Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 30 mars 2021
|Une tentative de vol viré vers le calvaire !

Burundi - Sécurité29 mars 2021
|Découverte d’un corps sans vie en décomposition au Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité27 mars 2021
|Une partie du marché de Ngozi part en fumée

Burundi - Justice26 mars 2021
|Un malade mental toujours détenu dans la capitale politique

Burundi - Sécurité25 mars 2021
|Un homme se fait arrêter pour avoir tué sa femme

Burundi - Rdc - Sécurité 24 mars 2021
|Six présumés voleurs burundais à main armée interpellés en Rdc

Burundi - Sécurité Routière23 mars 2021
|Un convoyeur descend brutalement une personne de son camion

Burundi - Sécurité 22 mars 2021
|Une jeune fille tuée après avoir été violée en province de Makamba

Burundi - Sécurité20 mars 2021
|Un hippopotame tue un élève dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité19 mars 2021
|Disparition mystérieuse d’un couple dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité18 mars 2021
|Un chien enragé sème la terreur dans la province de Kirundo

Burundi - Justice17 mars 2021
|Une lourde condamnation du féticheur de Kirundo

Burundi - Administration - Sécurité16 mars 2021
|Quand l’action de la police est stoppée à l’entrée de la Regideso

Burundi - Sécurité15 mars 2021
|La population se rend justice dans la province de Cibitoke

Burundi - Justice13 mars 2021
|Le ministère de la justice au chevet des femmes détenues à la prison de Mpimba

Burundi - Sécurité 12 mars 2021
|Une femme retrouvée morte en zone Musaga

Burundi - Sécurité 11 mars 2021
| Quand le trafic humain inquiète, selon une opinion !

Burundi - Sécurité10 mars 2021
|Gitega : une femme tuée en commune de Giheta

Burundi - Sécurité9 mars 2021
|Un corps sans vie emballé dans un sac découvert au sud de Bujumbura

Burundi - Sécurité8 mars 2021
|Trois morts dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité6 mars 2021
|L’administrateur de Vugizo échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité 5 mars 2021
|Muyinga : une personne tuée en commune Giteranyi

Burundi - Sécurité 4 mars 2021
|Un jeune garçon tué dans l’explosion d’une grenade en province de Kayanza

Burundi - Sécurité3 mars 2021
|La province de Kirundo explose des grenades

Burundi - Droits de l’Homme2 mars 2021
|"L’Etat doit punir tout ce qui viole le droit des prisonniers, y compris le droit de se faire soigner", dixit Acat-Burundi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Le directeur du lycée communal de Rukaramu tué

26 février 2021

Bujumbura, le 26 février 2021 (Net Press) . Nous apprenons que le directeur du lycée communal de Rukaramu, commune de Mutimbuzi, dans Bujumbura dit rural, à l’Ouest du pays, Eric Nijenahagera, a été assassiné dans la soirée de ce jeudi 25 février et sa moto volée par des personnes non encore identifiées.

Selon nos informations, le directeur de ce lycée a été piégé par des inconnus au moment où il rentrait chez-lui à Kajaga. Il venait de saluer ses parents dans la zone de Rukaramu. Les administratifs confirment cette information funeste et indiquent qu’une enquête a été déjà entamée pour tirer les choses au clair. Ch.N.

Burundi - Ue - Coopération

Audience auprès du président du sénat burundais

Gitega, le 26 février 2021 (Net Press) . L’ambassadeur de l’Union européenne au Burundi, Claude Bochu, a été reçu ce matin en audience par le président du sénat burundais, Emmanuel Sijenahagera, dans la capitale politique du Burundi. Leurs discussions ont été centrées sur la correspondance de 43 eurodéputés relative à la relance de la coopération entre le Burundi et l’Union européenne.

La partie burundaise semble déçue du contenu de cette correspondance et demande à cet ambassadeur de tout faire pour qu’une délégation de l’Union européenne séjourne au Burundi afin de constater l’évolution sur terrain, notamment en matière des droits de l’homme. Le sénat burundais lui a fait savoir qu’en 2018, il avait lancé la même invitation mais qu’il n’y avait pas eu suite.

L’ambassadeur Claude Bochu a encouragé le Burundi à poursuivre ses démarches vers la normalisation des relations entre les deux parties, tout en faisait remarquer que s’il y avait une autre invitation, l’Union européenne pourrait dépêcher des parlementaires à cet effet. N.B.

Burundi - Politique

L’engagement de l’Uprona officiel mis en cause par celui de l’opposition

Bujumbura, le 26 février 2021 (Net Press). Le vice-président de l’’Uprona de l’opposition, le professeur Evariste Ngayimpenda, vient d’adresser une correspondance, ce 24 février, au président de l’Uprona proche du pouvoir, Abel Gashatsi, au sujet du rassemblement des Badasigana.

A travers cette correspondance, le professeur Ngayimpenda rappelle qu’en date du 4 novembre de l’année dernière, une correspondance lui avait été adressée à propos du même sujet et revenait sur l’échec des pourparlers engagés entre les deux parties à l’approche des élections de mai dernier ainsi que sur le préjudice causé à l’image et à la stature institutionnelle de leur parti en commun.

Le vice-président de l’Uprona rappelle également la rencontre des deux organisations en date du 13 janvier 2021, sur demande propre d’Abel Gashatsi, pour échanger sur le processus de rassemblement des Badasigana. La réunion s’était soldée sur trois résultats jugés essentiels.

Dans un premier temps, rappelle ce document, les deux délégations se sont engagées sans réserve en faveur du processus de rassemblement des Badasigana. En outre, elles se sont convenues d’engager un processus inclusif et faire preuve de sincérité durant la conduite de tout le processus. Enfin, sur proposition propre d’Abel Gashatsi, les deux parties ont opté pour un processus ascendant : des congrès communaux au congrès national.

L’Uprona de l’opposition regrette donc que depuis ce jour, il n’y a aucune information sur le sort réservé au troisième résultat. Pourtant, avertit le professeur Ngayimpenda, ce résultat ne peut pas être mis en œuvre si les deux premiers ne sont pas respectés. Il y a donc des doutes sur l’engagement de l’Uprona officiel en faveur du rassemblement des Badasigana.

Pour preuve, poursuit-il, lors de la dernière rencontre, les deux parties s’étaient séparées avec l’engagement de se retrouver dans deux semaines au plus tard avec chacune des propositions concrètes sur la conduite du processus. Selon la correspondance, la rencontre n’a pas encore eu lieu plus de 4 semaines après l’échéance convenue. L’argument d’un calendrier chargé ne convainc pas eu égard de l’importance de la question.

Ne voulant pas céder au désespoir, le professeur Evariste Ngayimpenda a demandé une audience auprès du vice-président de la République, Prosper Bazombanza, pour lui faire part de ses inquiétudes. L’audience fut fixée dans un premier temps au 18 février 2021, mais là aussi, elle fut reportée sine die, pour un motif hautement légitime.

Il s’inquiète donc qu’aucune autre occasion n’ait peu être trouvée alors que l’Uprona officiel s’achemine vers un comité central ce 27 février pour délibérer précisément sur la question. Pour Ngayimpenda, c’est une preuve que l’on ne tient plus au processus de rassemblement, à moins que l’on parle de rassemblement post-congrès, qui ne différerait en rien d’une simple absorption.

Cette attitude a été déjà rejetée car, "en aucune manière, l’Uprona de l’opposition ne peut intégrer des organes mis en place sans lui". Dans cette correspondance, l’on évoque aussi le principe d’inclusivité, de transcender ce qui les divise depuis bientôt 10 ans pour capitaliser sur ce qu’il les rassemble, sans exclure personne.

En conclusion donc, il adresse cette correspondance pour faire part de ses interrogations quant à l’engagement de l’autre partie, d’une part, mais aussi pour réaffirmer ensuite son engagement à poursuivre le processus dans le respect strict du principe d’inclusivté et d’égalité des droits entre tous les Badasigana, ainsi qu’une conduite collégiale du processus.

Pour ce faire, une commission politique nationale mixte de pilotage du processus devrait être mise en place, avec des démembrements provinciaux, également mixtes. Elle devrait élaborer une feuille de route commune et adresser un message commun aux militants pour préparer les esprits au rassemblement. J.M. 

Burundi - Médias

100.000 dollars : somme dont la Radio Bonesha a besoin pour émettre dans tout le pays

Bujumbura, le 26 février 2021 (Net Press). Ceci est dit par Léon Masengo, nouveau directeur de la radio Bonesha Fm, ce vendredi 26 février 2021, lors d’une séance de réouverture de cette radio par le président du Cnc, Nestor Bankumukunzi, dans les locaux de cette même radio, détruite en 2015.

Léon Masengo a fait savoir que c’est une grande joie et qu’il ne voit pas comment exprimer cette joie cette journée. Il a remercié tous ceux qui ont contribué pour arriver à cette journée d’ouverture, en récurrence le président de la République, Evariste Ndayishimiye, qui a pris la décision d’ouvrir les radios fermées pendant la crise.

Il a également remercié tous ceux qui leur ont emprunté le matériel pour pouvoir redémarrer la radio qui, pour le moment, seuls les auditeurs qui sont dans la capitale économique peuvent la capter.

Masengo dit que la radio vient de passer 5 ans sans émettre, d’où il y a une énorme perte. Il dit qu’elle s’évalue à 100 mille dollars américains que dont la radio a besoin, de 40 mille dollars pour pouvoir travailler dans l’immédiat. Il demande à tous ceux qui savent l’importance des radios de leur venir en aide pour qu’elle continue à émettre jusqu’à l’intérieur du pays.

Dire que la radio continue avec les mêmes programmes pour satisfaire à ses auditeurs, Masengo dit que ce sera les mêmes programmes.

A la question de savoir ce que les uns et les autres ont dit le jour de la déclaration de l’ouverture de cette radio à propos du directeur de la radio Bonesha, il a répondu que cela est simple, que l’essentiel est qu’il travaille dans la légalité. Les journalistes voulant savoir si Bonesha travaille pour l’ancien projet ARF, il a répondu par l’affirmative dit que la nouvelle équipe va beaucoup travailler pour satisfaire le projet.

Le président du Cnc qui a pris part à cette activité a dit que cette radio a beaucoup de problèmes matériels et d’une dette de loyer de 80 millions. En tant que régulateur, il a demandé à ses partenaires et tous les autres bienfaiteurs de leur venir en aide. Il a prodigué des conseils aux journalistes de fournir plus d’efforts pour travailler de façon professionnelle afin de contribuer dans le développement du pays. N.B.

Burundi - Administration

Les syndicats Synapa et Snts s’expriment sur la gestion des morgues publiques

Bujumbura, le 26 février 2021 (Net Press) . Dans son édition du 23 février dernier, la rédaction évoquait la mauvaise gestion des morgues publiques rendue mise en évidence par les ministères ayant la santé et l’éducation dans leurs attributions. Les syndicats du personnel et des travailleurs de la santé, Synapa et Snts, viennent de s’inviter dans la danse.

Ils disent qu’ils ont appris avec consternation le cas d’une victime d’un mauvais traitement pour la non réception d’un cadavre qui devait être conservé dans une morgue. Pour ces deux syndicats, cela est, non seulement une faute déontologique grave en rapport avec le non-respect de la dépouille mortelle, mais aussi viole les droits des citoyens et de tout autre requérant.

Ils informent que tout a commencé avec la signature d’une convention de partenariat entre le ministère de la santé publique et de lutte contre le sida et l’agence d’entretien des morgues et d’organisation des funérailles, "Agemof Burundi", représenté par Onesphore Ndayitwayeko, le 20 décembre 2019.

Ayant appris cela, ces syndicats ont directement contacté le ministre de la santé pour lui demander d’annuler la convention pour le bien de la population, étant donné que la question des funérailles est hautement sociale et culturelle de telle manière qu’on ne pourrait pas imposer l’organisation de l’inhumation des corps aux familles victimes.

Ces deux syndicats félicitent les efforts fournis par les ministères de la santé publique et de l’éducation pour avoir réagi positivement à la suite de l’audio relative à ce manquement afin d’y apporter une solution y relative. Néanmoins, ils ont du mal à comprendre comment le signataire du contrat, le ministère de la santé publique en l’occurrence, qui est situé au centre du problème, se retrouve parmi ceux qui veulent trouver une solution.

La convention entre le ministère de la santé et l’Agemof n’étant pas encore annulée, les syndicats trouvent que la réunion organisée conjointement entre les deux ministères aurait été une façon de tromper la vigilance du gouvernement et du public pour cacher la vérité. En d’autres termes, les personnes actuellement inculpées ne seraient que des commissionnaires qui étaient en train de mettre en œuvre ladite convention, en exécutant des ordres des responsables de ce contrat qui resteraient pour le moment invisibles dans le cas précis.

Ils se demandent si ce n’est pas Agemof qui aurait changé d’interpellation ou s’il n’y aurait pas un autre contrat qui reste encore méconnu avec la pompe funèbre Fleur Naturelle. Ils demandent enfin à la police qui mène des enquêtes de creuser davantage ce dossier en tenant compte de la vraie origine de ce problème, la signature du contrat de partenariat toujours dénoncé sur le managérial et social. D.N.

Burundi - Commerce

Huit tonnes d’engrais ont été saisi en commune Makamba

Makamba, le 26 février 2021 (Net Press). Huit tonnes d’engrais Fomi ont été saisies par l’administrateur de la commune Makamba, Zoena Irakiza, en collaboration avec la police. Elle dit qu’elle a appris qu’il y a des commerçants qui font le commerce de ces engrais, d’où une fouille-perquisition qui a été ordonnée de ce mercredi 24 février jusqu’à aujourd’hui dans tous les endroits de cette commune.

L’administrateur de la commune Makamba dit que ces engrais vont être cédés aux coopératives dans le cadre d’appui. Elle demande aux agriculteurs de ne plus se confier à ces commerçants qui leur donnent l’engrais à un prix exorbitant, de se confier plutôt à l’administration habilitée. N.B.

Burundi - Education

Examens en réseaux : le lycée du Saint Esprity décèle trop de défis

Bujumbura, le 26 février 2021 (Net Press) . Les examens en réseau sont réglementés par une ordonnance ministérielle du 19 décembre 2019. L’article 5 de cette ordonnance précise que les réseaux scolaires concernent beaucoup plus la formation continue des enseignants. Les autorités scolaires ont corroboré cette formation en organisation des examens communs à toute une zone en mairie de Bujumbura et commune à l’intérieur du pays.

Le recteur du lycée du Saint Esprit décèle beaucoup de défis, notamment le passage d’un même examen pour les élèves qui n’ont pas le même niveau, la conservation et la sécurité de l’examen, un examen facile ou difficile, un désintéressement de suivre les cours pour les écoles performantes,… Il demande une interprétation rationnelle de l’ordonnance.

Au lycée du lac Tanganyika I, la direction et les parents ne s’accordent pas sur l’organisation d’un voyage d’étude pour les élèves finalistes. La direction du lycée du Lac Tanganyika tente d’organiser un voyage d’études pour les élèves finalistes de l’enseignement post-fondamental.
Les élèves en sont fiers. Dans leur prévision, ils veulent passer deux jours à l’intérieur du pays.

La direction estime que ce voyage va exiger une somme variant entre 50 et 60 mille francs burundais pour chaque élève. Elle ajoute que la participation sera obligatoire. Ce projet est décrié par les parents qui disent qu’ils n’ont pas été consultés. Ils font savoir que non seulement le montant de ce voyage dépasse leurs moyens financiers, mais aussi il n’y a pas à étudier au cours de ce genre de tournée, surtout qu’elle se fera à la fin de l’année scolaire. Ceux qui en sont capables peuvent participer.

Ce n’est pas tout comme problème dans ce secteur, dans la direction provinciale l’enseignement en mairie de Bujumbura, la consommation des stupéfiants est une triste réalité dans certaines écoles. Dans une école privée de la Mairie de Bujumbura, les enseignants se plaignent contre le comportement des élèves qui prennent des stupéfiants. Ils réclament un renvoi définitif pour ne pas causer des dégâts et surtout ne pas intoxiquer les autres.

Ils disent que ces élèves sont souvent absents et ont une note très basse. La direction de l’école affirme qu’elle est au courent de la situation, mais qu’elle ne se presse pas à chasser ces élèves. Elle espère les redresser, étant donné qu’ils ne sont pas agressifs. Un enseignant de qualification en Psychologie propose de mettre ces enfants dans des centres de réadaptation.

Par contre, un enseignant syndicaliste quant à lui indique que l’école est pour les enfants mentalement bien portants. Il propose l’application du règlement scolaire dans son article 35 qui stipule que l’élève qui prend les stupéfiants « mérite un renvoi et une non-admission dans un aucun établissement pour l’année scolaire en cours »

Dans la province de Kayanza, c’est plutôt une avancée car parler le Français à l’école devient une obligation au Lycée Kayanza. Pour relever le niveau du français, les responsables du Lycée Kayanza ont pris une mesure d’exiger aux élèves de parler cette langue tout le temps qu’ils sont à l’école.

La mesure a été mise en application à compter du vendredi, 19 février 2021. Le directeur de ce lycée, Juvénal Mbonihankuye, indique que la mesure a été motivée par le fait que le niveau de connaissance de la langue française a vraiment chuté. Il déplore que même les élèves finalistes ne puissent pas s’exprimer facilement alors que cette langue est un outil important d’enseignement de tous les cours. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE