le tribunal de grande instance de Muha afin d’intervenir pour sauver la vie d’une certaine dame du nom de Consolate Hakizimana.

Cette femme était malade et elle a été admise dans l’un des hôpitaux de la mairie où elle a été mise sous perfusion. Après le premier sérum, deux pasteurs, Samuel et Honoré, l’ont fait sortir de l’hôpital pour l’évacuer chez Le Gentil dans la zone de Kamenge, à l’insu de ses proches. Plus tard, ces derniers ont appris qu’ils l’ont emmenée dans leur église située dans la zone de Musaga afin de prier pour elle.

La famille a demandé secours auprès d’un chef de poste qui a ouvert de force cette église, l’on a constaté qu’elle était tout simplement dans le coma. Il leur a intimé l’ordre de la remettre à l’hôpital, mais celui-ci, au regard de la gravité de sa maladie, a refusé de l’admettre. Même un autre hôpital géré par des Sœurs qui a appris qu’elle vient d’un autre hôpital a refusé d’accueillir cette femme souffrante.

Profitant de ce chaos, les deux pasteurs l’ont ramenée de nouveau à leur église dans l’espoir d’y mourir sans aucune assistance de siens. Selon cette correspondance, les deux hommes voulaient que cette femme meure pour qu’ils accèdent à sa maison sans aucune entrave. Le chef de quartier, qui a donné copie au procureur de la République dans Muha, au chef de poste et au membre de la famille, demande au parquet de poursuivre ce cas et de ramener la dame chez les médecins pour que sa vie soit sauvée. N.R.

Burundi - Justice

Condamné à 15 ans pour avoir grièvement blessé son épouse

Bururi, le 25 septembre 2020 (Net Press) . Il s’appelle Eric Nkurunziza, il était militaire de l’armée régulière et venait de passer près de 10 ans sans apparaître dans sa région natale qui est la commune de Rutovu, au Sud du pays. Dernièrement, il est rentré presqu’en clandestinité, s’est introduit chez lui et s’est caché sous le lit conjugal.

Alors que son épouse est entrée dans sa chambre à coucher, il l’a poignardée et a tenté de fuir, mais il a été arrêté par des voisins qui ont été alertés par les cris des enfants. Il a été emmené au cachot de la police de Rutovu où il a été entendu hier dans l’après-midi dans une séance de flagrance par l’auditorat militaire.

Au bout de quelques heures du procès, le militaire a été reconnu coupable de tentative d’assassinat de son épouse. Par conséquent, il a été condamné à 15 ans de prison ferme et à faire soigner son épouse jusqu’à ce qu’elle guérisse complètement, un jugement bien accueilli par les femmes, les voisins et toute la famille. Le militaire a cependant le droit d’interjeter appel. D.N.

Burundi - Santé

Le port du masque, est-il obligatoire dans les hôpitaux ?

Bujumbura, le 26 septembre 2020 (Net Press) . Des personnes qui rendent visite aux malades dans différents hôpitaux doivent porter des masques avant d’accéder à l’intérieur de l’hôpital, ce qui est une bonne chose à leurs yeux dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.

Ceux qui n’en ont pas doivent les acheter à l’entrée même de l’hôpital, ce qui constitue un premier couac entre les deux parties, car, estiment ceux rencontrés par la rédaction, il n’est pas toujours évident de disposer d’un billet de 2000 Fbu pour s’en procurer au regard du pouvoir d’achat des citadins aujourd’hui.

Mais les visiteurs se plaignent alors quand ils arrivent à l’intérieur du pays et ils constatent que même les médecins et les infirmiers ne les portent pas alors qu’ils sont en contact permanent avec les malades et les visiteurs. Ils interprètent ce geste comme un acte de commerce opéré par les hôpitaux sous prétexte de lutte contre cette pandémie. Ch.N.

Burundi-Santé

Le ministère de la santé confirme onze cas de Covid-19 testés positifs

Bujumbura, le 28 septembre 2020 (Net Press) . Sur son compte tweeter, le porte-parole du ministère de la santé publique et de la lutte contre le Sida, Dr. Jean Bosco Girukwishaka, a annoncé ce samedi dernier 11 nouveaux cas testés positifs Covid 19

Dr. Jean Bosco Girukwishaka dit que les neuf cas testés positifs Covid 19 qui ont été enregistrés sont tous des cas importés, deux parmi les 104 voyageurs de la compagnie Sn Brussels Airlines, un parmi les 30 voyageurs de la compagnie Ethiopian Airlines, cinq rapatriés burundais, dont deux en provenance de la Tanzanie et deux rentrés à partir de l’Ouganda. Les autres se sont rapatriés à partir de la France, de la Belgique, du Rwanda et de la Rdc. J.M.

Burundi - Sécurité

Un animal inconnu sème la peur-panique sur la colline Rusuguti

Ngozi, le 29 septembre 2020 (Net Press) . Un animal inconnu de la population sème la peur-panique sur la colline Rusuguti, commune et province de Ngozi, au Nord du pays. Il est signalé surtout pendant la nuit et nous apprenons qu’il a déjà dévoré deux porcs au grand dam des ressortissants de cette colline. Les habitants de cette contrée administrative se voient obligés de rentrer très tôt, dès la tombée de la nuit.

Selon des sources sur place, cet animal est assez géant avec une petite tête et aux couleurs grises. Il sillonne cette localité pendant la nuit depuis près de trois semaines, une information confirmée l’administration locale. Cette dernière a vite alerté l’autorité provinciale et la police de Ngozi de la présence de cet animal.

Elle déplore que la police, tout comme l’administration, n’ont pas encore réagi, ce qui pousse la population à traquer cette bête sauvage mais jusqu’à présent sans succès. Les populations de cette entité demandent donc à la police d’intervenir le plus rapidement possible afin de sauver la vie des ressortissants de cette colline.

Ces populations n’en reviennent pas car elles disent qu’elles étaient habituées à voir l’insécurité causée par des personnes humaines et aujourd’hui sont obligées de se cacher pour échapper à l’insécurité provoquée par cet animal. Les environnementalistes du coin n’ont pas encore fait de commentaires sur la nature de cet animal. N.R.

Burundi - Sécurité - Politique

Incarcéré pour avoir "gêné la garde rapprochée" du chef de l’Etat

Gitega, le 30 septembre 2020 (Net Press). Il s’appelle Raphaël Irakoze, il est membre influent des Imbonerakure de la capitale politique Gitega, en même temps responsable du service de la communication au cabinet du gouverneur de province er rédacteur en chef du site web, un canal de communication des autorités provinciales.

Il vient de passer trois jours en détention, de vendredi à dimanche 27 septembre dernier et a été relâché dans la matinée de ce lundi. Selon des informations recueillies sur place, dans l’après-midi de ce 25 septembre, il était au stade Ingoma de Gitega pour couvrir les cérémonies de clôture de la 14ème édition de la caravane du flambeau de la paix.

Les activités étaient rehaussées par le président de la République et l’attaché de presse, dans le souci de prendre de meilleures photos, s’est faufilé dans les colonnes de la garde présidentielle, ce qui lui a valu le courroux des forces de l’ordre. Son appareil photo a été saisi sur le champ.

Des gens qui ont assisté à la scène dénoncent une arrestation arbitraire car il faisait son travail et surtout, il est connu de tout le monde dans la capitale politique. Etant lui-même militant du parti au pouvoir, il voulait un travail de qualité de nature à satisfaire ses supérieurs hiérarchiques, un objectif somme toute noble même s’il ne l’a pas réalisé, ont conclu les commentateurs. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi