Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Politique 1er mai 2021
|A la veille de la célébration de la fête du travail, le président de la République adresse un message à la nation

Burundi - Sécurité 30 avril 2021
|Six personnes mortes foudroyées en commune Tangara

Burundi - Sécurité 29 avril 2021
|Une personne se donne la mort en province de Bubanza

Burundi - Sécurité28 avril 2021
|Un pasteur d’origine béninoise tué en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité 27 avril 2021
|Un bénéficiaire de la grâce présidentielle introuvable !

Burundi - Sécurité 26 avril 2021
|Un étudiant de l’université du Burundi serait mort des suites de la faim

Burundi - Sécurité 24 avril 2021
|Deux personnes tuées en province de Ruyigi

Burundi - Sécurité23 avril 2021
|Une personne retrouvée sans vie en zone Nyakararo

Burundi - Russie – Sécurité 22 avril 2021
|Gitega signe avec Moscou le projet d’implantation d’un centre nucléaire au Burundi

Burundi – Sécurité 21 avril 2021
|Dix bandits interpellés au quartier III en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 20 avril 2021
|Une administrative accusée de vendre des boissons prohibées arrêté à Mwaro

Burundi - Sécurité 19 avril 2021
|Un berger tué en province de Bururi !

Burundi - Sécurité17 avril 2021
|Un homme armé a fait sept morts et trois blessés à Rusaka

Burundi - Sécurité16 avril 2021
|Un corps sans vie découvert dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité 15 avril 2021
|Le chef de quartier Teza dans le collimateur de la population de cette localité

Burundi - Sécurité 14 avril 2021
|Une personne tuée en commune Gihanga

Burundi –Sécurité 13 avril 2021
| Trois cadavres découverts en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité12 avril 2021
|Arrêté pour avoir tué sa conjointe

Burundi - Sécurité 10 avril 2021
|Un corps sans vie découvert en province de Cibitoke

Burundi - Sécurité Routière 9 avril 2021
|Des personnes gravement blessées lors d’un accident de roulage survenu en zone Ngagara

Burundi - Sécurité 8 avril 2021
|Une personne retrouvée morte en zone Musaga

Burundi - Sécurité7 avril 2021
|L’insécurité monte d’un cran dans la province de Cibitoke

Burundi - Sécurité6 avril 2021
|Des motards toujours sous injonctions policières au Sud du pays

Burundi - Sécurité 5 avril 2021
|Une personne portée disparue en province de Ngozi !

Burundi - Changement Climatique3 avril 2021
|Les ressortissants de Gifurwe ne savent plus à quel saint se vouer

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un chien enragé sème la terreur dans la province de Kirundo

18 mars 2021

Kirundo, le 18 mars 2021 (Net Press). Nous apprenons qu’un chien enragé a déjà mordu 14 personnes, dont des écoliers, au chef-lieu de la province de Kirundo, au Nord du pays, ce mercredi 17 mars 2021. Les autorités locales, dont l’administrateur, confirment cette information et demandent à la population de se munir de gourdins pour se protéger contre ce chien.

Les victimes sont tous admis à l’hôpital de Kirundo, selon le médecin provincial Dr. Louis Nzitunga. Il rassure que les médicaments pour traiter les patients mordus par des chies enragés sont en quantité suffisante dans cette province.

Il semble qu’il a commencé à mordre des passants à partir de la journée jusque dans la soirée. Il est demandé aux populations de rester chez elles et en cas de possibilité, de se doter des gourdins et de tuer ce chien. Aux parents, l’administration de la commune Kirundo demande de garder les enfants à la maison et de les accompagner quand ils doivent aller à l’école.

Mais cette réaction des autorités a provoqué une autre crise, une menace réelle chez les chiens errants. Maintenant que les populations ont le droit de porter des massues pour se protéger ou tuer le chie enragé, des chiens errants deviennent des cibles de ces habitants qui les prennent pour le chien enragé. N.B.

Burundi - Justice

Et un mystère autour d’une lourde condamnation

Kirundo, le 18 mars 2021 (Net Press) . Dans sa livraison de ce 17 mars, la rédaction évoquait une information relative à une lourde peine à l’endroit d’un féticheur du nom de Joseph Mitima, originaire de la colline Ruhehe, de la commune Bugabira, dans la province de Kirundo, par le tribunal de grande instance.

Curieusement, une jeune fille ressortissante de la commune de Matana, dans la province de Bururi, au Sud du pays, qui dit avoir vécu chez Joseph Mitima pendant deux ans, a demandé à la justice de Kirundo de lui réserver la même condamnation et d’être incarcérée dans la même maison de détention pour vivre avec le féticheur qu’elle qualifie de "son propre Dieu".

Selon nos informations, de par le passé, la jeune fille avait quitté sa commune natale pour aller se faire soigner chez ce féticheur Joseph Mitima. D’après les témoignages de cette jeune femme, elle y avait trouvé sa guérison et depuis, elle n’a plus quitté l’homme qu’elle considère comme " son propre Dieu ".

Cependant, la famille biologique de la fille qui était présente à ce procès, a demandé avec insistance aux autorités administratives et policières d’aider la jeune femme à rentrer chez elle, dans la commune Matana. Le commissaire régional de la police, de concert avec celui chargé de la province Kirundo, comptent contacter leur homologue de Bururi pour voir comment rentrer la fille chez elle, de gré ou de force. N.R.

Burundi - Politique

L’administration judiciaire secoue les militants du Cndd-Fdd au Sud du pays

Makamba, le 18 mars 2021 (Net Press) . Ces derniers jours, depuis le 8 mars, des militants du parti de l’Aigle, dont l’effectif avoisine 500 personnes, ont été arrêtés et interrogés par des officiers de police judiciaire dans le cadre d’une enquête sur la récente tentative d’assassinat de l’administrateur de Vugizo, de la province de Makamba, au Sud du pays.

Il semble que le gros des gens suspectés sont originaires des collines de Jongwe et de Gahandu dans la zone de Gishiha. Nous apprenons que 15 personnes, dont des jeunes de cette formation politique, Imbonenerakure, restent détenues, dont les deux chefs de ces collines susmentionnées.

Le chef de Jongwe est reproché d’avoir menacé directement à mort l’administrateur et que les criminels auraient fui dans les ménages de cette colline, d’où les habitants les ont cachés, ce qui explique une certaine complicité. Quant à celui de Gahandu, il aurait informé les malfaiteurs de l’itinéraire de l’administrateur. Coïncidence ou pas, les deux hommes partageaient un verre avant l’embuscade. J.M.

Burundi - Administration

Nomination de plusieurs cadres dans l’administration nationale

Gitega, le 18 mars 2021 (Net Press) . Plusieurs décrets présidentiels ont été signés ce 17 mars et concernaient notamment la nomination des administrateurs au conseil d’administration de la nouvelle société "Burundi Airlines". Il y a eu également une mise en place des cadres de la régie nationale des postes et à l’office national des télécommunications, Onatel.

Des hauts cadres et cadres au ministère de la communication, de la technologie de l’information et des médias ont été également nommés. C’est notamment à la ratio et télévision nationale du Burundi, Rtnb, ainsi qu’au centre d’information, éducation et communication, Ciep. Nestor Bankumukunzi n’est plus président du conseil national de la communication. Il devrait procéder à la remise et reprise avec son adjoint aujourd’hui même. D.N.

Burundi - Rwanda - Japon – Coopération

Le gouvernement japonais au chevet des réfugiés burundais de Mahama au Rwanda

Kigali, le 18 mars 2021 (Net Press). Le Japon vient de débloquer plus de 856 000 dollars américains pour soutenir les réfugiés burundais vivant au camp de réfugiés de Mahama au Rwanda. Ces fonds sont estimés à plus de 848 millions de francs rwandais. L’argent est destiné à répondre à certains besoins, surtout dans le domaine de la santé, de la protection et du retour volontaire, comme l’annonce le bureau du haut-commissariat pour les refugiés.

Les réfugiés burundais de Mahama auraient cependant souhaité que cette enveloppe soit utilisée pour l’amélioration de la ration alimentaire. Le responsable du Hcr-Rwanda dit qu’avec cet appui, cette agence onusienne continuera de veiller à ce que la population réfugiée du camp de Mahama ait amélioré son état de santé, qu’elle soit enregistrée et qu’elle reçoive les documents d’état civil appropriés.

Selon toujours le Hcr-Rwanda, l’autre partie de l’aide interviendra dans le cadre du processus de rapatriement volontaire. Le partenariat du Hcr avec le gouvernement japonais permettra à environ 40.000 réfugiés burundais qui souhaiteraient rentrer chez eux en 2021 d’être aidés à le faire dans la sécurité et la dignité.

Les réfugiés, dont la préoccupation est ailleurs, laissent entendre que depuis ce mois de mars, la ration a été sensiblement réduite avec des coupures inquiétantes. Ils affirment que jusqu’aujourd’hui, chaque Burundais reçoit une somme de 3.040 francs rwandais pour couvrir les charges de tout un mois. Même les 7500 francs qu’ils recevaient jusqu’en janvier de cette année ne suffisaient pas. Ils se demandent comment ils vont gérer une somme réduite à plus de 40%.

Elise Villechalane, la porte-parole du Hcr-Rwanda, ne l’entend pas de cette oreille. Elle affirme que les coupures restent maintenues et qu’il n’y aura aucun changement. Elle ajoute que la situation financière du Pam ne permet pas que la ration alimentaire soit maintenue à 100%.

Certains réfugiés burundais de Mahama indiquent que depuis août dernier, plus de 17.000 Burundais ont été rapatriés depuis le Rwanda. Il y a des gens qui préfèrent rentrer, non pas parce qu’ils se sentent en sécurité au Burundi, mais plutôt contraints de faire ce choix à cause de la famine qui sévit dans ce camp. Le Rwanda abrite jusqu’à plus de 58.000 réfugiés burundais, dont plus de 47.000 se trouvent au camp de Mahama.

Burundi - Eac - Coopération

Vers la destruction de l’Eac ?

Kampala, le 18 mars 2021 (Net Press). C’est la question que se posent plus d’un au regard des décisions incohérentes qui sont de temps en temps prises par les différentes structures de cette communauté. Tout a été provoqué par le Kenya qui a décidé de suspendre l’importation du maïs de l’Ouganda et de la Tanzanie car ces deux pays ne répondent pas aux normes de la qualité.

Cette décision somme toute précipitée du Kenya a été à son tour suspendue par le même pays car les deux autres venaient de suggérer des mesures de représaille, notamment le boycott de certains produits fabriqués par le pays d’Uhuru Kenyatta.

Si le Kenya a fini par faire volteface, c’est également parce que ses deux dirigeants ne percevaient pas le problème de la même manière. Le directeur du centre de normalisation et de contrôle de la qualité du Kenya dit que le maïs de ces deux pays ne répond pas aux normes. Mais le ministre de l’agriculture du même pays était d’avis qu’il faut d’abord privilégier la consommation locale avant de recourir à l’importation des pays membres de l’Eac.

De son côté, l’Ouganda nie en bloc les accusations du Kenya relatives aux normes de son maïs. L’un des députés a fait savoir qu’il s’agit d’un pur mensonge pour privilégier l’écoulement de la production locale. Il est allé jusqu’à suspendre l’importation des marchandises du voisin comme le riz, les semences et la pomme de terre.

Par ailleurs, a poursuivi un parlementaire de l’Ouganda à l’Eac, la décision du Kenya est contradictoire aux conventions de la communauté est-africaine que ce pays a ratifiées, qui concernent notamment le respect de 60 jours avant d’arrêter net l’importation ainsi que d’autres mesures y relatives.

Le président Museveni a calmé le jeu en faisant savoir qu’il n’est pas de cet avis de bloquer les importations car ce serait un soutien à ceux qui veulent détruire ce marché commun alors que l’Ouganda y tire énormément profit. Il a ajouté que le conflit des marchés entre le Kenya et l’Ouganda ne date pas d’hier, que depuis l’année passée, le Kenya à stoppé l’importation du lait qui coutait moins cher, ensuite il a arrêté l’importation des œufs et des poules.

Signalons qu’à la fin de cette semaine dernière, le ministre ayant l’agriculture dans ses attributions au Kenya a accepté l’importation du maïs à condition de mettre une étiquette qui montre qu’il est conforme à la norme et à la qualité. L’on rappellera que le Burundi a également pris la mesure de suspendre l’importation de la farine et des graines de maïs en provenance de ces pays pour les mêmes raisons de normes non respectées. N.B.

Burundi - Tanzanie - Nécrologie

Le président tanzanien John Magufuli meurt à l’âge de 61 ans

Dar es Salam, le 18 mars 2021 (Net Press) . C’est officiel, le président tanzanien John Pombe Magufuli est décédé dans la capitale tanzanienne vers 18 heures de l’heure locale, une annonce faite par la vice-présidente de ce pays, Samia Suluhu Hassan. Il avait mystérieusement disparu de la scène publique depuis fin février. Le président tanzanien alias "le Bulldozer", est officiellement décédé mercredi des problèmes cardiaques dont il souffrait depuis 10 ans, après plus de cinq années à la tête de ce pays d’Afrique de l’Est.

Hospitalisé dans un premier temps le 6 mars à l’institut de cardiologie Jakaya Kikwete de Dar es Salaam, la capitale économique, le chef de l’Etat en était sorti le lendemain, mais a ensuite été admis le 14 mars à l’hôpital Emilio Mzena, un établissement gouvernemental où il est décédé, a-t-elle ajouté.

Le pays est en deuil pour une période de 14 jours, les drapeaux sont en berne et l’organisation des funérailles est en cours, a informé la vice-présidente. Arrivé au pouvoir en 2015, il était pressenti comme le messie de ce pays mais très rapidement, son régime a été marqué par une dérive autoritaire, apparaissant ainsi comme un prédateur des libertés fondamentales.

Cela s’est fait par un verrouillage de l’espace des libertés d’expression et politique, notamment en rétrécissant l’action des associations des droits humains et en attaquant systématiquement l’opposition. Il a été réélu en octobre dernier dans un contexte de fortes répressions et sa victoire avait été rejetée par l’opposition et des diplomates accrédités en Tanzanie.

Des messages de condoléances affluent de la part de la communauté est-africaine, le président Ndayishimiye, sur son compte tweeter, dit " je suis attristé par la mort du président tanzanien John Pombe Magufuli et adresse ses condoléances et ses prières au peuple tanzanien et sa famille qui a perdu un grand leader panafricaniste"

D’autres messages de condoléances n’ont pas tardé à parvenir au peuple tanzanien, il s’agit du président rwandais Paul Kagame, du président congolais Félix Tchissekedi, ceux du Kenya et de l’Afrique du Sud. C’est le deuxième président qui succombe à une mort naturelle étant toujours au pouvoir, neuf mois après le décès de son homologue burundais, feu Pierre Nkurunziza. N.R.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Fondation Mo Ibrahim10 mars 2021
|Le président Mahamadou Issoufou lauréat 2020 du Prix Ibrahim pour un leadership d’excellence en Afrique

Burundi - Génocide21 octobre 2020
|{{MEMORANDUM SUR LA SITUATION ACTUELLE PREVALANT AU BURUNDI}}

Burundi - Sécurité11 janvier 2020
|Un corps sans vie d’un vieil homme découvert au Nord-ouest du pays

Burundi - Planning familial12 novembre 2019
|"Près d’un demi-million de femmes utilisent aujourd’hui une méthode moderne de contraception au Burundi", dixit Family Planning 2020, FP2020

Burundi - Confessions Religieuses28 octobre 2019
|Le président de l’Église mondiale du septième jour, Ted N.C. Wilson vient d’écrire une lettre à l’Église adventiste du Burundi que la rédaction livre a son intégralité pour dénoncer ce harcèlement :

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE