Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Burundi - Sécurité 15 août 2017
|Un militaire tue son frère d’arme

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand les policiers entre-tuent

24 mai 2017

Gitega, le 24 mai 2017 (Net Press) . Un policier a tiré sur son collègue, le blessant gravement au niveau de la cuisse au poste de police de Gihehe, commune et province de Gitega. Pierre Nkurukiye, le porte-parole de la police burundaise, dit que les mobiles qui ont poussé ce policier à poser cet acte restent inconnus. Le présumé assassin a été appréhendé et amené manu militari au cachot du commissariat provincial de Gitega tandis que la victime est admise à l’hôpital régional de Gitega pour des soins intensifs.

Signalons que ce matin dans la capitale, des éléments de la police spéciale anti-émeute, en compagnie d’autres policiers, ont procédé à une rafle des personnes qui se trouvaient à l’endroit dénommé "Bata" au centre-ville, tout près de la place de l’ancien marché central de Bujumbura. Selon des informations en provenance de cet endroit, au moins 60 personnes ont été arrêtées, montées dans des camions policiers et conduites vers une destination inconnue.

Burundi - Sécurité Alimentaire

Vente du jus produit à base de la viande ... avariée !

Bujumbura, le 24 mai 2017 (Net Press) . Alors qu’elle procédait à une action de fouille-perquisition dans la zone de Rohero, quartier de Gatoke, la police a saisi plus de 500 bouteilles de jus fabriqué à base de la viande avariée ainsi que d’autres produits que la rédaction n’a pas pu identifier.

Selon des sources policières, ce jus dénommé "Nezereza" n’est pas reconnu par la législation burundaise mais le fabricant n’a pas pu être appréhendé car il a fui à la vue des policiers qui se dirigeaient directement vers son domicile.

Burundi - Sécurité

Le Hcr préoccupé par l’afflux massif des réfugiés burundais dans les pays voisins

Genève, le 24 mai 2017 (Net Press) . Lors de la conférence de presse tenue ce mardi 23 mai 2017, l’organisation des Nations unies pour les réfugiés (Hcr), à travers son porte-parole, Babar Baloch, se dit préoccupé de l’instabilité qui règne au Burundi et de l’afflux massif des réfugiés burundais dans les pays voisins.

Dans un communiqué sorti le même jour, Babar Baloch indique que depuis le printemps d’avril 2015, le Hcr a enregistré plus de 410.000 réfugiés qui ont fui le Burundi. Actuellement, selon toujours le porte-parole, ces derniers jours, les réfugiés burundais fuient l’insécurité grandissante au Burundi et la peur de la persécution et de la violence sexuelle qui ne cessent de gonfler les camps de réfugiés éparpillés dans les pays voisins du Burundi.

Le Hcr estime que s’il n’y aurait pas d’amélioration de la situation politique, cet organisme onusien va compter plus d’un demi-million qui vont fuir le pays jusqu’à la fin de 2017, ce qui pourrait classer le Burundi à la troisième position sur la liste des pays qui comptent plus de refugiés en Afrique.

Selon toujours le même communiqué, le Hcr dit que pour répondre aux besoins d’urgence de ces refugiés burundais pour couvrir une assistance d’urgence aux nouveaux arrivants, cet organisme onusien a besoin de 250 millions de dollars américains (contre 214 qu’il recevait).

Jusqu’à présent, le Hcr n’a reçu que deux pour cent des fonds requis. Les conditions de vie des réfugiés dans les pays voisins sont extrêmement difficiles. D’autres arrivées dépassent la capacité d’accueil dans les camps de réfugiés, en particulier en Tanzanie, au Rwanda et en Rdc. Des fonds urgents sont nécessaires pour moderniser et construire de nouveaux bâches », lance Babar Baloch.

Pour le porte-parole du Haut Commissariat pour les Réfugiés, l’éducation des enfants réfugiés est gravement affectée par le nombre insuffisant de classes. En Tanzanie, il est nécessaire de construire plus de 600 nouvelles classes. En Rdc par exemple, les centres de transit ne peuvent plus accueillir les réfugiés entrants, les obligeant à vivre dans des conditions extrêmement défavorables, souvent sans abri.

Le sous-financement entrave les efforts du Hcr pour développer la vie des réfugiés nouvellement arrivés à Mulongwe dans la région du Sud-Kivu en Rdc. Les camps surpeuplés exposent davantage les réfugiés, en particulier les femmes et les enfants, à de nombreux risques. Un plus petit nombre de réfugiés burundais ont également fui vers le Kenya et vers des pays d’Afrique australe comme la Zambie, le Mozambique, le Malawi et l’Afrique du Sud. Le Hcr renouvelle son appel aux donateurs pour qu’ils continuent de soutenir les pays qui accueillent les réfugiés burundais. Le porte-parole du Hcr invite les pays voisins à accueillir ceux qui fuient le Burundi et à ne pas renvoyer les réfugiés contre leur volonté.

Burundi - Suisse – Coopération

"Je suis triste", dixit l’ambassadeur suisse au Burundi

Bujumbura, le 24 mai 2017 (Net Press) . En marge de sa visite au Burundi pour rencontrer et échanger avec ses collègues de la coopération suisse ainsi que les autorités burundaises, l’ambassadeur helvétique au Burundi, Ralf Heckner, avec siège au Kenya, dit qu’il est triste au regard de la détérioration des conditions sécuritaires et humanitaires au Burundi.

Ralf Heckner affirme que depuis sa 4eme visite au Burundi, il a toujours le souvenir de la Suisse, que ces deux pays se ressemblent du point de vue géographique, de par les collines, le paysage, les lacs et le peuple burundais est accueillant et hospitalier. En comparant le Burundi de 2016 et de 2017, Ralf Heckner s’inquiète que le nombre des refugiés ont augmenté et que l’économie se détériore, plaçant le plus beau pays du monde dans l’extrême précarité.

Ralf Heckner invite Bujumbura à asseoir la culture de dialogue pour une bonne sortie de la crise burundaise qui perdure depuis le printemps de 2015.

Pour rappel, la confédération suisse est présente au Burundi dans le cadre d’une stratégie de coopération dans plusieurs domaines couvrant la région des grands lacs (Burundi, Rwanda, Est de la République démocratique du Congo). Au Burundi, la Suisse est restée engagée durant les évènements de 2015 et jusqu’à présent, en concentrant ses appuis directs au niveau de la population.

Burundi - Côte – d’Ivoire

Le bilan s’alourdit après le mouvement de colère des démobilisés

Abidjan, le 24 mai 2017 (Net Press). Bouaké ne sort décidément pas de la spirale de la violence : après les mutins la semaine dernière, les « démobilisés » (d’anciens rebelles non réintégrés à l’armée) réclament à leur tour des primes. Environ 6 000 d’entre eux, selon leur propre décompte, réclament chacun 18 millions de francs CFA (27 000 euros). Ce mardi matin à Bouaké, des affrontements ont tourné au drame, alors que les démobilisés bloquaient l’accès sud de la seconde ville du pays. Une personne grièvement blessée est morte à la mi-journée à l’hôpital, ce qui porte à quatre le nombre d’ex-rebelles tués.

En fin de journée mardi, la vie avait repris son cours à Bouaké. Les gens vaquaient à leurs occupations, les véhicules circulaient et rien ne laissait témoigner de l’incident du matin. Si ce n’est qu’une forte présence policière à l’entrée sud de la ville.

C’est une grenade dégoupillée qui a fait le plus de dégâts dans cette opposition entre démobilisés et forces de l’ordre, regroupant gendarmerie et police. Une grenade qui a explosé mardi matin à Bouaké au milieu des manifestants, tandis que l’un d’eux la manipulait, affirme un communiqué du ministère de l’intérieur. Le ministère qui mentionne également deux blessés parmi les policiers et trois gendarmes touchés par des projectiles.

Les autorités ivoiriennes affirment encore que pour disperser les manifestants qui bloquaient le corridor sud d’accès à la ville, les forces de l’ordre se sont servis de moyens conventionnels et que les démobilisés eux étaient armés, ce que démentent ces derniers. De source hospitalière à Bouaké, le nombre de morts parmi les manifestants s’élevait à quatre et une dizaine de blessés dont certains par balles sont à déplorer.

Le gouvernement appelle au calme et au respect des lois dans le cadre des revendications. Des revendications de démobilisés qui vont au-delà de celles des mutins la semaine dernière. Cette fois, les ex-combattants réclament 18 millions de francs CFA au titre des combats passés pour soutenir Alassane Ouattara.

En marge de cet évènement, le commissaire du gouvernement signale dans un communiqué que les armes dérobées au domicile d’un conseiller de Guillaume Soro durant les mutineries de la semaine passée à Bouaké doivent être restituées aux autorités militaires avant le 31 mai. Tout militaire appréhendé en possession de ces armes, ne répondant pas à sa dotation légale, sera radié et poursuivi pénalement, précise le communiqué.

Lundi, la ministre de la solidarité, Marietou Kone, était venue à Bouaké rendre hommage à l’ex-combattant tué la semaine dernière par des militaires mutins, visite au cours de laquelle elle avait proposé des projets d’aide à la création d’entreprises qui avaient ravivé la colère des ex-combattants.

Burundi - Usa - Vatican - Coopération

L’homme le plus puissant du monde rencontre le prélat le plus puissant du monde

Vatican, le 24 mai 2017 (Net Press) . Le président des Etats-Unis, Donald Trump, se trouve en Italie où il a déjà rencontré le souverain pontife, François. Selon des informations concordantes, les deux hommes plus puissants de la planète échangeront sur des sujets qui les divisent, notamment l’immigration et le changement climatique.

L’on se rappelle que dès son entrée en fonctions au mois de janvier dernier, le président américain avait pris des mesures qui avaient soulevé des polémiques comme par exemple la décision d’empêcher des ressortissants de certains pays musulmans de se rendre aux Etats-Unis ou alors la mesure de revoir à la baisse le budget alloué au changement climatique.

Il devrait par après se rendre en Belgique pour une réunion de l’organisation du traité de l’Atlantique Nord, Otan, que le président américain a toujours critiquée, la traitant d’inefficace. Pourtant, tous les dirigeants européens, tout comme les présidents américains, dont son prédécesseur direct, Barack Obama, la jugent très nécessaire pour la sécurité en Europe, en Amérique et au-delà, dans le monde entier.

Selon certains observateurs, la visite d’un président américain au Vatican est devenu un principe car parmi les premières visites à l’extérieur des Etats-Unis, les nouveaux présidents doivent insérer la visite au Saint-Père.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur