Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité10 juin 2017
|Quand la police s’entretue !

Burundi - Sécurité9 juin 2017
|Neuf élèves du lycée de Gatete incarcérés

Burundi - Sécurité8 juin 2017
|Fouille - perquisition très ciblée au Sud du pays

Burundi - Sécurité7 juin 2017
|Mpanda, victime des agissements des inconnus

Burundi - Sécurité6 juin 2017
|Deux ménages du quartier Gasekebuye dévalisés

Burundi - Sécurité 5 juin 2017
|Découverte d’arme à Makamba

Burundi - Sécurité3 juin 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité 2 juin 2017
|Deux Imbonerakure portés disparus

Burundi - Sécurité1er juin 2017
|Une vague d’arrestation qui inquiète

Burundi - Economie31 mai 2017
|Une fusion qui inquiète

Burundi - Administration30 mai 2017
|Le gouvernement révoque 23 officiers de la Fdn

Burundi - Sécurité 29 mai 2017
|Une personne tuée à Ngozi

Burundi - Sécurité 27 mai 2017
|Et les environs de la présidence de la République en danger !

Burundi - Sécurité 26 mai 2017
|Une femme tuée dans Muyinga

Burundi - Sécurité25 mai 2017
|Des anciens militaires emprisonnés bastonnés par des généraux de sécurité

Burundi - Sécurité 24 mai 2017
|Quand les policiers entre-tuent

Burundi - Sécurité 23 mai 2017
|Quand le Burundi devient la boucherie de tous le temps

Burundi - Sécurité22 mai 2017
|Un Arabe tué à Kajaga

Burundi - Sécurité20 mai 2017
|Des crépitements d’armes se font entendre dans Ruziba

Burundi – Médias - Sécurité19 mai 2017
|Un journaliste de la Voix d’Amérique arrêté à Kirundo

Burundi - Sécurité18 mai 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Musaga

Burundi - Sécurité - Justice17 mai 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Sécurité 16 mai 2017
|Un ex Fab cible d’une fouille-perquisition

Burundi - Sécurité 15 mai 2017
|Gihanga cible d’une attaque armée

Burundi - Anniversaire13 mai 2017
|Le Cndd-Fdd célèbre les deux ans après la tentative de putsch contre Pierre Nkurunziza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Transfert vers la prison de neuf membres du Fnl proches d’Agathon Rwasa

22 février 2017

Ngozi, le 22 février 2017 (Net Press) . Les neuf membres du Fnl pro Agathon Rwasa arrêtés à Ngozi dimanche soir ont été transférés à la prison centrale de Ngozi (nord du pays) dans l’après-midi d’hier. Ils venaient de passer 2 jours dans les cachots de la police judiciaire de Ngozi.

Parallèlement, un jeune homme a été arrêté, des armes ont été saisies lors d’une fouille. D’après les sources locales, le jeune a été appréhendé ce matin lors d’une fouille opérée par la police dans la commune Mukaza, zone Buyenzi. Selon des sources policières, un fusil de type Kalachnikov, un chargeur et un pistolet ont été saisis chez lui. Vers 11 heures, des jeunes ont été arrêtés au centre ville par la police, à l’endroit communément appelé Bata, personne ne connaît encore leur sort.

Burundi - Sécurité Alimentaire

Le gouvernement et ses partenaires n’accordent pas de violons sur la famine au Burundi

Paris, le 22 février 2017 (Net Press) . Selon un reportage de nos confrères de la radio du monde, 8 provinces sur 18 qui composent le Burundi sont frappées de la famine. Mais le gouvernement de Bujumbura refuse de reconnaître cette réalité et préfère recourir à la solidarité nationale plutôt que de demander une aide humanitaire à l’étranger.

Le ministre chargé des droits de la personne humaine, Martin Nivyabandi, contacté par Rfi, indique que l’on ne peut pas s’alarmer outre mesure et que la situation est sous contrôle, une affirmation qui a été vite rejetée par l’Olucome toujours sur Rfi. En effet, Gabriel Rufyiri accuse le même gouvernement de vouloir cacher la réalité mais que si rien n’est fait dans l’urgence, il risque d’y avoir une situation catastrophique au Burundi.

Pour les autres cependant, toujours contactés par la radio mondiale, la production agricole dans ces provinces a chuté de 40%, d’où il faut une aide humanitaire d’urgence pour sauver la vie de ces populations affamées.

Par ailleurs, l’on voit une flambée plus qu’inquiétante de la malaria dans ce pays et les derniers chiffres indiquent que 106 personnes ont trouvé la mort depuis le début de l’année 2017, faisant de cette maladie la première cause de décès dans ce pays. Les spécialistes en matière de santé et de nutrition n’écartent pas la flambée de la malaria et la famine qui frappe plusieurs coins du pays.

Burundi - Politique

Les femmes veulent être mieux représentées

Bujumbura, le 22 février 2017 (Net Press) . Le mouvement des femmes du Burundi pour le respect de la constitution et de l’accord de paix d’Arusha a déposé une pétition au bureau de la médiation. Les mêmes femmes plaident pour une bonne représentation lors du prochain round des négociations inter-burundaises d’Arusha.

Selon Vestine Mbundagu, "il n’est pas compréhensible que seules 3 femmes soient invitées pour une cinquantaine d’hommes". Elle ajoute que ce sont les femmes qui sont "victimes de toutes les crises que connaît le Burundi."

"Nous devenons veuves, nous élevons des orphelins, nous constituons plus de 80% des réfugiés éparpillés dans la sous-région et la disette touche en grande partie les femmes et les enfants", lâche Mme Mbundagu.

Un document concernant leurs doléances avait été distribué aux hommes politiques qui participaient aux quatre derniers jours de dialogue. Pour l’instant, le médiateur n’a pas réagi à la demande du Mouvement.

Malgré cela, il y a une opinion qui veut que les femmes ne défendent pas suffisamment leurs droits et qu’elles veulent tout avoir parce que les hommes les relâchent. Dans plusieurs fora, poursuit l’opinion qui est très critique envers cette catégorie de Burundais, les femmes se taisent et attendent que la journée se termine pour qu’elles aient leurs perdiems, d’où elles devraient plus agir que parler, conclut cette opinion.

Burundi - Medias - Sécurité

Notre confrère Jean Bigirimana, 7 mois déjà !

Bujumbura, le 22 février 2017 (Net Press) . Jean Bigirimana, du groupe de presse Iwacu, est-il toujours vivant ou il est déjà mort ? Voici une question que ses confrères, tout comme sa famille ne peuvent pas répondre avec exactitude. En effet, en date du 22 juillet 2016, alors que Jean Bigirimana répondait à une invitation à Bugarama de la commune et province de Muramvya, plus personne n’a une trace de notre confrère.

Dès l’annonce de cette disparition, le groupe de presse Iwacu n’a ménagé aucun effort pour tenter de retrouver son journaliste, vivant ou mort, mais en vain. Les populations de la localité ont collaboré avec les confrère d’Iwacu, en donnant l’identité de celui qui l’a invité mais la police a toujours nié les faits. Quelques jours après cette disparition, deux cadavres ont été aperçus dans la rivière Mubarazi de la même commune de Muramvya mais sa famille n’avait pas pu identifier le journaliste.

Plus tard, le groupe de presse Iwacu a intenté un procès contre X mais jusqu’à présent, tout montre que mêmes les démarches judiciaires piétinent et que le dossier semble s’oublier petit à petit.

Rappelons que Jean Bigirimana avait presté pour la radio et télévision Rema Fm du parti Cndd-Fdd au pouvoir et avait changé de station, dans la foulée de la crise politico-sécuritaire de 2015, travaillant pour le groupe de presse Iwacu, qui est rangé dans la catégorie des journaux qui ne sont pas dans les bonnes grâces du pouvoir en place à Bujumbura. D’autres informations ont circulé, indiquant que Jean Bigirimana avait des liens de parenté avec Léonidas Hatungimana, ancien porte-parole du président Nkurunziza et frondeur de première heure. Des informations en somme qui ne montrent aucun lien entre le travail du journaliste et sa disparition.

Burundi - Société

Les mouvements religieux dans le collimateur de l’administration de Gitega

Gitega, le 22 février 2017 (Net Press) . Lors d’une réunion tenue ce mardi 21 février 2017 avec les chefs des partis politiques, des confessions religieuses ainsi que des journalistes locaux, le gouverneur de la province de Gitega (centre du pays), Venant Manirambona, s’est dit satisfait de la sécurité qui règne dans la province, depuis le début de l’année.

Le Gouverneur Manirambona s’est réjoui du fait que les bandes armées qui semaient la terreur dans les localités de Simba, de Cene, de Rubamvyi et de Buraza aient été démantelées. Toutefois, le gouverneur de Gitega s’inquiète de certains mouvements religieux. Il affirme notamment détenir des informations concernant des extrémistes musulmans qui feraient l’apologie du terrorisme. M. Manirambona s’inquiète également de la multiplication des églises protestantes.

Burundi - Dialogue

Des récusations en cascades

Bujumbura, le 22 février 2017 (Net Press) . Après la tenue des consultations dernières dans la ville tanzanienne d’Arusha, nombreuses récusations ne tarissent pas à parvenir au facilitateur dans le conflit burundais, Benjamin William Mkapa et le bureau du secrétaire général des Nations Unies à New York.

La sénatrice Evelyne Butoyi, chargée de la communication au parti de l’Aigle, dans une lettre ouverte adressée au bureau de la facilitation, indique que le parti Cndd–Fdd condamne fermement que le facilitateur ait invité des personnes reconnues responsables de perturbation de l’ordre public. Dans cette lettre, Butoyi rejette le projet de l’immunité de certains politiciens qui ont trempé dans la crise burundaise depuis le printemps d’avril 2015. Pour elle, c’est pour asseoir l’impunité dans un pays souverain et démocratique sa formation politique ne soutient le projet de la mise en place d’un gouvernement de transition car le peuple burundais s’est exprimé valablement lors des rendez –vous de 2015. Evelyne Butoyi invite le bureau de facilitation de rapatrier ls dialogue sur Bujumbura.

Dans cette même logique, l’ambassadeur du Burundi à New York, Albert Shingiro, dans une correspondance adressée ce 21 février 2017 au nouveau secrétaire général de l’Onu, Antonio Gutteres, invite ce haut fonctionnaire onusien de procéder au remplacement dans les meilleurs délais de son conseiller spécial qui le représente dans la tentative de la résolution de la crise burundaise, Jamal Benomar, pour faciliter la tenue des négociations crédibles et la poursuite de la fructueuse coopération qui existe entre le gouvernement du Burundi et le bureau de son conseiller spécial.

Une certaine opinion ne comprend pas qui fait quoi au sein de cette formation politique car toutes ces récusations sont enregistrées alors que le secrétaire général du Cndd-Fdd, Evariste Ndayishimiye, avait pris part aux assises, répondant à une invitation officielle de la médiation. Il avait par ailleurs exprimé sa satisfaction après les 4 jours de dialogue à Arusha et au regard de son poste au sein du parti, toutes ces réactions viennent des échelons inférieurs et ne peut pas par conséquent être satisfait et demander autre chose.

Burundi - Société

Le gouvernement du Burundi n’a pas interdit l’échange des vivres

Bujumbura, le 22 février 2017 (Net Press) . Dans une conférence de presse tenue ce mardi 21 février 2017, le porte-parole du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, Terence Ntahiraja, a indiqué que le gouvernement du Burundi n’a pas interdit l’échange des vivres. Les gouverneurs des provinces de Kirundo et Ruyigi ont pris cette mesure pour contrecarrer les commerçants spéculateurs des vivres qui vont même dans les champs pour les transporter vers le Rwanda et la Tanzanie.

Terence Ntahiraja dit qu’au vue de la crise alimentaire qui sévit dans le pays, le gouvernement du Burundi ne peut pas prendre cette mesure au risque de plonger le pays dans la crise humanitaire généralisée. A la question de savoir comment Bujumbura prend la question de la pénurie du sucre, Ntahiraja souligne que la Sosumo a été créée alors que le Burundi comptait sa population qui avoisinait 4 Millions, il est donc normal, selon lui, que la production ne peut pas couvrir les Burundais. Pour faire face à ce défi, le gouvernement a autorisé aux opérateurs économiques opérant dans ce secteur d’importer le sucre en provenance de l’extérieur.

D’autres informations indépendantes cependant indiquent que cette société ne peut plus remplacer des pièces de rechange usées faute de devises pour s’en procurer.

Burundi - Usa - Politique

Donald Trump sur le point de rendre public le nouveau décret d’immigration

Washington, le 22 février 2017 (Net Press) . Donald Trump doit rendre public cette semaine, peut-être ce 22 février, un nouveau décret sur l’immigration, un texte qui doit remplacer le précédent, bloqué par la justice. Il concerne l’interdiction d’entrée dans le pays pour les ressortissants de 7 pays à majorité musulmane. Les magistrats ont jugé le premier décret discriminatoire et dommageable pour la population. La Maison Blanche assure que le décret en préparation répondra aux injonctions des juges.

Lorsque les juges de Californie ont rendu leur décision, ils ont expliqué que le gouvernement n’avait pas apporté la preuve de la menace posée par les personnes interdites d’entrer aux Etats-Unis. Et que le texte était discriminatoire pour l’entière population des Etats plaignants.

La Maison Blanche continue de parler « sécurité nationale » mais n’a d’autre choix que de se plier à la décision de la cour. « Nous préparons un nouveau décret, écrit sur mesure pour atteindre le même objectif, en respectant ce que dit la cour, jusqu’à ce que nous gagnions, a affirmé Sean Spicer. Nous suivons les deux pistes. »

Sean Spicer garde officiellement l’espoir de gagner en justice contre l’Etat de Washington mais reconnaît que la réécriture du texte « sur mesure » reste la seule solution rapide.

Les documents préparatoires qui sont arrivés à la presse proposent de laisser entrer dans le pays les personnes déjà venues aux Etats-Unis et détentrices d’un visa ou d’une carte verte. Rien n’indique que les autres auront la possibilité de demander un visa.

Rien ne dit non plus que la liste des pays resterait la même, cette liste risque d’être élargie à certains Etats africains. Cette fois, le décret est relu, revu, évalué par les ministères concernés afin d’éviter d’être une nouvelle fois bloqué en justice, ce que les avocats de plusieurs Etats américains promettent de faire.

Burundi - Santé

La Belgique toujours au chevet du Burundi

Bujumbura, le 22 février 2017 (Net Press) . Dans son édition d’hier, la rédaction a proposé une dépêche sur les activités de la coopération technique belge. Les concernés ont trouvé que l’article était incomplet et ont proposé un ajout. La rédaction le reprend intégralement.

"La Coopération Technique Belge, à travers son Projet d’appui Aux Organisations Burundaises (OB) par le Renforcement des Compétences Des Ressources Humaines (PAORC) apporte son appui technique et financier, à travers un atelier qui se déroule à Bujumbura du 20 au 22 février 2017, à la rédaction d’un projet de Protocole de Prise en Charge de l’Epilepsie au niveau du système de santé de district. Ce protocole est important pour la prévention primaire, le traitement et le suivi harmonisé et de qualité pour la population de la Province de Kirundo. En effet, l’épilepsie est ciblée par les responsables sanitaires comme un problème de santé publique, aussi bien dans la Province Sanitaire de KIRUNDO que partout ailleurs au Burundi. Le problème de la prise en charge de l’Epilepsie est inscrit dans le plan quinquennal de formation continue de la province KIRUNDO".

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.