Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Justice16 mars 2017
|Comparution des étudiants délégués généraux

Burundi - Sécurité15 mars 2017
|Une personne kidnappée tout près de la réserve naturelle de la Rukoko

Burundi - Sécurité 14 mars 2017
|Un autre cimetière !

Burundi - Rwanda - Sécurité13 mars 2017
|Deux personnes tuées, une autre blessée au Rwanda

Burundi - Sécurité 11 mars 2017
|Se dirige-t-on vers l’hécatombe la plus meurtrière de l’histoire ? S’interroge une opinion

Burundi - Sécurité 10 mars 2017
|Makamba, mouroir de l’opposition ?

Burundi - Sécurité9 mars 2017
| Encore une autre personne assassinée

Burundi—Sécurité8 mars 2017
|Un Gitega qui n’arrête pas de compter ses morts

Burundi - Sécurité7 mars 2017
|Trois pêcheurs burundais auraient été tués par les militaires rwandais

Burundi - Sécurité 6 mars 2017
|Rugombo sous le joug de tous les démons du monde

Burundi - Sécurité 4 mars 2017
|Vers une "amélioration salariale" des putschistes

Burundi - Sécurité 3 mars 2017
|Burundi : mouroir de tout le temps ?

Burundi - Sécurité 2 mars 2017
|Encore des Imbonerakure qui font la justice de tous les temps

Burundi - Sécurité 1er mars 2017
|Serait-elle une manœuvre de pourchasser les Rwandais ?

Burundi - Sécurité 28 février 2017
|Quand le Burundi n’arrête pas de compter ses morts

Burundi - Sécurité 27 février 2017
|Deux attaques simultanées faisant 4 blessés

Burundi - Sécurité 25 février 2017
|Des enlèvements dans l’église

Burundi - Sécurité Routière24 février 2017
|Quand la police anti-émeute perturbe la sécurité routière

Burundi - Sécurité23 février 2017
|Deux personnes ont été arrêtées

Burundi - Sécurité 22 février 2017
|Transfert vers la prison de neuf membres du Fnl proches d’Agathon Rwasa

Burundi - Sécurité 21 février 2017
|Huit membres du Fnl pro-Rwasa interpellés

Burundi - Sécurité 20 février 2017
|Une fouille-perquisition dans Musaga

Burundi - Politique 18 février 2017
|L’action de Benjamin Mkapa n’est plus bénie sur Bujumbura

Burundi - Justice - Sécurité17 février 2017
|Fouille - perquisition à la prison centrale de Mpimba

Burundi - Sécurité 16 février 2017
|Une guerre fratricide qui débouche sur un assassinat

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une guerre fratricide qui débouche sur un assassinat

16 février 2017

Gitega, le 16 février 2017 (Net Press). Amissi Mpawenimana, un élève de la 9ème année, a été tué par son frère qui l’a poignardé, d’après des sources locales. Les faits se sont déroulés hier soir vers 17 heures, sur la colline Rutoke de la commune de Gitega, au centre du pays. L’auteur présumé est connu pour être un grand consommateur de chanvre et d’alcool. Il a été incarcéré.

Sur le même chapitre, la commune de Mutimbuzi dans Bujumbura devient le théâtre des tueries car l’on y enregistre déjà deux morts et un blessé dans une attaque armée. Elle a eu lieu hier soir vers 21 heures au domicile de Baptiste Sibomana, dans la zone de Rubirizi, commune de Mutimbuzi, dans Bujumbura Rural, vers l’ouest du pays. L’épouse de M. Sibomana et une personne qui venait passer la nuit chez ces derniers ont succombé à leurs blessures. M. Sibomana a été blessé au niveau des reins. Ce membre du Fnl proche d’Agathon Rwasa et chargé de la communication pour la ligue des jeunes reçoit actuellement des soins.

Burundi - Coopération

« Vers une loi qui vise à saboter les activités des Ong’s », dixit Vital Nshimirimana

Bujumbura, le 16 février 2017 (Net Press). Après la promulgation, le 23 janvier dernier, de la nouvelle loi régissant l’implantation des organisations non gouvernementales étrangères, les organisations de la société civile en exil réagissent. Vital Nshimirimana, responsable du Forum pour le Renforcement de la Société Civile (Forsc), estime que les lois initiées et votées à l’endroit des Organisations Non Gouvernementales (Ong) "visent à saboter leur action de telle sorte qu’elles ne pourront plus avoir la liberté de fonctionnement".

Burundi - Politique

Arusha : Vers une session sans Bujumbura

Arusha, le 16 février 2017 (Net Press). A travers un communiqué rendu public ce mercredi le 15 février 2017, le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, a indiqué qu’il remercie le médiateur Benjamin Mkapa pour son implication habituelle dans la résolution du conflit burundais mais, constate avec amertume que les invitations pour participer à ces assises d’Arusha renferment beaucoup d’irrégularités.

Pour Philippe Nzobonariba, le gouvernement du Burundi rejette en bloc la présence des acteurs violents, notamment les putschistes recherchés par la justice et ce comportement empiètent la souveraineté du Burundi. La présence du conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies M. Jamal Benomar, récusé par Bujumbura et dont ce dernier attend le remplacement, ne garantit pas la sérénité des travaux de cette session. Le gouvernement décide de ne pas envoyer de délégués, poursuit le communiqué, car le Burundi a besoin de la solidarité internationale mais doit jouir de son droit le plus absolu d’être respecté dans son choix et dans la conduite.

Le gouvernement burundais soutient la culture du dialogue et se réjouit de l’étape franchie par le dialogue intérieur et dénonce toute démarche qui viendrait à remettre en cause les résultats du consensus enregistré à ce jour et invite les réfugiés burundais de rentrer pour bâtir le pays.

Il y a seulement quelques jours, le même porte-parole du gouvernement avait confirmé la participation du gouvernement à la session d’Arusha et que la première des choses que ce dernier allait faire était de voir si les invitations étaient conformes aux recommandations des Nations unies qui excluent les terroristes de toutes négociations. Il a fini par constater qu’il y a des personnes poursuivies par la justice burundaise et il a jugé inutile de faire un déplacement d’Arusha.

Malgré ce désistement de dernière minute du gouvernement, d’autres personnalités ont déjà fait le déplacement comme Domitien Ndayizeye, ancien président de la République, Sylvestre Ntibatunganya, ancien président de la République et Agathon Rwasa du Fnl non reconnu par le gouvernement de Bujumbura.

Ceux qui sont venus de l’étranger et qui pourraient être déjà à Arusha sont Charles Nditije, Hussein Radjabu, Godefroid Niyombare, Frédéric Bamvuginyumvira, Léonce Ngendakumana, Bernard Busokoza, Léonidas Hatungimana, Onésime Nduwimana, Jean Minani, Alexis Sinduhije et Gervais Rufyikiri.

Burundi – Politique

L’association “Ayons pitié de lui” s’exprime sur les propos du ministre Nyamitwe

Bujumbura, le 16 février 2017 (Net Press). L’association qui s’occupe de la protection de l’enfance et son éducation civique et spirituelle n’est pas contente des déclarations du ministre des relations extérieures et de la coopération internationale, ce qui met en relief des divergences de certaines autorités à la tête du pays. On rappellera que le ministre s’était interrogé de savoir comment on peut s’asseoir la paix en s’asseyant avec des gens violents.

Elle se fonde sur deux choses. D’une part, l’association « Ayons pitié de lui », dit qu’elle assiste à des croisades de prières où même le président de la République, son épouse et ses enfants participent et parfois si pas toujours, ils ont dans leurs mains le livre sacré : la Sainte Bible. Or, celle-ci prêche l’amour, d’abord envers l’Eternel et ensuite envers l’autrui, Jean 3 :16 « Dieu a tant aimé le monde jusqu’à donner son fils pour que celui qui croit en lui ne périsse mais vive éternellement ».

Ensuite, Ayons pitié de lui se réfère au Pasteur noir américain Martin Luther King qui disait : « La non violence vise à gagner l’amitié et la compréhension de l’adversaire, le chemin pour y arriver est la négociation paisible ». Alors que l’on s’achemine vers de véritables échanges en vue de trouver des solutions des problèmes qui pèsent lourdement sur les enfants du Burundi, cette association ne comprend pas pourquoi la délégation gouvernementale ne s’est pas présentée à Arusha.

Pourtant, estime-elle, le gouvernement vient de rater une occasion en or pour exprimer ses préoccupations et écouter les doléances des autres. Il devrait avoir à l’esprit que ne pas écouter quelqu’un signifie qu’on lui voue une haine viscérale. « La haine ne chasse jamais la haine, seul l’amour le pourra », disait Martin Luther King.

Pour l’avenir, Ayons pitié de lui conseille au gouvernement de se présenter aux autres sessions car que cela prenne 20 ans, 50 ans voire 100 ans, la seule voie pour donner une véritable paix aux Burundais est une négociation paisible et surtout, savoir que l’ « on négocie avec un adversaire et non avec une chérie », conclut cette association

Burundi – Usa - Politique

Etats-Unis : le ministre du Travail choisi par Trump contraint de se retirer

Washington, le 16 février 2017 (Net Press). Le ministre du travail choisi par Donald Trump a été obligé de jeter l’éponge mercredi 15 février. Andrew Puzder a reconnu qu’il lui était impossible d’obtenir les votes nécessaires à sa nomination. Une douzaine de sénateurs républicains se sont en effet rangés aux côtés des démocrates pour enterrer sa candidature. C’est un nouveau camouflet pour la Maison Blanche.

Le personnel politique américain le sait : tout candidat ministre est l’objet d’une enquête parlementaire. C’est pourquoi, avant de rendre un nom public, la Maison Blanche mène en principe sa propre investigation.

Cela n’a manifestement pas été le cas dans le dossier Andrew Puzder, milliardaire, propriétaire d’une chaîne de restauration. Les démocrates étaient inquiets de ses positions anti-salaire minimum et anti-syndicats. Ils ont ensuite découvert que l’homme avait employé une femme de ménage sans-papiers puis que sa première épouse avait témoigné dans une émission populaire sur les violences conjugales qu’elle avait subies. Certes, cette femme a récemment retiré ses propos, mais le mal était fait. Aux démocrates se sont ajoutés les féministes et des républicains de plus en plus nombreux. Il devenait impossible d’obtenir un vote pour le nommer.

Ce retrait est un coup très dur pour la présidence. La semaine a été catastrophique pour Donald Trump : un décret immigration bloqué en justice, des fuites dans la presse et la démission du conseiller à la sécurité nationale, qui a menti sur ses contacts avec la Russie. Et pour finir, le retrait de ce ministre. Donald Trump avait promis de purger le marigot. Le marigot semble résister.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.