Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 30 mars 2021
|Une tentative de vol viré vers le calvaire !

Burundi - Sécurité29 mars 2021
|Découverte d’un corps sans vie en décomposition au Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité27 mars 2021
|Une partie du marché de Ngozi part en fumée

Burundi - Justice26 mars 2021
|Un malade mental toujours détenu dans la capitale politique

Burundi - Sécurité25 mars 2021
|Un homme se fait arrêter pour avoir tué sa femme

Burundi - Rdc - Sécurité 24 mars 2021
|Six présumés voleurs burundais à main armée interpellés en Rdc

Burundi - Sécurité Routière23 mars 2021
|Un convoyeur descend brutalement une personne de son camion

Burundi - Sécurité 22 mars 2021
|Une jeune fille tuée après avoir été violée en province de Makamba

Burundi - Sécurité20 mars 2021
|Un hippopotame tue un élève dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité19 mars 2021
|Disparition mystérieuse d’un couple dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité18 mars 2021
|Un chien enragé sème la terreur dans la province de Kirundo

Burundi - Justice17 mars 2021
|Une lourde condamnation du féticheur de Kirundo

Burundi - Administration - Sécurité16 mars 2021
|Quand l’action de la police est stoppée à l’entrée de la Regideso

Burundi - Sécurité15 mars 2021
|La population se rend justice dans la province de Cibitoke

Burundi - Justice13 mars 2021
|Le ministère de la justice au chevet des femmes détenues à la prison de Mpimba

Burundi - Sécurité 12 mars 2021
|Une femme retrouvée morte en zone Musaga

Burundi - Sécurité 11 mars 2021
| Quand le trafic humain inquiète, selon une opinion !

Burundi - Sécurité10 mars 2021
|Gitega : une femme tuée en commune de Giheta

Burundi - Sécurité9 mars 2021
|Un corps sans vie emballé dans un sac découvert au sud de Bujumbura

Burundi - Sécurité8 mars 2021
|Trois morts dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité6 mars 2021
|L’administrateur de Vugizo échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité 5 mars 2021
|Muyinga : une personne tuée en commune Giteranyi

Burundi - Sécurité 4 mars 2021
|Un jeune garçon tué dans l’explosion d’une grenade en province de Kayanza

Burundi - Sécurité3 mars 2021
|La province de Kirundo explose des grenades

Burundi - Droits de l’Homme2 mars 2021
|"L’Etat doit punir tout ce qui viole le droit des prisonniers, y compris le droit de se faire soigner", dixit Acat-Burundi

Archives

 

 

 



Burundi - Administration

Le ministre de l’intérieur, de la sécurité et du développement communautaire donne des éclaircissements sur le contenu de sa décision

20 février 2021

Bujumbura, le 20 février 2021 (Net Press). Le ministre de l’intérieur, de la sécurité publique et de développement communautaire, Gervais Ndirakobuca, a rectifié hier son message relatif à la destruction des boutiques et des kiosques, s’étant rendu compte que le premier message a été mal interprété.

Pour lui, sont ciblées les boutiques qui ont été construites tout près des marchés mis en place par le gouvernement. Il y a des gens qui ont profité de la proximité des marchés pour transformer leurs maisons en boutiques, devenant ainsi commerciales alors qu’au départ, elles servaient de résidences.

Ce sont ces boutiques qui sont visées car elles constituent une concurrence déloyale de l’Etat. Il invite les propriétaires de ces maisons à demander des places dans ces marchés pour qu’ils paient des impôts et taxes comme tout le monde. D.N.

Burundi - Santé

Une mise en quarantaine qui tourne vers l’irréparable

Makamba, le 20 février 2021 (Net Press) . Un certain Révocat Manirambona est mort dans la nuit de ce mercredi 17 février à un hôtel de la commune de Kibago, en province de Makamba, au Sud du Burundi. Il était isolé dans le cadre de lutte contre la propagation du Covid-19.

Des sources administratives de Kibago disent que la victime, Révocat Manirambona, était originaire de la commune de Gitaramuka, en province de Karusi, au Centre-est du pays. Il avait été intercepté en provenance de la Tanzanie. Alors qu’il était confiné comme les autres dans le cadre de lutte contre le Coronavirus, il est mort après avoir été évacué à un centre de santé local le même jour.

Des sources concordantes affirment que la victime revenait de la Tanzanie dans le cadre du travail. Plusieurs Burundais sont arrêtés et confinés dans différents endroits, dont les hôtels dans les communes de Kibago, de Kayogoro et de Mabanda. Toutefois, les concernés dénoncent un traitement inhumain et dégradant dont ils sont victimes.

Des sources concordantes affirment que même si les frontières terrestre et maritime sont fermées au Burundi depuis le 11 janvier, plusieurs Burundais continuent à se rendre en Tanzanie à la recherche du travail, surtout des cultivateurs qui y vont pour des travaux champêtres saisonniers.

Les habitants des zones frontalières avec la Tanzanie sont pourtant autorisés à traverser la frontière tout en observant les mesures barrières de lutte contre la propagation du Covid-19, la plupart possédant des champs de l’autre côté de la frontière.

Les circonstances de sa mort restent confuses d’autant plus que ni les autorités sanitaires, ni administratives, personne ne s’est pas prononcé pour préciser que la victime a succombé à la pandémie ou alors aux mauvaises conditions dans lesquelles il était dans son isolement. N.R.

Burundi - Economie

L’OBR a organisé une réunion en l’endroit des orpailleurs

Bujumbura, le 20 février 2021 (Net Press) . L’on constate que l’Obr ne néglige rien car d’après Stany Ngendakumana, son porte-parole, l’office doit mettre à jour le secteur minier qui devrait payer une somme d’à peu près 5 millions de dollars alors qu’il ne verse même pas la moitié de cette somme. Il estime que le gros des revenus de l’Obr devrait provenir du secteur minier.

Les différents représentants des orpailleurs ont indiqué qu’ils ne savaient pas qu’ils devraient payer d’impôts à l’Obr, qu’ils pensaient plutôt qu’ils devraient payer les taxes au service chargé d’extraire les minerais.

Cette activité a débuté mardi est a été clôturée ce vendredi 19 février 2021 et parmi les invités, figuraient les administratifs qui sont chargés de sensibiliser toutes les personnes œuvrant dans le secteur pour les inciter à payer les recettes fiscales. Les administratifs ont souhaité que la loi y relative soit mise à la disposition de tout ceux qui travaillent dans le secteur minier. N.B.

Burundi - Unicef - Enfance

La patronne de l’Unicef s’exprime sur les conditions à saisir en faveur de l’enfant

Genève, le 20 février 2021 (Net Press) . A travers un document de 18 pages, la directrice générale de l’Unicef, un organisme des Nations unies spécialisé dans des questions des enfants, Henrietta Fore, à travers une lettre annuelle 2021, produit une lettre ouverte qui explique ce qui lui pousse à croire que l’on peut réinventer un monde meilleur pour chaque enfant après le Covid-19.

Elle donne 5 bonnes raisons, à avoir que l’Unicef doit instaurer un climat de confiance pour garantir une vaccination efficace. Il doit combler la fracture numérique pour favoriser l’accès de tous à une éducation de qualité. En troisième lieu, la Covid a attiré l’attention sur la santé mentale des jeunes dans le monde.

La directrice générale de l’Unicef est convaincue que la covid-19 ne fait pas de discrimination, contrairement à nos sociétés. Elle trouve enfin que le changement climatique est l’autre crise planétaire que l’on peut mettre entre parenthèses.

Burundi - Sport

Le bien-être de la population est un acte clé aux projets de développement

Bujumbura, le 20 février 2021 (Net Press) . Ceci est dit par l’ambassadeur de France au Burundi lors de l’inauguration d’un terrain de tennis à l’Entente Sportive ce vendredi 19 février 2021. L’ambassadeur Michel Gruenberg dit que le sport constitue un champ de coopération très fertile, il dit que c’est pour cela qu’en 2019 la France a engagé un milliard de nos francs dans un projet jeunes, sport, inclusion et cohésion sociale.

A la fin de ce projet des fruits remarquables ont été enregistrés dans la cohésion sociale, surtout pour la couche sociale qui est défavorisée, y compris les handicapés. Il a félicité tous ceux qui ont contribué pour la réussite du projet. Il a procédé en fin à la remise des matériels aux différents représentants des fédérations qui ont une valeur de 24 millions de nos francs.

Le représentant de la fédération de tennis, Libérat Hicintuka, a remercié l’ambassade de la France au Burundi du soutien que son pays n’a cessé de témoigner dans le jeu de tennis qui est entre autres la réhabilitation des cours de Bujumbura, de Gitega et de Muyinga qui sont actuellement en bon état.

Il a dit que l’objectif de la fédération est d’obtenir deux terrains en dur et deux terrains en terre battu pour la formation des jeunes. Un autre objectif est de rassembler tous les jeunes dans tous les quartiers, même ceux de l’intérieur du pays, sans oublier l’égalité genre. N.B.

Burundi - Nécrologie

Départ pour l’éternité de l’ancienne ministre de la Justice et garde des sceaux

Nairobi, le 20 février 2021 (Net Press) . L’ancienne ministre de la justice et garde des sceaux sous la législature d’ancien président, feu Pierre Nkurunziza, Clotilde Niragira, s’est éteinte dans la nuit de vendredi à samedi 20 février à Nairobi dans la capitale kenyane.

Clotilde Niragira, cette native de la commune Bugenyuzi, en province de Karusi, au Centre-est du pays, a été successivement ministre de la justice, garde des Sceaux, 2005-2007 : ministre du Travail et de la Sécurité sociale, 2007-2009, cheffe de cabinet adjoint du président 2009-2011, ministre de la Solidarité nationale, des Droits de l’homme et du Genre 2011-2015, secrétaire générale de la commission vérité et réconciliation (Cvr) ,elle trouve la mort alors qu’elle était membre du conseil national de la magistrature.

Elle venait d’être notaire et allait partir pour l’Ouganda pour représenter la Cirgl ou alors la conférence internationale sur la région des grands lacs.
.
Afin de mettre en place une réconciliation nationale entre les Tutsis et les Hutu et en respect avec les accords d’Arusha en 2000, le 10 janvier 2006, Clotilde Niragira a décidé la libération de 673 premiers « prisonniers politiques ». La libération au Burundi de « prisonniers politiques », essentiellement des Hutus accusés de massacres de Tutsis lors de la guerre civile qui a débuté en 1993 avec l’assassinat du président hutu Melchior Ndadaye, premier président élu démocratiquement, avait suscité une vive polémique.N.R.

Burundi - Nécrologie

Départ pour l’Eternité d’un homme intègre

Bujumbura, le 20 février 2021 (Net Press) . C’était un homme intègre, c’était un homme très courageux, c’était un homme très sage, c’était un homme très attachant, c’était un excellent fidèle dans la religion catholique, c’était un homme infatigable, il était... il était..., tout le monde cherchait à le qualifier, sans trouver apparemment des mots justes pour l’exprimer.

Il, c’est un homme, un père de famille, un grand-père, un arrière grand-père, un ami, une parenté, un voisin du nom de Mathias Mwoho, ce natif de Rutana, au Sud-est du pays, qui vient de regagner la maison du Père ce 15 février 2021, à l’âge respectable de 81 ans. Il avait vu le jour le 1er janvier 1940.

Il a fréquenté les études primaires puis secondaires à l’école technique secondaires Kamenge où il a obtenu son diplôme. Il fut directement engagé dans l’INEAC, institut national pour l’étude agronomique, créé en 1933 pour mener des études, spécialement sur le café, dans les pays à climat tropical, Congo belge, le Rwanda et l’Urundi. L’INEAC a existé entre 1933 et 1962.

Après l’indépendance de notre pays, l’INEAC est devenu ISABU où Mathias Mwoho a poursuivi son service. Il s’occupait de la maintenance du charroi, du suivi de l’eau et d’électricité dans toutes les stations de l’ISABU dans le pays. Pour son dévouement au service, il obtint un stage en France auprès de l’Usine Renault avant de devenir chef de ce service à son retour au pays.

C’était un homme qui était à l’aise avec tout le monde si bien que chaque débutant à l’ISABU, cherchait Mathias Mwoho pour des facilités dans le service. Il aura d’ailleurs un certificat d’attachement pour services loyaux rendus à l’ISABU. Même après son départ pour la retraite, il est resté un élément à la disposition de toute personne qui voulait son conseil.

Aujourd’hui, c’était donc le jour de sa mise en terre au cimetière de Mpanda. Les cérémonies ont commencé par une messe, qui a commencé avec trois minutes de retard, à 9h03’ du matin et concélébrée par 8 prêtres. Dans l’église, il y avait deux cadavres, l’un de Mathias Mwoho et celui d’Isidore Gahungu. Les deux hommes, presque de même âge, - le deuxième est né en 1937 -, se connaissaient très bien pour avoir évolué tous à l’ISABU.

Comme par hasard, les deux hommes ont passé de vie à trépas au même mois de février et la messe en leur mémoire a eu lieu dans une même église de la paroisse Regina Pacis de Kinindo. Isidore Gahungu a été inhumé chez lui sur la colline Gatare, commune Kayokwe, dans la province de Mwaro, au Centre du pays.

Selon tous les témoignages, Mathias Mwoho était un homme hors du commun, selon celui qui l’a connu au travail. Pour celui qui l’a connu à l’église, il a tout fait pour qu’il y ait une paroisse dans la zone de Kinindo, dont il a été d’ailleurs le premier président du conseil paroissial. Quant au représentant des retraités de Kinindo, il a fait la même lecture que les deux autres qui lui avaient précédé dans les discours de circonstance.

Cher Mathias, tu t’en vas sans laisser de sales casseroles derrière toi comme on dit dans la langue de Molière. La mort ta emporté ? Nous la défions car tu resteras gravé dans nos mémoires. Tu es aujourd’hui assis à la droite du Père, où tu es passé du statut de citoyen du monde à celui de citoyen du ciel. Ton épouse, tes enfants, des petits-enfants et ton arrière petit enfant te reverront certainement un jour dans un une période que nous les humains de ce bas monde voudrions qu’elle soit la plus lointaine possible. Que la terre te soit légère. J.M.

Burundi -France –Justice

Un ancien haut dignitaire burundais jugé par la France pour « traite d’être humain »

Paris, le 20 février 2021 (Net Press) . La cour d’appel de Versailles juge, à partir de ce mercredi, 17 février, un couple burundais, Candice et Gabriel Mpozagara, pour “traite d’être humain”. En première instance, en 2019, les accusés avaient été condamnés à deux ans de prison avec sursis et à 70 .000 euros de dommages et intérêts à leur victime, Méthode Sindayigaya, pour “soumission à un travail forcé” et “conditions de travail et d’hébergement contraires à la dignité” par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine).

Exploité 19h par jour

Le couple de septuagénaires n’est pas n’importe qui. Gabriel Mpozagara a été Procureur général de la République sous la dictature de Michel Micombero – requérant notamment des peines de mort devant le Conseil de guerre, lors d’un procès pour “complot” en 1969 –, ainsi que son ministre de la Justice, puis ministre de l’Économie. Il a également été diplomate à l’Unesco et, selon le média burundais Ijambo (18 septembre 2007), il a été conseiller du président Pierre Nkurunziza, décédé l’an dernier. Candice Mpozagara, son épouse, se dit princesse et petite-fille du dernier roi du Burundi.

Le comportement des Mpozagara est pourtant tout sauf princier. En 2008, ils emmènent du Burundi à Paris, où ils vivent, un jeune homme de 29 ans, Méthode Sindayigaya  ; il est convenu entre eux qu’il s’occupera durant trois mois de leur fils handicapé.

Mais, privé de papiers, Méthode Sindayigaya restera dix ans à leur service, chargé de s’occuper du fils handicapé du couple mais aussi de la cuisine, du ménage, de la lessive et du jardinage, travaillant 19h par jour, sept jours par semaine, sans être payé. En dix ans, il a reçu quelque 5000 euros.

Cet esclave des temps modernes est logé à la cave, à côté de la chaudière, doit se laver dans un seau et est peu nourri. C’est un ouvrier passé chez les Mpozagara qui alertera la police française. Celle-ci débarque le 12 juillet 2018 chez le couple de notables burundais, délivre Méthode – “j’ai ressenti une explosion de joie”, décrira-t-il plus tard – et arrête ses esclavagistes.

Des antécédents avec deux nièces

Ceux-ci sont condamnés à deux ans avec sursis. Ils n’en sont pourtant pas à leur coup d’essai.
Selon le journal Ijambo, en effet, les Mpozagara avaient déjà été condamnés le 17 septembre 2007 par la justice française, à 12 et 15 mois avec sursis, pour un autre cas d’exploitation d’êtres humains “dans des conditions proches de l’esclavage”.

Il s’agissait cette fois-là de deux nièces de Candice Mpozagara, Chantal et Yvette. Leurs parents ayant été tués lors des massacres politico-ethniques de 1993, elles avaient été recueillies en 1994, à 13 et 9 ans, par le couple Mpozagara, alors que le mari était haut fonctionnaire à l’Unesco, à Paris.

Installés à Ville-d’Avray avec leurs six enfants – dont leur fils handicapé – les Mpozagara faisaient travailler l’aînée des nièces au service de la famille sept jours sur sept. La cadette était scolarisée mais pas nourrie le midi (elle aurait perdu “plus de 10 kg”, selon Ijambo). Les deux fillettes étaient logées elles aussi à la cave, à côté des machines à laver rapporte Ijambo, avec pour tout WC un trou dans le sol. L’aînée sera blessée en repoussant les avances d’un des fils Mpozagara.

Une peine qui ne fut pas dissuasive

En 1998, Chantal parviendra à contacter un organisme d’aide à l’enfance et à recouvrer la liberté, avec sa sœur. Mais durant sept ans, le couple Mpozagara parviendra à échapper aux poursuites judiciaires en faisant valoir l’immunité diplomatique. En janvier 2007, enfin, il doit répondre de ses agissements privés et la sentence tombera neuf mois plus tard.

Celle-ci n’aura guère été dissuasive puisque c’est l’année suivante à peine que les Mpozagara recrutent une autre victime pour remplacer leurs nièces libérées, Méthode Sindayigaya. En 2013, une des filles du couple, Viviane, publiera un livre, “Ghetto de riches, ghetto de pauvres”, décrivant sa jeunesse dorée à Paris – pendant que sa cousine Chantal trimait dans sa maison – et sa prise de conscience du sort des autres à l’occasion d’un retour au Burundi. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE