Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 juin 2017
|Quand la police s’entretue !

Burundi - Sécurité9 juin 2017
|Neuf élèves du lycée de Gatete incarcérés

Burundi - Sécurité8 juin 2017
|Fouille - perquisition très ciblée au Sud du pays

Burundi - Sécurité7 juin 2017
|Mpanda, victime des agissements des inconnus

Burundi - Sécurité6 juin 2017
|Deux ménages du quartier Gasekebuye dévalisés

Burundi - Sécurité 5 juin 2017
|Découverte d’arme à Makamba

Burundi - Sécurité3 juin 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité 2 juin 2017
|Deux Imbonerakure portés disparus

Burundi - Sécurité1er juin 2017
|Une vague d’arrestation qui inquiète

Burundi - Economie31 mai 2017
|Une fusion qui inquiète

Burundi - Administration30 mai 2017
|Le gouvernement révoque 23 officiers de la Fdn

Burundi - Sécurité 29 mai 2017
|Une personne tuée à Ngozi

Burundi - Sécurité 27 mai 2017
|Et les environs de la présidence de la République en danger !

Burundi - Sécurité 26 mai 2017
|Une femme tuée dans Muyinga

Burundi - Sécurité25 mai 2017
|Des anciens militaires emprisonnés bastonnés par des généraux de sécurité

Burundi - Sécurité 24 mai 2017
|Quand les policiers entre-tuent

Burundi - Sécurité 23 mai 2017
|Quand le Burundi devient la boucherie de tous le temps

Burundi - Sécurité22 mai 2017
|Un Arabe tué à Kajaga

Burundi - Sécurité20 mai 2017
|Des crépitements d’armes se font entendre dans Ruziba

Burundi – Médias - Sécurité19 mai 2017
|Un journaliste de la Voix d’Amérique arrêté à Kirundo

Burundi - Sécurité18 mai 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Musaga

Burundi - Sécurité - Justice17 mai 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Sécurité 16 mai 2017
|Un ex Fab cible d’une fouille-perquisition

Burundi - Sécurité 15 mai 2017
|Gihanga cible d’une attaque armée

Burundi - Anniversaire13 mai 2017
|Le Cndd-Fdd célèbre les deux ans après la tentative de putsch contre Pierre Nkurunziza

Archives

 

 

 



Burundi - Politique

Le Burundi souffle ses 26 bougies de l’unité nationale

6 février 2017

Bujumbura, le 6 février 2017 (Net Press) . Hier, le Burundi a fêté ses 26 ans après la signature de la charte de l’Unité nationale. C’était le 5 février 1991 et un monument national de l’unité fut érigé au mont Vugizo dans la zone Rohero de la capitale Bujumbura. Comme la journée du 5 février était un dimanche, la fête a été ajournée à ce lundi mais le président de la République a prononcé un discours de circonstance.

Pour lui, c’est déplorable que des Burundais se soient entretués pour des raisons ethniques alors qu’au départ qu’essentiellement, ils sont les mêmes, à l’instar de Caen tuant son frère Abel. Pour lui, il y en a qui ont fait de la division ethnique un fond de commerce avant de demander aux populations de rester sereines car l’unité nationale a toujours sauvé le pays dans les épreuves qu’il a endurées.

Burundi - Droits de l’Homme

La campagne Sos-Torture publie son rapport n° 60

Bujumbura, le 6 février 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 28 janvier au 4 février 2017 et comme d’habitude, il concerne les violations des droits de l’homme qui continuent à se commettre en toute liberté. Il évoque des actes de tortures subies par les militaires arrêtés dans la foulée juste après l’attaque supposée du camp militaire de Mukoni à Muyinga sans assistance médicale alors qu’ils souffrent toujours dans les différentes prisons où ils ont étét transférés.

Par ailleurs, au moins 6 personnes ont été arrêtées arbitrairement dans différentes localités. A ceux-là s’ajoutent 186 personnes extradés et en violation de toutes les conventions internationales en matière d’extradition, par les autorités congolaises vers le Burundi. La justice burundaise les a écroués alors que la ministre de tutelle avait affirmé que toutes ces personnes seront remises à leurs familles respectives juste après leur identification. Pourtant, ces dernières avaient demandé refuse dans le pays de Joseph Kabila. Enfin, la campagne Sos-Torture rapporte 5 personnes tuées dans différentes localités, dont deux victimes retrouvées dans la zone de Ngagara à deux jours d’intervalle.

Burundi - Politique

Vers la reprise des pourparlers

Arusha, le 6 février 2017 (Net Press ). Le bureau de la facilitation sous l’égide de l’ancien président de la Tanzanie William Benjamin Mkapa, annonce la reprise du dialogue inter-burundais du 16 au 18 février à Arusha, au nord de ce pays. L’annonce est intervenue hier soir via le conseiller MacochaTembele sur son compte Twitter.

Le dialogue devrait se focaliser sur des questions essentielles qui aboutiront à un accord, laisse-t-on entendre. Le parti Sahwanya-FRODEBU a déjà annoncé sa participation à cette session pour le dialogue. Mais par contre, si les partis de l’opposition indiquent qu’ils ont vu l’invitation, ceux de la mouvance présidentielle avancent qu’ils n’ont pas encore été contactés qu’ils réagiront dès qu’ils prennent connaissance de cette invitation.

Burundi - Usa - sécurité

Lu pour vous

Comment les services secrets américains gèrent les appels au meurtre de Donald Trump sur Internet

Washington, le 6 février 2017 (Net Press) . Jamais un président des États-Unis n’aura été autant attaqué sur les réseaux sociaux. Quelques jours après son investiture, Donald Trump est ciblé par les appels au meurtre sur Internet. Comment les services secrets gèrent-ils ce flux de menaces ?

Deux semaines après l’investiture de Donald Trump, des messages d’appel au meurtre du nouveau président américain sont régulièrement postés sur les réseaux sociaux. Une recherche sur Twitter en utilisant le logiciel Dataminr fait apparaître pas moins de 12 000 tweets contenant l’expression "assassinate Trump" depuis la passation de pouvoir, le 20 janvier dernier. Si tous ces tweets ne sont certainement pas du premier degré, les messages sont si nombreux qu’il devient difficile de distinguer le vrai du faux, le ton sarcastique d’un autre beaucoup plus inquiétant.

Donald Trump signant des décrets, ceux même dont on ne voit pas la fin

Ni les services secrets ni Facebook ou Twitter ne semblent prendre ces menaces au sérieux. D’ailleurs, plusieurs utilisateurs joints par Mashable ayant utilisé l’express Donald Trump sur ces plateformes affirment ne pas avoir été contactés à propos de leur message, qui sont d’ailleurs toujours en ligne.

Interrogatoires et procès d’intention

À travers les États-Unis pourtant, certains internautes ont vu un agent frapper à leur porte. Une femme vivant dans le Kentucky avait tweeté : "Si quelqu’un a été cruel au point de tuer JFK, peut-être que quelqu’un sera assez sympa pour assassiner Trump." Elle fait actuellement l’objet d’une enquête des services secrets, rapporte l’agence Associated Press.

Dans l’Ohio, un homme a tweeté plusieurs messages appelant à tuer Trump le soir de l’élection, d’après NBC News. Au lendemain de ces publications, les services secrets l’ont interrogé. Il est désormais poursuivi pour menaces contre celui qui était alors président élu.

Les agents secrets cherchent les internautes les plus insistants

"Ce sont les personnes qui ont une intention vraie et authentique de faire du mal qui préoccupent les services secrets", explique à Mashable Tim Franklin, ancien agent des services secrets, aujourd’hui criminologue et spécialiste du contreterrorisme et du cybercrime.
Comprendre : les messages postés sur Internet de personnes "sans antécédents" passent entre les mailles du filet. D’après Tim Franklin, les agents secrets cherchent en premier lieu les internautes les plus insistants, ceux qui formulent des menaces à répétition. Les personnes ayant déjà proféré des menaces contre d’autres personnes par le passé sont les plus susceptibles d’être interrogées si elles publient un appel au meurtre de Donald Trump. "Les agents ne vont pas enfoncer la porte de tous ceux qui publient des commentaires négatifs ou insultants envers le président sur Twitter", tempère Tim Franklin.

Les internautes qui ponctuent leur appel au meurtre de détails et précisent, par exemple, le lieu de l’assassinat souhaité, attirent nécessairement l’attention des services secrets. Contacté par Mashable, le Secret Service n’a pas souhaité communiquer d’informations sur sa lutte contre les appels à l’assassinat de Donald Trump.

Donald Trump, cible numéro un ?

Du côté des réseaux sociaux, Facebook et Twitter disposent déjà de mesures permettant de supprimer tout contenu menaçant. Comme Twitter nous l’explique dans un mail : "Les règles du réseau social interdisent les menaces de mort et nous suspendrons donc les comptes qui transgressent nos règles." Pareil pour Facebook et sa "politique contre les menaces directes" : le réseau social mondial affirme retirer toutes les publications témoignant d’une volonté de meurtre. Dans les faits, de nombreuses publications qui emploient les termes "tuer" ou "assassinat" n’ont pas été supprimées, y compris celles ciblant Donald Trump.

"Ce sont les personnes qui ont une intention véritable qui préoccupent les services secrets".Débordées par le flux d’appels au meurtre du président élu, les plateformes ne parviennent donc pas à appliquer leurs politiques comme elles le souhaiteraient.

Au moment de la campagne, les menaces de mort à l’encontre de Donald Trump et d’Hilary Clinton inondaient déjà Internet. Depuis l’élection du candidat républicain, le bureau du président est étroitement surveillé. Toute menace le visant lui ou son vice-président Mike Pence est passible de peines allant de l’amende à cinq ans d’emprisonnement.

Le mur de Trump ne bloquerait pas seulement les hommes mais aussi les animaux

Tim Franklin l’assure : à cause de son utilisation excessive des réseaux sociaux sur des sujets parfois sensibles, Donald Trump est encore plus ciblé sur Twitter que ne l’étaient avant lui Barack Obama et George W. Bush. Dès leur investiture, ces derniers ont eu droit aux injures et trolls des réseaux sociaux, mais dans des mesures bien moindres.

Quant aux agents des services secrets, il n’est pour eux pas question de protéger une personne ou des propositions politiques, mais bien de défendre une fonction. "Nous nous focalisons sur la protection quand d’autres parlent politique", affirme ainsi Tim Franklin.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.