Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 17 avril 2017
|Une fouille-perquisition mêlée des arrestations

Burundi - Sécurité 15 avril 2017
|Une femme tuée par un policier

Burundi - Politique 14 avril 2017
|"Quand le gouvernement applique deux poids et deux mesures", dixit François Nyamoya

Burundi - Sécurité13 avril 2017
|Un homme tué dans le quartier Kibenga de la zone Kinindo

Burundi - Sécurité12 avril 2017
|Assassinat d’une personne dans la zone de Kinindo

Burundi - Sécurité11 avril 2017
|Un prêtre enlevé lors d’une attaque armée

Burundi - Sécurité 10 avril 2017
|Une attaque d’un bus, une personne tuée

Burundi - Sécurité 8 avril 2017
|Une femme se fait tuer à Mwaro

Burundi - Sécurité 7 avril 2017
| Les proches de Rwasa toujours inquiétés

Burundi –Sécurité 6 avril 2017
|Un effondrement qui a tué 4 mineurs

Burundi - Sécurité5 avril 2017
|Des accidents mortels liés à la négligence des chauffeurs

Burundi - Sécurité4 avril 2017
|Un homme accusé de vol tué

Burundi - Eac - Politique3 avril 2017
|Le sommet des chefs d’Etat de la communauté est africaine reporté

Burundi - Rwanda - Coopération1er avril 2017
|Les relations entre les deux pays toujours au point mort

Burundi - Sécurité 31 mars 2017
|Des cas de disparitions mystérieuses refont surface à Ngozi

Burundi - Sécurité30 mars 2017
|L’armée donne des précisions sur l’arrestation d’un militaire à l’aéroport international de Bujumbura

Burundi - Sécurité29 mars 2017
|Une vingtaine de personnes alitées pour cause de poison

Burundi - Justice - Sécurité28 mars 2017
|Condamnation des personnes ayant attenté à la vie du chef d’Etat-major de l’armée

Burundi - Sécurité 27 mars 2017
|Quand un sexagénaire est arrêté pour participation à une bande armée

Burundi - Sécurité 25 mars 2017
|Six personnes tuées au cours de l’effondrement de l’église

Burundi - Commerce24 mars 2017
|Deux personnes arrêtées pour fraude de minerais

Burundi - Intempérie23 mars 2017
|Une pluie diluvienne s’abat sur une partie de la capitale

Burundi - Sécurité 22 mars 2017
|Huit sacs de chanvre saisis

Burundi – Sécurité21 mars 2017
|Deux lectures diamétralement opposées sur la situation sécuritaire au Burundi

Burundi - Sécurité20 mars 2017
|Gihanga : Attaque armée, un homme grièvement blessé

Archives

 

 

 



Burundi - Politique

Du rififi au sein de l’Uprona de l’opposition qui a évolué vers les évictions

4 février 2017

Bujumbura, le 4 février 2017 (Net Press) . En date du 22 janvier 2017, le comité exécutif de l’Uprona de l’opposition radicale a pris la décision de limoger le président Charles Nditije, la suspension définitive du député Ladislas Ndereye et la suspension temporaire de Bonaventure Gasutwa, tous accusés de trahir le règlement d’ordre intérieur de cette formation politique de l’opposition. Une équipe de 3 personnes ont pris la relève en l’occurrence Evariste Ngayimpenda qui assure l’intérim, Tatien Sibomana limogé dernièrement par Charles nditije redevenu le porte-parole ainsi que Ferdinand Nyabenda.

Contacté par la rédaction ce 4 février 2017, le président a i de l’Uprona de l’opposition, le Professeur Evariste Ngayimpenda indique que les raisons de ces évictions ne manquent pas, que le président déchu avait fait savoir à travers une note envoyée par le président Nditije au directoire du Cnared, déjà à la naissance de ce dernier, que l’Uprona serait représenté par sa propre délégation.

C’est ainsi qu’en décembre 2015, le même bureau avait mandaté le trio Nditije, Ngayimpenda, Sibomana pour représenter l’Uprona de l’opposition en date du 2 mai 2016 et que l’Uprona de l’opposition soit comme parti autonome ou comme parti de la coalition Amizero y’abarundi, passant outre des lécisions de l’organe régulateur qui est le bureau exécutif.

Le président Nditije a voulu confiner l’Uprona dans le Cnared en refusant de participer aux consultations de mai 2016 au motif que le Cnared n’était pas invité, même refus au briefing du 16 au 17 janvier 2017 parce que dans son entendement, l’Uprona est censé représenter et doit rester solidaire avec la décision du directoire du Cnared de ne plus répondre aux invitations du facilitateur.

Le professeur Ngayimpenda souligne que Nditije s’est disqualifié au vu de ce comportement contraire aux décisions de l’organe régulateur du parti, en l’occurrence le bureau exécutif. Se fondant sur les articles 3, 4, 5, 7 qui traitent les aspects procéduraux qui gouvernent la convocation des réunions, la régularité de leur tenue et les mécanismes de libération et dont le contenu a été repris dans le correspondance du 15 juin 2016 a procédé à la suspension de l’honorable Charles Nditije.

Concernant la suspension temporaire de Bonaventure Gasutwa , le président a i de l’Uprona de l’opposition, le Professeur Evariste Ngayimpenda indique que Gasutwa, de concert avec Bonaventure Niyoyankana, ont procédé à la désignation et d’une façon secrète aux candidatures de Pierre Claver Ndayicariye et Ntahogwamiye à la Ceni, l’absentéisme aux réunions du comité exécutif de l’Uprona pour essayer de trouver des solutions face aux défis qui gangrènent ce parti, de concert avec Nditije, Gasutwa cherche à s’accrocher aux organes du Cnared. Concernant le limogeage de Tatien Sibomana au poste de porte –parole de ce parti, sous prétexte que Tatien Sibomana aurait dit des propos qui font mal au dos au Cnared, Ngayimpenda affirme que Tatien Sibomana n’était le porte-parole du Cnared pour être puni.

Le professeur Evariste Ngayimpenda conclue que le parti Uprona participe aux consultions d’Arusha en tant que le principal parti porteur de la minorité Tutsi, comme du temps des accords d’Arusha pour la paix et la réconciliation de 1998 à 2000 et indique qu’actuellement, il y a une trop grande disproportion ethnique des délégations et que même peu des Tutsi invités sont dans leur quasi-totalité des membres satellite du système Cndd –Fdd.

Soulignons que parmi les membres du bureau exécutif ayant pris les décisions de ces évictions, figurent le l’ancien premier vice-président de la République ressortissant de la commune Bukeye, province de Muramvya,le Dr Yves Sahinguvu dont le numéro de sa carte nationale d’identité ainsi que l’ancien ministre des finances natif de Gitega Astère Girukwigomba

Burundi - Santé

L’état de santé du caporal Ndayikengurukiye se dégrade

Rumonge, le 4 février 2017 (Net Press) . Le caporal Fulgence Ndayikengurukiye, emprisonné à Rumonge (sud du pays), se trouve dans un état critique, selon nos sources. Le militaire ne parvient plus à manger. Il est sérieusement atteint au niveau des testicules suite aux tortures lui infligées. Fulgence Ndayikengurukiye s’est confié à des codétenus affirmant avoir été contraint de manger des excréments humains, rapporte nos sources.

M. Ndayikengurukiye reçoit des soins minimes dans sa cellule où il est tenu de rester allongé, ne pouvant toujours pas se tenir debout. Sur le même chapitre, les détenus de la prison centrale de Murembwe dans la province de Rumonge se regardent en chiens de faïence avec les policiers

Des sources locales indiquent que des détenus n’ont pas mangé depuis trois jours suite à l’épuisement du stock, comme le rapportent nos sources. Les fournisseurs auraient suspendu les livraisons de denrées pour cause de retard de paiement. Ce matin, des prisonniers ont défoncé les portes de leurs cellules pour protester.

De nombreux policiers ont été déployés autour de l’établissement. La ration des prisonniers est constituée normalement de pâte de manioc et de haricots. La prison de Rumonge compte 1038 détenus dont 700 condamnés.

Burundi - Sécurité

Enfin la lumière sur les assassinats de Ngagara

Bujumbura, le 4 février 2017 (Net Press) . Le cadavre retrouvé samedi de la semaine dernière à Ngagara était celui de Léonidas Nkeshimana, candidat officier à l’Iscam, originaire de Bururi. Le corps de Léonidas Nkeshimana a été retrouvé dans le quartier 10 de la zone de Ngagara, au nord de la mairie de Bujumbura.

Selon nos sources, Léonidas Nkeshimana a été arrêté au soir du vendredi 27 janvier 2017 dans la zone Kamenge (au nord de Bujumbura) alors qu’il rentrait chez lui à Gatunguru. Le bus à bord duquel il se trouvait a été intercepté par des individus circulant à bord d’une voiture de marque TI. La victime a été contrainte d’en descendre. Elle a ensuite été embarquée. La scène s’est produite au niveau du terminus de la ligne de bus, rapportent nos sources.

"Nous avons attendu toute la nuit, en vain. Ce n’est que le lendemain qu’on a vu une photo du cadavre circuler sur les réseaux sociaux et nous l’avons identifié", raconte un membre de la famille en pleurs. Léonidas Nkeshimana laisse une veuve et trois enfants.

Burundi - Justice

Deux agronomes de la Sosumo libérés

Rutana, le 4 février 2017 (Net Press) . Les deux hommes travaillant pour la Société Sucrière de Moso (SOSUMO) ont été relâchés ce jeudi après une décision de la cour d’appel de Bururi (sud du pays). Les deux hommes avaient été arrêtés fin décembre 2016.

Ils étaient accusés de tentative d’assassinat et d’outrage à chef de l’État. Ils avaient été acquittés par le tribunal mais n’avaient pas recouvré leur liberté, le représentant du ministère public ayant interjeté appel. Leurs avocats avaient crié au scandale car normalement, le procureur doit respecter le jugement rendu.

Burundi - Droits de l’homme

La ligue Iteka sort son rapport mensuel du mois de janvier 2017

Bujumbura, le 4 février 2017 (Net Press) . La ligue des droits de l’homme Iteka a pris l’habitude de sortir des rapports périodiquement depuis que le pays connaît une crise politico-sécuritaire. Pour le cas présent, elle vient de sortir un rapport mensuel qui concerne le mois de janvier de cette année.

Selon la ligue Iteka, la situation des droits de l’homme demeure préoccupante du fait même que le discours du président de la République à l’occasion du nouvel an annonçait l’apocalypse qui se réalise lentement, d’après cette ligue. Par ailleurs, elle suit de près la situation des droits de l’homme malgré sa radiation du 22 décembre 2016.

Pour elle, au moins 26 personnes ont été tuées, 20 torturées ; 9 portées disparues et 322 arrêtées arbitrairement, des policiers, des agents du service national des renseignements et des jeunes Imbonerakure étant pointés du doigt dans ce "travail".

Bref, les violations observées dans les bulletins antérieurs sont rapportées dans ce rapport avant qu’il n’émette des recommandations qui sont dirigées à l’endroit de différents partenaires susceptibles d’influer pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Angola –Politique

Jos João Lourenço doit s’armer de patience avant de pouvoir succéder à Eduardo dos Santos

Luanda, le 4 février 2017 (Net Press) . Nous sommes en août 2016, lors du septième congrès du mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) à Luanda. La rumeur enfle. João Lourenço, le ministre de la Défense, va sans doute être élu vice-président du parti et donc devenir numéro deux de l’État angolais. Les journalistes se précipitent vers lui. « Moi, vice-président ? Mais vous me l’apprenez ! » assure-t-il en souriant.

Pourquoi tant de prudence ? Un jour de 2002, le président José Eduardo dos Santos, dit « Zedu », annonce qu’il songe à quitter le pouvoir. João Lourenço, alors secrétaire général du MPLA, confirme à demi-mot. C’est la gaffe. Au congrès suivant, en décembre 2003, il perd son poste et ne sauve qu’in extremis sa place au bureau politique. Depuis, l’homme sait tenir sa langue…

Parcours

Né il y a soixante-deux ans à Lobito, le grand port du centre-sud de l’Angola, João Lourenço est le fils d’un infirmier anticolonialiste que les Portugais ont jeté en prison pendant trois ans. En avril 1974, quand éclate la Révolution des œillets à Lisbonne, le jeune Lourenço est étudiant à l’Institut industriel de Luanda. « Il n’a pas combattu contre les Portugais, mais il nous a rejoints dès que nous sommes sortis du maquis, courant 1974 », se souvient un vétéran de la lutte pour l’indépendance.

Commissaire politique dans plusieurs unités militaires du MPLA, il part ensuite en Union soviétique, où il reçoit, de 1978 à 1982, une formation militaire à l’Académie supérieure Lénine. De retour au pays, il gravit tous les échelons du parti. En 2003, c’est le trou d’air que l’on sait. Mais, en avril 2014, il est nommé ministre de la Défense.

Selon sa biographie officielle, João Lourenço aime l’équitation et les échecs. « C’est un homme moins renfermé que dos Santos, témoigne notre vétéran. Il aime les traits d’esprit et les jeux de mots. Et il est fan de Franco [Franco Luambo, grand musicien congolais]. » À la différence de Manuel Vicente, l’ancien patron du pétrole angolais, qui avait été présenté un moment comme dauphin, João Lourenço n’est pas soupçonné de corruption. Réputé calme et réfléchi, il est marié à une économiste de la banque mondiale, Ana Dias Lourenço, avec qui il a eu six fils. Outre le portugais, il parle l’anglais, l’espagnol et le russe. Et il voyage assez souvent en Chine.

Présidentiable

João Lourenço sera-t-il le prochain président de l’Angola ? Si le MPLA remporte les législatives d’août 2017, c’est possible. En effet, selon la constitution angolaise, le poste de chef d’État revient au leader du parti qui gagne ce scrutin. Mais avec un homme aussi machiavélique que José Eduardo dos Santos, rien n’est joué d’avance. Pour l’instant, après trente-sept ans de règne sans partage, le président angolais, que l’on dit souffrant, semble résolu à céder sa place à João Lourenço. La preuve : l’élection de ce dernier au poste de vice-président du MPLA.

Les deux atouts de João Lourenço ? D’abord, la vieille garde du parti ne veut pas de solution dynastique en faveur d’Isabel ou de José Filomeno, les deux premiers enfants de l’actuel chef de l’État. Ensuite, Lourenço est un homme consensuel qui profite de l’effacement depuis juin 2015 du tout-puissant général Manuel Hélder Vieira Dias, dit « Kopelipa », l’ex-chef de la maison militaire qui aurait des problèmes de santé.

Mais après son départ du pouvoir, Zedu, 74 ans, veut s’assurer que les intérêts financiers de sa famille seront préservés. D’où la nomination en juin de sa fille Isabel à la tête du pétrole angolais. João Lourenço saura-il conserver la confiance du clan dos Santos jusqu’au départ du chef ? D’ici à août 2017, le dauphin pressenti doit faire un sans-faute.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.