Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 1er juin 2021
|Trois personnes tuées en province de Kayanza et de Cibitoke

Burundi - Sécurité 31 mai 2021
|Une cache de bandits qui bascule sous le silence de la commune urbaine de Ntahangwa

Burundi - Kenya - Politique 29 mai 2021
|Le président de la République du Burundi attendu au Kenya !

Burundi - Sécurité 28 mai 2021
|Trois corps sans vie découverts en province de Cibitoke

Burundi - Politique27 mai 2021
|Audience à la présidence de la République

Burundi - Sécurité 26 mai 2021
|Explosion de grenades sur Bujumbura, deux morts et des blessés, selon la police

Burundi - Rwanda - Sécurité25 mai 2021
|L’armée burundaise dément formellement une information des réseaux sociaux

Burundi - Sécurité 24 mai 2021
|Six personnes mortes dans la noyade en province de Muyinga

Burundi - Onu - Génocide22 mai 2021
|Le Burundi vote contre la responsabilité de protéger et de prévenir le génocide

Burundi - Sécurité21 mai 2021
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité20 mai 2021
|Des vols répétitifs de vaches dans la province de Bujumbura dit rural

Burundi - Sécurité19 mai 2021
|"La province de Mwaro devient un hébergement des criminels", dixit un ressortissant

Burundi - Sécurité18 mai 2021
|Trois enfants mordus par un chien en zone Kinama

Burundi - Rwanda - Sécurité 17 mai 2021
|Un rapatrié venu du Rwanda introuvable !

Burundi - Sécurité15 mai 2021
|Une personne d’origine congolaise trouve la mort au Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité14 mai 2021
|Des pêcheurs trouvent la mort dans le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité13 mai 2021
| Plus de 200 maisons détruites et brulées sur la sous colline Nyarure

Burundi - Sécurité12 mai 2021
|La population de Bujumbura, de Mwaro et de Muramvya invitée à garantir et à sauvegarder la paix et la sécurité

Burundi - Sécurité11 mai 2021
|Une personne morte sur la colline Cunyu en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 10 mai 2021
|Un journaliste de la radio Culture retrouvé mort.

Burundi - Justice8 mai 2021
|Condamnation de l’ancien député Fabien Banciryanino

Burundi - Sécurité7 mai 2021
|Des pluies torrentielles occasionnent un écroulement d’un pont en commune Kabezi

Burundi - Sécurité6 mai 2021
|La cohabitation des plus compliquées entre policiers et motards au Sud du pays

Burundi - Sécurité5 mai 2021
|Une jeune fille trouve une mort accidentelle dans la commune de Kabezi

Burundi - Sécurité 4 mai 2021
|Un policier accusé d’avoir facilité l’escapade d’un détenu clandestin arrêté à Rutana !

Archives

 

 

 



Burundi - Rwanda - Sécurité

L’armée burundaise dément formellement une information des réseaux sociaux

25 mai 2021

Bujumbura, le 25 mai 2021 (Net Press) . Selon des informations en provenance des services rwandais de la sécurité, des éléments venus du Burundi ont été interceptés dans la nuit de dimanche 23 mai dans le village de Rwamisave, où deux parmi eux ont été tués et plusieurs armes saisies, dont des uniformes de l’armée burundaise.

Selon ce communiqué, l’attaque avait eu lieu le 23 mai vers 21 heures et les assaillants avaient traversé la rivière Ruhwa de la province de Cibitoke, au Nord-ouest du pays. Selon toujours les services rwandais de la défense, ces hommes sont entrés jusqu’à environ 100 mètres à l’intérieur du Rwanda, à Bweyeye, dans la cellule de Nyamuzi.

Le ministère burundais de la défense nationale et des anciens combattants, à travers son porte-parole, le colonel Floribert Biyereke, dément formellement ces informations. Il assure qu’aucun malfaiteur n’est parti du territoire burundais pour attaquer le Rwanda en date du 23 mai dernier.

Il a poursuivi que des éléments des forces de défense nationale et des anciens combattants se trouvent sur les frontières communes entre les deux pays dans le but uniquement d’assurer la sécurité du territoire burundais, ce qui est en somme la mission de ce ministère chargé de la défense nationale.

Ce n’est pas la première fois que les deux pays s’accusent mutuellement d’attaques. Comme aucun d’entre eux ne reconnaît de telles agressions, la question des relations sécuritaires et de voisinage entre les deux pays a été confiée à la conférence internationale sur la région des grands lacs, Cirgl, qui ne s’est pas encore prononcée. Mais malgré cela, il y a de part et d’autre une volonté politique de rapprochement entre les deux pays qualifiés de jumeaux au regard de la composante ethnique de leurs populations et de leurs superficies. J.M. 

Burundi - Sécurité

Un pêcheur du lac Cohoha retrouvé mort

Kirundo, le 25 mai 2021 (Net Press) . Des informations en provenance de la province de Kirundo, au Nord du pays, rapportent qu’un homme âgé de 65 ans, Jean Mbarubukeye, a été retrouvé mort dans la soirée de ce lundi 24 mai. Ceux qui ont vu le corps sans vie indiquent qu’il a été tué au moyen des coups de machettes.

Il semble que cet homme avait quitté son domicile de bonne heure pour aller pêcher dans le lac Cohoha et au retour, il a été attaqué par des gens qui n’ont pas encore été identifiés. Ces voisins soupçonnent que des motifs de sorcellerie seraient à la base de cet assassinat et l’administration demande au comité mixte de sécurité d’être plus vigilant. D.N.

Burundi - Sécurité

Une autre disparition mystérieuse d’un retraité ex Fab en province de Makamba

Makamba, le 25 mai 2021 (Net Press) . Nous apprenons qu’un retraité ex force armée burundaise, connu sous le nom d’Evariste Ngendakumana, est introuvable depuis ce mardi 25 mai, il habitait au quartier Nyaburumba, au centre-ville de Makamba, au Sud du pays. Sa famille l’a cherché dans tous les cachots de Makamba sans succès C’est un deuxième retraité de l’ancienne armée burundaise porté disparu depuis samedi dernier.

Sa famille biologique indique que tout a commencé dans la matinée de ce mardi lorsque Evariste Ngendakumana, le sexagénaire, participait à une messe matinale à la paroisse catholique de Makamba. Quelques moments après, des éléments de la police de protection des institutions sont venus arrêtér son fils qui étudie à l’école secondaire, comme l’indique sa famille.

De son côté, le retraité de l’ex force armée burundaise reste introuvable d’autant plus que même son téléphone portable est injoignable et des doutes planent qu’il aurait connu le même sort que Charles Hamenyimana, un retraité catéchiste de l’église anglicane à la succursale Muterama de la paroisse anglicane Mabanda (même province). Ce dernier avait été enlevé par des inconnus et porté disparu depuis samedi 22 mai . Sa famille ne l’a pas non plus retrouvé depuis. Sa famille demande aux autorités civile, policière et militaire de l’aider à le retrouver. N.R.

Burundi - Sécurité

Une jeune femme se donnée la mort en province de Ruyigi

Ruyigi, le 25 mai 2021 (Net Press). Une jeune femme s’est suicidée dans la matinée de ce dimanche 23 mai sur la colline Karindo, de la zone Kinyinya, en commune Kinyinya de la province de Ruyigi, à l’Est du pays. Les circonstances de cette suicide restent méconnues, selon sa famille biologique et son entourage.

Selon des informations sur place, cette femme a profité de l’absence de son époux qui participait à la messe dominicale et s’est pendue à l’aide d’une corde quine lui a donné aucune chance de survie. Elle laisse derrière elle un nourrisson de quatre mois.

Cependant, sa famille et son entourage avancent que la victime avait une déficience mentale, et venait de sortir fraichement de son hospitalisation à l’hôpital neuropsychiatrique de Kamenge , dans la capitale économique du pays. N.R.

Burundi - Ceeac - Politique

Le Burundi assurera la présidence du comité consultatif permanent des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale

Bujumbura, le 25 mai 2021 (Net Press) . Cela sort d’une réunion des experts de 11 pays membres de ce comité consultatif des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale de ce mardi 25 mai 2021 à Kiriri Garden Hôtel, dans la capitale économique du pays.

Dans un mot de bienvenue du secrétaire permanant au ministère des affaires étrangères qui a représenté la République du Burundi, Isidore Ntirampeba a remercié les experts de tous les pays membres qui sont présents dans ces assises.

Il fait savoir que cette réunion a pour thème : « la gestion des processus électoraux dans l’espace de la communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ». Il a rappelé que ces assises se tienne atu Burundi une année après l’organisation des élections nationales du 20 mai 2020 dans un climat apaisé et détendu.

Il a également évoqué des défis sécuritaires auxquels les Etats membres du comité font face. Il a épinglé notamment l’activisme des groupes armés et autres mouvements terroristes, les tensions liées aux processus électoraux ainsi que la circulation illicite des armes légères et de petit calibre.

Isidore Ntirampeba a ajouté que l’UNSAC, ledit comité de l’Afrique centrale, est une plateforme de concertation afin d’apporter une réponse appropriés aux défis sécuritaires de la région.

Quant à la question de savoir la plus-value que le Burundi tire de la présidence de l’UNSAC, il a répondu que le pays aura une visibilité au niveau mondial compte tenu de la période de crise que le Burundi a connu. C’est aussi une occasion de montrer aux visiteurs étrangers que nous avons un pays hospitalier, ce qui est un autre incitateur aux investisseurs étrangers que notre pays est en sécurité.

Signalons que c’est le tour du Burundi d’assurer la présidence de ce comité et le Gabon assurera la 1er vice-présidence tandis que l’Angola s’occupera de la 2e vice-présidence pour un mandat de 6 mois. Notre pays vient de remplacer la Guinée Equatoriale dans cette présidence tournante. N.B.

Burundi - Société

La police burundaise présente une jeune fille qui a boycotté le mariage religieux

Bujumbura, le 25 mai 2021 (Net Press) . Devant la presse dans l’après-midi de ce lundi 24 mai, le porte-parole du ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique, Pierre Nkurikiye, a montré aux professionnels des médias une jeune fille qui a boycotté le mariage religieux. La concernée porte le nom d’Emeline Ndayishimiye et poursuivie d’"abandon de famille", suivant des enquêtes policières.

Dans un point de presse tenu à cet effet, Pierre Nkurikiye a indique que la police judiciaire la poursuit pour abandon de la famille en violation de l’article 556 du code pénal burundais, pour escroquerie et malversations des biens familiaux.

Pierre Nkurikiye dit que la police burundaise va poursuivre devant la justice l’Ong association des femmes juristes qui l’a cachée pendant trois mois sans contact avec sa famille et épingle cette association de traitement inhumain et dégradant et atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat, de complicité des témoins à charge contre cette jeune demoiselle. N.R.

Burundi - Rwanda - Sécurité

Une personne d’origine rwandaise introuvable en province de Cibitoke

Cibitoke, le 25 mai 2021 (Net Press) . Il est connu sous le sobriquet de Mwarabu, ce dernier s’est marié à une Burundaise habitant la zone Ndava, de la commune Buganda, en province de Cibitoke au Nord-ouest du pays. Selon des informations concordantes, il est introuvable depuis six jours.

Selon nos informations, ce marchand de viandes de porcs a été appelé sur son téléphone portable, un message lui demandant d’amener de l’argent pour acheter un porc, une somme de quatre cent mille en poche. Il s’est embarqué dans une voiture de type Probox et depuis, ce mardi 18 mai, il est introuvable.

Une personne accusée de travailler de mèche avec ses ravisseurs est entre les mains du commissariat de la police de Buganda pour une enquête y relative. Des sources sur place indiquent que la population de cette localité vit la peur au ventre et une large majorité des habitants a peur de sortir pendant la nuit. Ils demandent aux autorités policière, civile et militaire de sécuriser cette circonscription qui est devenue le théâtre de l’insécurité. N.R.

Burundi - Mali – Sécurité

Mali : Bah N’Daw et Moctar Ouane arrêtés

Bamako, le 25 mai 2021 (Net Press) . Le président de la transition du Mali et son premier ministre ont été interpellés par des militaires et conduits au camp de Kati, d’où le putsch contre Ibrahim Boubacar Keïta était parti, en août dernier.

La composition du nouveau gouvernement venait à peine d’être annoncée sur les antennes de la radio et télévision du Mali que la situation à Bamako s’est subitement tendue. Des mouvements de troupes ont été observés au camp militaire de Kati, à une quinzaine de kilomètres de Bamako, ainsi que dans plusieurs points de la capitale.

Selon nos informations, le président de la transition, Bah N’Daw, ainsi que le premier ministre, Moctar Ouane, ont été conduits sous escorte militaire à Kati. Des sources au sein du Conseil national de la transition (CNT), de la Minusma ainsi qu’un diplomate ouest-africain l’ont confirmé à Jeune Afrique.

Cette soudaine montée de tension intervient après l’annonce de la mise à l’écart, dans le gouvernement Moctar Ouane II, de deux membres influents de l’ex-Conseil national pour le salut du peuple (Cnsp), qui a mené le putsch du 18 août 2020 contre Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

Le colonel Modibo Koné a dû céder son poste de ministre de la sécurité et de la protection civile au général Mamadou Lamine Ballo, tandis que le colonel Sadio Camara a quitté le très stratégique ministère de la défense où le remplace le général Souleymane Doucouré, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air qui était jusque-là secrétaire général du ministre de la Défense.

Condamnation de la communauté internationale

Du côté de la communauté internationale, la « tentative de coup de force » est condamnée dans un communiqué commun de la mission de l’ONU au Mali (Minusma), la Communauté des États ouest-africains (Cédéao), l’Union africaine, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Union européenne. C’est la première prise de position depuis le début de l’affaire.

Le comité local de suivi de la transition composé de tous les représentants de la communauté internationale au Mali s’inquiète et exige « la libération immédiate et inconditionnelle » des autorités de transition arrêtées. Et comme pour montrer sa fermeté, le comité ajoute dans le même communiqué que les auteurs de l’arrestation du premier ministre et du président de la transition « seront personnellement rendu responsables de leur sécurité »

Selon des observateurs de la politique, malgré les leçons reçues de la part des pays à tradition démocratique, des systèmes de coups de force reviennent petit à petit dans les pays africains depuis 2015, allusion faite au Mali en 2020 et 2021, tentative de coup d’Etat au Burundi en 2015, au Burkina Faso en 2015, au Zimbabwe en 2017, et tentative de coup de force au Gabon en 2019.

En dehors de l’Afrique, en Asie, l’on peut évoquer la Turquie en 2016 et plus récemment, le coup d’Etat militaire en Birmanie à partir du 1er février 2021 contre Aung San Suu Kyi, qui venait d’être réélue. N.R.

Burundi - Afrique - Histoire

Si l’histoire de l’organisation de l’union africaine, Oua, vous était contée

Addis Abeba, le 25 mai 2021 (Net Press) . Cette dépêche s’adresse particulièrement aux plus jeunes générations qui n’ont jamais su qu’avant l’Union africaine, il y avait une autre organisation panafricaine créée au lendemain des indépendances et qui a cessé d’exister au début des années 2000.

Le 25 mai 1963, il y a exactement 54 ans, 32 États créèrent l’Organisation de l’unité africaine à Addis-Abeba en Éthiopie. Parmi les chefs d’État fondateurs, les avis divergeaient sur sa nature. Les partisans du fédéralisme, menés par le président du Ghana Kwame Nkrumah, s’opposaient aux tenants d’une « Afrique des États » avec à leur tête le président sénégalais Léopold Sédar Senghor.

Ces derniers imposèrent leur vision et l’Organisation de l’unité africaine devint un outil de coopération, et non d’intégration, entre les États. Depuis, la Journée mondiale de l’Afrique est célébrée tous les 25 mai.

Durant le même mois, la charte de l’organisation (qui fut rédigée notamment par le président malien Modibo Keïta et le président togolais Sylvanus Olympio quelque temps avant sa mort) fut signée par trente États africains indépendants. Le Togo n’est pas représenté du fait de l’assassinat de son président Sylvanus Olympio par des éléments pro-français ; le président tanzanien Julius Nyerere appelle les autres États africains à ne pas reconnaitre le nouveau régime togolais.

À la suite de la Guerre du Kippour et du Sixième sommet des chefs d’État arabes (novembre 1973), le Conseil des ministres de l’OUA s’est réuni du 19 au 21 novembre 1973 en session extraordinaire d’urgence, à la demande de l’Algérie, et a décidé de créer un comité chargé de prendre contact avec la Ligue arabe pour définir une politique de coopération entre les États africains et le monde arabe ; 42 États africains ont ensuite rompu leurs relations avec Israël.

En 1984-1985, le Maroc se retire de l’Organisation de l’unité africaine, dont il était membre depuis 1963, à la suite de l’admission de la République arabe sahraouie démocratique.

Dans les années 1980, l’OUA est en crise. Le président Burkinabe Thomas Sankara se montre très critique à l’égard de son fonctionnement : « L’OUA telle qu’elle existait ne peut pas continuer. [...] L’Afrique est face à elle-même avec des problèmes que l’OUA réussit toujours à contourner en remettant leur résolution à demain. Ce demain-là, c’est aujourd’hui. On ne peut plus remettre à demain toutes ces questions. C’est pourquoi nous trouvons que cette crise est tout à fait normale. Elle arrive peut-être même avec un peu de retard. »

En 2002, l’Union africaine remplace l’organisation de l’unité africaine. L’Union africaine ayant été créée en 2000 à Durban en Afrique du Sud. Ch.N.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE