Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 30 mars 2021
|Une tentative de vol viré vers le calvaire !

Burundi - Sécurité29 mars 2021
|Découverte d’un corps sans vie en décomposition au Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité27 mars 2021
|Une partie du marché de Ngozi part en fumée

Burundi - Justice26 mars 2021
|Un malade mental toujours détenu dans la capitale politique

Burundi - Sécurité25 mars 2021
|Un homme se fait arrêter pour avoir tué sa femme

Burundi - Rdc - Sécurité 24 mars 2021
|Six présumés voleurs burundais à main armée interpellés en Rdc

Burundi - Sécurité Routière23 mars 2021
|Un convoyeur descend brutalement une personne de son camion

Burundi - Sécurité 22 mars 2021
|Une jeune fille tuée après avoir été violée en province de Makamba

Burundi - Sécurité20 mars 2021
|Un hippopotame tue un élève dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité19 mars 2021
|Disparition mystérieuse d’un couple dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité18 mars 2021
|Un chien enragé sème la terreur dans la province de Kirundo

Burundi - Justice17 mars 2021
|Une lourde condamnation du féticheur de Kirundo

Burundi - Administration - Sécurité16 mars 2021
|Quand l’action de la police est stoppée à l’entrée de la Regideso

Burundi - Sécurité15 mars 2021
|La population se rend justice dans la province de Cibitoke

Burundi - Justice13 mars 2021
|Le ministère de la justice au chevet des femmes détenues à la prison de Mpimba

Burundi - Sécurité 12 mars 2021
|Une femme retrouvée morte en zone Musaga

Burundi - Sécurité 11 mars 2021
| Quand le trafic humain inquiète, selon une opinion !

Burundi - Sécurité10 mars 2021
|Gitega : une femme tuée en commune de Giheta

Burundi - Sécurité9 mars 2021
|Un corps sans vie emballé dans un sac découvert au sud de Bujumbura

Burundi - Sécurité8 mars 2021
|Trois morts dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité6 mars 2021
|L’administrateur de Vugizo échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité 5 mars 2021
|Muyinga : une personne tuée en commune Giteranyi

Burundi - Sécurité 4 mars 2021
|Un jeune garçon tué dans l’explosion d’une grenade en province de Kayanza

Burundi - Sécurité3 mars 2021
|La province de Kirundo explose des grenades

Burundi - Droits de l’Homme2 mars 2021
|"L’Etat doit punir tout ce qui viole le droit des prisonniers, y compris le droit de se faire soigner", dixit Acat-Burundi

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Muyinga : une personne tuée en commune Giteranyi

5 mars 2021

Muyinga, le 5 mars 2021 (Net Press) . Une personne a été tuée sur la colline Mukoni, dans la commune Giteranyi, en province de Muyinga, au Nord-est du pays, dans la nuit de mardi à mercredi par des éléments non encore identifiés.

Selon nos sources, le corps sans vie en décomposition a été retrouvé dans la matinée de ce jeudi 4 mars par les passants. Ses amis indiquent que le défunt était à l’aise avec tout le monde et venait de partager un verre avec ses amis avant l’événement fatidique. Le commissariat communal de la police de Giteranyi dit que les enquêtes sont en cours pour élucider les circonstances de cet assassinat.

L’insécurité devient préoccupante dans cette province car il n’y a pas deux jours, une personne de troisième âge, avait été tuée par une voisine qui l’accusait de marauder des avocats. L’insécurité c’est également les pluies torrentielles et les foudres dans cette région qui font des blessés à longueur de journée. N.R.

Burundi - Confessions Religieuses - Humanitaire

La première dame au chevet de la paroisse Kibumbu

Mwaro, le 5 mars 2021 (Net Press) . Ce mercredi 3 mars 2021, la fondation "Bonne Action Umugiraneza", présidé par la première dame Angeline Ndayishimiye, a organisé une descente de soutien à la paroisse Kibumbu, dans la province de Mwaro, au Centre du pays. Rappelons que les pluies torrentielles du 18 février dernier avaient fait envoler la charpente de ladite paroisse.

Angéline Ndayishimiye a fait savoir que les membres de cette fondation, après avoir appris l’incident malheureux de cette paroisse, ont décidé de fournir une aide matérielle composée d’une partie de matériaux initialement destinés à construire le siège de fondation "Bonne Action Umugiraneza". Elle a ensuite remis cette aide composée de 700 tubes métalliques à charpente d’une valeur de 32.550.000 de nos francs au curé de cette paroisse pour sa réhabilitation.

La première dame a saisi cette occasion pour demander à la population de Mwaro et tous autres bienfaiteurs de contribuer pour que cette paroisse soit équipée de bancs convenables où chaises et pour terminer cette réhabilitation dans un bref délai. Pour elle, ça serait une occasion en or de construire leur maison dans le royaume des cieux. Le curé de la paroisse Kibumbu a exprimé sa gratitude envers la famille présidentielle et la fondation "Bonne Action Umugiraneza" et lui a accordé une bénédiction. N.B.

Burundi - Rapatriement - Justice

Deux rapatriés emprisonnés au poste de police de Gatumba

Bujumbura, le 5 mars 2021 (Net Press) . Jean Bavuma, cet ancien refugié burundais en Afrique du sud depuis trois ans et un autre concitoyen rapatrié, ancien refugié burundais au Kenya, ont été interpellés par la police ce mardi 2 mars, au quartier Kajaga, commune Mutimbuzi, dans Bujumbura rural (Ouest du pays) et sont gardés à vue au poste de la police de Gatumba dans cette même commune.

Selon nos sources, Jean Bavuma est rentré en date du 2 février et comme tout le monde, il a été soumis au confinement pendant 7 jours. Aussitôt rentré à son domicile sis au quartier Kajaga, il a passé une soirée bien arrosée avec les membres de sa famille, ses voisins et les autorités locales, d’où il a annoncé son retour au pays. Les invités en liesse ont salué ce retours invité l’ancien refugié à appeler les autres qu’il connaît à rentrer.

En date du 2 mars 2021, le domicile de Jean Bavuma a été encerclé par la police de mèche avec les militants de la ligue des jeunes Imbonerakure avant d’être interpellé pour une brève audition au bureau de la commune Mutimbuzi. Au moment où nous mettons sous presse, Jean Bavuma et l’ancien refugié burundais au Kenya sont incarcérés au poste de police de Gatumba, en commune Mutimbuzi, dans Bujumbura rural.

Sa famille biologique parle d’un emprisonnement arbitraire et demande la lumière sur cet emprisonnement. Quelques habitants de Kajaga commune Mutimbuzi déplorent cet emprisonnement, estiment les autorités civile et policière outrepassent le mot d’ordre du président de la République, Evariste Ndayishimiye, qui ne cesse d’inviter les Burundais à lors de ses plusieurs sorties médiatiques.

Le président Ndayishimiye ne cesse d’informer que " le pays a retrouvé la paix et la tranquillité ". Notre interlocuteur trouve que ces emprisonnements en cascades des rapatriés pourraient dissuader d’autres refugiés burundais éparpillés de leur intention de quitter l’exil. N.R.

Burundi - Economie

Les commerçants de Gitega malmenés par les informateurs de l’Obr à la sortie du port de Bujumbura

Gitega, le 5 mars 2021 (Net Press) . Ces affirmations émanent des commerçants des produits agroalimentaires de Gitega au cours d’une réunion à leur intention en date du 3 mars tenue par des responsables de l’Obr dans cette région.

Les commerçants de Gitega se disent choqués du travail des informateurs car après avoir rempli leurs formalités au port de Bujumbura, les informateurs leur courent après, sans identification, pour leur demander des papiers. Pourtant, lors des procédures de sortie de leurs produits, les mêmes informateurs se trouvent au port, aux côtés de ces commerçants. Jean de Dieu Ndayizeye dit que ces gens n’ont pas le droit de les arrêter, ils ont plutôt pour rôle d’aviser un agent de l’Obr ou de l’administration qui ont le droit de les arrêter sur présentation d’un budget où un document d’ identification.

Les commerçants ont également évoqué de nouvelles factures que l’Obr met à leur disposition qui sont difficiles à compléter. Jean de Dieu a fait savoir que l’Obr est en train de confectionner de nouvelles factures difficiles à imiter et qui seront faciles à compléter.

Les commerçants ont également demandé que les paiements qu’ils font en cours de route à chaque traversée d’une commune soient faits uniquement à Gitega. Jean de Dieu Ndayizeye a indiqué que la question est connue, que son service va en parler avec le ministère ayant l’intérieur dans ses attributions pour éviter ces paiements en cours de route. N.B.

Burundi - Economie

L’étau se resserre autour des associations des transporteurs du Burundi

Bujumbura, le 5 mars 2021 (Net Press). Au cours d’une réunion avec les responsables des associations des transporteurs du Burundi tenue dans la soirée de ce jeudi par le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité Publique, Gervais Ndirakobuca, deux mesures ont été prises pour améliorer la prestation dans le domaine de transport.

Le porte-parole audit ministère, Pierre Nkurikiye, dans un point de presse tenu à cet effet, a indiqué que deux mesures ont été prises pour améliorer la prestation dans le domaine de transport. Pour lui, aucune contribution ne sera pas perçu par les agents des associations des transporteurs du Burundi et seuls les agents de la mairie ont ces prérogatives de percevoir les impôts et taxe.

Il a invité ces associations de retirer les quittanciers à ces agents accrédités sur le territoire national. Aux responsables de ces associations opérant dans le domaine de transport, il a recommandé d’entrer en contact avec la mairie de Bujumbura pour une meilleure prestation dans le domaine de transport urbain.

Un des responsables de ces associations qui a requis l’anonymat dit que le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité Publique vient de prendre une mesure impopulaire d’autant plus que selon lui, la perception de cette somme servait à financer l’organisation interne de ces associations opérant dans le domaine de transport, d’assister en outre financièrement les chauffeurs en chômages.

Cet argent permettait aussi le payement des salaire aux agents de l’association des transporteurs du Burundi qui assuraient l’ordre et la tranquillité aux parking du marché central de Bujumbura. Selon lui, la nouvelle organisation de prestation dans le domaine de transport sombrera dans le chaos.

Du côté des usagers des engins de transport en commun, c’est une grande satisfaction car ils cotisaient beaucoup d’argent dont on connaissait même pas l’affectation. Ils disent qu’ils ne bénéficient jamais de la contribution de ces associations en cas de difficultés. Ils les soupçonnent de s’enrichir sur le dos des transporteurs. N.R.

Burundi - Economie

L’entrée officielle du marché de Kanyosha

Bujumbura, le 5 mars 2021 (Net Press) . Ce vendredi 5 mars 2021, c’est le jour de la rentrée officielle de ce marché. Le constat est que les stands sont inférieurs aux commerçants. Les commerçants de ce marché disent que bien qu’il y ait ceux qui sont encore dans les préparatifs de leurs stands, que c’est avec un sentiment de joie qu’ils attendent la coupure du ruban marquant l’ouverture officielle.

Le représentant des commerçants, Gade Minani, a dit que tous les commerçants n’auront pas de stands dans ce marché parce qu’il y a ceux qui viennent du marché de Gisyo. Il a fait savoir que ces commerçants peuvent aller chercher les stands dans les autres quartiers comme à Kinindo où à Ruziba.

Les commerçants qui ont démoli leurs stands dans le marché de Gisyo pour venir s’installer dans celui de Kanyosha comme annoncé par le maire de la ville sont en grand nombre et disent qu’ils sont dans la désolation totale et ne voient pas ce qu’ils vont devenir. Ils disent qu’ils sont allés voir le commissaire du marché de Kanyosha et n’ont pas eu de réponse. Nous avons cherché le commissaire du marché, mais la porte était fermée. N.B.

Burundi - Genre

A l’occasion de la journée internationale de la femme, le secrétaire général de l’Onu s’exprime...

New York, le 5 mars 2021 (Net Press) . Le secrétaire général de l’Onu a rédigé un article à l’occasion de la journée internationale de la femme qu’il a intitulé "Les femmes, visage de la crise". La rédaction livre à son lectorat l’entièreté de sa publication.

"Alors que nous célébrons la Journée internationale des femmes dans le contexte d’une pandémie mondiale, le constat est sans appel : les femmes sont le visage de la crise de la COVID-19.

"La pandémie creuse les inégalités déjà profondes dont souffrent les femmes et les filles et réduit à néant des années de progrès sur la voie de l’égalité des sexes.

"Les femmes sont plus susceptibles que les hommes de travailler dans les secteurs les plus durement touchés par la pandémie. En première ligne, la majorité du personnel essentiel est constituée de femmes, souvent issues de groupes raciaux ou ethniques marginalisés, au bas de l’échelle économique.

"Le risque de perte d’emploi et de chute des revenus est de 24 % plus élevé pour les femmes que pour les hommes. L’écart de rémunération entre les femmes et les hommes, déjà important, s’est encore élargi, notamment dans le secteur de la santé.

"La charge que représentent les soins non rémunérés s’est décuplée sous l’effet des confinements et de la fermeture des écoles et des crèches. Des millions de filles pourraient ne jamais reprendre le chemin de l’école. Les mères, tout particulièrement les mères célibataires, connaissent une inquiétude et une adversité terribles.

"Partout dans le monde, la pandémie a également engendré une épidémie parallèle de violence à l’égard des femmes et une explosion des violences domestiques, de la traite, de l’exploitation sexuelle et des mariages d’enfants.

"Pendant ce temps, selon une étude récente, 3,5 % seulement des groupes de travail sur la COVID-19 établis dans le monde comprennent autant de femmes que d’hommes, alors même que les femmes constituent la majorité du personnel sanitaire. Ce schéma se retrouve dans la couverture médiatique de la pandémie : les expertes sont cinq fois moins consultées que leurs homologues masculins.

"Cette exclusion est en elle-même un problème à régler d’urgence. Le monde doit redoubler d’efforts pour faire progresser le leadership des femmes et leur participation sur un pied d’égalité avec les hommes. Nous savons d’ores et déjà que cela profitera à toutes et tous.

"La riposte à la COVID-19 a mis en évidence le pouvoir et l’efficacité du leadership des femmes. Les pays dirigés par des femmes ont enregistré des taux de transmission moins élevés au cours de l’année écoulée et sont souvent plus avancés que les autres sur le chemin du relèvement. Les associations de femmes ont mené une action essentielle en comblant les lacunes dans la fourniture d’informations et de services essentiels, en particulier au niveau local.

"On le voit partout : quand les femmes gouvernent, l’État investit davantage dans la protection sociale et la pauvreté régresse plus vite. Quand les femmes siègent au parlement, les pays sont plus fermes dans leurs politiques de lutte contre les changements climatiques. Quand les femmes participent aux négociations de paix, les accords sont plus durables.

"Pourtant les femmes ne comptent que pour un quart des parlementaires, un tiers des élus locaux et un cinquième des ministres de la planète. Au rythme où vont les choses, le pouvoir législatif ne sera pas paritaire avant 2063 et il faudrait bien plus d’un siècle pour trouver autant de femmes que d’hommes à la tête des gouvernements.

"Pour construire un avenir meilleur, il faut corriger ce déséquilibre des pouvoirs. Parce qu’elles le font en connaissance de cause, les femmes ont tout autant que les hommes le droit de se prononcer sur les décisions qui les concernent. Je suis fier que, sous mon impulsion, nous ayons atteint la parité des sexes aux postes de direction de l’Organisation des Nations Unies.

"Le relèvement après la pandémie nous donnera l’occasion de tracer une voie nouvelle, une voie d’égalité. Les mesures de soutien et les plans de relance doivent cibler spécifiquement les femmes et les filles. Il faudra notamment investir davantage dans les infrastructures de soin. L’économie formelle ne fonctionne que parce qu’elle est subventionnée par le travail de soins non rémunéré assuré par les femmes.

"Lorsque nous aurons surmonté cette crise, nous devrons jeter les bases d’un avenir inclusif, vert et résilient. Je demande à tous les dirigeants et dirigeantes du monde de se concentrer sur six axes d’action :

" Premièrement : veiller à une représentation égale des femmes et des hommes, aussi bien dans les conseils d’administration qu’au parlement, dans l’enseignement supérieur que dans les institutions publiques, en adoptant des mesures et des quotas ciblés.

"Deuxièmement : investir massivement dans l’économie des services à la personne et dans la protection sociale et modifier la définition du produit intérieur brut de telle sorte qu’il rende compte du travail à domicile et le rende visible.

"Troisièmement : faire tomber les obstacles qui empêchent les femmes de s’insérer pleinement dans l’économie, notamment en faisant en sorte que les femmes accèdent au marché du travail, à la propriété, à des crédits ciblés et à l’investissement.

"Quatrièmement : abroger toutes les lois discriminatoires dans tous les domaines, du droit du travail et du droit foncier aux questions de statut personnel et de protection contre la violence.

"Cinquièmement : établir, au niveau national, un plan d’intervention d’urgence afin de lutter contre la violence à l’égard des femmes et des filles et le mener à bien en mobilisant les ressources, les stratégies et la volonté politique nécessaires pour éliminer ce fléau.

"Sixièmement : faire évoluer les mentalités, sensibiliser la population et dénoncer les préjugés systémiques.

"Le monde a l’occasion de rompre avec des siècles de discrimination persistante et systémique. Il est temps de construire un avenir d’égalité." D.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE