Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique 1er mai 2021
|A la veille de la célébration de la fête du travail, le président de la République adresse un message à la nation

Burundi - Sécurité 30 avril 2021
|Six personnes mortes foudroyées en commune Tangara

Burundi - Sécurité 29 avril 2021
|Une personne se donne la mort en province de Bubanza

Burundi - Sécurité28 avril 2021
|Un pasteur d’origine béninoise tué en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 27 avril 2021
|Un bénéficiaire de la grâce présidentielle introuvable !

Burundi - Sécurité 26 avril 2021
|Un étudiant de l’université du Burundi serait mort des suites de la faim

Burundi - Sécurité 24 avril 2021
|Deux personnes tuées en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité23 avril 2021
|Une personne retrouvée sans vie en zone Nyakararo

Burundi - Russie – Sécurité 22 avril 2021
|Gitega signe avec Moscou le projet d’implantation d’un centre nucléaire au Burundi

Burundi – Sécurité 21 avril 2021
|Dix bandits interpellés au quartier III en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 20 avril 2021
|Une administrative accusée de vendre des boissons prohibées arrêté à Mwaro

Burundi - Sécurité 19 avril 2021
|Un berger tué en province de Bururi !

Burundi - Sécurité17 avril 2021
|Un homme armé a fait sept morts et trois blessés à Rusaka

Burundi - Sécurité16 avril 2021
|Un corps sans vie découvert dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité 15 avril 2021
|Le chef de quartier Teza dans le collimateur de la population de cette localité

Burundi - Sécurité 14 avril 2021
|Une personne tuée en commune Gihanga

Burundi –Sécurité 13 avril 2021
| Trois cadavres découverts en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité12 avril 2021
|Arrêté pour avoir tué sa conjointe

Burundi - Sécurité 10 avril 2021
|Un corps sans vie découvert en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité Routière 9 avril 2021
|Des personnes gravement blessées lors d’un accident de roulage survenu en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 8 avril 2021
|Une personne retrouvée morte en zone Musaga

Burundi - Sécurité7 avril 2021
|L’insécurité monte d’un cran dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité6 avril 2021
|Des motards toujours sous injonctions policières au Sud du pays

Burundi - Sécurité 5 avril 2021
|Une personne portée disparue en province de Ngozi !

Burundi - Changement Climatique3 avril 2021
|Les ressortissants de Gifurwe ne savent plus à quel saint se vouer

Archives

 

 

 



Burundi - Droits de l’Homme

"L’Etat doit punir tout ce qui viole le droit des prisonniers, y compris le droit de se faire soigner", dixit Acat-Burundi

2 mars 2021

Bujumbura, le 2 mars 2021 (Net Press) . Acat-Burundi est une organisation de défense des droits de l’homme interdite au pays quelques mois après le déclenchement de l’instabilité politico-sécuritaire de 2015. Depuis, elle travaille en exil mais garde son œil sur les conditions de détention dans les prisons du Burundi.

Jean Claude Ntiburumusi, chargé de droits dans cette organisation, a porté à la connaissance du public qu’ au sein de son projet, il y a des détenus qui sont privés du droit de se faire soigner, surtout les détenu politiques qui ont subi la torture au niveau du service des renseignements.

Arrivés en prison, ils manquent de permission pour aller se faire soigner et ils deviennent des handicapés. Des fois, ils arrivent aux structures de santé tardivement pour se faire hospitaliser. Il dit que cela concerne également ceux qui n’ont pas de moyens pour payer les policiers qui les accompagnent à l’hôpital.

Il dit que c’est un problème majeur au moment où les prisons ne disposent pas d’assez de médicaments même pour les maladies faciles à traiter. Ntiburumusi dit qu’il y a des malades qui manquent de permissions pour aller voir les spécialistes alors qu’ils sont gravement malades.

Il a ajouté que ces cas sont fréquents dans les prisons comme celles de Muramvya, de Gitega et de Rutana, où les responsables de ces prisons n’octroient pas de permission tandis qu’actuellement pour la prison Mpimba, les responsables autorisent les prisonniers de se faire soigner. Il demande à l’Etat de punir les responsables des prisons qui n’autorisent pas aux détenus de se faire soigner car c’est leur droit qui est en train d’être bafoué. N.B.

Burundi - Politique

Le pouvoir et l’opposition en viennent aux mains via leurs membres

Bujumbura, le 2 mars 2021 (Net Press) . Dix personnes ont été blessées dans les localités de Bukuba, de Buhima et de Kiyenzi, en commune de Kanyosha, province de Bujumbura, à l’Ouest du pays. Des jeunes du parti aux affaires (les Imbonerakure) ont attaqué des militants de l’opposition Cnl et ont perturbé une réunion dans un local de leur parti. Des échauffourées conséquentes se sont soldées par une dizaine de blessés.

Des témoins sur place affirment que les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir (les Imbonerakure), armés de gourdins et bar de fers, se sont investis pour déstabiliser une réunion du parti de l’opposition (Cnl) qui se tenait sur la colline de Buhina, deux militants du parti Cnl ont été blessés.

Et dans la même foulée, les militants du parti Cnl ont fait recours à leurs collègues de la même famille politique dans cette bagarre, dix militants de la ligue des jeunes du parti au pouvoir (Imbonerakure) ont été blessés et n’eût été l’intervention musclée de la police, les choses allaient virer vers le calvaire.

L’on saura que dans cette partie du pays, sévit de l’intolérance politique d’autant plus ce que c’est la troisième fois que les militants des deux partis s’affrontent dans la localité depuis le début de l’année. N.R.

Burundi - Usa - Coopération

Le nouvel ambasadeur des Etats-Unis présente ses lettres de créances

Bujumbura, le 2 mars 2021 (Net Press). Le président de la République du Burundi, Evariste Ndayishimiye, a reçu en audience ce matin, la nouvelle ambassadrice des Etats-Unis au Burundi, Mélanie Harris Higgins. Cette fonctionnaire américaine au Département d’Etat, a été nommée ambassadeur de son pays au Burundi par l’ancien président Donald Trump, le 18 novembre 2020 et confirmée par Joe Biden comme étant la prochaine ambassadrice de ce pays au Burundi. Elle vient de succéder à Anne Casper dans ces fonctions.

Au cours de cette audience, les deux personnalités ont évoqué les relations bilatérales entre les deux pays. La nouvelle ambassadrice s’engage à améliorer les relations entre les deux nations, notamment en ce qui concerne la gouvernance, la santé publique, l’élevage, la lutte contre le chômage des jeunes, l’aide humanitaire, l’éducation ainsi que l’établissement des liens entre les peuples burundais et américains.

La nouvelle patronne de l’ambassade des Etats-Unis devra creuser ses méninges pour satisfaire aux exigences de Washington et de Gitega. L’on se souviendra qu’en 2014, alors que l’ancien président Barack Obama tentait de dissuader feu Pierre Nkurunziza pour qu’il renonce au troisième mandat, les Etats-Unis avaient comme vice-président Joe Biden, qui est aujourd’hui aux commandes.

Cette initiative de Barack Obama a d’ailleurs créé un bref climat de méfiance entre les deux capitales et ce n’est pas Samantha Power, alors en visite à Bujumbura, qui puisse l’oublier. Lors de la campagne électorale des Etats-Unis en 2016, Gitega soutiendra d’ailleurs la candidature du républicain Donald Trump contre Hilary Clinton et Pierre Nkurunziza fut le premier président africain à féliciter le nouvel élu.

L’ancien président des Etats-Unis, fidèle à sa politique d’"Amérique d’abord", se soucia très peu du reste du monde, sans oublier l’Afrique, si bien que le continent noir n’a pas eu de dividendes liées à l’administration Trump. Selon certains observateurs, la nouvelle ambassadrice, Mélanie Harris Higgins, qui est en effet le produit des deux administrations rivales au pays de l’Oncle Sam, - républicaine et démocrate -, devrait accomplir sa mission avec brio dans notre pays. J.M.

Burundi - Développement

Plus de 13000 bénéficiaires se réjouissent du soutien du projet Merankabandi à Gitega

Gitega, le 2 mars 2021 (Net Press) . Les bénéficiaires disent que ce projet a contribué dans le développement des ménages sur 60 collines des quatre communes de la province de Gitega. Plus de 13487 individus recevront 40.000F par mois pour investir dans des mini projets. Les bénéficiaires disent que suite aux formations qu’ils ont reçues de la part de l’ODAG Caritas sur l’utilisation de ce petits fonds qu’ils reçoivent, le niveau de vie des ménages qui ont peu de moyens a augmenté.

Cela a été confirmé par Gérard Nibigira, conseiller économique du gouverneur de Gitega, qui dit qu’au début, les gens qui recevaient ces fonds ne l’utilisaient pas dans leur projet de développement, d’où le projet a accompagné cette aide par les enseignements qui sont donnés par ODAG Caritas.

Ils ont été choisis après passation des marché qui leur a montré comment démarrer avec les petits projets pour promouvoir leur développement. Signalons que le projet Merankabandi concerne les communes Buraza, Itaba, Bugendana et Gitega, et prendra fin en 2022. N.B.

Burundi - Changement Climatique

Treize vaches et quatre moutons morts foudroyés en province de Bururi

Bururi, le 2 mars 2021 (Net Press) . Treize vaches et quatre moutons sont morts foudroyés ce lundi 1er mars sur la colline Ntunda, de la zone Binyuro, en commune Vyanda, en province de Bururi au Sud du pays. Selon le porte-parole au ministère de l’intérieur, de la sécurité publique et du développement communautaire, Pierre Nkurikiye, aucun dégât humain n’a pas été enregistré. N.R.

Burundi - France – Justice

De l’inédit dans la justice française

Paris, le 2 mars 2021 (Net Press) . L’ancien président de la République française de 2007 à 2012, Nicolas Sarkozy, a été condamné à de la prison ferme. Ce lundi 1er mars, Nicolas Sarkozy a été déclaré coupable de corruption et de trafic d’influence dans l’affaire dite des écoutes. Une peine lourde : trois ans de prison dont deux avec sursis. Une condamnation dont a immédiatement fait appel l’ancien chef de l’État français. Avec cette condamnation, la perspective d’un recours de Nicolas Sarkozy aux présidentielles de 2022 s’évapore.

La droite française a condamné ce jugement qualifié d’acharnement judiciaire du parquet national financier. Elle manifeste son soutien indéfectible à Nicolas Sarkozy contre cette peine sévère et disproportionnée. Certains vont jusqu’à dénoncer une justice qui mène une instruction à charge contre les élus, de droite en particulier, donc une justice utilisée à des fins politiques.

Cependant, il y a une formation politique, le "Rassemblement National" de Marine Le Pen, qui n’est pas très agacée par cette condamnation de Nicolas Sarkozy car sur l’échiquier politique français, cette dame pourrait avoir le libre accès de représenter la droite française lors des échéances électorales de 2022.

La condamnation de l’ancien président français en rappelle une autre, au Burundi, où l’ancien président de la République, feu Pierre Nkurunziza, a emprisonné son prédécesseur Domitien Ndayizeye, en 2006, alors que la remise et reprise du pouvoir entre les deux hommes avait eu lieu en août 2005. Il était accusé de complot régional, réunissant notamment des responsables rwandais et ougandais, visant à renverser le gouvernement burundais et à prendre le pouvoir.

En Afrique du Sud, le scénario fut l’inverse de celui de Paris et de Bujumbura suite à la sagesse de Nelson Mandela. Alors qu’il allait être intronisé premier président noir de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela posa la question à son protocole de savoir où se trouvait son prédécesseur direct, Frederick De Klerk. Il était assis sur une chaise située derrière tout le monde dans la salle des cérémonies.

Nelson Mandela exigea qu’il soit placé devant car il devait avoir tous les honneurs d’un ancien chef d’Etat. Comme il avait déjà annoncé qu’il exercera un seul mandat de 5 ans, de 1994 à 1999, il demanda à son protocole s’il va être traité de la même manière au terme de quinquennat à la présidence. Depuis, Frederick De Klerk devint un homme respecté dans son pays. D.N.

Burundi - Zimbabwe – Politique

Mise en cause pour harcèlements sexuels, le vice-président zimbabwéen démissionne

Harare, le 2 mars 2021 (Net Press) . Le vice-président du Zimbabwe, Kembo Mohadi, accusé de harcèlement sexuel, a annoncé lundi 1er mars sa démission, tout en réaffirmant son innocence. Plusieurs médias locaux ont publié des comptes rendus de conversations au cours desquelles un homme présenté comme Kembo Mohadi harcelait sexuellement plusieurs femmes, dont l’une serait une de ses collaboratrices.
"
Kembo Mohadi, 71 ans, dans une lettre diffusée sur le compte twitter du ministère de l’Information, dit qu’il démissionne de ses fonctions de vice-président de la république du Zimbabwe (...) avec effet immédiat". Il s’agit d’un geste de respect à l’égard de la présidence, "afin qu’elle ne soit pas mise en cause ou caricaturée et d’affirmer qu’il a besoin de prendre du recul pour faire face à ses difficultés en dehors de ses fonctions, tout en niant toute mauvaise conduite de sa part.

Kembo Mohadi se défend qu’il est victime de manipulations d’information, de déformations d’enregistrements, d’espionnage et de sabotage politiques. Vétéran de la guerre d’indépendance du Zimbabwe, ancien ministre de l’Intérieur sous M. Robert Mugabe, M. Mohadi était l’un des deux vice-présidents du pays. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE