Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité23 février 2021
|Les habitants de la commune Makamba tirent une sonnette d’alarme !

Burundi - Sécurité Routière22 février 2021
|Une personne tuée dans un accident de roulage

Burundi - Administration20 février 2021
|Le ministre de l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire donne des éclaircissements sur le contenu de sa décision

Burundi - Sécurité 19 février 2021
|Un corps sans vie d’un homme non encore identifié repêché dans la rivière Maragarazi

Burundi – Sécurité 18 février 2021
|Deux morts foudroyés en province de Makamba

Burundi - Sécurité 17 février 2021
|Trois personnes mortes foudroyées en province de Mwaro

Burundi - Sécurité16 février 2021
|Trois enseignants échappent de justesse en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 15 février 2021
|Fouille-perquisition au quartier VII au Nord de la capitale économique

Burundi - Santé13 février 2021
|Bilan semestriel de l’hôpital militaire de Kamenge

Burundi - Sécurité Routière12 février 2021
|L’Otraco demande le transfert de propriété avant la recherche d’un carnet de contrôle technique biométrique

Burundi - Sécurité 11 février 2021
|L’ancien chef de quartier Kavumu tué dans la nuit de ce mercredi

Burundi - Sécurité10 février 2021
|Un homme trouve la mort dans la province de Bujumbura

Burundi - Sécurité 9 février 2021
|Quatre magasins ont pris feu en province de Rumonge

Burundi - Sécurité8 février 2021
|Une femme trouve la mort à Kiganda, ses deux fils incarcérés pour enquêtes

Burundi - Sécurité 6 février 2021
|Une livraison pour la bastonnade qui tourne vers l’irréparable !

Burundi - Politique5 février 2021
|Le Burundi commémore 30 ans de ratification de la charte de l’unité nationale

Burundi - Rwanda - Sécurité4 février 2021
|Les habitants de la commune de Mabayi dans la peur-panique

Burundi - Tanzanie - Sécurité 3 février 2021
|Une découverte d’un corps sans vie d’un refugié burundais au camp de Nyarugusu

Burundi - Sécurité 2 février 2021
|Dans le paquet des intouchables du parti Cndd-Fdd, deux interpellés en province de Cankuzo !

Burundi - Politique 1er février 2021
|Le nouveau secrétaire général du parti Cndd-Fdd accueilli en héros en province de Makamba

Burundi - Sécurité30 janvier 2021
|Le gouverneur de Bujumbura contre les adeptes des adventistes du 7è jour anarchistes

Burundi - Politique - Médias29 janvier 2021
|« Jamais sans les medias », dixit le président de la République

Burundi - Sécurité28 janvier 2021
|Un cadavre retrouvé tout près de la rivière Mutsindozi

Burundi - Sécurité27 janvier 2021
|Des voleurs "visitent" une ancienne élue du peuple vivant à Mutanga Sud

Burundi - Sécurité26 janvier 2021
|Il y a 3 jours, un sexagénaire prenait fuite vers une position militaire de Matongo

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une livraison pour la bastonnade qui tourne vers l’irréparable !

6 février 2021

Bubanza, le 6 février 2018 (Net Press) . Un jeune homme âgé de 15 ans, accusé par ses parents d’avoir violé sa nièce âgée de 3 ans, a été livré par ces derniers au responsable local de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, Thomas Ndereyimana. Le phénomène s’est passé en zone Musenyi, de la commune Mpanda, en province de Bubanza, à l’Ouest du pays, pour une bastonnade qui a tourné vers la mort de la victime.

Selon nos sources, les parents de la victime ont évité que l’enfant puisse être livré au cachot du commissariat communal de la police de Mpanda, de peur que le procès puisse mal virer. Sa famille biologique l’a alors confié au responsable local d’Imbonerakure qui l’a ligoté avant de le passer à tabac. Il a vite perdu connaissance.

Le responsable des jeunes du parti de l’Aigle, ayant constaté que le jeune est entre la vie et la mort, a pris fuite vers une destination inconnue, ce dernier agonissant. Il a été transporté à l’hôpital de Mpanda où il rendu son dernier soupir, dans le service des urgences. Ses parents ont été interpellés par les éléments de la police pour une enquête y relative. N.R.

Burundi - Sécurité - Administration

Environ 6.500 jeunes candidats soldats ont fait un concours d’entrer à l’armée national

Bujumbura, le 6 février 2021 (Net Press) . Ce samedi 6 février 2021, ces jeunes hommes et femmes sont attendus en nombre de 6572 candidats soldats, dont 471filles, dans toutes les provinces du pays qui vont passer un examen d’entrée à l’armée nationale comme soldat de première classe. Ceci a été révélé par le porte-parole de l’armée, le colonel Floribert Biyereke.

Il ajoute qu’en mairie de Bujumbura, ce concours est en train de se faire à l’institut supérieur des cadres militaires, Iscam, où le total des candidats qui devraient passer le concours est au nombre de 266 et les absents sont au nombre de 10.

Il a évoqué un défi qui s’est présenté dans beaucoup de salles de passation du concours où il s’est observé des cas de tricheries des personnes non enregistrées, sont au nombre de 4, qui se sont présentées pour travailler pour le compte des autres. Il ajoute que de tels cas ont été également remarqués dans les autres centres de passation de concours, compte tenu des rapports en sa possession concernant les autres provinces du pays.

Le colonel Biyereke demande aux jeunes d’abandonner ce genres de tricheries afin s’adonner à des activités dont ils sont capables pour promouvoir le développement du pays. Concernant ces personnes qui ont triché il dit qu’ils sont gardés et que leurs cas seront analysés après la passation du concours. N.B.

Burundi - Ue - Coopération

"Il n’est pas encore temps de normaliser les relations avec le Burundi", dixit des Eurodéputés

Bruxelles, le 6 février 2021 (Net Press) . Ce vendredi 5 février, 43 Eurodéputés ont adressé une correspondance officielle à Joseph Borell Fontelles, chef de la diplomatie européenne, l’informant qu’il n’est pas encore temps de normaliser les relations entre le Burundi et l’Union européenne.

Ils rappellent d’abord les conditions dans lesquelles ils ont décidé de suspendre l’aide directe au gouvernement. Ils indiquent que l’Union européenne a pris cette décision conformément à l’article 96 de l’accord de Cotonou au regard des violations par le gouvernement du Burundi en ce qui concerne ses obligations internationales et ses engagements en matière des droits de l’homme, des principes démocratiques, le respect de la loi et la bonne gouvernance.

Ces mesures avaient été prises, poursuit le document, dans un contexte de violation massive des droits de l’homme attribuée aux éléments de défense et de sécurité et des jeunes Imbonerakure du parti au pouvoir. Ils ont pris note du fait que l’Union européenne a initié une procédure de dialogue politique visant à lever les sanctions prises en 2016, en application de l’article 96 de l’accord de Cotonou, paragraphe 2, point a, qui précise que les mesures seront levées dès que les raisons qui les ont motivées disparaissent, ce qui n’est pas encore le cas, trouvent-ils.

Les 43 Eurodéputés estiment que le droit à la vie, des enlèvements ou disparitions forcées, les violences sexuelles basées sur le genre, la torture, des arrestations et détentions arbitraires contre les membres des partis politiques d’opposition sont toujours d’actualité et que le gouvernement ne fait pas d’effort pour y mettre fin. Ils dénoncent en outre un discours de haine contre les opposants et les minorités ethniques maintenu et encouragé par les autorités les plus influentes du pays.

Pour eux donc, le dialogue et la coopération entre l’Union et le Burundi est essentielle mais il n’es pas envisageable tant qu’il n’y a pas de preuves que le gouvernement souhaite améliorer la situation des droits de l’homme dans le pays. Ils appellent le gouvernement burundais à arrêter les restrictions injustement imposées aux journalistes et aux défenseurs des droits de l’homme, en particulier ceux qui sont accusés de participation au coup d’Etat manqué du 13 mai 2015.

Ils citent leurs noms avant d’ajouter que d’autres défenseurs des droits de l’homme et journalistes ont été arrêtés dans le cadre de la répression de la société civile et des journalistes, comme c’est le cas pour Germain Rukuki et Nestor Nibitanga pour qui les Eurodéputés demandent une libération immédiate et sans condition et leur sécurité garantie pour qu’ils puissent exercer leurs travaux de protection de droits de la personne sans peur de représailles.

Ils demandent la réouverture des associations des droits humains suspendus et des radios comme la Rpa, la radio Bonesha et la radio et télévision Renaissance, sans oublier l’union burundaise des journalistes. Ils recommandent enfin que le gouvernement désarme les jeunes Imbonerakure qui intimident les populations locales.

Cette lettre est rédigée au lendemain du dialogue politique entre l’Union européenne et le Burundi le 2 février dernier et coïncide avec des condamnations à perpétuité de 34 personnes accusées d’implication dans la tentative de putsch du 13 mai 2015.

La réaction de Gitega ne s’est pas fait attendre

Le conseiller principal chargé de la communication à la présidence de la République, Willy Nyamtwe, sur son compte tweeter, a réagi face à la déclaration des députés Européens. Pour lui, les Eurodéputés sont loin de la réalité. Certains ont signé sans savoir que ceux qu’ils qualifient de “journaliste” ou de “défenseur des droits de l’homme” ne sont que des putschistes en cavales, recherchés pour crimes commis en 2015.

A travers son commentaire, Willy Nyamitwe semble accuser les députés européens de rouler pour le compte de ceux sont poursuivis par la justice burundaise, soupçonnés d’avoir trempé dans le coup d’Etat manqué du 13/05/2015. J.M./N.R.

Burundi - Commerce

Les produits vivriers sont revus à la hausse à Karusi

Karusi, le 6 février 2021 (Net Press). Certains habitats du chef-lieu de la province, au Centre-est du pays et d’autres du chef-lieu de la commune Buhiga se lamentent de la montée des prix des produits vivriers qui ont été revus à la hausse suites aux gens appelés "abacakizi" en langue nationale (des intermédiaires, Ndlr) qui achètent ces produits pour les revendre à un prix exorbitant au marché.

L’administrateur de la commune Buhiga dit qu’il est au courant de cette situation et demande à ces gens, tout comme les commissionnaires, d’abandonner ces pratiques afin de permettre aux producteurs de vendre eux-mêmes leurs produits au marché pour éviter de telles spéculations. C’était au moment par endroits, les producteurs étaient pratiquement interdits de vendre leurs propres produits au marché, au profit de cette catégorie de gens. N.B.

Burundi - Ua - Politique

L’Union africaine ouvre le 34ème sommet des chefs d’Etats

Addis Abeba, le 6 février 2021 (Net Press) . Ce samedi 6 février s’ouvre, à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, le 34ème sommet des chefs d’État de l’Union africaine (UA). Au cours de ce rendez-vous, qui se déroulera pour l’essentiel en visioconférence, le Congolais Félix Tshisekedi prendra le relais du Sud-Africain Cyril Ramaphosa à la présidence tournante de l’organisation et Moussa FakiMahamat devrait être reconduit à la tête de la Commission de l’UA.

Si le Tchadien est l’unique candidat à sa propre succession, cette élection n’est pas pour autant dénuée d’enjeux : il s’agira de la première depuis que le processus de réformes confié au Rwandais Paul Kagame et porté par Moussa FakiMahamat a été lancé. « Nous sommes à la fin d’un processus qui a commencé en juin 2016 », commente Pierre Moukoko Mbonjo, ex-ministre camerounais des Relations extérieures, qui pilote la cellule de mise en œuvre de la réforme institutionnelle de l’UA. Ces changements sont censés rendre l’organisation plus efficace mais aussi la recentrer sur ses missions prioritaires.

Parité et fiches de poste

S’il est réélu, Moussa FakiMahamat devra nécessairement être secondé par une vice-présidente – c’est désormais la règle. À l’inverse, si une femme devait reprendre les rênes de cette instance, son vice-président serait un homme. Que Moussa Faki Mahamat soit le seul candidat induit que le mandat du Ghanéen Kwesi Quartey à la vice-présidence ne sera pas reconduit. Kigali, qui vise le poste, a présenté la candidature de l’économiste Monique Nsanzabaganwa, gouverneure adjointe de la Banque nationale du Rwanda. La même règle s’appliquera désormais pour l’élection des commissaires : une parité parfaite devra être respectée, dans le respect des équilibres régionaux. N.R.

Revue annuelle de la presse : Octobre 2020 (suite et fin)

Burundi - Justice

Les journalistes du journal Iwacu commémorent leur 1er anniversaire en prison

Bubanza, le 21 octobre 2020 (Net Press). Dans 24 heures, les journalistes du groupe de presse Iwacu, Agnès Ndirubusa, Christine Kamikazi, Térence Mpozenzi et Egide Harerimana, vont célébrer leur premier anniversaire d’emprisonnement dans la maison de détention de Bubanza, à l’Ouest du pays.

Tout a été dit sur ces journalistes, la plupart des analystes estiment qu’ils ont été emprisonnés pour avoir fait leur métier et que donc leur place est dans la rédaction et non dans la geôle. Pour les autres, ils ont déjà purgé le quart de peine et qu’ils devraient bénéficier d’une liberté provisoire. Et au cas où ils seraient maintenus en prison pour défaut de paiement d’amende, la justice burundaise devrait le dire pour qu’il y ait réaction de leurs familles biologique et professionnelle. N.B

Burundi - Justice

Condamnation pour assassinat de Melchior Ndadaye, condamnation également pour assassinat d’Adolphe Nshimirimana

Gitega, le 22 octobre 2020 (Net Press). Au moment où tout le monde parlait de la condamnation des anciens dignitaires de ce pays, en date du 19 octobre, pour l’assassinat de l’ancien président Melchior Ndadaye, l’on savait moins qu’à cette date, le tribunal de Ntahangwa venait lui aussi de condamner cinq militaires et deux policiers à perpétuité pour assassinat du général Adolphe Nshimirimana, le 2 août 2015 à Bujumbura.

Ces hommes avaient été arrêtés peu de temps après l’assassinat de l’ancien patron des renseignements burundais et en date du 22 mai dernier, le ministère public leur avait reproché la planification et l’exécution de l’assassinat d’Adolphe Nshimirimana, des accusations qu’ils ont toujours rejetées.

Rappelons qu’au départ, trois policiers avaient été arrêtés dans cette affaire. Mais, Rénovat Nimubona, avait été tué dans la ville de Gitega hors de la prison. Son cadavre avait été trouvé le 14 décembre 2016, tout près du quartier de Shatanya. Il aurait été tué par balles par un policier qui le gardait, une explication qui avait laissé bon nombre de gens sur leur soif.

L’on saura que les anciens dignitaires condamnés dans l’affaire d’assassinat de l’ancien président Melchior Ndadaye, ont rejeté ces condamnations dans un procès qu’ils ont qualifié de politique. Signalons que la plupart des personnes condamnées vivent à l’étranger, à part quelques personnes qui sont incarcérées à Gitega, capitale politique.

Un analyste contacté par la rédaction a indiqué que pour le moment, il lui est difficile de s’exprimer sur ce jugement car il n’a pas encore vu les motivations du jugement. Cependant, il pense qu’il y a du non dit. Pour lui, le grand amour entre Pierre Buyoya et le Cndd-Fdd est à l’agonie, raison pour laquelle le régime viserait maintenant ceux que l’on appelle "buyoyistes".

Mais il se pose la question de savoir ce que Buyoya a pu faire pour déplaire un régime qu’il a installé lui-même en violation de tous les prescrits de la logique élémentaire. Notre interlocuteur soupçonne que le Cndd-Fdd serait mécontent de la tournure des événements puisque les "buyoyistes" proclameraient maintenant qu’il y a prescription sur l’assassinat de Ndadaye alors que les acteurs du génocide ne le sont pas.

Par ailleurs, a-t-il conclu, ce qui a été observé est que Buyoya a pris position contre le dernier mandat de l’ancien président, feu Pierre Nkurunziza. Il se demande si ceci n’expliquerait pas cela. J.M.

Burundi - Sécurité

Découverte de deux roquettes dans le Nord-ouest du pays

Cibitoke, le 23 octobre 2020 (Net Press). Selon des informations concordantes en provenance de la province de Cibitoke, au Nord-ouest du pays, plus précisément dans la commune de Mugina, deux roquettes ont été trouvées dans un champ que cultivait son propriétaire, un prénommé Jean-Baptiste, en date du 21 octobre dernier.

Ne sachant pas exactement ce que c’était, il a vite contacté le chef de sa colline pour lui en faire part et ce dernier à son tour l’en a informé la police qui est venue récupérer les deux armes. Ces dernières avaient été abîmées, selon des sources proches de la police, mais l’administration a invité les habitants de la place à emboîter le pas à ce cultivateur.

Dans la province de Muyinga, au Nord-est du pays, les autorités provinciales craignent une recrudescence d’insécurité liée aux croyances dans la sorcellerie. Ainsi, le gouverneur de cette province demande aux populations de la localité de Mwakiro, commune et province de Muyinga, de ne pas accorder trop d’importance à des croyances obscurantistes qui peuvent entraîner de comportements répréhensibles suite aux soupçons. Ch.N.

Burundi - Politique

Vers la destruction du Fnl de Jacques Bigirimana ?

Bujumbura, le 24 octobre 2020 (Net Press) . Selon des informations qui sont parvenues à la rédaction, il y aurait des chicaneries dans la formation politique Fnl dirigée par Jacques Bigirimana. Selon toujours nos sources, ce dernier ne collabore plus avec les membres de ce parti et il est devenu en même temps président, porte-parole, trésorier du parti, bref, il s’occupe de tout, un comportement jugé inacceptable par les cadres de sa formation politique.

Des membres des comités à l’intérieur du pays, 9 sur 18 provinces que compte le Burundi, lui auraient demandé par écrit la tenue d’un congrès extraordinaire dont l’objectif serait de changer les dirigeants du parti dont le mandat a déjà expiré. Il semble que le président de ce parti, Jacques Bigirimana, ne veut pas en entendre parler. Selon des militants de ce parti, il tient à garder la présidence du parti proche du parti de l’Aigle et ce, coûte que coûte.

Il y a même des démêlés qu’il aurait en rapport avec ses fonctions liés au fait qu’il ne serait pas en bons termes avec un audit de la boîte qu’il dirige. La rédaction a cherché à entrer en contact avec le concerné mais en vain. Cependant, l’on continuera à le chercher pour qu’il donne des détails sur ce que l’on dit sur lui. Ch.N.

Burundi - Russie - Sécurité

Un étudiant burundais tué en Russie !

Moscou, le 26 octobre 2020 (Net Press) . Il s’appelle Jolivet Mukoroka, cet étudiant burundais qui a été tué en Russie dans des circonstances obscures, selon l’ambassadeur du Burundi, au pays de Vladmir Poutine, sur son tweeter.

Cette représentation diplomatique dit qu’elle a appris avec douleur et consternation la mort de cet étudiant dans les circonstances qui restent à élucider et présentent ses condoléances à la famille éprouvée et à la communauté burundaise de Russie.

De son côté, sa famille biologique qui a préféré requérir l’anonymat dit que la victime a été portée disparue jeudi le 22 octobre 2020 et son corps sans vie a été retrouvé ce samedi 24 octobre et dit que les circonstances de sa mort reste obscures. N.R.

Burundi - Santé

Mise en place d’une nouvelle ordonnance ministérielle sur les frais de dépistage du covid-19

Bujumbura, le 27 octobre 2020 (Net Press) . C’est hier qu’une ordonnance ministérielle conjointe a été signée par trois ministres, celui de la santé publique et de lutte contre le sida, le ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et du développement communautaire ainsi que le ministre ayant les finances dans ses attributions.

La présente ordonnance ministérielle comporte 8 articles qui précisent les modalités et les frais de dépistage du covid-19 pour les étrangers et pour les nationaux, pour ceux qui rentrent ou alors ceux qui veulent voyager. Elle vient de modifier l’ordonnance qui avait été mise en vigueur au mois de septembre de cette même année. N.R.

Burundi - Sécurité

L’office burundais des recettes met la main sur un vaste réseau de trafiquants !

Bujumbura, le 28 octobre 2020 (Net Press) . L’office burundaise des recettes (Obr) a appréhendé ce mardi 27 octobre un vaste réseau de trafiquants qui se font rembourser des sommes colossales de la Tva (Taxe valeur ajoutée), sous le nom des entreprises fictives, a-ton appris des sources proches de l’Obr.

Selon le porte-parole de l’office burundaise des recettes (Obr), ces fraudeurs sont depuis lors interrogés par les structures habilitées, qui font remarquer par ailleurs que ce genre de fraudes font perdre énormément au trésor public.

Nous apprenons que ces fraudeurs devraient être entendus dans la matinée de ce mercredi 28 octobre, au parquet général de la République. Les professionnels des médias qui voulaient couvrir cette séance ont appris à la dernière minute par ce communicateur interposé, que les partenaires du grenier du pays dans le dossier en rapport avec la grande fraude à la Tva n’ont pas encore réuni tous les éléments d’enquête pour se permettre de s’exprimer à la presse. Une conférence de presse a été fixée à une date ultérieure qui n’a pas été précisée. N.R.

Burundi - Justice

Deux anciens directeurs et deux comptables de l’Abp en prison de Mpimba

Bujumbura, le 29 octobre 2020 (Net Press) . Pascaline Biduda, Jean Paul Ciza, anciens directeurs de l’agence burundaise de presse, Abp, ainsi que deux comptables, Liboire Samandari et Désirée Ntaconayigize, ont passé leur première nuit à la prison centrale de Mpimba, pour des raisons de détournements de fonds.

Dans l’une de ses dépêches de ce 12 octobre, la rédaction avait mentionné l’arrestation et l’incarcération de deux comptables dans les cachots du service national des renseignements depuis le 9 octobre dernier où ils étaient entendus sur un détournement de 20 millions de nos francs par mois prévus pour les salaires du personnel et ce, depuis 2013.

Ce montant détourné avoisine aujourd’hui 1,5 milliards de francs burundais. Il semble que l’inspection générale de l’Etat est sur place à l’Abp pour son contrôle depuis juillet dernier et qu’elle serait scandalisée par un tel détournement sur une si longue période. Les journalistes de l’Abp, qui sont les plus concernés, attendent avec impatience le rapport de l’inspection.

Des experts disent que ce dossier pourrait toucher beaucoup de gens car il s’agit de toute une chaine de personnes qui sont impliquées et qui avaient intérêt à ce que ce détournement ait lieu. Ils pensent que l’inspection générale de l’Etat a du pain sur la planche, surtout que le contrôle pourrait s’étendre sur d’autres secteurs de la vie nationale. C’est du moins ce qui commence à se chuchoter dans les milieux des fonctionnaires de l’Etat. J.M.

Burundi - Justice

Le maintien de la détention préventive de Fabien Banciryanino confirmé

Bujumbura, le 30 octobre 2020 (Net Press) . La cour d’appel de Ntahangwa, au Nord de la capitale économique du pays, a maintenu hier la détention préventive de Fabien Banciryanino, cet ancien député élu dans la circonscription de Bubanza et dont la perte de la liberté date du 2 octobre dernier.

Son arrestation avait été diversement interprétée dans l’opinion car le gros des gens qui ne sont pas membres du Cndd-Fdd trouvent qu’il a été arrêté pour des propos qu’il a tenus lorsqu’il était encore député. Ces derniers estiment qu’il avait tenu un discours qui n’a pas plu aux dirigeants politiques d’alors. Ch.N.

Burundi - Justice

Vers la révision ou l’annulation de certains dossiers judiciaires

Bujumbura, le 31 octobre 2020 (Net Press) . Des sources dignes de foi rapportent qu’une commission de 95 juges et magistrats ont été redéployés dans toutes les provinces du pays à cet effet et qu’ils ont déjà commencé le travail ce mercredi 28 octobre dernier. Ladite commission a une durée de trois jours pour vider 3400 dossiers et donner un rapport. Cela est annoncé dans un communiqué du ministère de la justice lancé le 24 octobre dernier.

Signalons que les provinces qui ont le plus de dossiers sont entre autres celle de Bururi (Sud) qui vient en première position avec 444 dossiers, suivi de près par Bujumbura dit rural (ouest) qui accumule à elle seule 423 dossiers. Notons enfin que parmi les dossiers à analyser, il y en a ceux qui viennent de passer des mois, voire des années, sans être traités. N.B.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi