Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 5 décembre 2017
|Un corps découvert pendu sur un avocatier

Burundi –Sécurité4 décembre 2017
|Quand la police s’entretue

Burundi - Sécurité 2 décembre 2017
|1000 plants de manguiers saisis alors qu’ils allaient être vendus frauduleusement

Burundi – Sécurité 1er décembre 2017
|Une personne tuée à Muramvya

Burundi - Sécurité30 novembre 2017
|Des cas d’insécurité ici et là dans le pays

Burundi - Sécurité29 novembre 2017
|La pluie d’hier a fait une victime au nord de la capitale

Burundi - Sécurité 28 novembre 2017
|Quatre enfants tués dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 27 novembre 2017
|Des manifestations pour soutenir le président Nkurunziza

Burundi - Sécurité25 novembre 2017
|L’Unicef condamne sans détour l’amputation de deux enfants

Burundi – Sécurité 24 novembre 2017
|Accusés de vol de maïs, des enfants amputés de poignées

Burundi - Justice - Sécurité23 novembre 2017
|L’ancien patron de l’Aprodh au centre du pays transféré

Burundi - Sécurité22 novembre 2017
|Le Focode craint pour la sécurité du brigadier Cishahayo

Burundi - Sécurité 21 novembre 2017
|Quand les anciens activistes des droits de l’hommes sont inquiétés

Burundi - Sécurité 20 novembre 2017
|Une pluie torrentielle tue trois enfants

Burundi - Réconciliation18 novembre 2017
|"Le souvenir des victimes doit être régie par la loi", dixit Mgr. Jean Louis Nahimana

Burundi - Politique 17 novembre 2017
|Une célébration qui relate

Spécial Médias16 novembre 2017
|Une commémoration qui relate

Burundi - Sécurité 15 novembre 2017
|Un corps en extrême décomposition a été trouvé à Muramvya

Burundi - Sécurité14 novembre 2017
|Toujours des assassinats signalés un peu partout dans le pays

Burundi -Sécurité13 novembre 2017
|Deux personnes trouvent la mort dans une noyade

Burundi - Belgique - Coopération11 novembre 2017
|La semaine belge annulée à la dernière minute

Burundi - Sécurité10 novembre 2017
|Deux bandits de Mutakura arrêtés par les militaires frappés comme Jésus Christ sur la croix

Burundi - Environnement - Sécurité9 novembre 2017
|Une foudre fait parler d’elle dans la province de Muramvya

Burundi - Sécurité8 novembre 2017
|Treize personnes arrêtées pour trafic humain

Burundi – Sécurité 7 novembre 2017
|La police arrête plus de 100 personnes au centre ville de Bujumbura

Archives

 

 

 



EurAC

Sujet : Loi restrictive sur la presse au Burundi, et demande d’action de la part de l’UE

30 avril 2013

Mme la Baronesse Catherine Ashton

Haute Représentante de l’Union européenne

pour les Affaires Etrangères et la Politique de Sécurité

Vice-Presidente de la Commission européenne

242, Rue de la Loi Bujumbura

Bruxelles, Belgique

Son Excellence M. S. De Loecker

Ambassadeur de l’Union européenne au Burundi

Chef de Délégation

Place de l’indépendance - Bât. Old east

Bujumbura Burundi

Bruxelles, le 29 avril 2013
Madame la Baronesse,
Excellence,

Au début du mois d’avril, l’Assemblée nationale burundaise a adopté un nouveau projet de loi sur la presse. Vendredi 19 avril, le Sénat a approuvé ce projet de loi par une majorité de 32 des 38 votes. Cette loi, une fois signée et promulguée par le Président de la République, limitera de manière significative la liberté d’expression au Burundi, et musèlera le peuple burundais en général et les medias en particulier. En effet, le projet de loi va dans le sens de vouloir priver les citoyennes et citoyens de tout recours à la presse pour dénoncer la corruption, les abus et les violations des droits humains.

Le Réseau Européen pour l’Afrique Centrale (EurAc) vous demande d’écouter les fortes objections exprimées par plusieurs secteurs de la société burundaise et d’appuyer leur demande adressée au Président de la République, Pierre Nkurunziza, de ne pas promulguer cette loi. En effet, l’Union Européenne a investi des sommes importantes dans la reconstruction du pays depuis les accords d’Arusha et a joué un rôle positif dans le processus d’organisation des élections en 2010. Dans le cadre de la coopération au développement, l’Union est un partenaire majeur et un bailleur important pour le Burundi.

EurAc salue la Déclaration locale de l’Union européenne qui soulève la nature restrictive de la nouvelle loi et la formulation vague de ses dispositions. Par moyen de cette lettre, EurAc souhaite amplifier le message de cette déclaration, tout en soulevant un nombre d’éléments qui sont spécialement pertinents pour notreréseau, et qui inquiètent particulièrement nos partenaires au Burundi.

Les conséquences de certaines dispositions de la nouvelle loi

La nouvelle loi sur les médias votée par les deux chambres du parlement Burundais va clairement à l’encontre de la liberté d’expression qui est un principe fondamental de la démocratie.

Le projet de loi prévoit, entre autres, qu’il peut être exigé aux journalistes de révéler leurs sources d’informations concernant les infractions en matière de sécurité de l’Etat, de l’ordre public, du secret de la défense et de l’intégrité physique et morale des personnes (article 17). En plus, les journalistes doivent s’abstenir de rapporter des informations qui pourraient affecter « l’unité nationale, l’ordre et la sécurité publics, la moralité et les bonnes moeurs, l’honneur et la dignité humaine, la souveraineté nationale, la vie privée des personnes, la présomption d’innocence » (article 18).

La loi crée aussi une « interdiction de diffuser des informations ou de publier des documents en rapport avec le secret de la défense nationale, de la sûreté de l’Etat et de la sécurité publique, la stabilité de la monnaie, les manifestations publiques illégales » etc. (article 20). Les amendes pour des infractions à ces articles sont exorbitantes, allant jusqu’à 6 millions de francs burundais (3.000 euro environ).

Or, le droit à la liberté d’expression est garanti par la Constitution burundaise et les traités internationaux et régionaux de droits de l’homme, dont le Burundi est signataire. En outre, la liberté d’expression est incluse dans la stratégie nationale de bonne gouvernance. En résumé, cette loi va clairement à l’encontre des politiques et des traités qui garantissent la nature démocratique de l’Etat burundais.

Le contexte politique et électoral

Le fait que l’adoption de cette loi précède la période électorale de 2015 est significatif et fait écho aux harcèlements et menaces qu’ont subi les journalistes et d’autres voix critiques du gouvernement pendant et depuis la période électorale de 2010. Un tel traitement des journalistes et de ceux qui révèlent et dénoncent les assassinats politiques, la corruption et la mauvaise-gestion au Burundi a continué tout au long des années 2011 et 2012, et continue encore aujourd’hui.

EurAc est d’autant plus préoccupée par ces développements que l’on remarque une pression accrue sur l’espace démocratique en général. La loi sur la presse n’est pas la seule législation en cours de révision. La loi régissant la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) est en voie d’être révisée, ce qui suscite des inquiétudes de la part de la société civile burundaise et des partenaires internationaux. EurAc craint que la réforme des lois sur les asbl, et sur les manifestations publiques soient également restrictives, et portent à nouveau atteinte aux libertés démocratiques.

Les organisations de la société civile burundaise, y compris les partenaires d’EurAc et de ses membres, jouent un rôle clé dans le suivi de l’action gouvernementale et la protection de l’espace démocratique. Ces organisations risquent aussi d’être touchées par cette nouvelle loi sur la presse qui contient, à dessein, des dispositions et définitions très larges et vagues, ainsi que par les autres projets de loi qui sont en cours.

Recommandations

En tant qu’ONG européenne travaillant en partenariat avec la société civile burundaise, EurAc vous exhorte à dénoncer, dans le cadre des relations politiques et de la coopération avec vos partenaires burundais, cette loi et surtout ses implications sur la liberté d’expression et les médias au Burundi, ainsi que sur le droit de la population de s’informer de façon indépendante.

Concrètement, EurAc vous demande de :

• Faire suivre la déclaration faite par la délégation de l’UE au Burundi dans les meilleurs délais par un déclaration de la Haute-Représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité qui dénonce aussi cette restriction des libertés fondamentaux et demande à la présidence Burundaise de renvoyer cette loi au parlement afin de permettre une deuxième lecture du contenu.

• Suivre de près la mise en oeuvre de cette loi, dénoncer les actes qui limitent la liberté de la presse (comme les attentats récents contre deux journalistes) et promouvoir les concertations entre les professionnels des médias et la société civile d’une part et les différents décideurs politiques d’autre part.

• Suivre de près les évolutions sur les autres projets de loi (régissant la CVR, les asbl, les manifestations publiques) et vous investir pour que ces lois soient conformes aux standards internationaux ;

• Inviter les différents acteurs concernés à mener des concertations dans un esprit apaisé, afin d’aboutir à une loi plus respectueuse de la Constitution burundaise, des Accords d’Arusha et des différentes Conventions ratifiées par le Burundi.

En vous remerciant d’ores et déjà de l’attention que vous portez à nos demandes, nous vous prions de recevoir, Madame la Baronesse, Excellence, l’expression de nos meilleurs sentiments.

Pour de plus amples détails :

Donatella Rostagno, Secrétaire Exécutif EurAc

Donatella.rostagno@eurac-network.org

Tél : +32 2 213 04 00

165 rue des Tanneurs - 1000 Bruxelles-Belgique

www.eurac-network.org

EurAc est le Réseau Européen d’ONG pour l’Afrique Centrale. EurAC compose de 42 organisations membres de 12 pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse) travaillant pour le développement et l’aide humanitaire en Afrique centrale.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.