Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique14 décembre 2021
|Les « Cnlois » continuent de se lamenter

Burundi – Sécurité Alimentaire13 décembre 2021
|Des ménages fuient la famine dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité11 décembre 2021
|Découvertes macabres dans la commune de Buganda

Burundi - Sécurité10 décembre 2021
|Une personne est tuée tout près de la rivière Nyabagere

Burundi - Sécurité9 décembre 2021
|Cibitoke : Un sexagénaire tué en commune Rugombo

Burundi - Sécurité8 décembre 2021
|Arrestation de 4 personnes dans un dossier de meurtre d’un détenu

Burundi – Sécurité7 décembre 2021
|Incendie à la prison centrale de Gitega : un bilan très lourd

Burundi - Sécurité 6 décembre 2021
|Le tribunal de résidence de Gitega vandalisé

Burundi - Sécurité4 décembre 2021
|Une femme est tuée à Rutovu

Burundi – Sécurité3 décembre 2021
|Un employé de l’entreprise de transport en commun introuvable !

Burundi – Sécurité2 décembre 2021
|Ngozi : Un jeune homme se donne la mort en commune de Kiremba

Burundi – Sécurité1er décembre 2021
|Des blessés lors d’une attaque aux gourdins en commune Ruhororo !

Burundi – Sécurité30 novembre 2021
|Un septuagénaire tué en province de Cankuzo

Burundi – Sécurité29 novembre 2021
|Un jeune homme tué en commune de Bugendana

Burundi - Sécurité27 novembre 2021
|Incendie du marché de Ndava à Cibitoke

Burundi – Sécurité26 novembre 2021
|Un prisonnier sans vie découvert après une disparition

Burundi - Sécurité 25 novembre 2021
|Cankuzo : Une tentative de meurtre au parc national de la Ruvubu

Burundi - Sécurité24 novembre 2021
|Un cadavre retrouvé sur les rives de la rivière Rusizi

Burundi - Sécurité23 novembre 2021
|Une personne morte en zone Bwiza

Burundi - Sécurité 22 novembre 2021
|Un corps sans vie d’une fille découvert en province de Bubanza

Burundi – Droits de l’Homme20 novembre 2021
|Les enfants de la rue ont des droits comme tous les autres

Burundi – Sécurité19 novembre 2021
|Le ciel se fâche dans la province de Mwaro

Burundi – Sécurité18 novembre 2021
|Muyinga : Quinze écoliers blessés dans une explosion à la grenade en commune de Buhinyuza

Burundi – Sécurité17 novembre 2021
|Un homme et son enfant meurent noyés au Nord du pays

Burundi - Sécurité16 novembre 2021
|Une personne est morte à coup de bateaux à Rumonge

 

 

 

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un corps sans vie d’une fille découvert en province de Bubanza

22 novembre 2021

Bubanza, le 22 novembre 2021 (Net Press). Le corps de Libreline Kamikazi a été découvert ce vendredi 19 novembre sur la sous-colline de Rubwira-Kagundu, de la zone de Muramba, en commune et province de Bubanza, à l’Ouest du pays. Selon des témoins, cette fille de 19 ans avait été portée disparue depuis le 16 novembre, un homme accusé de l’avoir engrossée serait derrière cet assassinat.

Des sources sur place indiquent que la jeune fille avait été engrossée par un militant de première heure du parti au pouvoir, marié et père de 3 enfants. La famille de la jeune fille avait sommé à cet individu de la prendre en charge. Et les jours de sa disparition en date du 16 novembre 2021, elle a été accompagnée par cet homme soi-disant pour une consultation prénatale et depuis, elle avait été introuvable.

Selon des témoins sur place, le corps de la défunte en décomposition a été déterré en date du 19 novembre 2021, puis désinfecté par des volontaires de la Croix-Rouge, en collaboration avec la police en charge de la protection civile. Le suspect en cavale est toujours recherché par la police. N.R.

Burundi – Rdc - Sécurité

Un jeune homme d’origine congolaise se serait suicidé à Kinama

Bujumbura, le 22 novembre 2021 (Net Press) . Selon les sources sur place, c’était dans la nuit du 20 novembre 2021, vers 22h30, qu’un dénommé Aganze Mirindi, qui était dans un hôtel dénommé « Elicana », situé dans le quartier Carama, de la zone Kinama, dans la commune Ntahangwa en mairie de Bujumbura, s’est suicidé suite à une déception.

Les mêmes sources rapportent que l’origine de ce suicide a été la déception d’une jeune fille prénommée Nadège et suite à cela, il a sauté à partir de sa chambre située au deuxième étage où ce jeune homme s’était enfermé pendant 3jours.

Cette information du suicide est confirmée par la police qui affirme avoir lu ce message sur son testament laissé avant de mettre fin à ses jours. La même police a transporté le cadavre à la morgue de l’hôpital Roi Khaled. N.B.

Burundi - Union européenne – Politique

L’Union européenne maintient les sanctions imposées à certaines hautes autorités Burundaise

Bruxelles, le 22 novembre 2021 (Net Press) . L’Union européenne vient de décider de maintenir les sanctions imposées à certaines hautes autorités burundaises depuis 2015. Parmi les victimes, figure notamment l’actuel ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique, Gervais Ndirakobuca.

Selon nos sources, d’autres hautes autorités sont le chargé des missions à la présidence de la République, Godefroid Bizimana, l’agent du service national des renseignements, Joseph Mathias Niyonzima connu sous le sobriquet « Kazungu », ainsi que le putschiste Léonard Ngendakumana. Les sanctions resteront en vigueur jusqu’au 31 octobre 2022.

Dans la motivation de cette décision que le conseil de l’Union européenne signale avoir prise le 18 octobre 2021, l’actuel ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique, Gervais Ndirakobuca, est accusé « d’avoir fait obstacle à la recherche d’une solution politique au Burundi en donnant des instructions qui ont entrainé un recours disproportionné à la force, des actes de violence, des actes de répression et des violations du droit international des droits de l’homme à l’encontre des manifestants dans le cadre des manifestations qui ont débuté le 26 avril 2015, à la suite de l’annonce de la candidature du président Nkurunziza à l’élection présidentielle, notamment les 26, 27 et 28 avril 2015 dans les quartiers de Nyakabiga et de Musaga. ». Il était à l’époque chef de cabinet à la présidence chargé des questions liées à la police nationale.

Godefroid Bizimana, l’ancien directeur général adjoint de la police, est accusé par l’Union européenne « d’avoir porté atteinte à la démocratie en prenant des décisions opérationnelles qui ont entrainé un recours disproportionné à la force et des actes de répression violente à l’égard des manifestations pacifiques qui ont commencé le 26 avril 2015. »

Léonard Ngendakumana, accusé d’être derrière le coup d’Etat manqué de 2015, est accusé par l’Union européenne « d’avoir fait obstacle à la recherche d’une solution politique au Burundi en participant à la tentative de coup d’Etat du 13 mai 2015 en vue de renverser le gouvernement du Burundi. »

Selon l’Union européenne, cet ancien chargé de missions à la présidence est également responsable d’actes de violence et attaques à la grenade commis au Burundi, ainsi que d’incitations à la violence. Le général Léonard Ngendakumana a publiquement déclaré qu’il approuvait la violence en tant que moyen d’atteindre les objectifs politiques.

Quand à Joseph Mathias Niyonzima alias Kazungu, qui avait figuré pour la dernière fois sur la liste de 2018, cet agent du service national des renseignements est accusé par l’Union européenne « d’avoir fait obstacle à la recherche d’une solution politique au Burundi en incitant à la violence et à des actes de répression pendant les manifestations qui ont commencé le 26 avril 2015 à la suite de l’annonce de la candidature du président Nkurunziza à l’élection présidentielle. » Il est accusé également d’entrainer les exercices paramilitaires aux membres de la ligue des jeunes du parti Cndd-Fdd, à coordonner leurs actions et à les armer, y compris à l’extérieur du Burundi.

Ces sanctions sont maintenues au lendemain de la levée des punitions similaires par l’administration Biden aux Etats-Unis, qui est convaincue d’une avancée significative du régime actuel vers le bon chemin. Une certaine opinion dans la capitale économique Bujumbura laissait entendre que l’Union européenne allait emboîter le pas aux Etats-Unis. N.R.

Burundi – Droits de la Personne

Arrestation de Mme Béatrice Nyamoya à l’aéroport international Melchior Ndadaye

Bujumbura, le 22 novembre 2021 (Net Press) . Béatrice Nyamoya est issue de la progéniture de la famille Albin Nyamoya, ancien premier ministre du Royaume du Burundi de 1964 à 1965, également ancien agronome lauréat du groupe scolaire d’Astrida, au sud du Rwanda. Ses descendants, dont Mme Béatrice Nyamoya, sont connus pour leur stabilité tant morale qu’intellectuelle. Juriste de formation, Béatrice Nyamoya a opté pour la défense des droits des filles et des femmes.

Alors qu’elle rentrait de l’étranger dans l’après-midi de ce 20 novembre, elle a été appréhendée à l’aéroport international Melchior Ndadaye de Bujumbura par des services de renseignements. A bord d’une camionnette pickup, elle a été d’abord emmenée chez elle où une fouille-perquisition a été opérée avant d’être reconduite dans l’un des cachots du service national des renseignements.

L’on ne connaît pas pour le moment les mobiles de son arrestation, mais l’on apprend que son interpellation, aussitôt annoncée par les médias et les réseaux sociaux, a été suivie de bout en bout par des hommes politiques, surtout de l’opposition, par des autorités au pouvoir ainsi que par des diplomates qui sont accrédités dans ce pays.

L’on saura qu’elle est à l’origine de l’association des femmes juristes et qu’elle a défendu becs et ongles les femmes qui font du commerce ambulant dans le centre-ville, juste après l’incendie qui a ravagé l’ancien marché central vers la fin du mois de janvier 2013. Son combat se poursuit jusqu’à présent.

L’on saura que les descendants de la famille Albin Nyamoya ont hérité de la liberté de la parole de leur père. Alors qu’il y avait un conflit Eglise – Etat sous le régime de Jean-Baptiste Bagaza, Albin Nyamoya, au cours d’une réunion convoquée par le chef de l’Etat, suggéra au président Bagaza de ne pas fermer les églises car, si les moines sont fautifs, les chrétiens ne le sont pas. En d’autres termes, la fermeture des églises pénalise les chrétiens et cela engendre des problèmes à son propre gouvernement.

Au moment où celui-ci allait s’asseoir, le président Bagaza lui intima l’ordre de revenir au micro et de répéter ce qu’il venait de dire. Le vieil homme obéit et répéta textuellement ce qu’il venait de dire. Après la rencontre, le président Bagaza le convoqua au palais pour le féliciter de son conseil car il était le seul qui lui avait dit la vérité. Il promit d’en tenir compte. J.M. 

Burundi - Politique

Vers le repos du guerrier d’un ancien combattant ?

Gitega, le 22 novembre 2021 (Net Press) . A travers un décret No100/ 261 du 18 novembre 2021 portant statut des anciens combattants signé par le président de la République, des dispositions particulières sont prévues dans le chapitre III. Cette disposition stipule qu’un ancien combattant handicapé bénéficie de la part du gouvernement d’une ration alimentaire, des soins de santé et des produits pharmaceutiques liés à son handicap.

Dans son article 11, un ancien combattant handicapé peut bénéficier des avantages comme une formation professionnelle compatible à son handicap ; une pension d’invalidité équivalente au salaire brut lié à son grade, des appareils orthopédiques renouvelables et des mobilités, un logement adapté à son invalidité et dont il peut disposer de son vivant. En cas de décès, ce logement devient la propriété de ses ayant-droit ; une prise en charge médicale et orthopédique dans les structures sanitaires publiques, privées où à son domicile ; une subvention en eau et électricité, un appui juridique pour défendre ses droits en cas de besoin.

Ce décret dit qu’en cas de décès d’un ancien combattant handicapé ou de ses ayant-droit, le ministère de la défense nationale et des anciens combattants prend en charge les frais funéraires. Signalons que les modalités d’application de ces articles sont déterminées par une ordonnance ministérielle. N.B.

Burundi - Pêche

Toujours des problèmes de conservation et de conditionnement du poisson au Burundi

Rumonge, le 22 novembre 2021 (Net Press). Les pêcheurs, les commerçants et les consommateurs demandent que le débarcadère de Rutumo, en commune de de Rumonge, au Sud-ouest du pays, soit fonctionnel pour résoudre les problèmes de conservation et de conditionnement du poisson.

Le débarcadère situé sur la colline de Rutumo en commune de Rumonge est équipé de deux chambres froides d’une capacité de 12 tonnes chacune et 3 frigos d’une capacité d’1 tonne chacun, a indiqué Nsabimana Nkorokoro, responsable du débarcadère de Rutumo. Son usage permet de conserver le poisson pendant 6 mois et d’augmenter la production du poisson, selon la même source

Les pêcheurs, les consommateurs et les commerçants demandent que ce projet financé par l’Ong SPARK des Pays Bas, ne soit pas un mort-né car cela fait 3 ans que ce débarcadère est non fonctionnel alors que tout l’équipement est en place.

Il lance un appel au département de la pêche de clarifier ceux qui seront chargés de la gestion de ce débarcadère car le problème réside là, selon Gabriel Butoyi, Président de la fédération des pêcheurs du Burundi.

C’est un projet qui assurera la promotion de la pêche, surtout au niveau de la commercialisation et du conditionnement du poisson au Burundi car ce débarcadère possède des foyers améliorés qui permettront d’avoir des poissons séchés, a-t-il indiqué.

Il est regrettable que les pêcheurs continuent à recourir aux méthodes archaïques de conditionnement et de conservation du poisson à savoir le séchage et le fumage.

Signalons que deux débarcadères ont été installés sur le lac Tanganyika, à Kabonga en commune Nyanza-lac, province de Makamba, au Sud du pays et à Rutumo, en commune de Rumonge. Rappelons que les chambres froides qui avaient été installées par le projet « PRODAP » en 2010 ne sont plus fonctionnelles. F.N.

Burundi - Commerce

Le sucre, une denrée toujours rare en mairie de Bujumbura

Bujumbura, le 22 novembre 2021 (Net Press) . Ceci s’observe dans presque toutes les boutiques de la mairie de Bujumbura. Selon nos interlocuteurs dans des boutiques éparpillés, cela fait le 3e mois que les boutiquiers ne peuvent pas avoir, ne fut-ce qu’un sac de sucre alors qu’en temps normal, ils peuvent en avoir même 5, selon ses moyens.

Ces commerçants disent que pour le moment, les chanceux peuvent avoir 1kg ou deux qu’ils essaient de détailler à la cuillère. Ils disent que cela a un impact négatif pour eux car les autres produits ne sont pas écoulés en l’absence du sucre. Ces commerçants demandent au gouvernement trouver une solution durable à problème de pénurie de sucre qui n’a fait que trop duré. N.B.

Burundi – Société

Une personne accusée de coucher avec sa fille interpellée en province de Gitega

Gitega, le 22 novembre 2021 (Net Press) . Il s’appelle Jean Barandereka, il est agé de 44 ans. Il a été interpellé ce dimanche le 21 novembre 2021 vers 10 heures sur la sous-colline Kuwinteko, de la colline Nyagisenyi, dans la zone de Mutoyi, en commune de Bugendana, de la province de Gitega, au Centre du pays. Il est accusé d’avoir couché à deux reprises avec sa fille nommée Chanella Irankunda, âgée seulement de 14 ans.

Selon Pierre Nkurikiye, le porte-parole du ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique, l’affaire remonte successivement aux dates du 10 et 14 novembre 2021. L’auteur du viol avait profité de l’absence de sa femme qu’il avait expédiée pour passer à l’acte. La fille a brisé le silence lors du retour de sa mère et a dénoncé le cas suite aux douleurs qu’elle commençait à sentir dans la partie génitale. Et dans la même foulée, elle a été conduite à l’hôpital de Mutoyi pour subir les premiers soins de santé pour prévention. Pierre Nkurikiye fait savoir que le présumé auteur du viol est entre les mains de la police pour confection du dossier pénal.

Burundi – Confessions Religieuses

L’église catholique romaine célèbre la fête du Christ-Roi

Bujumbura, le 22 novembre 2021 (Net Press) . Ce dimanche 21 novembre, l’église catholique romaine a célébré la fête du Christ-Roi. C’est un titre de Jésus dans le christianisme faisant référence à l’idée du Royaume de Dieu où le Christ est décrit comme étant assis à la droite de Dieu. De nombreuses confessions chrétiennes considèrent la fonction royale de Christ comme l’une des trois fonctions : Christ est prophète, prêtre et roi.

A la paroisse Regina Pacis de Kinindo, la messe de 9 heures a été célébrée par un prêtre du nom de Déo Rwasamanga, qui, selon plusieurs chrétiens qui ont suivi la messe, est plein d’humour. Dans son homélie, il est revenu sur le roi Jésus qui est différent des rois que l’on connaît sur terre. Selon lui, les rois que nous connaissons sont servis alors que le roi Jésus fait tout pour que ses fidèles comprennent le vrai chemin qui conduit au ciel. Ch.N.

Retour

VOS ENENEMENTS SOCIAUX

 

NECROLOGIE

23 décembre 2021 |Décès de l’Ambassadeur Joseph NTAGABO

COMMUNIQUE DE DECES

22 décembre 2021 |Jean NZEYIMANA

15 décembre 2021 |Annonce : Rubrique en essai


 

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel