Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique 1er mai 2021
|A la veille de la célébration de la fête du travail, le président de la République adresse un message à la nation

Burundi - Sécurité 30 avril 2021
|Six personnes mortes foudroyées en commune Tangara

Burundi - Sécurité 29 avril 2021
|Une personne se donne la mort en province de Bubanza

Burundi - Sécurité28 avril 2021
|Un pasteur d’origine béninoise tué en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 27 avril 2021
|Un bénéficiaire de la grâce présidentielle introuvable !

Burundi - Sécurité 26 avril 2021
|Un étudiant de l’université du Burundi serait mort des suites de la faim

Burundi - Sécurité 24 avril 2021
|Deux personnes tuées en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité23 avril 2021
|Une personne retrouvée sans vie en zone Nyakararo

Burundi - Russie – Sécurité 22 avril 2021
|Gitega signe avec Moscou le projet d’implantation d’un centre nucléaire au Burundi

Burundi – Sécurité 21 avril 2021
|Dix bandits interpellés au quartier III en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 20 avril 2021
|Une administrative accusée de vendre des boissons prohibées arrêté à Mwaro

Burundi - Sécurité 19 avril 2021
|Un berger tué en province de Bururi !

Burundi - Sécurité17 avril 2021
|Un homme armé a fait sept morts et trois blessés à Rusaka

Burundi - Sécurité16 avril 2021
|Un corps sans vie découvert dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité 15 avril 2021
|Le chef de quartier Teza dans le collimateur de la population de cette localité

Burundi - Sécurité 14 avril 2021
|Une personne tuée en commune Gihanga

Burundi –Sécurité 13 avril 2021
| Trois cadavres découverts en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité12 avril 2021
|Arrêté pour avoir tué sa conjointe

Burundi - Sécurité 10 avril 2021
|Un corps sans vie découvert en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité Routière 9 avril 2021
|Des personnes gravement blessées lors d’un accident de roulage survenu en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 8 avril 2021
|Une personne retrouvée morte en zone Musaga

Burundi - Sécurité7 avril 2021
|L’insécurité monte d’un cran dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité6 avril 2021
|Des motards toujours sous injonctions policières au Sud du pays

Burundi - Sécurité 5 avril 2021
|Une personne portée disparue en province de Ngozi !

Burundi - Changement Climatique3 avril 2021
|Les ressortissants de Gifurwe ne savent plus à quel saint se vouer

Archives

 

 

 



ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI

Troisième mandat présidentiel

7 avril 2015

Le 3ème mandat à la Présidence de la République est une question qui est plus politique que juridique : la Cour Constitutionnelle n’est pas compétente pour statuer sur l’inconstitutionnalité de l’Accord d’Arusha ou son interprétation, les députés et les sénateurs avaient un mandat spécial pour élire le Président de la République pour la période post transition.

Dans la suite logique du mouvement d’interdiction au Président Pierre NKURUNZIZA de briguer le 3ème mandat à la Présidence de la République, l’Accord Cadre pour la Restauration d’un Etat de Droit voudrait informer l’opinion tant nationale qu’internationale sur une question qui se révèle plus politique que juridique. L’Accord Cadre pour la Restauration d’un Etat de Droit voudrait apporter sa contribution dans la résolution de ce conflit qui est fondamentalement politique. Pour Pierre NKURUNZIZA et ses adeptes dont le discours est peu convainquant, la Constitution lui permettrait de briguer un 3ème mandat à la tête du pays sous prétexte qu’en 2005, il n’aurait pas été élu au suffrage universel, ce qui justifierait l’inexistence du premier mandat. Suite au tollé suscité par ces propos, l’opposition, la société civile, une grande partie de membres du parti présidentiel, toute la communauté internationale disent non à Monsieur le Président et lui rappellent que le 2ème mandat de Président de la République prend fin au mois d’Août 2015 et qu’il n’a pas le droit de se faire élire aux prochaines élections présidentielles qui sont prévues au mois de juin 2015.

Le chapeau de la Constitution du 18 mars 2005 en dit long : « Conscients de nos responsabilités et de nos devoirs devant l’histoire et les générations futures ; Réaffirmant notre foi dans l’idéal de paix, de réconciliation et d’unité nationale conformément à l’Accord pour la Paix et de Réconciliation au Burundi du 28 août 2000 et aux accords de cessez – le - feu ». Vu, conscient, affirmant, réaffirmant, proclamant… sont des formules de rédaction des textes de loi qui montrent que les textes de référence font partie intégrante de celui en voie d’adoption. Si par contre il s’agit d’une modification, d’un avenant ou d’une révision, qui sont proposées, les visas suivants sont utilisés : Revu, Reconsidérant… ».

L’Accord d’Arusha fait donc partie intégrante de la Constitution du 18 mars 2005. La tentative du Président Pierre NKURUNZIZA de se porter candidat aux prochaines élections du mois de juin 2015 entre en violation de l’Accord d’Arusha pour la Paix et la Réconciliation et de la Constitution. L’Accord d’Arusha a été déposé auprès du Secrétaire Général des Nations Unies et du Secrétaire Général de l’Organisation de l’Union Africaine qui en sont les dépositaires et doivent veiller au respect de leur application : « Tous les documents finals sont rédigés en anglais, français et kirundi, les textes anglais et français faisant foi. Le texte français étant l’original, est déposé auprès du Secrétaire Général des Nations Unies, du Secrétaire Général l’Organisation de l’Unité Africaine et du Gouvernement burundais » (article 5 de l’Accord d’Arusha).

Au Protocole II Démocratie et bonne gouvernance, l’article 7.1 a) est ainsi libellé : « La Constitution stipule qu’à l’exception de la toute première élection présidentielle, le Président de la République est élu au suffrage universel direct, chaque électeur ne pouvant voter que pour un seul candidat …3. Il est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ». L’article 20 point 10 du même protocole dispose : « Le premier Président de la période post - transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis, à la majorité des deux tiers ».

Que dit la Constitution du 18 mars 2005 ? Dans le strict respect de l’Accord d’Arusha, la Constitution en son article 301, alinéa 2 dispose : « A titre exceptionnel, le premier Président de la République de la période post- transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès, à la majorité des deux tiers ».
« En cas de vacance du poste de Président de la République de la période post transition, son successeur est élu selon les modalités prévues par l’alinéa précédent » (Art. 301, alinéa).

La Constitution a non seulement réaffirmé les dispositions de l’Accord d’Arusha mais elle a aussi reproduit intégralement l’Accord aussi bien sur la question relative au mode d’élection du Président de la République et son double mandat. « La Constitution stipule qu’à l’exception de la toute première élection présidentielle, le Président de la République est élu au suffrage universel direct, chaque électeur ne pouvant voter que pour un seul candidat …3. Il est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels ».

Le Président Pierre NKURUNZIZA est le premier Président post - transition qui a été élu au suffrage indirect par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès conformément à la Constitution et à l’Accord d’Arusha : « A titre exceptionnel, le premier Président de la République de la période post- transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès, à la majorité des deux tiers » (Article 301 al. 2de la Constitution).

Les articles 186 et 190 de la Loi n° 1/015 du 20 avril 2005 portant Code électoral sont venus renforcer les dispositions de l’Accord d’Arusha et de la Constitution en les reproduisant intégralement : « Le Président de la République est élu au suffrage universel direct et secret pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois » (art. 186). « Par exception au principe énoncé à l’article 186 de la présente loi, le premier Président de la République de la période de post – transition est élu par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis en Congrès à la majorité des deux tiers » (Art.190).

La Constitution et le Code électoral toujours en vigueur, reproduisent les dispositions de l’Accord d’Arusha. Reste à savoir si la Cour Constitutionnelle peut modifier la donne et permettre au Président Pierre NKURUNZIZA de se porter ou être désigné candidat aux élections présidentielles prochaines. En vertu des articles 225, 228, 229,115, 157, 160,161, 188, 233, 234 et 296 de la Constitution, la Cour Constitutionnelle est compétente pour :

- juger de la constitutionalité des lois et interpréter la Constitution (art.225) ;

- statuer sur la constitutionalité des lois et des actes réglementaires pris dans les matières autres que celles relevant du domaine de la loi (art.228) ;

- assurer le respect de la Constitution y compris la charte des droits fondamentaux par les organes de l’Etat et les autres institutions (art.228) ;

- interpréter la Constitution à la demande du Président de la République, de l’Assemblée Nationale, du Président du Sénat, d’un quart des députés ou d’un quart des sénateurs (art.228) ;

- statuer sur la régularité des élections présidentielles et législatives et des référendums et en proclamer les résultats définitifs (art.228) ;

- recevoir le serment du Président de la République, des Vice - Présidents de la République et des membres du gouvernement avant leur entrée en fonction (art.228) ;

- constater la vacance du poste du Président de la République (art.228) ;

- contrôler la constitutionalité des lois organiques, des règlements intérieurs de l’Assemblée Nationale et du Sénat avant leur promulgation (art.228) ;

- assurer la consultation officielle lorsque le Président de la République veut proclamer par décret-loi, l’état d’exception (article 115 de la Constitution) ;

- sauf en cas de force majeure, constater la régularité des délibérations de l’Assemblée Nationale et du Sénat si elles se déroulent dans des lieux inhabituels (art.157) ;

- donner avis avant la modification par décret présidentiel, des textes de forme législative survenus en des matières qui ne relèvent pas du domaine de la loi (art.160) ;

- donner avis avant la modification par voie législative des textes de forme réglementaire (161) ;

- décider en cas de doute ou de litige sur la recevabilité d’un texte de loi (188) ;

- ensemble avec la Cour Suprême constituer la Haute Cour de Justice (art. 233, 234 de la Constitution) ;

- déclarer qu’un engagement international comporte une clause contraire à la Constitution et que l’autorisation de ratification ne peut intervenir qu’après amendement ou révision de la Constitution (art.296).

Aucune disposition de la Constitution ne permettant à la Cour Constitutionnelle de contrôler ou d’interpréter l’Accord d’Arusha, la compétente pour sa modification ou son interprétation n’appartient qu’ aux signataires de l’Accord d’Arusha qui ont seuls le droit de dénoncer ou de renégocier l’Accord. Cela est d’autant plus vrai que même en cas d’inconstitutionnalité d’un engagement international qui comporte une clause contraire à la Constitution, l’on ne modifie pas l’engagement ou la convention. L’autorisation de ratification ne peut intervenir qu’après amendement ou révision de la Constitution.

Le 3 ème mandat du Président Pierre NKURUNZIZA serait donc contraire à l’Accord d’Arusha, à la Constitution et à la loi électorale. A ceux qui prétendent que les élections de 2005 n’engagent pas le peuple burundais, nous disons qu’ils oublient vite ou font semblant d’ignorer que la Constitution de 2005 a été adoptée par référendum et que de ce fait, le peuple burundais a donné une procuration spéciale aux députés et aux sénateurs d’élire en ses lieu et place le Président de la République. En tout état de cause, la question n’est pas du tout juridique. Elle est politique et la politique a, comme la nature, horreur du vide.

Fait à Bujumbura, le 7.4.2015

Pour l’ACCRED

Maître Gabriel SINARINZI

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE