Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 22 septembre 2022
|Muyinga : Une découverte d’une cache des produits Brarudi !

Burundi – Sécurité 21 septembre 2022
|Bubanza : Huit élèves renvoyés définitivement pour divers manquements

Burundi – Sécurité20 septembre 2022
|Une grenade explose et blesse trois personnes dans la commune de Bisoro

Burundi – Société - Sécurité19 septembre 2022
|Quand l’église catholique soutient la décision des chrétiens d’éradiquer l’immoralité !

Burundi – Sécurité17 septembre 2022
|Un corps sans vie enterré avant son identification dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité 16 septembre 2022
|Un véhicule volé à la clinique prince Louis Rwagasore !

Burundi - Sécurité 15 septembre 2022
|Une personne meurt par noyade en province de Rumonge !

Burundi - Serbie – Sécurité 14 septembre 2022
|Deux jeunes Burundais tués en Serbie !

Burundi - Sécurité 13 septembre 2022
|Bujumbura : Un jeune homme attrapé en fragrant délit en train d’arracher des croix au cimetière de Kamesa

Burundi - Sécurité 12 septembre 2022
|Tentative d’assassinat d’un haut gradé de la police !

Burundi - Sécurité Routière 10 septembre 2022
|Une personne tuée lors d’un accident de roulage !

Burundi – Sécurité9 septembre 2022
|Une station d’essence part en fumée au Nord de la capitale économique

Burundi – Politique - Opinion 8 septembre 2022
|Spécial « Départ d’Alain Guillaume Bunyoni »

Burundi – Politique7 septembre 2022
|Vers un changement de gouvernement ?

Burundi – Sécurité – Education6 septembre 2022
|245 candidats sous-officiers incorporés définitivement à Bururi.

Burundi – Sécurité5 septembre 2022
|La police saisit plus ou moins 200 kilos de chanvre dans la province de Makamba

Burundi – Rwanda - Justice 3 septembre 2022
|Le chanteur rwandais enfin libre !

Burundi – Sécurité – Justice2 septembre 2022
|Vers la guérison de l’homme qui s’est coupé les parties intimes à Rumonge

Burundi - Sécurité 1er septembre 2022
|Cent personnes sans-abri raflées par la police !

Burundi – Sécurité31 août 2022
|Un corps sans vie d’une femme décapitée découvert dans la province de Ngozi

Burundi – Sécurité30 août 2022
|Les enfants de la rue : une certaine menace ou une menace certaine sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 29 août 2022
|Seize filles accusées de pratique de la prostitution interpellées en zone de Bwiza !

Burundi – Sécurité Routière27 août 2022
|Un accident de roulage fait un mort et trois blessés dans la province de Cibitoke

Burundi – Rdc – Sécurité26 août 2022
|Le Burundi informe officiellement avoir envoyé des troupes en Rd Congo

Burundi – Ouganda – Sécurité Routière25 août 2022
|Accident mortel en Ouganda d’un véhicule venu de Bujumbura

 

 

 

 

 

 



Burundi – Sécurité Routière

Gitega : Deux personnes blessées lors d’un accident de roulage en commune de Giheta

23 août 2022

Gitega, le 23 août 2022 (Net Press) . Deux personnes sont entre la vie et la mort des suites d’un accident de roulage survenu vers 12 hoo de ce mardi sur la colline Nyambeho, de la commune de Giheta, dans la province de Gitega, la capitale politique du Burundi située au Centre du pays.

Des sources sur place indiquent qu’un camion de transport des marchandises à destination de Bujumbura a eu un défaut de freinage et s’est renversé sur les bords de la route. Le conducteur et son convoyeur ont été grièvement blessés et ont été évacué d’urgence à l’hôpital régional de Gitega pour les premiers soins. N.R.

Burundi – Eac – Coopération

Le chef de l’Etat reçoit le secrétaire général de l’Eac

Bujumbura, le 23 août 2022 (Net Press) . Des sources officielles indiquent que le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a reçu ce matin en audience, au palais Ntare de Bujumbura, Ouest du pays, le secrétaire général de la communauté de l’Afrique de l’Est, le Kenyan, Peter Mutuku Mathuki.

Au menu de leurs échanges, les deux hommes ont évoqué la consolidation de la paix en République démocratique du Congo, le sommet de la jeunesse, l’exploitation du Lac Tanganyika et la promotion du Français et Swahili comme langues officielles au sein de l’Eac. Rappelons que le visiteur du palais de Ntare a remplacé un Burundais dans ces fonctions, du nom de Libérat Bapfumukeko.

L’on se souvient que le président Evariste Ndayishimiye, a été élu président de la communauté de l’Afrique de l’Est à partir de juillet 2022. Il a remplacé dans ces fonctions le président sortant du Kenya, Uhuru Kenyatta, dont le mandat à la tête de son pays tirait à sa fin. Le nouveau président a promis de renforcer la sécurité dans la région, surtout à l’Est de la Rd Congo.

L’on se souvient enfin que dès l’entrée officielle de la République démocratique du Congo dans l’Eac, la sécurité à l’Est de ce géant africain a été une très grande préoccupation de la communauté de l’Afrique de l’Est, ce qui a réuni les chefs de l’Etat à Nairobi. Ceux-ci ont recommandé l’envoi des troupes des pays membres dans cette partie de la Rdc pour rétablir la sécurité. J.M/N.R.

Burundi – Trafic Routier

Les conducteurs des bus de transport observent un mouvement de grève à Rumonge

Rumonge, le 23 août 2022 (Net Press). Les conducteurs de bus de transport observent un mouvement de grève et ont arrêté le travail de transport pour manifester leur mécontentement face à la décision du gouverneur de la province de leur imposer le ticket de transport sur le trajet Bujumbura-Rumonge, Sud-ouest du pays, à 6.000 fbu.

Depuis ce mardi, aucun bus de transport n’était visible sur le parking. Les voyageurs qui voulaient se rendre à Bujumbura étaient dans le désarroi. L’on saura par après que les conducteurs de bus de transport ont débuté un mouvement de grève pour manifester leur mécontentement suite à la décision du gouverneur de la province de Rumonge de leur imposer de faire payer 6.000 fbu comme ticket de transport pour faire le trajet Bujumbura-Rumonge.

Ces conducteurs indiquent qu’ils travailleraient à perte compte tenu de la cherté du carburant sur le marché où 1 litre d’essence ou du gasoil s’achète à 12.000fbu. Les voyageurs ne savent plus quoi faire et demande au Gouverneur de tenir une réunion avec les conducteurs afin que cette grève soit suspendue afin de les permettre de continuer leur voyage vers Bujumbura.

Les sources proches des autorités provinciales demandent à ces conducteurs de bus de transport de respecter les tarifs de transport fixés par le gouvernement. Signalons que la police a saisi hier soir 6 bus Coaster de transport pour avoir fait payer les passagers le ticket de transport supérieur à 6.000 fbu. F.N

Burundi - Economie

Près de 18 millions d’essence et gasoil attendus au Burundi !

Bujumbura, le 23 août 2022 (Net Press) . Selon des informations concordantes, près de 18 millions de litres d’essence et gasoil sont attendus sur le Burundi depuis hier soir, au regard des camions citernes qui étaient garés à Kobero, en province de Muyinga, au Nord-est, en attente de se rendre à Bujumbura, probablement leur destination finale.

Selon nos sources, le gouvernement burundais, pour résoudre le problème lié au manque du carburant sur son sol, a débloqué un montant de 20 millions de dollars américains la semaine dernière pour l’importation du carburant et près de 18 millions de litres d’essence et de gasoil sont attendus dans notre pays.

L’on se rappelle que lors de sa rencontre avec les membres de la diaspora, dans la province de Ngozi, au Nord du pays, au début de ce mois, le président Ndayishimiye avait rassuré que dans un délai d’un mois, le carburant ne posera plus problème dans notre pays.

Mais dans l’entre-temps, un homme beaucoup plus connu en politique qu’en affaires, Pasteur Habimana, a déclaré avec fracas qu’endéans 14 jours, il allait importer du carburant sans la moindre devise demandée à la banque centrale. L’opinion avait affiché une certaine réticence à le croire car c’était trop beau pour être vrai.

La même personne vient d’affirmer qu’il y a du carburant qui arrive incessamment et qui appartient à la société étatique Regideso. Il a fait savoir que son carburant est toujours stocké à Dar es Salam, se félicitant d’ores et déjà que les premières gouttes de cet or noir arrivent enfin au pays.

Une conclusion est que donc le président de la République vient de lier la parole du début du mois à l’acte, ce qui va alléger la souffrance des Burundais dont des activités économiques avaient été paralysées par cette pénurie. N.R.

Burundi – Usa – Politique

« Donald Trump veut faire empêcher le Fbi d’analyser les documents saisis chez lui », dixit Rfi

Tallahassee, le 23 août 2022 (Net Press) . L’ancien président américain Donald Trump a demandé lundi 22 août à un tribunal fédéral d’empêcher provisoirement le Fbi d’analyser les documents saisis à son domicile de Floride, il y a deux semaines, jusqu’à la nomination d’un expert pour superviser la procédure.

C’est la première réaction judiciaire du camp Trump depuis la perquisition effectuée par la police fédérale il y a deux semaines. Jusqu’ici, l’ancien président s’était contenté de communiqués courroucés. La requête est déposée devant un tribunal fédéral de West Palm Beach, dans le sud de la Floride auprès de la juge Aileen Cannon, qui a été nommée par Donald Trump alors qu’il était encore au pouvoir.

Dans la requête, le ministère de la Justice est accusé de traiter injustement l’ancien président. Les avocats affirment aussi que le mandat de perquisition était trop large. Ils demandent donc que l’analyse des documents saisis par la police fédérale soit suspendue jusqu’à la nomination d’un expert pour superviser la procédure.

Ils demandent également que soient restitués les documents qui n’entreraient pas dans le cadre de l’enquête et aussi que les raisons qui ont déclenché la perquisition soient précisées et explicitées. C’est justement l’objet d’une autre requête lancée celle-ci par des organisations de presse mais à laquelle le clan Trump ne s’est pas associée. Le juge qui a signé le mandat a demandé au ministère de la Justice une version rédigée des raisons de la perquisition.

Ces documents sont attendus jeudi mais le ministère de la Justice a expliqué qu’une trop grande publicité pourrait mettre en danger son enquête sur la gestion des documents confidentiels emportés par l’ancien président après son départ de la Maison Blanche.

Le gouvernement américain a récupéré au domicile floridien de l’ancien président Donald Trump plus de 300 documents portant la mention « classifié », dont des contenus de la CIA, du FBI et de l’Agence de sécurité nationale, a rapporté lundi le New York Times, citant des personnes au fait de la question.

D’après le journal, un premier lot de plus de 150 documents classifiés a été récupéré en janvier par le service national des archives, avant que des conseillers de Donald Trump donnent en juin un second lot de documents au département de la Justice. Enfin, un troisième paquet de documents a été saisi par le FBI au cours d’une perquisition effectuée ce mois-ci au domicile de l’ancien président à Mar-a-Lago, en Floride, a indiqué le New York Times. D.N.

Burundi - Allemagne - Histoire

Guerre mondiale : la bataille de Stalingrad, première vraie défaite allemande

Berlin, le 23 août 2022 (Net Press) . Le 23 août 1942, il y a exactement 80 ans, la VIe armée allemande atteignait la Volga et commençait à bombarder la ville de Stalingrad. Cette date marque le début de la célèbre bataille du même nom. Pendant plus de six mois, la Wehrmacht et l’Armée rouge se sont livrées une lutte sans merci faisant près de deux millions de morts. Un des tournants de la Seconde Guerre mondiale, selon France 24 infos.

"La ville est morte. Les gens sont dans les caves. Tout est calciné. Les murs brûlants des maisons sont comme les corps de défunts morts dans une chaleur effroyable et qui n’auraient pas eu le temps de refroidir". Dans ses carnets de guerre, le célèbre écrivain soviétique d’origine ukrainienne Vassili Grossman raconte sa vision apocalyptique de la ville de Stalingrad.

Pendant plusieurs mois, alors qu’il est correspondant de guerre, il assiste à la terrible bataille que se livrent les armées allemandes et soviétiques et qui mène à la destruction presque totale de cette ville située au sud-ouest de la Russie. D’août 1942 à février 1943, Stalingrad, qui porte depuis 1925 le nom du dirigeant de l’URSS, devient l’épicentre de la Seconde Guerre mondiale et focalise toute l’attention d’Adolf Hitler et de Joseph Staline.

Pourtant, au début de l’été 1942, ce puissant centre industriel n’est pas un objectif pour l’armée allemande. Un an après le début de l’invasion de l’URSS, l’Allemagne nazie décide de lancer sa deuxième grande offensive dans la région, l’opération "Fall Blau" qui a notamment pour but de sécuriser les champs de pétrole du Caucase. "L’idée est à la fois de s’assurer des approvisionnements de pétrole et d’en priver les Soviétiques", explique l’historien François Kersaudy, auteur de "Stalingrad" (Éditions Perrin). "Hitler va donc envoyer toute son armée vers Kharkov et Stalingrad, mais cette dernière est une limite géographique qui ne l’intéresse pas en tant que telle, mais qui va servir à bloquer le chemin aux armées soviétiques et à assurer ses arrières pour foncer dans un deuxième temps vers le Caucase".

"Une ville en ruine"

Dans le même temps, Staline pense pour sa part que l’offensive ennemie va être de nouveau déclenchée sur Moscou après l’échec de l’hiver précédent. Son armée est donc concentrée sur le chemin de la capitale. Les premières phases de l’opération "Fall Blau" se déroulent donc sans accroc pour les Allemands, mais au mois d’août, Hitler, qui est connu pour ne pas s’en tenir qu’aux plans initiaux, change finalement sa stratégie, comme le décrit François Kersaudy : "Il va envoyer son groupe d’armée A au Caucase et en même temps son groupe d’armée B vers le Don et la Volga, c’est-à-dire vers Stalingrad. Cela fonctionne dans un premier temps car les Soviétiques sont pris par surprise et qu’il a une supériorité numérique et de matériel".

Le 23 août 1942, la Wehrmacht atteint le nord de la ville et commence à la bombarder. Mais les soldats d’Hitler peinent à la prendre entièrement. "Stalingrad est tellement bombardée qu’il n’en reste que des ruines. Résultat, une ville en ruine est beaucoup plus facile à défendre qu’une ville debout. Les Soviétiques vont s’y accrocher et les Allemands vont avoir de plus en plus de mal à les en déloger", souligne le spécialiste de cette bataille. Stalingrad devient alors le théâtre de combats urbains au cours desquels les tireurs embusqués deviennent des héros et où les pertes sont immenses.

Les combats sont acharnés. Alors que les forces allemandes contrôlent 90 % de la ville, les Soviétiques tiennent bon dans le secteur des usines. "Les Allemands n’avaient jamais combattu dans des villes. Ils avaient l’habitude des grandes manœuvres dans des terrains dégagés. Ils progressent très peu et en plus, ils font face à deux problèmes. Le premier, c’est que les défenseurs soviétiques parviennent à arriver sur leurs arrières par les souterrains et les égouts et le second, c’est qu’ils n’arrivent pas à traverser la Volga. C’est là que se situe l’artillerie lourde soviétique avec les Katiouchas qui n’arrêtent pas de tirer et qui leur mènent la vie dure", raconte François Kersaudy.

"La mort glacée"

Alors qu’Hitler s’obstine à vouloir prendre la ville désormais devenue un objectif symbolique, la Wehrmacht souffre aussi d’une mauvaise coordination entre ses différents corps d’armée, ainsi que de graves problèmes d’approvisionnement. En novembre 1942, les Soviétiques en profitent pour lancer leur contre-offensive, l’opération Uranus orchestrée par Joukov, le chef d’état-major de l’Armée rouge et Vassilievski, vice-ministre de la Défense. "L’idée est d’arriver à enfermer les Allemands dans la ville qu’ils ont détruite par un enveloppement par le Nord-Ouest et le Sud-Est. En quelques jours, ces deux pinces vont se refermer", résume François Kersaudy.

Le 23 novembre 1942, les troupes soviétiques réussissent à faire leur jonction à Kalatch à l’ouest de Stalingrad. La VIe armée du général allemand Paulus est emprisonnée dans une poche. Alors que les hommes sont déjà épuisés, Hitler refuse par principe qu’ils battent en retraite : "300 000 Allemands sont donc enfermés là dans un feu d’enfer, dans le froid, sans provisions. Ils essayent de les ravitailler par le Sud ou par avions, mais sans succès".

Dans son roman "Éclairs lointains", l’écrivain allemand Heinrich Gerlach, combattant de la VIe armée et survivant de la bataille, décrit ces conditions extrêmes et ces hommes qui finissent par mourir d’un coup. "D’un pas mécanique, tels des spectres, ils frôlent la frontière de la mort glacée. Ça et là, l’un d’eux la franchit d’un pas chancelant et tombe sans un bruit. Une dernière fois, le torse essaie de se redresser puis s’affaisse, la main qui soutient mollement la tête pesante glisse. Le corps ne bouge plus. Les autres l’enjambent en trébuchant".

Un désastre pour les Allemands

La résistance allemande est quand même acharnée. Les Soviétiques finissent par relancer une offensive au mois de janvier 1943 en direction de la ville. Le général Paulus se rend finalement le 31 janvier 1943, au lendemain de sa nomination au grade de maréchal. Le bilan est terrible. En plus de six mois, la bataille a fait plus de deux millions de morts, devenant l’une des plus meurtrières de l’Histoire. Elle devient surtout une victoire emblématique pour l’armée soviétique et connaît un retentissement mondial, comme le rappelle François Kersaudy : "La reddition de ces hommes dans un état lamentable est filmée par la propagande. C’est désastreux pour les Allemands, leur première vraie défaite alors que jusque-là on les considérait comme invincibles".

Selon l’historien, alors que la Seconde Guerre mondiale fait rage depuis bientôt trois ans, Stalingrad marque un tournant stratégique majeur "en Europe" alors que dans le même temps, les Alliés connaissent d’autres succès militaires importants. "À peu près au même moment en 1942, il y a la bataille de Midway dans le Pacifique et El Alamein en Égypte, ainsi que le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord. Tout le monde sent que les Allemands sont en mauvaise position et cela va donner un coup de fouet à beaucoup de mouvements de résistance dans toute l’Europe".

Quatre-vingts ans plus tard, le nom de Stalingrad, (même si la ville s’appelle aujourd’hui Volgograd) résonne toujours. "C’est une bataille à peu près unique dans la Seconde Guerre mondiale, à la fois par la durée, par la quantité d’hommes, par l’acharnement, par l’importance au niveau de la propagande et au niveau des résultats. Il y a eu de la terreur des deux côtés. Il fallait continuer à se battre. Ceux présents là-bas auraient préféré l’enfer". N.R.

Retour

VOS ENENEMENTS SOCIAUX

 

Social

22 juin 2022 |Remerciements

COMMUNIQUE DE DECES

16 juin 2022 |Adélaïde NDIHOKUBWAYO

COMMUNIQUE DE DECES

19 avril 2022 |Monique SAHABO

COMMUNIQUE DE DECES

12 mars 2022 |Edmond TOYI

Communiqué de décès

27 février 2022 |André NYAMURANGWA

NECROLOGIE

10 février 2022 |COMMUNIQUE DE DECES

Nécrologie

15 janvier 2022 |New article No9727

COMMUNIQUE DE DECES

23 décembre 2021 |Ambassadeur NTAGABO Joseph

COMMUNIQUE DE DECES

22 décembre 2021 |Jean NZEYIMANA


 

Burundi – Rdc – Politique28 juin 2022
|A la veille du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Rd Congo, une spécialiste s’exprime…

Burundi - Politique1er juin 2022
|L’état de la démocratie au Burundi

Burundi – Médias3 mai 2022
|La Patronne de l’Afjo accorde une interview à Net Press à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse

Burundi - Communication25 mars 2022
|Interview exclusive avec l’Honorable Fabien Banciryanino

Burundi - Communication18 mars 2022
|Marie Soleil Frère. Chercheur qualifié au Fonds...

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION