Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique 1er mai 2021
|A la veille de la célébration de la fête du travail, le président de la République adresse un message à la nation

Burundi - Sécurité 30 avril 2021
|Six personnes mortes foudroyées en commune Tangara

Burundi - Sécurité 29 avril 2021
|Une personne se donne la mort en province de Bubanza

Burundi - Sécurité28 avril 2021
|Un pasteur d’origine béninoise tué en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 27 avril 2021
|Un bénéficiaire de la grâce présidentielle introuvable !

Burundi - Sécurité 26 avril 2021
|Un étudiant de l’université du Burundi serait mort des suites de la faim

Burundi - Sécurité 24 avril 2021
|Deux personnes tuées en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité23 avril 2021
|Une personne retrouvée sans vie en zone Nyakararo

Burundi - Russie – Sécurité 22 avril 2021
|Gitega signe avec Moscou le projet d’implantation d’un centre nucléaire au Burundi

Burundi – Sécurité 21 avril 2021
|Dix bandits interpellés au quartier III en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 20 avril 2021
|Une administrative accusée de vendre des boissons prohibées arrêté à Mwaro

Burundi - Sécurité 19 avril 2021
|Un berger tué en province de Bururi !

Burundi - Sécurité17 avril 2021
|Un homme armé a fait sept morts et trois blessés à Rusaka

Burundi - Sécurité16 avril 2021
|Un corps sans vie découvert dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité 15 avril 2021
|Le chef de quartier Teza dans le collimateur de la population de cette localité

Burundi - Sécurité 14 avril 2021
|Une personne tuée en commune Gihanga

Burundi –Sécurité 13 avril 2021
| Trois cadavres découverts en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité12 avril 2021
|Arrêté pour avoir tué sa conjointe

Burundi - Sécurité 10 avril 2021
|Un corps sans vie découvert en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité Routière 9 avril 2021
|Des personnes gravement blessées lors d’un accident de roulage survenu en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 8 avril 2021
|Une personne retrouvée morte en zone Musaga

Burundi - Sécurité7 avril 2021
|L’insécurité monte d’un cran dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité6 avril 2021
|Des motards toujours sous injonctions policières au Sud du pays

Burundi - Sécurité 5 avril 2021
|Une personne portée disparue en province de Ngozi !

Burundi - Changement Climatique3 avril 2021
|Les ressortissants de Gifurwe ne savent plus à quel saint se vouer

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un corps sans vie emballé dans un sac découvert au sud de Bujumbura

9 mars 2021

Bujumbura, le 9 mars 2021 (Net Press) . Un corps sans vie d’un homme emballé dans un sac a été découvert dans la matinée de ce lundi 8 mars, sur la colline Rukuba, zone Kiyenzi dans la commune Kanyosha, en province de Bujumbura, à l’Ouest du pays. L’administration locale a ordonné son inhumation.

Selon des sources sur place, la victime, non encore identifiée, aurait été tué ailleurs avant de laisser ce corps dans cette localité. Il a été découvert par les passants qui étaient sous le brime d’une odeur nauséabonde, qui ont approché pour faire un constant d’où venait l’odeur qui dérangeait tout passant et qui ont un vu un corps sans vie en décomposition emballé dans un sac. Ils ont vite alerté les autorités locales. N.R.

Burundi - Sécurité

Deux personnes incarcérées à Rumonge accusés de faciliter l’avortement

Rumonge, le 9 mars 2021 (Net Press) . Deux hommes, dont un infirmier dans une clinique privé de la ville de Rumonge, au Sud-ouestdu pays, ont été appréhendés par la police à l’aube de ce mardi 9 mars 2021. Ils sont accusés de faciliter l’avortement d’une jeune fille qui reste introuvable après l’enlèvement du fœtus.

La police de Rumonge dit qu’elle a appris cette information de la part du comité mixte de sécurité et qu’elle directement allée pour la vérifier dans cette clinique. Arrivée là, elle a trouvé que le corps de l’enfant et sa maman se sont volatilisés. Les deux hommes sont entre les mains de la police et leur dossier se trouve déjà pendant devant le parquet de Rumonge.

La Fnadeb (fédération nationale des associations pour la défense des droits de l’enfant au Burundi) à Rumonge s’inquiète des cas de violation des droits de l’enfant qui prennent de l’ampleur ces derniers jours et demande que ces deux hommes soient punis de façon exemplaire et de rechercher la fille afin de la traduire en justice. N.B.

Burundi - Justice

L’Obp se réjouit de la grâce présidentielle accordée à certains détenus

Bujumbura, le 9 mars 2021 (Net Press) . Dans un communiqué de presse rendu public le 8 mars 2021, le président et représentant légal de l’observatoire burundais des prisons, Obp, Audace Gahiga, dit qu’au lendemain de la mesure du président de la République de libérer certains détenus, cette Ong locale se réjouit de cette mesure qui vient désengorger les prisons.

Audace Gahiga mentionne que l’observatoire burundais des prisons salue le travail de la mission d’identification des détenus à libérer et encourage le ministère en charge de la justice dans la mise en exécution de cette mesure.

L’observatoire burundais des prisons recommande à la communauté internationale d’appuyer les initiatives locales en matière de protection des droits de prisonniers par le renforcement des capacités opérationnelles des corps chargés de l’application de la loi et le soutien matériel et financier pour humaniser le milieu carcéral. N.R.

Burundi- Droits de l’Homme

Human right watch demande la libération des réfugiés burundais rapatriés de force

Addis Abeba, le 9 mars 2021 (Net Press) . Selon un communiqué de presse rendu public le 8 mars 2021, le directeur pour l’Afrique centrale de l’Ong Human Rights Watch, Lewis Mudge, demande au gouvernement burundais de libérer les réfugiés burundais rapatriés de force à partir de la Tanzanie, d’abandonner les accusations qu’elle qualifie d’ "infondées" et de mener des enquêtes ouvertes sur les service de renseignement contre huit anciens réfugiés burundais reconduits de force de Tanzanie en aout 2020.

Selon ce communiqué de presse, le 26 février 2021, le tribunal de grande instance de Muha à Bujumbura s’est prononcé contre la libération provisoire de ces personnes malgré le fait que l’accusation n’ait pas fourni de preuves justifiant leur maintien en détention et que leur droit à une procédure régulière ait été violé à plusieurs reprises.

Le directeur pour l’Afrique centrale de l’Ong Human Right Watch Lewis Mudge, dit : " l’Etat burundais retourne le couteau dans la plaie en poursuivant un groupe de réfugiés rapatriés de force qui ont été victime de crime odieux " et ajoute que " ce simulacre de procès met en lumière la politisation du retour des réfugiés, mais aussi l’influence que l’exécutif exerce encore sur les tribunaux burundais".

Les huit hommes – Anaclet Nkunzimana, Félix Cimpaye, Radjabu Ndizeye, Revocatus Ndayishimiye, Saidi Rwasa, Emmanuel Nizigama, Didier Bizimana et Ezéchiel Stéphane Niyoyandemye - ont été arrêtés dans les camps des réfugiés de Mtendeli et de Nduta en Tanzanie entre fin juillet et début aout 2020. Les autorités tanzaniennes les ont détenus au secret pendant plusieurs semaines au poste de police de Kibondo, où ils ont été torturés.

Human rights watch affirme que les réfugiés ont déclaré que pendant leur séjour au poste de police de Kibondo, les service nationaux de renseignement et la police tanzanienne les avaient maltraités et avaient demandé un million de shillings (430 dollars US) pour les libérer. Ne pouvant pas payer, les réfugiés ont été emmenés par les forces de l’ordre à la frontière burundaise, mains liées au visage couvert. Quatre d’entre eux se trouvent actuellement dans la prison de Bubanza et quatre autres dans celle de Muramvya.

Selon Human rights watch, le transfert au Burundi par la Tanzanie des réfugiés ou des demandeurs d’asile burundais détenus au mépris des règles élémentaires du droit à une procédure régulière viole les dispositifs légaux internationaux relatifs à l’interdiction du refoulement, c’est-à-dire le renvoi forcé de toute personne vers un lieu où elle court un risque réel de persécution, de torture ou d’autres mauvais traitements ou de menace pour sa vie.

Une première audience préliminaire dans cette affaire s’est tenue le 24 février 2021, six mois après que leur dossier ait été transféré au tribunal de grande instance. Le code de procédure pénal burundais donne au tribunal deux semaines pour organiser une audience après réception du dossier. Le 23 février, les autorités pénitentiaires n’ont informé les détenus que tardivement que leur affaire serait entendue le lendemain matin.

Dans ce communiqué de presse, Human rights Watch dit que le pacte international relatif aux droits civils et politiques, Pidcp, que le Burundi a ratifié en 1990, stipule que « la détention de personnes qui attendent de passer en jugement ne doit pas être de règle ». Le comité des droits de l’homme, l’organe international d’experts qui interprète le Pidcp, a déclaré dans une observation générale que « la détention avant jugement doit reposer sur une évaluation au cas par cas déterminant qu’elle est raisonnement et nécessaire au regard de toutes les circonstances, par exemple pour éviter que l’intéressé ne prenne la fuite, ne modifie des preuves ou ne commette une nouvelle infraction « .

Human Rights Watch affirme qu’au cours de l’audience, l’un des trois juges a déclaré que l’affaire était de nature « politique », et l’accusation n’a fourni aucune preuve pour étayer ses accusations de « participation à des bandes armées « et de « menace à l’intégrité du territoire national « .

Une source présente à l’audience a raconté que le substitut du procureur n’avait fait aucune mention du premier chef d’accusation lors de l’audience. L’accusation a reproché aux anciens réfugiés d’avoir découragé leurs compatriotes en Tanzanie de retourner au Burundi pour justifier l’accusation d’atteinte à « l’intégrité du territoire national « , alors même que les décisions de retour des réfugiés au Burundi n’ont aucune incidence sur cette question.

Dans cette déclaration, Human Rights Watch fait savoir que le parquet devrait abandonner ces poursuites sans fondement. Au lieu de quoi, le parquet devrait ouvrir une enquête sur le rôle des agents de l’Etat et notamment sur le service national de renseignement (Snr), dans le retour forcé des réfugiés et sur la collaboration présumée du Snr avec la police et les agents de renseignement tanzaniens.

Human rights watch souhaite que le gouvernement burundais mette en place de vastes réformes pour honorer l’engagement du président Evariste Ndayishimiye de mettre fin à l’impunité après les élections de mai 2020 et s’attaquer à la politisation sous–jacente du système judiciaire qui a conduit à d’autres poursuites abusives similaires. N.R.

Burundi - Administration

Le personnel de l’Obuha réclame une indemnisation avant d’embaucher les nouveaux employés

Bujumbura, le 9 mars 2021 (Net Press) . Selon nos sources, le personnel de l’Office burundais de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction (Obuha), demande au premier ministre de veiller à ce qu’il n’y ait pas de licenciement abusif. Il s’agit de six sociétés qui ont été fusionnés en juin 2019 pour former l’Obuha et il est chargé de l’urbanisme, de l’habitat et du cadastre.

Le décret présidentiel de juin 2020 nomme à la tête de l’Obuha un commissaire qui travaille pour le ministère et les six sociétés sont représentées par des coordonnateurs qui travaillent pour l’Obuha, mais qui sont payés par leurs sociétés.

L’inquiétude pour ce personnel est que dans une réunion du conseil d’administration de l’Obuha qui s’est tenue le 1er mars 2021, il a été décidé qu’il sera organisé un test au mois d’avril pour recruter les nouveaux employés de l’Obuha. Il demande un licenciement conformément à la loi afin de résilier l’ancien contrat.

Signalons que le personnel a écrit au ministre de tutelle, il vient de passer 4 mois sans réponses, raison pour laquelle il fait recours au premier ministre. Il réclame aussi pour le personnel qui est en pension depuis 2020. N.B.

Burundi - Commerce

Le Burundi interdit provisoirement l’importation des graines/farine

Bujumbura, le 9 mars 2021 (Net Press) . D’après un communiqué du ministère ayant le commerce dans ses attributions, il est informé aux opérateurs économiques et aux consommateurs de farine de maïs qu’il s’observe ces derniers temps l’importation de graines/farine de maïs ayant une teneur élevée de mycotoxines.

Or, avertit le ministère, les mycotoxines telles que les aflatoxines et les fumonisines sont connues pour être cancérigènes. Compte tenu de la production de cette saison culturale A, des mesures d’interdiction d’importation de graines/farine de maïs viennent d’être prises pendant une période de six mois, à compter de ce 8 mars 2021. N.B.

Burundi - Usa - Justice

"Procès de Derek Chauvin aux États-Unis : la crainte d’un acquittement", dixit Rfi

Saint Paul, le 9 mars 2021 (Net Press) . Le procès de Derek Chauvin, qui s’est ouvert lundi 8 mars à Minneapolis, aux États-Unis, reprend ce mardi. Malgré une vidéo accablante qui a fait le tour du monde montrant ce policier blanc étouffer l’Afro-Américain George Floyd avec son genou pendant près de neuf minutes, beaucoup à Minneapolis craignent qu’il soit acquitté.

Ils sont venus devant le tribunal de Minneapolis dès l’ouverture du procès de Derek Chauvin pour se rappeler au bon souvenir de la justice en laquelle la plupart de ces manifestants ont perdu confiance.

Michael, un masque du mouvement Black Lives Matter sur le visage, craint un acquittement du policier responsable de la mort de George Floyd. « Je ne m’attends pas à ce que justice soit rendue, déclare-t-il. Quand il s’agit des Noirs, notre système judiciaire n’est jamais cohérent. Dans cette affaire, Derek Chauvin va s’en tirer. Parce que c’est presque toujours comme cela que cela se passe aux États-Unis ».

Pour ce procès ultrasensible, le tribunal de Minneapolis où est jugé Derek Chauvin a été transformé en camp retranché. D’immenses grilles en fer et des fils barbelés ont été installés tout autour du bâtiment.

Il s’agit d’un très mauvais signal pour ces manifestants, juge Stéphanie, une militante antiraciste. « C’est ridicule, estime-t-elle. C’est inutile. Et c’est une façon de nous faire passer, nous, les habitants de Minneapolis, pour des criminels alors que le criminel, c’est celui qui se trouve dans ce bâtiment. C’est Derek Chauvin ». Le verdict est attendu pour fin avril. De l’avis général, un acquittement provoquerait le retour des protestations.

Pour la famille, un « ascenseur émotionnel »

Bridget Floyd attendait et redoutait ce moment depuis neuf mois. La sœur de George Floyd a mis la tenue des grands jours, à savoir un tailleur rouge, un chapeau assorti et des lunettes noires, pour venir s’assoir dans la salle du tribunal de Minneapolis et se tenir en face de Derek Chauvin.

« C’est l’ascenseur émotionnel, explique-t-elle. Mais j’essaie de tenir le coup autant que possible, de rester solide. C’est ce qu’il l’aurait fait pour moi. Tout le pays parle de mon frère. Je n’aurais jamais imaginé que ma famille vivrait un jour une épreuve aussi difficile ».

Bridget Floyd espère aujourd’hui que cette tristesse ne sera pas aggravée par un acquittement. Elle réclame « la justice. Rien que la justice. C’est tout ce que nous voulons et c’est ce que nous aurons. Tout le monde doit répondre de ses actes ».

Après des mois de protestations consécutives à la mort de son frère cet été, Bridget Floyd appelle au calme, quel que soit le verdict attendu pour fin avril. J.M.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE