Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité9 juin 2017
|Neuf élèves du lycée de Gatete incarcérés

Burundi - Sécurité8 juin 2017
|Fouille - perquisition très ciblée au Sud du pays

Burundi - Sécurité7 juin 2017
|Mpanda, victime des agissements des inconnus

Burundi - Sécurité6 juin 2017
|Deux ménages du quartier Gasekebuye dévalisés

Burundi - Sécurité 5 juin 2017
|Découverte d’arme à Makamba

Burundi - Sécurité3 juin 2017
|Un corps sans vie retrouvé dans la province de Ngozi

Burundi - Sécurité 2 juin 2017
|Deux Imbonerakure portés disparus

Burundi - Sécurité1er juin 2017
|Une vague d’arrestation qui inquiète

Burundi - Economie31 mai 2017
|Une fusion qui inquiète

Burundi - Administration30 mai 2017
|Le gouvernement révoque 23 officiers de la Fdn

Burundi - Sécurité 29 mai 2017
|Une personne tuée à Ngozi

Burundi - Sécurité 27 mai 2017
|Et les environs de la présidence de la République en danger !

Burundi - Sécurité 26 mai 2017
|Une femme tuée dans Muyinga

Burundi - Sécurité25 mai 2017
|Des anciens militaires emprisonnés bastonnés par des généraux de sécurité

Burundi - Sécurité 24 mai 2017
|Quand les policiers entre-tuent

Burundi - Sécurité 23 mai 2017
|Quand le Burundi devient la boucherie de tous le temps

Burundi - Sécurité22 mai 2017
|Un Arabe tué à Kajaga

Burundi - Sécurité20 mai 2017
|Des crépitements d’armes se font entendre dans Ruziba

Burundi – Médias - Sécurité19 mai 2017
|Un journaliste de la Voix d’Amérique arrêté à Kirundo

Burundi - Sécurité18 mai 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la zone de Musaga

Burundi - Sécurité - Justice17 mai 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Sécurité 16 mai 2017
|Un ex Fab cible d’une fouille-perquisition

Burundi - Sécurité 15 mai 2017
|Gihanga cible d’une attaque armée

Burundi - Anniversaire13 mai 2017
|Le Cndd-Fdd célèbre les deux ans après la tentative de putsch contre Pierre Nkurunziza

Burundi - Sécurité12 mai 2017
|Fouille-perquisition à la prison centrale de Gitega

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité - Justice

Au-delà des arrestations !

17 mai 2017

Gitega, le 17 mai 2017 (Net Press). Selon des informations en provenance de Gitega, l’abbé Jean Marie Ciza, curé de la paroisse Christ Roi de Mushasha, dans la commune et province de Gitega, a été arrêté dans l’après-midi de ce mercredi 16 mai 2017 par les agents du service national des renseignements de Gitega.

Jean Marie Hakizimana, vicaire général de l’archidiocèse de Gitega, confirme cette arrestation avant d’ajouter que les motifs de cette capture restent inconnus car le vicaire général affirme avoir appelé les autorités habilitées, pour s’enquérir les motifs de son arrestation, sans succès, ces dernières lui ont répondu que l’abbé Ciza doit être interrogé mais sans préciser dans quel cadre. Le prélat Jean Marie Ciza a été amené manu militari vers une destination inconnue.

Sur le même volet sécuritaire, des sources non encore confirmées indiquent que le seul grossiste des produits pétroliers au Burundi, l’Indien Taluku aurait pris le large, une information cependant démentie par d’autres sources d’information, le présentant comme le seul opérateur crédible qui a beaucoup de liquidités burundaise et qui est à mesure de contracter un crédit de 20 millions de francs burundais à rembourser rapidement.

Sur son compte Tweetter, le porte-parole de la police, Pierre Nkurikiye, vient de faire savoir que le prélat en question, Jean Marie Ciza, a été arrêté pou viol d’une fille.

Burundi – Eac

Le premier vice-président pourrait représenter le chef d’Etat au sommet

Dar es Salam, le 17 mai 2017 (Net Press). La question de la représentativité du Burundi au sommet des chefs d’Etat qui doit se tenir ce 20 mai 2017 vient de trouver une réponse. Les informations qui sont à la disposition de la rédaction indiquent que ce pourrait être le premier vice-président de la République qui prendra part au sommet.

Bien avant, les gens se posaient la question si le président Nkuruziza sera aux côtés de ses pairs et le porte-parole adjoint du président avait donné une réponse alambiquée, arguant que celui qui représentera le Burundi n’est pas encore connu.

Cette information vient donc couper court avec des rumeurs qui faisaient état de fortes pressions exercées sur le président burundais pour qu’il se présente lui-même. En effet, des gens passaient de longs moments à polémiquer sur une éventuelle participation du président Nkurunziza, un débat qui a dominé les bistrots et les salons. Les uns et les autres n’avaient pas pu trouver un terrain d’entente sur cette discussion et pour le moment, le rideau vient de tomber.

Burundi - Justice

Les 7 militaires accusés d’attaquer le camp Mukoni ont été entendus par la justice

Muyinga, le 17 mai 2017 (Net Press). Les 7 militaires accusés de commanditer une attaque au camp militaire de Mukoni dans la province de Muyinga au Nord du pays, ont comparu ce mardi le 16 mai 2017 devant le tribunal de grande instance de cette province.

Selon des sources sur place, leur dossier n’a pas pu être examiné depuis leur arrestation en janvier dernier, faute des avocats de la défense. A cela, il faut ajouter un manque criant du carburant dans le nord du pays et leurs avocats-conseil n’ont pas pu faire le déplacement. La date de la remise n’a pas été annoncée séance tenante.

Burundi - Société

Le Cnc déplore l’absence d’une loi sur l’accès à l’information au Burundi
Bujumbura, le 17 mai 2017 (Net Press). Lors de la présentation de la nouvelle équipe du conseil national de la communication, le président du conseil national de la communication, Cnc, Karenga Ramadhan, a déploré l’absence d’une loi sur l’accès à l’information.

Karenga Ramadhan dit que « lorsque vous demandez une information à quelqu’un, il peut refuser tout simplement ». Karenga demande qu’il y ait une loi sur l’accès à l’information avant d’inviter les journalistes à parler des conditions dans lesquelles ils travaillent.

Burundi – Justice – Opinion

L’opinion reste sur sa soif
Bujumbura, le 17 mai 2017 (Net Press). Depuis que le contenu du conseil des ministres de la semaine passée eut été porté à la connaissance de l’opinion, cette dernière a été intéressée par la révision du code de procédure pénal, surtout en ce qui concerne la fouille-perquisition dans les différents ménages.

Un ancien policier a indiqué qu’à l’époque, un policier qui s’introduisait dans un ménage sans mandat de perquisition était tout simplement emprisonné. En outre, selon lui, une fouille de la nuit veut dire tout simplement que n’importe qui peut venir, en tenue policière ou non, fouiller dans des maisons des populations comme ils veulent.

Il s’est posé la question de savoir ce qui adviendrait en cas de fouille-perquisition dans des quartiers sans courant électrique. Les habitants peuvent considérer les policiers comme des bandits armés et tenter de résister. Même en cas de courant électrique, rien ne montre que les « visiteurs » ne sont pas des éléments de mauvaise foi et la loi va créer davantage des inquiétudes au lieu de rassurer la population.

Burundi – Dialogue

Les associations de la société civile en exil invitées posent des conditions

Entebbe, le 17 mai2017 (Net Press). Le facilitateur dans le conflit burundais, Benjamin William Mkapa, a dernièrement adressé une invitation aux associations de la société civile qui vivent en dehors du pays. Il voudrait les rencontrer à Entebbe en Ouganda en dates des 24 et 25 mai 2017.

Dans cette invitation, le facilitateur a précisé que seuls ceux qui ne sont pas poursuivis par la justice burundaise pourront prendre part à cette entrevue. Dans leur réponse, certaines de ces associations ont indiqué qu’elles ont été étonnées de voir que le facilitateur reprend le discours de Bujumbura. Pour ces associations, le facilitateur ne devrait pas revenir sur les mandat d’arrêt émis par le gouvernement burundais d’autant plus qu’aucun Etat ne les a donnés une quelconque valeur, tout comme l’Interpol.

Pour elles, Bujumbura est une partie au conflit et le facilitateur devrait écouter tout le monde sans diviser les invités. Par ailleurs, le facilitateur est tenu à démontrer que leur sécurité sera assurée, allusion faite à d’autres qui ont participé aux rencontres d’Arusha et qui ont failli y être arrêtés.

Ces associations qui ont écrit au facilitateur sont l’association burundaise des radiodiffuseurs présidée par Patrick Nduwimana, Acat de Me Armel Niyongere, Aprodh de Pierre-Claver Mbonimpa, Focode de Pacifique Nininahazwe, Forsc de Me Vital Nshimirimana et de l’Opb présidé par Innocent Muhozi.

Burundi – Usa – Politique

Donald Trump victime de ses propres faits

Washington, le 17 mai 2017 (Net Press). Le président américain, Donald Trump s’embrouille encore une fois dans le dossier de Fbi. Selon des informations révélées par « The New York Times », Donald Trump aurait réclamé au Fbi de classer sans suite une enquête visant Michael Flynn, son ancien conseiller à la sécurité nationale, accusé de liens avec la Russie.

Ce journal s’est appuyé sur une note dans laquelle James Comey, alors encore patron du Fbi, retranscrit mot à mot la conversation avec le président américain. Selon cette note, le président américain aurait déclaré « C’est quelqu’un de bien. J’espère que vous pourrez juger bon de laisser passer cela, de laisser Flynn. C’est un bon gars ».

Comme on peut s’y attendre, la Maison Blanche a aussitôt réagi en niant cette version des faits. Pour la Maison Blanche, « le président n’a jamais demandé à M. Comey ou qui que ce soit d’autre de clore aucune enquête ». Le directeur par intérim du FBI, Andrew McCabe, n’a pas dit autre chose devant le Sénat. Il a assuré qu’il n’y avait eu "aucune tentative" d’entraver l’enquête sur les liens possibles entre des membres de l’équipe Trump et la Russie.

Des élus des partis républicain et démocrate réclament désormais de voir la fameuse note. Le député républicain Jason Chaffetz donne à la police fédérale jusqu’au 24 mai pour lui transmettre "tous les comptes rendus, notes, résumés et enregistrements faisant référence ou ayant trait à des communications entre Comey et le président."

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur

A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE L’ANNÉE ACADÉMIQUE 1964-1965.13 janvier 2014
|DISCOURS PRONONCE LE 1er OCTOBRE 1964 PAR LE PROFESSEUR W. DEROUAU RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ OFFICIELLE DE BUJUMBURA

Rwanda - Génocide6 décembre 2013
|LA TOUSSAINT ROUGE RWANDAISE DU 1er novembre 1959. (Révolution, fratricides, déicides ou génocides assistés 54 ans après ?) ssimbananiye@gmail.com Genèse et chronologie.