Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 17 juin 2022
|Arrestation d’un chanteur « rappeur » accusé de se pendre sur la croix

Burundi – Sécurité16 juin 2022
|Découverte d’un cadavre dans la commune de Buganda

Burundi - Sécurité 15 juin 2022
|Kirundo : Une vielle femme de plus de quatre-vingt ans morte calcinée en commune de Vumbi

Burundi - Sécurité Routière14 juin 2022
|Makamba : Quatre personnes tuées lors d’un accident de roulage en commune de Mabanda

Burundi - Sécurité 13 juin 2022
|Une personne morte d’une fusillade en province de Kirundo

Burundi - Sécurité 11 juin 2022
|Bururi : Trois personnes blessées lors d’une tentative de vol dans la commune de Rutovu

Burundi – Malawi – Sécurité10 juin 2022
|Deux Burundais du camp de réfugiés de Dzaleka portés disparus

Burundi - Sécurité 9 juin 2022
|Une personne retrouvée morte en commune de Mugamba

Burundi - Sécurité8 juin 2022
|Une deuxième femme blessée suite à une agression d’un chimpanzé en province de Makamba

Burundi - Sécurité 7 juin 2022
|Une fillette de 4 ans victime de violence sexuelle par deux jeunes gens

Burundi - Sécurité 6 juin 2022
|Une enfant en bas âge tuée par un chimpanzé en province de Makamba

Burundi - Sécurité 4 juin 2022
|La police burundaise dévoile les présumés auteurs de l’assassinat d’une Belgo-Burundaise au Nord de la capitale économique

Burundi - Sécurité3 juin 2022
|Trois corps sans vie découverts en commune de Nyanza-lac

Burundi - Sécurité 2 juin 2022
|Une personne accusée des pratiques de sorcellerie entre les mains de la police de Rumonge

Burundi - Sécurité 1er juin 2022
|Une personne se donne la mort en commune de Gasorwe

Burundi - Sécurité 31 mai 2022
|Deux personnes tuées dans un glissement de terrain en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité 30 mai 2022
|Bujumbura : Encore des raffles des « bandits » en zone Bwiza

Burundi - Sécurité 28 mai 2022
|Gitega : Une personne échappe à un assassinat en commune de Mutaho !

Burundi – Sécurité27 mai 2022
|La police met la main sur un véhicule de l’Etat qui fraude des pagnes

Burundi – Sécurité26 mai 2022
|Un jeune motard tué dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 25 mai 2022
|Des matériels et équipements d’une valeur de plus ou moins trois cent millions volés à la Regideso

Burundi - Sécurité 24 mai 2022
|Bujumbura : Dix personnes « suspectes » interpellées au quartier Jabe

Burundi - Sécurité23 mai 2022
|Trois personnes grièvement blessées dans la province de Cibitoke

Burundi – Politique21 mai 2022
|Le président congolais dans nos murs

Burundi – Sécurité20 mai 2022
|Des personnes trouvent la mort, une opinion s’interroge …

 

 

 

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une enfant en bas âge tuée par un chimpanzé en province de Makamba

6 juin 2022

Makamba, le 6 juin 2022 (Net Press) . Il était 15h 45 minutes de ce lundi, quand une jeune maman rentrait des travaux champêtres sur la colline Nyamirinzi, de la commune de Vugizo, en province de Makamba, au Sud du pays. Un chimpanzé voulant dévorer son enfant en bas âge, qui dormait tranquillement dans le dos de sa mère, s’est bagarré avec sa mère. L’enfant est tombé par terre et le chimpanzé en profité pour l’emporter et l’enfant est retrouvé mort quelques minutes plus tard.

Selon des sources sur place, la jeune femme a cherché à sauver la vie de l’enfant après un intense combat avec ce primate quand, subitement, l’enfant est tombé par terre. Le primate en a profité pour fuir avec l’enfant et ce dernier a été retrouvé mort quelques minutes plus tard.

L’administrateur de la commune de Vugizo, Diomède Dusengimana, appelle la population de cette localité de Nyamirinzi de ne partir en solo, surtout les femmes et en profite pour lancer un appel à la population de son ressort administratif de ne pas profiter de cet évènement douloureux pour faire tuer les singes pour la sauvegarde de l’environnement. N.R.

Burundi - Sécurité

Bujumbura Mairie : Encore des rafles des éléments jugés « suspects » en zone Bwiza

Bujumbura, le 6 juin 2022 (Net Press) . Plus d’une quinzaine de militaires en patrouille dans la localité dit « Kubinyoni » au quartier jabe 1, de la zone Bwiza, dans la commune urbaine de Mukaza, ont procédé aux arrestations d’une quinzaine d’éléments jugés « suspects » , comme le rapportent les curieux rencontrés sur la place.

Selon les mêmes informations, ces interpellations se font pour la deuxième fois quand les militaires en patrouille dans la petite brousse appelée « Kubinyoni » procèdent aux arrestations de ces « sujets suspects » et privilégient la piste des bandits qui pullulent tard ou top à la traque des éléments qui rentrent tard, ou qui vaquent à leurs activités très top le matin, pour leur voler de l’argent ou d’autres objets précieux. Ces derniers se volatilisent dans les ravins de la rivière de Ntahangwa au partage du butin.

Cependant, d’autres interlocuteurs s’interrogent comment cette circonscription qui abrite des éléments dangereux pour la paix et la tranquillité des zones Buyenzi et Bwiza a basculé sous l’ignorance de la police nationale qui a dans son cahier des charges, la mission de garantir la paix et la sécurité de la population. N.R.

Burundi - Sécurité

Une « bizarrerie » au centre-ville de Bujumbura

Bujumbura, le 6 juin 2022 (Net Press). Un lecteur de l’agence Net Press, se confiant dans les colonnes de ce quotidien en ligne, parle d’une bizarrerie au centre–ville de Bujumbura qui bascule sous le silence de la police et de l’administration.

Ils sont une quinzaine d’enfants « abandonnés » qui quittent dès l’aube de chaque jour les zones Buterere et Kamenge, au nord de la capitale économique, pour faire un sit-in dans un endroit appelé « Chez Paguidas », dans les parages de l’ancien hôtel Novotel pour demander à tout passant de quoi mettre sous la dent. De surcroit selon nos sources, ces enfants font tous leurs besoins biologiques dans des coins non éclairés du centre-ville de Bujumbura et trompent la vigilance des agents de sécurité pour voler de l’argent argent ou d’autres objets précieux dans des véhicules garés au centre-ville de Bujumbura.

Vers midi, ces enfants gênent les fonctionnaires et d’autres citoyens qui prennent leurs repas de midi. Ces enfants rodent autour des restaurants pour demander de quoi manger et surtout voler de l’argent ou autres objets précieux dans des sacs à mains pour les dames et de pickpocket, tout cela sous l’indifférence de la police.

Cependant, d’autres sources font savoir que ces enfants pullulent autour des magasins du centre -ville de Bujumbura, pour y entrer par force pour voler divers articles. Nombreux interlocuteurs parlent de « visiteurs gênants » qui font leurs sales besognes au vu de quelques policiers accrédités dans certains coins de la ville de Bujumbura, sans rien faire. Ils demandent la relocalisation et la réinsertion psycho–sociale de ces enfants qui constituent une menace à la sécurité du centre-ville de Bujumbura.

Nous apprenons que ces éléments « suspects » sous bonnes escorte des militaires ont été admis au cachot de la zone Bwiza, en commune urbaine de Mukaza. N.R.

Burundi - Sécurité

Sept bidons d’essences qui s’apprêtaient à être vendus frauduleusement saisis au centre-ville de Muyinga

Muyinga, le 6 juin 2022 (Net Press) . Sept bidons d’essence qui s’apprêtaient à être « vendus frauduleusement » ont été saisis dans la matinée de ce lundi au quartier dit Swahili au centre -ville de Muyinga, au nord-est du pays, lors d’une fouille-perquisition opérée par la police.

Des sources sur place font savoir que les détenteurs de cet or noir ont été interpellés et sont sous interrogatoire au commissariat de la police judiciaire de Muyinga

Pour rappel, le centre - ville de Muyinga est devenu une plaque tournante de la vente frauduleuse de l’essence et d’autres produits en provenance de la Tanzanie. Ce qui occasionne la flambée des prix de l’essence et d’autres produits de première nécessité. N.R.

Burundi - Politique

Un nouveau look au sein de la commission vérité et réconciliation !

Bujumbura, le 6 juin 2022 (Net Press). Après l’élection de certains membres de la CVR, par décret présidentiel n° 100 /070/ du 06 juin 2022 signé à Gitega, le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a nommé trois membres de la commission vérité et réconciliation.

Il s’agit de l’ambassadeur Stella Budiriganya, en remplacement de Léonce Ngabo, l’ambassadeur Laurent Kavakure, en remplacement de Déo Hakizimana et Abdallah Kajandi Sadiki, en remplacement de Karenga Ramadhani. N.R.

Burundi – Confessions Religieuses

Les chrétiens dans l’allégresse de la Pentecôte à l’exception de ceux du Nigéria

Bujumbura, le 6 juin 2022 (Net Press) . C’est ce dimanche 5 juin que les chrétiens du monde entier ont célébré la fête de la Pentecôte, une fête chrétienne qui célèbre l’effusion du Saint-Esprit le cinquantième jour à partir de Pâques sur un groupe de disciples de Jésus de Nazareth, dont les douze apôtres. Cet épisode est relaté dans les actes des Apôtres.

Cette fête clôt le temps pascal et sa célébration puise son origine dans la fête juive de Chavouot, prescrite dans les livres de l’Exode et des Nombres. La Pentecôte se célèbre le septième dimanche de Pâques, à une date mobile calculée par le comput. Elle tombe toujours un dimanche entre le 10 mai et le 13 juin. Elle se poursuit le lendemain, dans certains pays, par un lundi férié ou chômé, dit Lundi de Pentecôte.

Partout dans les églises de la capitale économique Bujumbura, les églises étaient pleines à craquer. A la messe de 10h45’ à la paroisse Regina Pacis de Kinindo, le prêtre qui a officié la messe a, dans son homélie, expliqué la fête de la Pentecôte, avec de l’humour si bien qu’il a été ovationné après ses prêches.

Cependant, les fidèles catholiques de la petite ville de l’Etat d’Otondo, au Sud-est du Nigéria, n’ont pas eu cette chance. Alors qu’ils sortaient de la messe de Pentecôte, une dizaine de fidèles ont été abattus dans une attaque armée par des gens non encore identifiés. Selon des informations à notre disposition, les premiers tirs ont retenti à la mi-journée.

Ils sortaient d’une église baptisée Saint-François et outre des tirs, il y a eu des explosions qui ont occasionné les premiers morts. Il a fallu une vingtaine de minutes pour que les survivants interviennent et évacuent les blessés. Il semble que les assaillants – l’attaque n’a pas été jusqu’à présent revendiquée -, ont enlevé les prêtres et quelques fidèles de cette contrée. J.M. 

Burundi – Nations Unies – Environnement

Les Nations unies s’expriment à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement

New York, le 6 juin 2022 (Net Press). Le 5 juin de chaque année, le monde entier célèbre la journée de l’environnement. A cette occasion, le secrétaire général de l’Onu, Antonio Guterres, a livré un message par voie de presse dont une copie est parvenue à la rédaction de Net Press. Elle le livre en entièreté à son lectorat.

« Cette année, le thème de la Journée mondiale de l’environnement, « Une seule Terre », est un simple constat. Cette planète est notre unique demeure. Nous devons absolument préserver la pureté de son atmosphère, la richesse et la diversité de la vie sur Terre, ses écosystèmes et ses ressources limitées. Mais nous n’y parvenons pas. Nous en demandons trop à notre planète, afin de préserver des modes de vie qui ne sont pas durables. Les écosystèmes de la Terre ne peuvent pas nous fournir tout ce que nous attendons actuellement d’eux.

« La Terre n’est pas la seule à en pâtir : nous en souffrons aussi. Une planète en bonne santé est indispensable, tant pour ses habitantes et habitants que pour la réalisation des 17 objectifs de développement durable. Elle nous fournit de la nourriture, de l’eau potable et des médicaments, régule le climat et nous protège des phénomènes météorologiques extrêmes. Il est essentiel de gérer judicieusement la nature et de garantir un accès équitable aux services qu’elle offre, notamment pour les personnes et les communautés les plus vulnérables.

« Plus de 3 milliards de personnes souffrent de la dégradation des écosystèmes. La pollution cause près de 9 millions de décès prématurés chaque année. Plus d’un million d’espèces végétales et animales risquent de disparaître, pour beaucoup dans les décennies à venir.

« Près de la moitié de l’humanité vit dans des zones où le climat pose un danger – ces personnes sont 15 fois plus susceptibles de mourir des effets des changements climatiques, tels que la chaleur extrême, les inondations et la sécheresse. Il y a une chance sur deux pour qu’au cours des cinq prochaines années, la hausse de la température moyenne mondiale dépasse la limite de 1,5 degré Celsius fixée par l’Accord de Paris. D’ici à 2050, le nombre de personnes déplacées chaque année par le dérèglement climatique pourrait dépasser 200 millions.

« Il y a cinquante ans, les dirigeants du monde entier se sont réunis lors de la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et se sont engagés à protéger la planète. Mais nous sommes loin d’avoir réussi. Nous ne pouvons plus ignorer les signaux d’alarme qui sonnent chaque jour un peu plus fort.

« Les participants à la récente réunion Stockholm+50 sur l’environnement ont réaffirmé qu’il fallait une planète en bonne santé pour atteindre les 17 objectifs de développement durable. Chacun et chacune d’entre nous doit prendre ses responsabilités afin d’éviter une catastrophe due à la triple crise qui conjugue changements climatiques, pollution et perte de biodiversité.

« Les gouvernements doivent de toute urgence donner la priorité à l’action climatique et à la protection de l’environnement en prenant des mesures politiques qui favorisent le progrès durable. C’est pourquoi j’ai formulé cinq recommandations concrètes visant à accélérer considérablement le passage aux énergies renouvelables partout dans le monde, notamment en mettant les technologies et les matières premières requises à la disposition de toutes et tous, en réduisant les formalités administratives, en redistribuant les subventions et en triplant les investissements.

« Les entreprises doivent placer la durabilité au cœur de leurs décisions, pour le bien de l’humanité comme pour celui de leur chiffre d’affaires. Une planète saine est un prérequis pour l’immense majorité des industries sur Terre.

« En tant qu’électeurs et consommateurs, chacun et chacune d’entre nous doit faire les choix qui comptent, qu’il s’agisse des politiques que nous soutenons, des aliments que nous consommons, des moyens de transport que nous choisissons ou des entreprises à qui nous donnons notre argent. Nous pouvons toutes et tous faire des choix respectueux de l’environnement qui contribueront au changement dont nous avons besoin.

« Les femmes et les filles, en particulier, peuvent être de puissantes agentes de changement. Il faut qu’elles aient les moyens d’agir qu’elles participent à la prise de décisions à tous les niveaux. De même, le savoir des populations autochtones et les connaissances traditionnelles doivent être respectés et mis à profit pour protéger nos écosystèmes fragiles.

« L’histoire montre bien ce dont nous sommes capables lorsque nous travaillons de concert et que nous donnons la priorité à la planète. Dans les années 1980, lorsque les scientifiques ont mis en garde contre un trou dans la couche d’ozone qui faisait la taille d’un continent et avait des effets mortels, les pays du monde entier se sont engagés à appliquer le Protocole de Montréal et à cesser progressivement d’utiliser les substances chimiques qui appauvrissaient la couche d’ozone.

« Dans les années 1990, la convention de Bâle a rendu illégal le déversement de déchets toxiques dans les pays en développement. Enfin, l’année dernière, une initiative multilatérale a mis fin à la production d’essence au plomb, ce qui aura des effets bénéfiques pour notre santé et permettra d’éviter plus de 1,2 million de décès prématurés chaque année.

« Cette année et l’année à venir seront l’occasion pour la communauté mondiale de démontrer une nouvelle fois que le multilatéralisme a le pouvoir de remédier aux crises environnementales imbriquées qui nous menacent, qu’il s’agisse de négocier la création d’un nouveau cadre mondial pour la biodiversité visant à arrêter la perte de biodiversité d’ici à 2030 ou de mettre en place un traité pour lutter contre la pollution plastique.

« L’Organisation des Nations Unies s’engage à jouer un rôle moteur dans ces efforts de coopération au niveau mondial, car la seule solution viable est de vivre en accord avec la nature, et non d’essayer de la faire plier. Ensemble, faisons en sorte que notre planète puisse non seulement survivre, mais prospérer, car nous n’avons qu’une seule Terre. ». D.N.

Burundi - Rdc – Sécurité

RD Congo : Félix Tshisekedi n’a « aucun doute » quant au soutien du Rwanda au M23

Kinshasa, le 6 juin 2022 (Net Press) . Alors que l’ancienne rébellion tutsie du M23 (Mouvement du 23 mars) est remontée en puissance récemment dans l’est de la République démocratique du Congo, le président congolais Félix Tshisekedi a estimé dimanche que le Rwanda soutenait ces rebelles.

Faisant sur la recrudescence de l’insécurité dans l’est de la République démocratique du Congo, Le président Félix Tshisekedi a affirmé dimanche 5 juin n’avoir "aucun doute" sur le soutien du Rwanda à une rébellion venue "agresser" son pays, tout en répétant son souhait d’entretenir des relations apaisées avec ses voisins.

Selon l’Agence France Presse, la nouvelle crise congolo-rwandaise, provoquée par la résurgence dans l’est de la République démocratique du Congo de l’ancienne rébellion du M23 (Mouvement du 23 mars), était au menu de discussions ce week-end entre Félix Tshisekedi et son homologue et voisin congolais Denis Sassou Nguesso, dans le fief de celui-ci à Oyo, à quelque 400 km au nord de Brazzaville.

Le gouvernement de Kinshasa accuse le Rwanda de soutenir le M23, que de violents combats ont opposé fin mai à l’armée de la République démocratique du Congo. Kigali dément, mais en représailles, Kinshasa a suspendu les vols sur son territoire de la compagnie Rwanda Air et convoqué l’ambassadeur du Rwanda pour lui notifier une "mise en garde sévère".

Le président Tshisekedi n’avait pas encore évoqué publiquement cette crise. "J’ai toujours soutenu qu’il fallait plutôt construire des ponts que construire des murs", a-t-il déclaré à la radio-télévision publique congolaise. "Malheureusement, aujourd’hui, nous en sommes là où nous sommes", a-t-il regretté.

"Pas de doute"

"Le fait de vouloir la paix, la fraternité et la solidarité n’est pas une faiblesse", a-t-il affirmé. "Cela ne doit pas constituer une occasion pour des voisins de venir nous provoquer."

"J’espère que le Rwanda a retenu cette leçon parce que, aujourd’hui c’est clair, il n’y a pas de doute, le Rwanda a soutenu le M23 pour venir agresser la RDC", a poursuivi Félix Tshisekedi.

Le chef de l’État a rappelé que ces rebelles avaient été vaincus, "totalement défaits", en 2013 par l’armée congolaise et "leur arsenal confisqué". "Si aujourd’hui ils ont repris du poil de la bête, ça veut dire qu’ils sont partis de quelque part, (ont été) armés par quelque part", a-t-il conclu.

Le président Sassou Nguesso s’est de son côté déclaré "confiant" quant à la résolution de cette crise. "Je pense que nous allons rapidement surmonter ces difficultés et ramener la paix à travers le dialogue", a-t-il déclaré.

Les combats ont repris tôt dans la matinée de lundi entre l’armée et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) en territoire de Rutshuru dans la province du Nord-Kivu, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a confirmé lundi un porte-parole des Forces armées de la RDC (FARDC).

Le M23, créé à la suite de la guerre du Kivu (est de la RDC), est un groupe d’anciens rebelles du Congo national pour la défense du peuple (CNDP) réintégrés dans l’armée nationale à la suite d’un accord de paix signé le 23 mars 2009 avec le gouvernement de Kinshasa. Le groupe avait choisi le M23 comme son nom, reprochant au gouvernement de ne pas respecter cet accord. Il s’est ensuite mutiné en avril 2012, tout en occupant Goma et plusieurs villages et localités du Nord-Kivu, avant d’être défaits militairement par l’armée. N.R. 

Retour

VOS ENENEMENTS SOCIAUX

 

Social

22 juin 2022 |Remerciements

COMMUNIQUE DE DECES

16 juin 2022 |Adélaïde NDIHOKUBWAYO

COMMUNIQUE DE DECES

19 avril 2022 |Monique SAHABO

COMMUNIQUE DE DECES

12 mars 2022 |Edmond TOYI

Communiqué de décès

27 février 2022 |André NYAMURANGWA

NECROLOGIE

10 février 2022 |COMMUNIQUE DE DECES

Nécrologie

15 janvier 2022 |New article No9727

COMMUNIQUE DE DECES

23 décembre 2021 |Ambassadeur NTAGABO Joseph

COMMUNIQUE DE DECES

22 décembre 2021 |Jean NZEYIMANA


 

Burundi – Rdc – Politique28 juin 2022
|A la veille du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Rd Congo, une spécialiste s’exprime…

Burundi - Politique1er juin 2022
|L’état de la démocratie au Burundi

Burundi – Médias3 mai 2022
|La Patronne de l’Afjo accorde une interview à Net Press à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse

Burundi - Communication25 mars 2022
|Interview exclusive avec l’Honorable Fabien Banciryanino

Burundi - Communication18 mars 2022
|Marie Soleil Frère. Chercheur qualifié au Fonds...

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION