Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie – Politique 16 juillet 2021
|La présidente de la République Unie de Tanzanie accueillie sur le tarmac de l’aéroport par le Vice-président de la République

Burundi - Sécurité 15 juillet 2021
|Ngozi : L’administration met la main sur plus de 1750 litres de boisson prohibée

Burundi - Sécurité14 juillet 2021
|Un corps en extrême décomposition découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Sécurité13 juillet 2021
|Des va-et-vient inquiétants au Nord-est du pays

Burundi - Sécurité 12 juillet 2021
|Ntahangwa : La police traque des caches d’armes et des irréguliers au Q6 Ngagara

Burundi - Sécurité10 juillet 2021
|Le curé de la paroisse Muzinda malmené par un policier et le responsable d’une maison de culte

Burundi - Royaume Uni – Sécurité 9 juillet 2021
|Un jeune homme d’origine burundaise tué à Londres

Burundi - Sécurité8 juillet 2021
|Un jeune homme se donne la mort dans la province de Ruyigi

Burundi - Sécurité Routière 7 juillet 2021
|Un mort et huit blessés lors d’un accident de roulage en commune Buhiga

Burundi - Sécurité5 juillet 2021
|Des parlementaires ressortissants de Muramvya pour la sécurité de leur province

Burundi - Sécurité3 juillet 2021
|L’administrateur de la commune Ndava demande aux retraités policiers et militaires de cette commune de faire des patrouilles nocturnes.

Burundi - Sécurité2 juillet 2021
|L’insécurité se fait observer dans plusieurs coins du pays

Burundi - Politique1er juillet 2021
|Le Burundi célèbre son 59ème anniversaire de l’indépendance

Burundi - Sécurité30 juin 2021
|Vers plus d’insécurité dans les provinces de l’intérieur du pays ?

Burundi - Sécurité29 juin 2021
|Un policier tire à bout portant sur sa voisine

Burundi - Sécurité28 juin 2021
|Vol des moteurs à bateaux dans les eaux du lac Tanganyika

Burundi - Sécurité28 juin 2021
|Et une attaque basculée sous le silence !

Burundi - Sécurité26 juin 2021
|La police offre un spectacle désolant dans la capitale économique Bujumbura

Burundi - Sécurité25 juin 2021
|Un enfant retrouvé à Rumonge après 3 jours de disparition

Burundi - Sécurité24 juin 2021
|La police sur les trousses des vendeurs de chanvre dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 23 juin 2021
|Après la découverte macabre d’un corps en province de Karusi…., des arrestations !

Burundi - Sécurité 22 juin 2021
|Découverte d’un corps sans vie à Kiyange

Burundi - Sécurité21 juin 2021
|Une personne morte, une autre grièvement blessée au quartier Muyange III à Bukeye

Burundi - Sécurité19 juin 2021
|Un enseignant retrouvé mort au Centre-est du pays

Burundi - Sécurité 18 juin 2021
|Deux personnes tuées dans des circonstances obscures en province de Makamba

Archives

 

 

 



Burundi - Rdc - Politique

Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

16 novembre 2018

JPEG - 46.6 ko

Une conférence internationale sur les droits de l’homme sur internet vient de se tenir dans la ville de Goma, à l’Est de la République Démocratique du Congo, du 5 au 6 novembre de cette année. Net Press y avait dépêché un envoyé spécial et il a pu rencontrer Monsieur Espoir Ngalukiye, un jeune activiste de la société civile au sein du mouvement citoyen LUCHA (Lutte pour le Changement). Ce dernier a bien voulu nous accorder un moment de son temps pour nous parler de la situation de son pays à la veille des élections de décembre.

L’on devrait signaler que Goma est taxé de fief de l’opposition. Les proches du pouvoir n’aiment pas parler. C’est dans ce contexte que l’on n’a pas pu parler avec eux. Mais dans l’entre-temps, nous apprenons qu’il y beaucoup d’insécurité dans cette ville. Il semble que des jeunes proches du pouvoir malmènent les gens le soir et n’hésitent même pas à entrer dans les ménages pour soutirer de l’argent

NP : Pourquoi êtes-vous ici ?

EN : Je suis ici pour participer à une conférence organisée par Rudi International et CIPESA. Je suis ici pour participer à une conférence sur la nouvelle technologie car elle fait aujourd’hui partie de la vie de la personne humaine. Enfin, je suis ici pour exercer mon droit d’expression en matière des droits de l’homme à l’ère du numérique.

Je suis ici aussi pour convaincre les autres participants que la lutte pour la nation ne se fait pas seulement en ligne, c’est aussi dans la rue pour exprimer notre point de vue publiquemebt et dans la non-violence.

NP : Est-ce que vous ne vous cachez pas derrière le concept des droits de l’homme pour faire de la politique ?

EN : Il ne faut perdre de vue que la politique est également un terrain où les activistes des droits de l’homme se rendent régulièrement. Par ailleurs, certains des politiciens ont été dans la société civile. Pour changer les choses, l’on doit s’intégrer dans l’une des trois options qui sont la politique, les affaires ou société civile. Les gens qui gagnent rapidement de l’argent,ce sont ceux qui entrent en politique après les deux autres orientations. Malheureusement c’est souvent une réussite due aux detournements des biens publics.

NP : Parlons des élections du mois prochain.

EN : je pense qu’Elles n’auront pas lieu car il y a un manque de consensus sur nombreuses questions dont l’utilisation de la machine à voter, la violations des libertés publiques et de la loi. En outre, les autorités ont peur de perdre les élections car tous les sondages donnent la victoire à l’opposition. Je crains aussi que nous puissions subir les violences comme au Burundi ou au Kenya en 2007.

NP : Il semble que la République Démocratique du Congo n’a pas encore fait de recensement de sa population. Quel est le blocage ?

EN : Oui, le dernier recensement date de 1987 ou 1984, en lieu et place du recensement, les dirigeants se focalisent beaucoup plus à donner la priorité a l’enrollement des électeurs. Au Congo nous n’avons pas de carte d’identité nationale,elle est remplacé par les passeports ou la carte d’electeur.

NP : Dans ces conditions, il ne peut pas y avoir des élections transparentes et crédibles.

EN : Non. Si ces elections seront organisées, il est sur qu’ils seront suivies par des violences enormes ou un dialogue politique afin de diviser l’opposition, de retarder les élections et de continuer le regne de Kabila. Moi je soutiens que nous puissions avoir une transition citoyenne sans Kabila qui sera diriger par les personalités de la société civile et qui ne seront pas de Candidats aux prochaines élections.

NP : Qui est devant dans les sondages ?

EN : L’opposition. Jusqu’à présent, l’on présente Tschisekedi comme étant le favori dans les sondages.

NP : Qui participent

EN : Il y a plusieurs candidats mais les gros poissons ne sont pas sur la liste. C’est le cas de Jean Pierre Bemba et de Moïse Gatumbi

NP : C’est confirmé que Kabila ne se représente pas ?

EN : C’est ce qui est dit jusqu’ici. En outre, il n’a pas déposé sa candidature.
ce n’est pas un cadrau qu’il a donné aux Congolais,il est dans l"obligation de ne pas deposer la candidature car ayant déjà epuisé les deux mandats.

NP : Qui le représente ?

EN : Il s’appelle Emmanuel Shadari. Mais cela sonne comme une continuité car ce sera du Kabila sans Kabila. C’est quelqu’un qui peut se faire dicter par le président sortant pour sauvegarder ses intérêts.
Mais aussi il n’est pas très connu par la population, le régime en place utilose les moyens de l’Etat pour le faire connaitre à tout prix.

NP : Dans le séminaire sur Internet à l’ère du numérique, un paneliste a informé l’assistance que lors des échéances politiques, l’internet est souvent coupé. Avez vous le sentiment que ce sera la même chose au mois de décembre ?

EN : Il ne peut pas en être autrement, c’est la stratégie des hommes au pouvoir.

NP : Et si le camp de Kabila gagne, y aura-t-il des manifestations, avez-vous des inquiétudes ?

EN : Au cas où les élections auraient lieu et que la partie de Kabila gagne, ce sera par tricherie. La crainte est qu’il peut y avoir des violences. Et dans ces conditions, le pouvoir va tout faire pour diviser opposants, semer la terreur, retarder les élections,

Propos recueillis par Jean Claude Kavumbagu

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION