Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Politique - Opinion17 janvier 2023
|Le parti Pajude – Intazimiza s’exprime…

Burundi - Sécurité16 janvier 2023
|Un corps sans vie découvert sur la rive du lac Tanganyika.

Burundi – Sécurité Routière14 janvier 2023
|Des policiers attrapés en flagrant délit de demande de pots de vin

Burundi – Sécurité13 janvier 2023
|Les populations se plaignent devant le ministre chargé de la défense nationale

Burundi – Sécurité12 janvier 2023
|La zone Kinindo menacée par un bandit de grand chemin

Burundi – Economie – Communication11 janvier 2023
|La Fomi organise un atelier d’échanges d’informations avec les professionnels des médias

Burundi – Sécurité10 janvier 2023
|Le ministre de la défense face aux anciens combattants dans la province de Bubanza

Burundi – Droits de l’Homme9 janvier 2023
|Election à l’assemblée nationale pour renouveler les organes de la Cnidh

Burundi – Justice7 janvier 2023
|Détention d’un mineur de 13 ans dans la province de Kayanza

Burundi – Sécurité6 janvier 2023
|Décès hier de deux personnes dans la capitale politique Gitega

Burundi – Sécurité5 janvier 2023
|Fouille-perquisition au quartier III de la zone de Ngagara

Burundi – Sécurité Routière4 janvier 2023
|La police de roulage renforce son contrôle des véhicules au centre-ville de Bujumbura

Burundi – Sécurité Routière3 janvier 2023
|Plus de 20 personnes tuées dans des accidents de roulage rien qu’au mois de décembre

Burundi – Sécurité Routière2 janvier 2023
|Deux accidents de roulage font des victimes dans la capitale économique

Burundi – Sécurité31 décembre 2022
|Arrêté pour avoir tué le gérant de la poste à Mutaho

Burundi - Sécurité30 décembre 2022
|Un Imbonerakure tué par un militaire pour une peccadille dans la province de Cibitoke

Burundi – Sécurité29 décembre 2022
|Découverte d’un cadavre dans la commune Kabarore

Burundi – Sécurité Routière28 décembre 2022
|Quand des policiers deviennent un danger public dans la capitale économique !

Burundi – Changement Climatique27 décembre 2022
|Le ciel se fâche au Sud de la capitale économique Bujumbura

Burundi - Sécurité26 décembre 2022
|Deux corps sans vie découverts dans une réserve forestière à Rumonge.

Burundi – Sécurité24 décembre 2022
|Des groupes armés de machettes gagnent plusieurs coins du pays

Burundi – Sécurité23 décembre 2022
|Une femme enfermée pour avoir brûlé à l’eau bouillante son enfant de 3 ans

Burundi – Justice22 décembre 2022
|Pourvoi en cassation contre la décision de libérer l’avocat Tony Germain Nkina

Burundi - Sécurité21 décembre 2022
|Deux personnes armées arrêtées dans le lac Tanganyika

Burundi – Sécurité20 décembre 2022
|Les citadins de la zone Bwiza inquiets pour leur sécurité

 

 

 

 

 

 



Burundi – Economie

La Fomi organise un atelier d’échanges d’informations avec les professionnels des médias

12 janvier 2023

Simon Ntirampeba, Directeur Général de la Fomi

Il était empêché lors des travaux de l’atelier qui a eu lieu hier dans la salle de King’s Conference Center, d’où il a été remplacé par son adjoint.

Ir. Herménégilde Manyange, Directeur Général Adjoint de la Fomi

Atelier d’échanges d’information sur l’Etat des lieux de la recherche et de l’utilisation des engrais organo-minéraux au Burundi

L’atelier a eu lieu hier dans la salle de King’s Conference Center, dans la zone de Kinindo. Les travaux ont été ouverts par le Directeur Général Adjoint de la FOMI, Ir. Herménégilde Manyange, qui remplaçait le Directeur Général, Simon Ntirampeba, empêché.

Dans son discours d’ouverture, il a d’abord souhaité ses meilleurs vœux de l’année 2023 à l’assistance, indiquant que son entreprise a pensé à rencontrer les journalistes, dont la voix porte plus loin, pour leur entretenir sur l’état des recherches et de fabrication des engrais.

Il a indiqué qu’il y a évaluation chaque année, avec des experts en la matière et que la Fomi entend, de la part des reportages des journalistes, des inquiétudes des agriculteurs, d’où la société a constaté qu’il y a manque d’information sur la Fomi, qui peut être comblé par les journalistes.

C’est la raison pour laquelle ce 11 janvier, il a été planifié une rencontre avec les professionnels des médias, afin d’échanger sans faux-fuyant, pour que plus tard, les journalistes puissent aider à expliquer certains phénomènes aux populations, surtout qu’ils les côtoient régulièrement.

Ceci pourrait aider les agriculteurs à mieux comprendre l’utilisation de l’engrais fabriqué par la société pour augmenter la production d’une part et de gagner de l’argent par la suite. D’après donc le Directeur Général Adjoint, les journalistes ont une mission spéciale.

D’après ce que les autorités de l’entreprise entendent, a-t-il poursuivi, certains agriculteurs indiquent que l’engrais fabriqué par la Fomi n’est pas adapté, surtout pour la culture du riz, d’autres réclament carrément les engrais chimiques d’antan au moment où les autres sont convaincus que l’engrais de la Fomi n’est pas adapté aux cultures industrielles.

Ils vont plus loin et indiquent que les champs des autorités de ce pays sont nettement mieux entretenus, d’où ils soupçonnent que la Fomi a un engrais spécial pour cette catégorie de Burundais. A ce niveau, M. Herménégilde Manyange a fait savoir que son entreprise n’a pas de formule spéciale pour une catégorie quelconque de Burundais.

Pour cela, il y aura des communications des experts en la matière pour que les journalistes comprennent des enjeux dans la pratique de cette activité car c’est un secteur délicat. Même avec une meilleure qualité d’engrais, sans mesures d’accompagnement, il n’y aura pas d’augmentation de la production.

C’est un secret de polichinelle, tout le monde sait que les engrais chimiques détruisent le sol même si l’on ne peut pas ignorer l’action de l’homme sur la nature. C’est pourquoi les pays développés accompagnent les pays qui mélangent l’engrais chimique et celui qui est naturel.

Malgré cela, ils diminuent l’utilisation de l’engrais chimique chez eux qu’ils envoient massivement en Afrique, uniquement pour gagner de l’argent. Or, l’engrais chimique détruit progressivement la santé humaine et l’environnement.

Avec l’action de la Fomi, il y a eu grincement des dents car l’importation de l’engrais chimique a diminué de 50%. Il a informé l’assistance que la Fomi est une entreprise unique dans toute l’Afrique, d’où d’autres pays organisent des visites d’études chez nous pour voir comment nous procédons.

La Fomi s’étend progressivement dans l’espace car elle est déjà installée en Tanzanie. D’autres pays expriment des demandes dans ce sens, mais il a indiqué que cela n’est pas facile car on ne peut pas tout faire dans un laps de temps.

Par ailleurs, la vente de l’engrais est différente de celle de cacahuète. Il a indiqué que dans des pays du Maghreb, ils fabriquent des engrais dénommés DAP. Ils sont fabriqués également en Chine, aux Etats-Unis, en Russie et ailleurs. Ils comprennent un pourcentage élevé de toxicité si bien que la Fomi ne peut pas les importer.

Quand il y a des engrais chimiques, a-t-il fait savoir, il y a des maladies qui sont développées progressivement par les êtres humains comme les cancers de prostate, des seins chez les femmes, des intestins, etc.

La Fomi est donc à l’œuvre. Elle a vu le jour en 2019 et elle entre dans l’année 2023, elle grandit donc. Mais elle rencontre des fois des difficultés, notamment le manque de devises pour importer des produits de l’étranger.

La Fomi a entrepris des partenariats avec des institutions financières étrangères pour contourner ce problème. Elle s’apprête à fournir l’engrais à temps et en quantité suffisante pour l’année agricole 2023 B. Il a rassuré également les agriculteurs à qui elle droit de l’engrais Totahaza.

Il a rappelé que ce produit n’a jamais été en quantité suffisante et en même temps dans le pays, mais que cela devrait être senti comme un défi à relever de la part de la Fomi.

Exposé n° 1 : Plus-value des engrais organo-minéraux

Par Professeur Salvator Kaboneka

Dans son exposé très clair, il a commencé par le diagnostic des sols du Burundi. Il a parlé de la dégradation des minéraux/climats tropicaux à dominance de kaolinite. Pour lui, la kaolinite est un vaurien, même si on y met de l’engrais, cela ne produit que de la pollution. Il a fait savoir que le phénomène de fertilisation organo-minérale des sols existe bien avant l’avènement de la Fomi.

Le Professeur Kaboneka a indiqué que le sol burundais a des problèmes car presque 80% de son sol sont en rouge, d’après les indicateurs des scientifiques. Il n’y a qu’une petite partie se trouvant au Nord du pays, plus précisément à Ruhororo, à Ngozi qui est dotée de la matière organique.

Le professeur a évoqué également les principes de la fertilité et de la fertilisation des sols. A ce sujet, il a parlé des tendances de fertilité/fertilisation des sols. Il y a la fertilité naturelle (organo-minérale), la fertilisation minérale (productivité), la fertilisation organo-minérale (régénératrice), l’agro-écologie (agriculture biologique) et la loi du minimum/Doses.

Ce professeur qui a replongé les journalistes dans le cours de chimie a abordé la notion de la composition (%) des principaux minéraux du sol. Par un graphique, il a démontré les composantes du sol (idéal) + interactions. Il a fait savoir qu’un sol riche en matière organique résiste au changement des température, ce qu’il a qualifié d’effet direct/indirect.

Il a évoqué la fertilisation organo-minérale et résistance à l’érosion, la gestion de l’acidité résiduelle des engrais acidifiants, en donnant l’exemple du DAP. Professeur d’une science dont il est convaincu qu’elle est difficile dans le monde des médias, il a préparé une sorte de conclusion concernant les plus values de la fertilisation organo-minérale au-delà des rendements agronomiques.

Tout d’abord, c’est la stabilité de la productivité du sol (effet résiduel), en deuxième lieu, c’est l’optimisation des engrais minéraux/complémentarité organo-minérale (MAGIRIRANIRE). Ensuite, c’est le renforcement de l’action de la dolomie, la stabilité de la structure du sol (perméabilité, infiltration, porosité), la stabilité thermique du sol (résistance aux changements climatiques).

Il s’agit aussi de la stabilité hydrique du sol (rétention en eau, résistance aux changements climatiques), de la stabilité de l’aération du sol (porosité, santé du sol et des plantes), la stabilité nutritionnelle du sol (plantes, microorganismes), la stabilité chimique du sol(pouvoir tampon, pH, CEC), la stabilité de la santé du sol : diversité, activité et équilibre microbiens (enzymes, phytohormones, antibiotiques, résistance aux maladies).

Enfin, il s’agit de la stabilité environnementale vis-à-vis de l’érosion et des polluants (métaux lourds, sels), résilience aux changements climatiques.

A propos de l’état des lieux de la recherche sur les engrais organo-minéraux du Burundi, le conférencier a eu un empêchement de dernière minute, mais Cyrille Hicintuka, chercheur en fertilité des sols à l’ISABU, a pris la relève.


Cyrille Hicintuka, Chercheur en fertilité des sols à l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi, ISABU.

Pour ce deuxième exposé, le conférencier a évoqué les objectifs de la recherche ainsi que les résultats attendus. L’objectif, a-t-il poursuivi, c’est de déterminer les doses d’engrais organiquement productives et économiquement rentables. Quant aux résultas, c’est l’obtention des doses optimales d’engrais organo-minéraux de la FOMI.

Les recherches se font sur les cultures vivrières, industrielles et maraîchères. C’est notamment le haricot au début de l’année agricole 2018 B au niveau des vases et des champs, la pomme de terre, au début de 2020A et le maïs avec des fiches qui ont été distribuées un peu partout dans le pays.

Les autres cultures sont la patate douce et le manioc dont le début d’essai est fixé à l’année agricole 2023A et la banane en 2024A. Concernant les cultures industrielles, on peut évoquer le café (novembre 2020), la canne à sucrer (novembre 2020), le thé (octobre 2021) et le coton (2022A).

Quant aux cultures maraîchères, il s’agit de l’initiative de la Fomi avec l’aramante dont les premières données ont été enregistrées en 2021.

S’agissant du rôle des services de la recherche et de la vulgarisation dans le positionnement du secteur agricole au développement durable, Cyrille Hicintuka a entretenu les journalistes sur les principales missions de la recherche, notamment la vulgarisation.

Il a fait un bref aperçu sur les innovations dans la recherche agronomique, le canal de communication des innovations, les atouts en matière de communication sans oublier les défis en matière de communication et de vulgarisation des innovations.

Il y a eu une projection d’un documentaire où des responsables agricoles, voire des agriculteurs des provinces de Kayanza, de Ngozi, de Gitega, de Karusi, de Muramvya et de Cibitoke se sont exprimées sur l’engrais de la FOMI. Bien que globalement satisfaits, ils ont évoqué un bémol notamment la disponibilité de l’engrais, aussi bien en temps réel qu’en quantité. Il y a eu également lors de ce documentaire les commentaires du Directreur Général Adjoint de la FOMI et de Cyrille Hicintuka de l’ISABU.

L’atelier a été clôturé par une séance de questions des journalistes à l’endroit de tous les cadres et chercheurs qui étaient présents. Il n’y avait pas de question tabou dans cet exercice à carractère purement scientifique.

Propos recueillis par Jean-Claude Kavumbagu.

Retour

VOS ENENEMENTS SOCIAUX

 

Social

22 juin 2022 |Remerciements

COMMUNIQUE DE DECES

16 juin 2022 |Adélaïde NDIHOKUBWAYO

COMMUNIQUE DE DECES

19 avril 2022 |Monique SAHABO

COMMUNIQUE DE DECES

12 mars 2022 |Edmond TOYI

Communiqué de décès

27 février 2022 |André NYAMURANGWA

NECROLOGIE

10 février 2022 |COMMUNIQUE DE DECES

Nécrologie

15 janvier 2022 |New article No9727

COMMUNIQUE DE DECES

23 décembre 2021 |Ambassadeur NTAGABO Joseph

COMMUNIQUE DE DECES

22 décembre 2021 |Jean NZEYIMANA


 

Burundi - Politique1er novembre 2022
|"46ème anniversaire de la naissance de la Deuxième République", dixit PARENA

Burundi - Politique21 octobre 2022
|29ème anniversaire de l’assassinat du Président Melchior Ndadaye

Burundi - Burkina Faso - Politique15 octobre 2022
|35ème anniversaire de l’assassinat du Président Thomas Sankara

15 octobre 2022
|N.P. Monsieur Diallo Abdoulaye, pouvez-vous...

Burundi - Politique13 octobre 2022
|61ème anniversaire de l’assassinat du Prince Louis Rwagasore

Burundi – Rdc – Politique28 juin 2022
|A la veille du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Rd Congo, une spécialiste s’exprime…

Burundi - Politique1er juin 2022
|L’état de la démocratie au Burundi

Burundi – Médias3 mai 2022
|La Patronne de l’Afjo accorde une interview à Net Press à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse

Burundi - Communication25 mars 2022
|Interview exclusive avec l’Honorable Fabien Banciryanino

Burundi - Communication18 mars 2022
|Marie Soleil Frère. Chercheur qualifié au Fonds...

Ambassade de Belgique au Burundi1er juillet 2021
|Visa pour la Belgique

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !