Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 11 juin 2018
|Deux personnes tuées, vingt autres blessées suite à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 juin 2018
|Les Batwa arrêtés avant qu’ils ne se fassent justice

Burundi - Sécurité 8 juin 2018
|Une personne tuée à Ngagara

Burundi - Politique7 juin 2018
|Le président de la République promulgue la nouvelle constitution

Burundi - Sécurité 6 juin 2018
|Une personne enlevée et porté disparu à Ngozi

Burundi - Sécurité5 juin 2018
|Des musulmans emprisonnés pour rébellion

Burundi - Sécurité4 juin 2018
|Une famille pratiquement exterminée au Nord du pays

Burundi - Sécurité2 juin 2018
|Trente-cinq Burundais fuient chaque jour, selon le Hcr !

Burundi - Sécurité1er juin 2018
|Attaque armée à Gitega, un mort et des blessés

Burundi - Sécurité31 mai 2018
|Attaque à main armée dans le Sud de la capitale

Burundi - Sécurité30 mai 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de meurtres

Burundi - Sécurité 29 mai 2018
|Un trafic humain sous une nouvelle facette !

Burundi - Sécurité 28 mai 2018
|Une lourde condamnation jugée plutôt légère par la population victime

Burundi - Sécurité Routière26 mai 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 25 mai 2018
|Une personne tuée à Buganda

Burundi - Sécurité 24 mai 2018
|Une personne tuée à Mugamba

Burundi - Sécurité23 mai 2018
|Des arrestations à Muyinga

Burundi - Sécurité22 mai 2018
|Pas d’infiltrations dans la province de Bubanza, selon les autorités

Burundi - Sécurité 21 mai 2018
| Une personne tuée à Cibitoke

Burundi - Politique19 mai 2018
|Du référendum aux polémiques

Burundi - Sécurité 18 mai 2018
|Une vague d’arrestations autour d’un rendez –vous !

Burundi - Elections17 mai 2018
|Les Burundais au rendez-vous référendaire

Burundi - Sécurité16 mai 2018
|Alerte très impressionnante de la police en fin de matinée

Burundi - Sécurité Routière15 mai 2018
|Un mort et des blessés dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité14 mai 2018
|Un militant de l’Amizero y’Abarundi tué

Archives

 

 

 



Burundi - Politique

Du rififi au sein de l’Uprona de l’opposition qui a évolué vers les évictions, une autre version

7 février 2017

Bujumbura, le 7 février 2017 (Net Press) . Dans ses éditions antérieures, la rédaction publiait une information portant ce titre à propos des dissensions au sein du parti dit de Rwagasore mais aujourd’hui déchiré en plusieurs lambeaux suite aux rivalités des uns et des autres et dont le fondement n’est pas forcément évident. (voir Net Press du 4 février 2017).

Dans ce numéro, la rédaction a jugé bon de publier une autre version, celle opposée à la première. Toujours du torchon brûle au sein de l’Uprona de l’opposition radicale, ou le comité exécutif de cette formation politique non reconnue par Bujumbura, a pris la décision de limoger le président Charles Nditije , de suspendre définitivement du député Ladislas Ndereye et de suspendre temporairement Bonaventure Gasutwa, tous accusés de trahir le règlement d’ordre intérieur de cette formation politique et de le confiner dans la plateforme de l’opposition burundaise, le Cnared.

Pour s’enquérir de cette situation, la rédaction s’est entretenue avec Bonaventure Gasutwa ce mardi le 7 février 2017 qui a été désigné par Charles Nditije comme porte-parole de l’Uprona non gouvernemental en remplacement justement de Tatien Sibomana. D’ores et déjà, il affirme que ces destitutions ne se conforment pas au règlement intérieur de ce parti car, dans son entendement, un groupe minuscule de gens composé de 23 personnes puisse prendre une mesure d’une telle ampleur.

En effet, sur 80 membres du bureau exécutif, au moins 2/3 sont autorisés s’assoir pour statuer sur le cas .pour Bonaventure Gasutwa, l’adhésion de cette formation politique au sein de la plateforme de l’opposition burundaise, etc. Or, les 2/3 de 80 sont plus ou moins 54 personnes. En outre, l’adhésion de cette formation au Cnared a été conditionnée par des consultations entre le comité exécutif de l’Uprona sous l’égide de Charles Nditije et le député Popon Mudugu et le Cnared.

Il affirme que le professeur Evariste Ngayimpenda et ses acolytes ont toujours affiché l’intention de rejoindre le camps d’Amizero y’abarundi et le camp Rwasa, un souhait qui leur habite depuis bien longtemps pour entrer dans les institutions issues de la mascarade électorale de 2015.

Concernant la destitution du porte-parole Tatien Sibomana, Bonaventure Gasutwa indique que son limogeage a été conforme à la loi car en cas de défaillance face à sa mission , le président Charles Nditije avait les prérogatives que le règlements d’ordre intérieur lui confère pour le limoger. Comme Evariste Ngayimpenda et sa clique font savoir que lors des consultations d’Arusha, ils représentent le minorité Tutsi, Bonaventure Gasutwa s’exclame que le parti Uprona, dès sa naissance, n’était d’obédience tutsi et que ce sont des manœuvres qu’ils font pour entrer dans les institutions, via la médiation car une autre voie leur a été bloquée par le président Nditije. Il affirme enfin que personne parmi ces minorités n’a jamais mandaté Evariste Ngayimpenda ni Tatien Sibomana auprès de la médiation.

Burundi – Communication

Quand les medias privés sont interdits de couvrir les cérémonies officielles

Bujumbura, le 7 février 2017 (Net Press) . Lors des cérémonies de commémoration de la fête de l’unité nationale, les medias privés en l’occurrence le groupe de presse Iwacu et ainsi que le journal Burundi-Eco ont été interdits de faire une couverture médiatique de ces cérémonies Les policiers leur ont intimé l’ordre de chercher l’accréditation pour pouvoir fréquenter la place de l’unité nationale et que seul les medias publics, en l’occurrence la radiotélévision nationales, la radiotélévision Rema Fm, la radio Scolaire Nderagakura, les journaux comme le Renouveau, Ubumwe sont autorisés de faire ce reportage.

Une large opinion se demande comment ces médiats ayant été enregistrés dans les livres officiels du conseil national de la communication, leur permettant de couvrir les informations sur toute l’étendue de la république puissent se voir refuser de travailler par des policiers !!!

Burundi - Politique

La jeunesse du parti Frodebu demandent son retrait du Cnared

Bujumbura, le 7 février 2017 (Net Press (Net Press) . D’après une correspondance du parti de Melchior Ndadaye datée du 5 février 2017, la jeunesse de cette formation politique ont écrit à leur président, Frédéric Bamvuginyumvira, lui demandant le retrait du parti de la plateforme politique Cnared.

Selon cette jeunesse, depuis que le Cnared est créé il y a deux ans, le parti Sahwanya Frodebu a toujours été écarté. D’après toujours cette correspondance, certains membres du Cnared ont toujours affiché un dédain à l’endroit de leur parti politique et ses leaders. Elle soutient par conséquent toutes les démarches du président, notamment en répondant présent aux assises d’Arusha du 16 au 18 février 2017.

D’aucuns se demandent si l’intention de retrait du Cnared n’est pas dictée par les rivalités qui existent entre le Frodebu et les partisans du Dr. Jean Minani quand ont sait que le gros des membres du Frodebu sont ceux qui étaient avec feu président Melchior Ndadaye.

Burundi - Droits de l’Homme

Parution du 44ème numéro du bulletin hebdomadaire de la ligue Iteka

Bujumbura, le 7 février 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 30 janvier au 5 février 2017 et rapporte sur des allégations de violations et des violations des droits de l’homme enregistrés. Selon lui, au moins 5 personnes ont été tuées, 12 torturées, 2 portées disparues et 11 personnes arrêtées arbitrairement.

Selon ce bulletin, ces forfaits sont imputables aux policiers, aux agents du service national des renseignements et aux jeunes imbonerakure du Cndd-Fdd au pouvoir. Par ailleurs, le phénomène de cadavre est relevé dans c numéro car au moins 4 cadavres ont été découverts

Ce bulletin relève des cas d’arrestations arbitraires et de tortures dont sont victimes des présumés opposants et des membres des partis politiques de l’opposition. Le bulletin évoque aussi le transfert des militaires présumés être impliquées dans l’attaque contre le camp militaire de Mukoni dans différentes prisons du pays, certains dans un état de santé critique suite à la torture subie et qui ne bénéficient d’aucune assistance médicale.

Il revient sur le droit à la sécurité alimentaire qui est menacée au Burundi par des mesures de montée de taxes dans tous les secteurs de la vie et sur tous les produits de première nécessité dans l’objectif de combler le budget général de fonctionnement des institutions au détriment de la survie alimentaire de la population burundaise déjà précaire, la conséquence étant la famine qui emporte des vies humaines au Burundi sans aucune assistance humanitaire.

Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit des différents partenaires susceptibles d’influer pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Burundi - Usa - Administration

L’administration Trump défend le décret anti immigration

Washington, le 7 février 2017 (Net Press) . L’administration Trump a affirmé lundi 6 janvier 2017 que le décret anti-immigration relevait entièrement de « l’autorité du président » et dénonçait l’interprétation « très excessive » du juge fédéral qui en a bloqué l’application.

La cour d’appel de San Francisco doit statuer sur la validité du décret de Donald Trump sur les interdictions de visa pour les ressortissants de sept pays à majorité musulmane. L’administration américaine a fourni lundi 6 janvier des documents demandés par les trois juges qui doivent prendre une décision qui sera lourde de conséquences.

La cour d’appel de San Francisco a annoncé qu’elle travaillait dans l’urgence. Elle a indiqué qu’elle entendrait ce mardi après-midi les partisans et les adversaires du décret de Donald Trump. Les trois juges ne devraient donc pas faire attendre leur décision très longtemps. Les deux camps ne cachent pas leur impatience.

L’administration Trump l’a répété lundi : elle est persuadée que ce jugement lui sera favorable et renversera la décision du juge Robart. Ce dernier a donné un coup d’arrêt vendredi à l’interdiction d’entrée aux Etats-Unis pour les ressortissants des sept pays visés.

Vers une intervention de la Cour suprême ?

L’argument du ministère de la justice est le suivant : le président des Etats-Unis a le pouvoir de décider qui entre ou pas dans le pays. Les avocats qui ont introduit leur plainte auprès du juge Robart communiquent pourtant sur leur optimisme. Ils se disent certains que la cour d’appel leur donnera raison.

Leur recours affirme clairement que le décret porte préjudice aux citoyens américains. Mais quelle que soit la décision, on peut penser que le perdant tentera le dernier recours, c’est-à-dire la Cour suprême, si toutefois cette dernière accepte d’examiner le cas. En tout état de cause, l’affaire peut prendre des mois.

Des instants de répits pour des familles au bord de la crise de nerfs

En attendant une décision sur le fond, les ressortissants des sept pays visés par le décret commencent à revenir aux Etats-Unis au compte goutte. Quelque 60 000 personnes avaient vu leur visa soudainement révoqué. Parmi elles, la famille Assali, originaire de Syrie, qui a pu enfin mettre un pied à New York.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))