Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité5 octobre 2021
|Saisie de deux tenues militaires dans une fouille-perquisition

Burundi - Sécurité 4 octobre 2021
|Un enfant trouve la mort dans une noyade

Burundi - Sécurité 2 octobre 2021
|Une tentative d’assassinat en commune Gashikanwa !

Burundi - Sécurité 1er octobre 2021
|Une tentative d’assassinat en province de Kayanza !

Burundi – Sécurité30 septembre 2021
|Encore une détonation de grenade dans notre pays

Burundi – Sécurité29 septembre 2021
|Une explosion de grenade fait des morts et des blessés dans la zone de Gatumba

Burundi – Sécurité28 septembre 2021
|Le banditisme fait parler de lui en province de Muramvya

Burundi - Sécurité27 septembre 2021
|Une femme grièvement blessée lors d’une tentative d’assassinat !

Burundi - Sécurité25 septembre 2021
|Quand la province de Cibitoke n’arrête plus de compter ses morts !

Burundi - Sécurité24 septembre 2021
|Deux personnes tuées en zone Kamenge !

Burundi - Sécurité 23 septembre 2021
|Des coups de feux entendus en zone Kamenge !

Burundi - Sécurité 22 septembre 2021
|Quand l’insécurité augmente d’un cran !

Burundi - Sécurité 21 septembre 2021
|Rumonge : Deux corps sans vie découverts à Magara en commune Bugarama

Burundi – Sécurité20 septembre 2021
|Une grenade fait deux victimes dans la capitale politique

Burundi – Sécurité18 septembre 2021
|La police tue un présumé voleur de bétail dans la province de Gitega

Burundi – Sécurité17 septembre 2021
|Six personnes d’une même famille foudroyées au Sud du pays

Burundi - Sécurité 16 septembre 2021
|Ngozi : Une tentative d’assassinat en commune de Ruhororo !

Burundi - Sécurité15 septembre 2021
|Une femme tue son enfant en lui submergeant de l’eau chaude

Burundi - Sécurité 14 septembre 2021
|L’administrateur de la commune Nyamurenza accusé de tremper dans une affaire d’assassinat d’un sexagénaire

Burundi - Politique13 septembre 2021
|Le président de la République sur le point de voyager en dehors du continent

Burundi - Sécurité 11 septembre 2021
|Une personne portée disparue en mairie de Bujumbura

Burundi – Belgique - Coopération10 septembre 2021
|La route dénommée « Astrida » sur le point d’être réhabilitée par la Belgique

Burundi - Sécurité 9 septembre 2021
|Un jeune homme meurt foudroyé en province de Muramvya

Burundi – Rd Congo – Sécurité8 septembre 2021
|Deux militaires congolais tués dans une altercation avec des militaires burundais dans le lac Tanganyika

Burundi – Sécurité Maritime7 septembre 2021
|Quatre présumés bandits déboutés par les militaires de la marine

Archives

 

 

 



Burundi - Politique

Le président Ndayishimiye s’entretient avec la jeunesse de la mairie de Bujumbura

31 août 2021

Bujumbura, le 31 août 2021 (Net Press). Le chef de l’Etat, Evariste Ndayishimiye, se trouve depuis ce matin au stade Intwari, dans la zone de Rohero, en commune urbaine de Mukaza, où il s’entretient avec la jeunesse qui évolue dans le privé. Le président Ndayishimiye a préféré dispenser des notions de patriotisme.

Pour lui, la jeunesse devrait profiter de l’énergie et de l’intelligence lui octroyées par le Bon Dieu pour préparer son avenir. Il en veut pour preuve que le pays a été doté de toutes les richesses que puisse connaître ce monde, d’où il appelle la jeunesse à vaquer aux activités d’auto développement. Il a évoqué les minerais, les terres favorables à l’agriculture, la saison pluvieuse qui dure neuf mois, etc.

L’on signalera que toutes les boutiques et maisons de vente étaient fermées ce matin car les populations avaient été invitées à aller accueillir le chef de l’Etat au stade Intwari, jadis appelé « Prince Louis Rwagasore ». Certains commerçants ont vu en cette fermeture une perte sèche dans leurs activités. J.M. 

Burundi – Politique - Education

Ouverture solennelle de l’école internationale de la fondation Maarif de Turquie par la première dame

Bujumbura, le 31 août 2021 (Net Press). Ce mardi 31 août 2021, la première dame, Angeline Ndayishimiye, a procédé à l’ouverture solennelle de l’école internationale de la fondation Maarif de Turquie, dans la zone de Kinindo, commune urbaine de Muha, en mairie de Bujumbura la capitale économique du pays.

La première dame Angeline Ndayishimiye s’est félicitée de cette ouverture car pour elle, c’est une fierté pour le Burundi, mais également pour la Turquie, d’ouvrir une telle école dans notre pays, connue dans le monde entier de dispenser un enseignement de qualité. Elle a ajouté que c’est une façon d’entretenir les bonnes relations qui existent entre le Burundi et la Turquie.

La première dame a interpellé les autres investisseurs qui exercent leurs travaux au Burundi d’emboiter le pas à ceux de la Turquie qui ont créé cette école car l’éducation des enfants est, à ses yeux, la base de tout développement. Elle a terminé son allocution en souhaitant une bonne rentrée scolaire à tous les élèves pour l’année 2021-2022 et les a interpelés d’étudier et d’éviter toutes sortes de distraction qui peuvent les empêcher d’arriver à leurs objectifs. N.B.

Burundi - Politique

Du riffifi entre les transporteurs et l’Etat du Burundi

Bujumbura, le 31 août 2021 (Net Press) . Une large majorité des chauffeurs contactés dans la matinée de ce mardi 31 août clament haut et fort que le prix de baril du pétrole a été revu à la baisse sur le marché international, mais que le ministère burundais de l’énergie et des mines ne fait pas de même dans notre pays pour cet or noir qui constitue le poumon de l’économie nationale.

Nos interlocuteurs s’appuient sur l’initiative du ministère en charge de l’agriculture, de l’élevage et de l’environnement qui a pris les devants de la scène en revoyant à la baisse les prix de certains produits vivriers suite à la récolte qui a été bonnes. Nos sources se posent la question de savoir pourquoi le ministère ayant l’énergie dans ses attributions ne procède pas lui aussi à la stabilisation des prix des produits pétroliers.

Ils font remarquer que leurs prix se répercutent sur tous les autres produits importés. Il ne faut pas perdre de vue, font-ils remarquer, qu’une bonne partie de la population burundaise n’a pas de pouvoir d’achat pour s’ajuster aux changements des prix.

Embrayant sur la rareté des bus qui s’observe, surtout à l’ancien marché central de Bujumbura, les transporteurs pointent du doigt le ministère du commerce, du transport et du tourisme qui ne facilite pas l’importation des bus qui répondent aux normes internationales. Ils se plaignent qu’une large majorité des bus qui opèrent sur Bujumbura et à l’intérieur du pays appartiennent aux hauts gradés de l’armée et de la police. Ces derniers n’entendent pas améliorer ce secteur qui pourrait virer vers le retrait en circulation de vieux bus, concluent-ils.

L’on se souviendra que le gouvernement a tenté, par le passé, d’inonder la ville de Bujumbura des bus qui transportent plus de 50 personnes à la fois. Les uns se rendaient au Nord de la capitale, les autres au Sud et d’autres encore étaient envoyés dans la région de Gatumba, de la commune de Mutimbuzi.

Non seulement ces bus n’ont rien résolu dans le domaine de transport car les passagers restaient nombreux à attendre les bus, en outre ils étaient tellement usés qu’ils n’ont pas résisté aux distances auxquelles ils étaient destinés. Aujourd’hui, les populations citadines se contentent de s’aligner devant les bus, qu’il pleuve ou qu’il neige, pour pouvoir monter à bord, ce qui apparaît mine de rien comme le moindre mal. N.R.

Burundi – Santé

Le gouvernement prié de multiplier les centres de dépistages à Bujumbura

Bujumbura, le 31 août 2021 (Net Press). Selon des informations en provenance des trois centres de dépistages installés dans la mairie de Bujumbura, plusieurs personnes s’y rendent et compte tenu de leurs effectifs, elles passent de longues heures à attendre d’être dépistées, si elles ne font pas demi-tour en bonne et due forme.

Il y a une semaine, le ministre de la santé publique et de lutte contre le sida, Dr. Thaddée Ndikumana, avait lui-même fait ce constat lors de sa descente sur terrain et avait recommandé que des gens se rendent aux centres de dépistages les plus proches car pour lui, tout le monde voulait se concentrer au centre dit « Bon Accueil ». Il envisageait également un principe de renfort du personnel soignant dans ces centres.

Il n’est pas rare de passer quatre heures sur les lieux à attendre son tour. Pour le moment, les choses deviennent plus compliquées car même les individus qui cherchent leurs résultats sont entassés avec ceux qui veulent se faire tester. Et dans ces conditions, se lamentent des gens sur place, la distanciation sociale tel que recommandée par les services d’hygiène est tout simplement impossible.

Par ailleurs, les mesures barrières ne sont pas respectées dans ces conditions, d’où ceux qui sollicitent ce service trouvent qu’il y a risques de se contaminer à l’endroit même ils devraient être protégés.

Face à toutes ces contraintes, les populations, tout comme les personnels soignants, demandent qu’il y ait multiplication des centres de dépistages de la pandémie. Ceux qui ont discuté avec le reporter de Net Press au « Bon Accueil » indiquent que le grand effectif de ceux qui veulent se faire dépister explique que cette maladie dangereuse existe bel et bien dans notre pays. D.N.

Burundi - Economie

Un économiste de renom dresse la problématique du développement au Burundi

Genève, le 31 août 2021 (Net Press). Il s’appelle Janvier Nkurunziza, natif de la commune Ruhororo, en province de Ngozi, au Nord du pays. C’est un éminent économiste, employé du centre des Nations unies pour le développement et le commerce international (Cnuced) et il est basé à Genève en Suisse. Il a dressé la problématique du développement au Burundi.

Janvier Nkurunziza dit que le revenu moyen par tête est très faible, la croissance économique est négative, le phénomène de paupérisation : taux de pauvreté qui est élevé et dû à une performance faible suite à la pression démographique. Il y a une faible accumulation du capital, le moyen de financement très limité, la faiblesse institutionnelle et les crises politiques à répétition.

Janvier Nkurunziza donne un message que le taux d’investissement, par rapport à celui des autres pays de la région, reste faible en plus de la chute pendant les années de guerre. Il y a eu reprise après la signature des accords d’Arusha en 2000 et une nouvelle chute pendant les périodes de 2010 jusqu’à nos jours. A cela s’ajoute un manque d’investissement public et privé. Pour l’investissement public au Burundi, notre interlocuteur dit qu’il dépend de la disponibilité des ressources publiques dont trois sources principales : l’aide internationale qui devient rare, le surendettement et la plupart du budget de l’Etat provient des recettes publiques qui sont devenues faibles.

Pour l’investissement privé, Janvier Nkurunziza brosse un bilan sombre où l’investissement privé national et étranger est devenu rare et son déclin sensible pendant les périodes de guerres. Notre spécialiste dit que l’économie burundaise est dominée par de petites firmes couplées d’effectifs élevés d’employés ainsi que la faible productivité du capital humain.

Janvier Nkurunziza indique que dans la région de la communauté est-africaine, le Burundi et le Rwanda avaient la même productivité en 1995 et qu’en 2018, le Burundi produit moins d’un 1/3 du Rwanda, l’insuffisance et l’inadéquation des moyens financiers où l’épargne est faible, les recettes d’exportation limitées et l’aide étrangère en déclin.

Janvier Nkurunziza dit que le taux d’épargne pour le Burundi est très bas comparativement à celui de la région de la communauté est-africaine. Il en veut pour preuve qu’au début des années 1990, les taux d’épargne des deux pays étaient négatifs et que le Rwanda et le Burundi avaient le même taux d’épargne en 1970 en 2020. Le Rwanda était à 8.2% en 2020 tandis que le Burundi était à -5.6% à la même période et cela expliquerait la faiblesse de l’investissement au Burundi.

Janvier Nkurunziza dit que le Burundi est caractérisé par la faiblesse fiscale et la dette publique, la corruption et la non-transparence dans la gestion de la chose publique.

Et quand la politique épouse l’économie !

Pour Janvier Nkurunziza, les crises politiques qui ont traversé le Burundi ont entrainé les morts, les réfugiés et la destruction des infrastructures publiques, les changements politiques qui ont entrainé le bonheur des uns et le malheur des autres, les négociations qui ont abouti aux accords d’Arusha, les reformes politiques importantes.

Les visions politiques associées aux changements de régimes, les dividendes politiques pour l’élite politique, les réformes qui ont été totalement inclusives, ont entrainé les crises politiques mêlées de faiblesse d’investissement et d’entretien, la nouvelle classe politique qui a remplacé la précédente, la forte incertitude qui nuit le climat d’affaires, etc. Il n’y a pas eu de place accordée à l’économie qui nécessite un débat national, d’où le manque de dividende économique pour la population et la forte concentration du dividende de la paix.

Janvier Nkurunziza conclut que l’économie burundaise a connu beaucoup de défis, généralement liés à instabilité politique et dans la communauté est-africaine, le Burundi est à la traine dans tous les domaines, les dirigeants ont eu tendance à privilégier la politique au dépend de l’économie alors que les deux sont intimement liées et ajoute qu’il est temps que l’économie soit mise au centre des débats.

Janvier Nkurunziza invite le gouvernement burundais d’organiser les Etats généraux de manière inclusive de l’économie burundaise. N.R.

Burundi – Commerce

Pénurie de carburant dans presque toutes les stations d’essence de Bujumbura

Bujumbura, le 31 août 2021 (Net Press) . Il s’observe depuis plus d’une semaine une pénurie de carburant de type Mazout dans la plupart des stations d’essence de la mairie de Bujumbura, la capitale économique du pays. Cela paraît très bizarre d’autant plus que l’essence ne pose pas de problème, mais également que les pétroliers n’ont pas d’explication sur cette insuffisance de ce produit.

Cette carence vient de se manifester à deux reprises dans la mairie de Bujumbura pour le seul mois d’août. Pourtant, le porte-parole du ministère de l’énergie qui s’occupe du carburant avait bien indiqué que le carburant, que ce soit au niveau des stocks ou des importations en cours, est suffisant. Il semblait mettre en garde les éventuels spéculateurs.

Une certaine opinion met ce manque de mazout sous l’angle de la pénurie de devises qui empêchent le pays d’importer une quantité suffisante, mais que le gouvernement ne veut pas l’assumer au grand jour. Une autre opinion demande qu’il y ait hausse de prix de ce type de carburant, pourvu qu’il soit disponible car plusieurs activités sont paralysées dans la mairie. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION