Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité8 novembre 2022
|Les jeunes enfants de la rue de plus en plus ingérables

Burundi – Politique - Sécurité7 novembre 2022
|Un médiateur collinaire élu vit en clandestinité en commune de Rumonge

Burundi – Sécurité5 novembre 2022
|Un militant du Cndd-Fdd sauvé de justesse dans la commune de Gihanga

Burundi – Sécurité4 novembre 2022
|Des champs de culture de maïs détruits dans la province de Kayanza

Burundi – Economie3 novembre 2022
|Le président de la République contre la thésaurisation

Burundi – Politique – Communication2 novembre 2022
|Le chef de l’Etat en communication avec ses homologues de l’Eac

Burundi – Justice1er novembre 2022
|En détention malgré son influence au sein du parti présidentiel

Burundi – Politique31 octobre 2022
|Le président de la République encourage les Burundais à se construire des maisons et des bureaux

Burundi – Société29 octobre 2022
|Des femmes qui portent des bébés sur le dos se chamaillent sous un soleil de plomb

Burundi – Sécurité28 octobre 2022
|Le premier ministre propose d’aller plus loin…

Burundi – Sécurité27 octobre 2022
|Une personne trouve la mort dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurite26 octobre 2022
|Un corps d’une femme retrouvé en commune de Bugarama

Burundi – Sécurité25 octobre 2022
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Kinindo

Burundi – Sécurité24 octobre 2022
|La capitale politique enregistre deux cadavres le dernier weekend

Burundi – Justice22 octobre 2022
|Vers l’actualisation du métier d’avocat

Burundi – Politique21 octobre 2022
|Commémoration du 29ème assassinat du président Melchior Ndadaye

Burundi – Sécurité20 octobre 2022
|La police mobilisée pour une insécurité imaginaire

Burundi – Eac – Justice – Politique19 octobre 2022
|Les membres de la société civile en exil saisissent le président du sommet des Chefs d’Etat de l’Eac

Burundi – Sécurité Routière18 octobre 2022
|Les automobilistes se plaignent de l’attitude des policiers chargés du roulage

Burundi – Sécurité Routière17 octobre 2022
|Un message sème la confusion et les motards expriment leur joie … mais de très courte durée

Burundi – Rwanda – Sécurité15 octobre 2022
|Des rebelles rwandais tués par l’armée burundaise au Nord-ouest du pays

Burundi – Sécurité14 octobre 2022
|Deux personnes perdent la vie dans la province de Makamba

Burundi – Sécurité13 octobre 2022
|Ils demandent à être relocalisés, rien que cela …

Burundi – Sécurité12 octobre 2022
|Découverte d’un corps sans vie dans la commune de Bukirasazi

Burundi - Justice11 octobre 2022
|Arrestation de deux magistrats pour corruption en province de Bururi

 

 

 

 

 

 



Burundi – Eac – Justice – Politique

Les membres de la société civile en exil saisissent le président du sommet des Chefs d’Etat de l’Eac

19 octobre 2022

Bujumbura, le 19 octobre 2022 (Net Press) . Dix-huit membres de la société civile en exil viennent de saisir, ce 17 octobre, le président du sommet des chefs d’Etat de la communauté de l’Afrique de l’Est, le président burundais, Evariste Ndayishimiye, avec comme objet la mise application de l’Arrêt n° 1 de 2020 de la cour de justice de l’Eac.

Pour ces organisations qui ont réservé des copies à tous les chefs d’Etat de l’Eac, la mise en application de cet arrêt est un gage pour le rétablissement de l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation au Burundi, la concorde nationale et de l’Etat de droit au Burundi. Ces organisations, pour la pluprt des membres de l’East african civil society organizations’forum (Eacsof), qui a gagné le procès, demandent l’intervention du président Ndayishimiye dans l’application dudit arrêt.

Elles rappellent que le dossier portait sur la violation de l’Etat burundais du traité de la communauté de l’Afrique de l’Est consécutivement au forcing dans la violence vers le troisième mandat illégal dont le gouvernement s’est rendu responsable en 2015, un focing qui a occasionné des conséquences dramatiques dont les effets sont toujours d’acutalité à la date de la rédaction de cette correspondance.

Dans cette correspondance de 5 pages, les membres de la société civile signataires de ce document recommandent l’imminent retour à la constitution de 2005 qui est conforme à l’accord d’Arusha tel que stipulé par l’arrêt de la chambre d’appel de la cour de justice de l’Eac. Ils recommandent en outre le respect de l’Etat de droit qui va se concrétiser par l’indépendance de la magistrature et la dépolitisaition des corps de défense et de sécurité.

Ils demandent la levée des mesures interdisant les activités de toutes les organisations de la société civile radiées ou suspendues ainsi que la réouverture de l’espace politique qui permettrait aux partis politiques de l’opposition disloqués par le nouveau pouvoir en place de travailler librement au Burundi ainsi que la réouverture des médias indépendants contraints à l’exil simplement pour avoir donné la parole aux défenseurs de la légalité constitutionnelle en 2015.

Ils recommandent en outre l’annulation des procès politiques fantaisistes visant à proscrire les libertés civiles des défenseurs de la légalité constitutionnelle ainsi que la spoliation de leurs biens, la libération la plus immédiate possible et inconditionnelle des personnes arbitrairement détenues à cause du troisième mandat illégal de 2015, y compris celles qui sont détenues au secret et celles impliquées dans le putsch manqué de 2015 tout en garantissant leur intégrité physique.

La levée des mandats d’arrêt internationaux contre les membres de la société civile, des journalistes et des membres des partis politiques d’opposition en exil impliqués injustement, accusés d’avoir trempé dans le putsch manqué de 2015. La réhabilitation des victimes du troisième mandat illégal de 2015 et leurs familles à travers une réparation adéquate et effective, notamment par la restitution, le dédommagement, la satisfaction et les garanties de non-répétition.

Toujours au chapitre des recommandations, les membres de la société civile en exil demandent l’arrêt des activités paramilitaires de la milice imbonerakure et de toutes formes de violence qui se poursuivent sur le territoire du Burundi. L’engagement des poursuites contre les auteurs de la répression sanglante qui s’est abattue contre les manifestants pacifiques qui défendaient le respect de l’Etat de droit en 2015.

Ils demandent la création des conditions favorables au retour des réfugiés et la cessation de toutes formes de représailles contre les réfugiés qui rentrent d’exil ; et enfin, la reprise la plus immédiate possible des pourparlers entre le Gouvernement burundais et la société civile en exil, partis politiques en exil, partis politiques de l’opposition de l’intérieur et les garants des Accords d’Arusha en vue de ramener le Burundi sur les rails de la paix, de la justice et de l’Etat de droit. J.M. 

Burundi – Politique

Le parti Sahwanya Frodebu anime une conférence de presse

Bujumbura, le 19 octobre 2022 (Net Press). Le président du parti Sahwanya Frodebu, Pierre Claver Nahimana, a animé ce matin une conférence de presse à la permanence nationale de cette formation politique sise en zone Gihosha, quartier Gikungu 2, Avenue Ngozi. C’est en mairie de Bujumbura.

Selon un communiqué de presse émis par ce parti politique, le thème principal était « 29 ans après l’assassinat du Président Melchior Ndadaye, y a-t-il un espoir de meilleurs lendnemains pour le peuple burundais ? ». Cette conférence se tient à la veille de la célébration du 29ème anniversaire de l’assassinat du président Melchior Ndadaye, le 21 octobre 1993. D.N.

Burundi – Environnement

Célébration de la semaine africaine pour une dentisterie sans mercure

Bujumbura, le 19 octobre 2022 (Net Press) . A l’occasion de la célébration de la semaine africaine pour une dentisterie sans mercure, initiée il y a près de dix anss, cette année, le 16 octobre est un dimanche (jour férié) au Burundi, et pour résoudre sur la question de la durée d’une telle coïncidence, il a été décidé de consacrer désormais une semaine à cette célébration au niveau africain sous le thème « Promouvoir l’Amendement de la Convention de Minamata sur le Mercure pour les enfants, les femmes enceintes et allaitantes ».

C’est dans cette optique que l’ « ONG » Propreté, Environnement et Santé en sigle, représentée par son Président et Représentant Légal, Monsieur NSHIMIRIMANA Jean Donatien, Membre de l’Alliance Mondiale pour une Dentisterie sans Mercure, se joint aux autres ONG africaines pour célébrer cette semaine africaine.

Pour rappel, l’amalgame dentaire est un mélange de Mercure et d’alliage à la poudre, composée d’argent, de l’étain et du cuivre. L’amalgame libère de petites quantités de vapeurs de Mercure, au fur et à mesure du temps. Bien que les faibles niveaux de vapeurs de Mercure inhalée ne sont généralement pas nocifs pour la plupart des gens, certaines catégories de personnes dont les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, présentent des risques accrus des effets néfastes pour leur santé.

Lors de la COP 4 qui s’est tenue à Bali en Indonésie le 24 mars 2022, plus de 130 Nations présentes ont connu à l’unanimité l’Amendement qui était proposé par le Groupe Africain et l’Union Européenne exigeant des pays qu’ils protègent les populations les plus vulénrables citées ci-haut, contre l’utilisation continue d’amalgames dentaires.

A cet effet, cette semaine africaine vise essentiellement à promouvoir deux principes cardinaux chers aux ONG africaines Leaders impliquées dans l’élimination des amalgames dentaires.

1°) Mobilisation des Décideurs politiques, professionnels de la Santé, bucco-dentaire, Grand public, médias et organisations de la Société Civile autour des politiques publiques en faveur d’une dentisterie sans mercure.

2°) La prise de conscience que tous les enfants, femmes enceintes et allaitantes et toutes les personnes vulnérables ont droit à un même niveau de protection contre les amalgames dentaires partout dans le Monde.

L’ONG « PES » salue la prise de conscience que les fabricants, distributeurs et utilisateurs sont d’avis de mettre fin à la vente de ces produits toxiques et leur utilisation car une fois qu’ils le vendent, une grande partie de celui-ci est implantée chez ces derniers.

Compte tenu des effets néfastes sur la santé des personnes à haut risque suite à l’exposition au Mercure causé par les Amalgames dentiares, PES recommande pour cette semaine africaine dédiée à la dentisterie sans Mercure, l’utilisation des Alternatives sans Mercure aux amalgames dentaires. Ch.N.

Burundi – Mali – France – Politique

« Le Mali et la France s’écharpent lors du conseil de sécurité de l’Onu », dixit Rfi

New Yorrk, le 19 octobre 2022 (Net Press) . La réunion du conseil de sécurité a tourné au clash diplomatique, mardi, 18 octobre, lorsque le ministre des Affaires étrangères malien, Abdoulaye Diop et l’ambassadeur français se sont affrontés. Après que Bamako eut lancé de nombreuses piques en direction de l’Onu au sujet du rapport du secrétaire général pour la période juin-septembre, Abdoulaye Diop a renouvelé les accusations portées contre Paris.

Après un début de séance dans son ronronnement habituel, la salle du conseil de sécurité a pris des airs de ring de boxe dès que le ministre des affaires étrangères malien a pris la parole. Abdoulaye Diop a critiqué l’Onu et les membres du conseil de sécurité, mettant en garde les autorités de transition. Puis, il a directement attaqué la France, qui a commis des actes « graves d’agression et d’espionnage » au Mali, selon lui, et a reproché au Conseil de ne pas réagir aux protestations successives de Bamako.

Au cours de sa prise de parole, Abdoulaye Diop s’est déclaré surpris que le rapport du secrétaire général « ait passé sous silence » la saisine du conseil par le Mali le 15 août dernier pour « des tentatives de déstabilisation et des violations répétées de l’espace aérien du Mali par les forces françaises ». Soit « des actes d’agression d’une extrême gravité », dit-il, qui ne doivent pas rester sans suite.

Le Mali demande une réunion spécifique du conseil de sécurité

Par sa voix, les autorités du Mali ont renouvelé leur demande d’une réunion spécifique du conseil de sécurité de l’Onu pour présenter « des preuves concrètes ». Le ministre malien des affaires étrangères affirme que la France a partagé des renseignements et laissé du matériel au profit d’organisations crirminelles.

L’ambassadeur français, Nicolas de Rivière, s’est alors indigné de ces « mensonges » et diffamations, demandant à répondre pour « rétablir la vérité » : « Accusations mensongères et diffamatoires. Accusations graves et infondées. La France n’a jamais violé l’espace aérien malien. ». « Je conteste formellement toute violation du cadre juridique bilatéral », a martelé le diplomate.

Nicolas de Rivière a rappelé les circonstances du déploiement de la forcce Barkhane, sa mision – rappelant que durant neuf années, la force Barkhane avait été déployée à la demande du gouvernement malien.

Bamako s’est gardé d’envoyer en amont les « preuves » évoquées

Alors que l’ambassadeur gabonais, assurant la présidence tournante du conseil de sécurité de l’Onu, s’apprêtait à clore la réunion, Abdoulaye Diop a redemandé la parole. Après un moment de flottement, la parole lui est donnée. Le ministre malien, cette fois sans aucune note devant lui, réitère sa demande d’une session spécifique « dans les plus brefs délais ».

« L’Etat malien amènera à la face du conseil de sécurité et à la face du monde des preuves tangibles de ce que nous mettons en avant », déclare-t-il, avant de conclure qu’il souhaite que la France porte cette demande de réunion spéciale. Une demande théâtrale qui a surpris les diplomates à New York.

Même la Russie, la plus fidèle alliée des autorités de transition, n’a pas demandé de « réunion spéciale » : rien n’empêchait Abdoulaye Diop d’avancer déjà ces éléments à cette présente séance. Le ministre aurait même pu les envoyer par courrier au conseil en amont de cete séance s’il l’avait souhaité, ce qu’il n’a pas fait. J.M. 

.

Retour

VOS ENENEMENTS SOCIAUX

 

Social

22 juin 2022 |Remerciements

COMMUNIQUE DE DECES

16 juin 2022 |Adélaïde NDIHOKUBWAYO

COMMUNIQUE DE DECES

19 avril 2022 |Monique SAHABO

COMMUNIQUE DE DECES

12 mars 2022 |Edmond TOYI

Communiqué de décès

27 février 2022 |André NYAMURANGWA

NECROLOGIE

10 février 2022 |COMMUNIQUE DE DECES

Nécrologie

15 janvier 2022 |New article No9727

COMMUNIQUE DE DECES

23 décembre 2021 |Ambassadeur NTAGABO Joseph

COMMUNIQUE DE DECES

22 décembre 2021 |Jean NZEYIMANA


 

Burundi - Politique1er novembre 2022
|"46ème anniversaire de la naissance de la Deuxième République", dixit PARENA

Burundi - Politique21 octobre 2022
|29ème anniversaire de l’assassinat du Président Melchior Ndadaye

Burundi - Burkina Faso - Politique15 octobre 2022
|35ème anniversaire de l’assassinat du Président Thomas Sankara

15 octobre 2022
|N.P. Monsieur Diallo Abdoulaye, pouvez-vous...

Burundi - Politique13 octobre 2022
|61ème anniversaire de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore

Burundi – Rdc – Politique28 juin 2022
|A la veille du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Rd Congo, une spécialiste s’exprime…

Burundi - Politique1er juin 2022
|L’état de la démocratie au Burundi

Burundi – Médias3 mai 2022
|La Patronne de l’Afjo accorde une interview à Net Press à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse

Burundi - Communication25 mars 2022
|Interview exclusive avec l’Honorable Fabien Banciryanino

Burundi - Communication18 mars 2022
|Marie Soleil Frère. Chercheur qualifié au Fonds...

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !