Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Burundi - Sécurité8 septembre 2017
|Brûlé par son épouse, il est sauvé par des voisins

Burundi - Sécurité7 septembre 2017
|Un cadavre retrouvé dans une rivière à Kayanza

Burundi - Dialogue6 septembre 2017
|Après Paris, Edouard Nduwimana se retrouve à Dar Es Salam

Burundi - Sécurité - Opinion5 septembre 2017
|Quand l’insécurité monte d’un cran dans tous les coins

Burundi - Sécurité4 septembre 2017
|Ruyigi, province très avancée en matière de criminalité

Burundi - Sécurité2 septembre 2017
|La protection civile de la police applaudie des deux mains à Kinindo

Burundi - Sécurité1er septembre 2017
|Un policier tue deux personnes à Kirundo

Burundi - Sécurité 31 août 2017
|Vers une demande de permission pour écrire un texto sur le Smartphone

Burundi - Sécurité30 août 2017
|Tuerie au Sud-Ouest, mais également au Nord-Ouest

Burundi - Sécurité 29 août 2017
| Un Imbonerakure blesse à la machette 5 policiers, et 3 personnes civiles

Burundi - Sécurité28 août 2017
|Un homme de 99 ans tué à Ngozi

Burundi - Sécurité 26 août 2017
|La réserve naturelle de la Rukoko sous le coup d’une arrestation

Burundi - Sécurité25 août 2017
|La lecture de la situation sécuritaire au Burundi toujours controversée

Burundi - Sécurité24 août 2017
|Une femme kidnappée sans aucun secours dans la zone de Bwiza

Burundi - Sécurité23 août 2017
|Une personne meurt dans un accident de voiture

Burundi - Sécurité22 août 2017
|Un homme tue sa conjointe pour des raisons de concubinage

Burundi - Sécurité21 août 2017
|L’insécurité monte d’un cran dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité 19 août 2017
|Quand la Regideso est pointée du doigt comme origine de l’insécurité

Bujumbura – Sécurité 18 août 2017
|De l’hécatombe sur Bujumbura

Burundi - Sécurité 17 août 2017
|Une personne tuée a Karusi .

Burundi - Sécurité16 août 2017
|La voiture du gouverneur de Bubanza dans une embuscade

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un homme de 99 ans tué à Ngozi

28 août 2017

Ngozi, le 28 août 2017 (Net Press) . Un corps sans vie d’un homme âgé de 99 ans a été trouvé hier 27 août 2017 dans une réserve forestière de la colline Butagazwa, dans la commune de Kiremba de la province de Ngozi, au Nord du pays. Après identification de cette dépouille, l’on s’est rendu compte qu’il portait le nom de Benoit Muzungu.

Les tout premiers témoins font savoir qu’il a été blessé avant de trouver la mort au regard de son corps qui présentait des plaies un peu partout. Deux jeunes, Evariste Manirakiza âgé de 25 ans et Charles Mpawenayo de 18 ans ont été arrêtés pour des raisons d’enquête. Selon des sources policières, des conflits fonciers seraient à l’origine de cet assassinat.

Dans la soirée de ce samedi 26 août 2017, un militaire du camp Gakumbu, caporal chef Ndayizeye, qui se préparait pour prendre part à la mission de la paix en Somalie, s’est donné la mort en se tirant deux balles dans la tête. Il faisait partie du 45ème contingent des militaires qui devaient se rendre dans ce pays.

Au niveau de l’armée, l’on ne connaît pas encore les motifs de cette action de ce militaire d’autant plus qu’il n’a laissé aucun message, ni verbal ni écrit. Il faisait partie des militaires qui assistent ceux qui ont des difficultés sur le front, que l’on appelle dans le jargon militaire Brancardier.

Les esprits critiques indiquent qu’il est difficile de se tirer deux balles dans la tête car l’on peut commander la première, mais jamais la deuxième, voulant insinuer que le caporal chef Ndayizeye aurait été tué pour des motifs que l’armée n’a pas voulu porter à la connaissance de l’opinion.

Un homme d’affaires de la colline Nyempundu, commune Mugina, province de Cibitoke au Nord Ouest du pays, a été attaqué à coups de machettes à son domicile dans la nuit de ce dimanche. Un montant de 600.000 francs burundais lui a été dépouillé et la victime pointe du doigt les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir Imbonerakure, un de ces jeunes a été arrêté par la police pour une enquête préliminaire.

Dans une vagues d’arrestations opérées ce samedi par les autorités administratives et policières de Gitega, un journaliste de la radio communautaire Ijwi Ry’umukenyezi, Fiacre Ndikumana, a été arrêté alors qu’il s’apprêtait à faire le reportage sur cette affaire .Les jeunes regroupés au sein de l’association de lutte contre la violence domestique disent qu’ils sont emprisonnés dans des conditions difficiles.

Burundi - Sécurité Routière

Sauvé probablement par son état d’ébriété

Bujumbura, le 28 août 2017 (Net Press) . Dans la soirée de ce 27 août 2017, un véhicule de type Noah roulait à tombeau ouvert et quittait le quartier "Asiatique" vers le centre-ville. Arrivé à la jonction de l’avenue du commerce et du boulevard de la liberté, tout près de la station dite "Chez Katikati", il a eu l’impression d’entrer en collusion avec une voiture Ti qui vouait traverser la route pour se diriger vers le sud de la capitale.

Le chauffeur de la Noah a cru esquiver l’autre voiture mais il était moins une pour qu’il entre dans l’immeuble habitant l’agence de la banque burundaise de commerce et d’investissement, Bbci. Redressant brutalement la voiture, cette dernière a culbuté à deux reprises avant de se stabiliser tout près de la Place de l’Indépendance, les pneus en l’air.

Des populations qui étaient sur place, au lieu de sauver les populations à bord de ce véhicule, ont pensé à voler ce qui était dedans, dont les téléphones des passagers, leur argent que les forces de l’ordre ont su heureusement récupérer. Dans la voiture, il y avait également une bouteille à moitié remplie de Whisky, dévorée par ceux qui l’ont vu les premiers et d’après les témoins, les occupants de la voiture étaient en état d’ébriété, probablement qu’ils n’ont pas eu conscience de la gravité de l’accident.

Quant à l’autre voiture Ti, son propriétaire a eu peur de ce qu’il voyait devant lui et a jugé bon de détaler pour quitter l’endroit le plus tôt possible. Sinon, il n’a gêné en aucune manière la circulation de celui qui a fait l’accident. Selon les informations recueillies sur place, une dame qui était à l’intérieur de la Noah aurait vu ses mamelles amputées.

Burundi - Justice

Les experts onusiens appellent à la libération de Germain Rukuki

New York, le 28 août 2017 (Net Press) . Les experts des droits de l’homme des Nations Unies demandent la libération sans condition du défenseur des droits de la personne humaine et membre de l’association pour la lutte contre la torture aujourd’hui détenu à la prison centrale de Ngozi .

Selon le communiqué rendu public ce vendredi, le haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme dit qu’il est préoccupé par la détention arbitraire de cet activiste des droits de l’homme et regrette la décision du tribunal de grande instance de Ntahangwa en itinérance à Ngozi de maintenir sa détention dans le but de faire peur aux autres activistes des droits de la personnes humaine au cours de l’exercice de leur fonctions.

Pour rappel, le groupe d’experts onusiens était constitué de Michel Forst, rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme ; de David Kaye, rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression ; d’Annalisa Ciampi, rapporteuse spéciale sur le droit de réunion pacifique et la liberté d’association et de José Antonio Guevara Bermúdez, président-rapporteur du groupe de travail sur la détention arbitraire.

Burundi - Malversations Economiques

L’Olucome contre la contribution obligatoire pour les élections de 2020

Bujumbura, le 28 août 2017 (Net Press) . D’emblée, l’observatoire trouve que le gouvernement du Burundi ne devrait pas voir dans sa population les imports et taxes. Dans un communiqué rendu public ce matin, l’Olucome indique qu’il est contre la proposition des gouverneurs et des administrateurs de plaider en vue d’une mise en place d’un décret relatif à la contribution obligatoire de chaque citoyen pour la préparation des élections de 2020.

L’Olucome avance que le gouvernement a deux moyens légaux de perception des fonds de sa population, les impôts et taxes qui sont du domaine de la loi. La contribution nationale n’est demandée que quand il y a une catastrophe naturelle. Pour l’Olucome donc, la contribution nationale n’est ni un impôt ni une taxe, encore mois une catastrophe naturelle.

Or, outre que le gouvernement a déjà haussé les taxes et impôts pour 2017, l’Olucome déplore le fait que ce même gouvernement continue à demander de l’argent à sa population déjà pauvre alors qu’elle n’en a pas comme c’est le cas pour la hausse du prix de l’électricité. Une fois que ce décret sera mis en place, l’Olucome prévient qu’il le considérera commune un vol organisé de l’Etat envers sa population.

Burundi - Politique - Réfugiés

Le Cndd-Fdd contre le haut commissariat pour les réfugiés

Bujumbura, le 28 août 2017 (Net Press) . Le secrétaire général du parti au pouvoir, le Cndd-Fdd, Evariste Ndayishimiye, estime que le haut commissariat pour les réfugiés, Hcr, a été impliqué dans la fuite des populations vers les pays voisins en 2015 et qu’il fait de même pour les empêcher de rentrer.

Pour ce patron du Cndd-Fdd, en 2015, cette institution onusienne a construit des tentes sur les différentes frontières du Burundi et demandait aux Burundais d’aller trouver de la nourriture à ces mêmes endroits. Une fois rendues sur place, les mêmes populations avaient l’obligation de déclarer qu’elles ont été chassées par des Imbonerakure du Cndd-Fdd et le Hcr ne leur facilite pas la tâche quand elles veulent rentrer au pays.

Selon toujours Evariste Ndayishimiye, le Hcr confirme l’information comme quoi des jeunes sont extraits de ces réfugiés pour qu’ils reçoivent des armes alors que les lois qui régissent les réfugiés sont claires, pas de politique, pas d’armes pour les réfugiés et pas d’empêchement pour celui ou celle qui veut rentrer.

Burundi - Anniversaire

Les accords d’Arusha soufflent leur 17ème bougie

Bujumbura, le 28 août 2017 (Net Press) . C’était le 28 août 2000 quand les politiciens du Burundi, de la mouvance comme de l’opposition, ont signé les accords d’Arusha pour la paix et la réconciliation que des Burundais venaient de négocier pendant plusieurs années. Les pourparlers, sous la médiation de Julius Nyerere, ancien président de la Tanzanie, se sont poursuivis sous la houlette de Nelson Mandela, alias Madiba, ancien et premier président noir de l’Afrique du Sud postapartheid.

Ces négociations avaient été parrainées par ailleurs par toute la communauté internationale, en témoigne la présence à Arusha du président des Etats-Unis d’alors, Bill Clinton, admirateur de Nelson Mandela. Même les autres pays des cinq continents étaient représentés à ce rendez-vous historique car ils voulaient assister à cet accord où les Burundais venaient de se réconcilier avec eux mêmes.

Les accords d’Arusha eurent un impact très positif dans le domaine de la sécurité et du partage des postes administratifs. Cinq ans plus tard, en 2005, c’étaient des élections apaisées et transparentes sous la supervision du professeur Paul Ngarambe, à l’époque président de la commission électorale nationale indépendante.

Mais à partir de 2015, les politiciens ont commencé à interpréter différemment la constitution, car le président Nkurunziza estimait qu’il avait été élu une fois au suffrage universel, ce que contestaient les autres politiciens de l’opposition qui brandissaient les articles 302 et 96 de la constitution, elle-même issue des accords d’Arusha.

Aujourd’hui, nous sommes à une période où chacun interprète à sa manière les accords d’Arusha en fonction de ses intérêts personnels qu’il vise. Mais là où le problème se pose avec acuité, les Burundais n’ont plus les hommes de la stature de Julius Nyerere décédé le 14 octobre 1999 ou de Nelson Mandela, décédé 14 ans plus tard, le 5 décembre 2013, pour "discipliner" les politiciens burundais.

Burundi - Droits de l’Homme

La campagne Sos-Torture publie son rapport hebdomadaire n° 89

Bujumbura, le 28 août 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 19 au 26 août 2017 et concerne les violations des droits de l’homme dans ce pays. Pour ce rapport, au moins 7 personnes ont été assassinées, dont une veuve froidement exécutée et jetée dans la rivière Jiji de la province de Bururi.

Cette victime, Noëlla Masabarakiza, n’a été identifée par ses proches que 4 jours après la découverte de son corps, selon toujours le rapport. Près de neuf personnes ont été blessées, certaines sont victimes d’attaques à la grenade au moment où trois enfants ont été blessés par une grenade qu’ils manipulaient comme jouet.

Il évoque également 6 arrestations arbitraires dans différentes localités, dont un technicien anesthésiste arrêté sur ordre du gouverneur de Makamba (sud du pays). Cet homme a aussi été victime d’une justice expéditive, du fait qu’ il a été condamné à 13 ans de prison 24 heures après son arrestation, et suivant la fameuse procédure de flagrance.

Le rapport tient à souligner que la procédure faite par le tribunal de Grande Instance de Makamba était illégale car la personne a été arrêtée par une personne qui n’a pas les prorogatives mais aussi les exigences des articles 110 et 208 du code de procédure pénale qui parlent des conditions nécessaires pour l’application de la procédure de flagrance ont été violées.

Les miliciens Imbonerakure, jeunes du parti Cndd-Fdd continuent à commettre impunément des violations des droits de l’homme. Au moins six 6 ont été passées à tabac par les miliciens sur différentes collines de la province Ruyigi (Est du pays) sans que la police intervienne. Il évoque enfin les conditions sécuritaires précaires des réfugiés burundais du camp de réfugiés de Lusenda, en République démocratique du Congo.

Burundi - Usa – Politique

La Californie sous le seuil d’une arrestation massive

Sacramento, le 28 août 2017 (Net Press) . Suite aux affrontements entre les partisans du président américain Donald Trump et ses opposants, la police californienne a procédé à une vague d’arrestations ce dimanche soir à des milliers d’opposant de Trump. Les manifestants ont scandé des slogans contre Trump, tels que « Non à Trump », « Non à l’Amérique fasciste », et « Nazis, retournez chez vous ».

Le journal américain « Los Angeles Times » a indiqué, lundi, que « des milliers d’opposants à Trump se sont rassemblés dans le Parc Martin Luther King dans la ville de Berkeley dimanche soir, et ont scandé des slogans appelant à se lever contre la haine ».

Les protestations ont eu lieu simultanément à une manifestation pro-Trump, sous le slogan « Contre le Marxisme en Amérique », mais le nombre des opposants de Trump a largement dépassé celui de ses partisans, selon le même journal.

Il a indiqué que « les protestations étaient au début pacifique mais elles ont vite donné lieu à des affrontements violents entre les deux parties, ce qui a nécessité l’intervention des forces de la police pour séparer les manifestants avec du gaz lacrymogène ».

Selon le journal, la police a lancé une campagne d’arrestation à la suite des affrontements et a arrêté 14 personnes. La police américaine a lancé une vaste campagne d’arrestations à la suite des affrontements déclenchés entre les partisans du président américain Donald Trump et des milliers d’opposants, dans l’Etat de Californie (ouest), dimanche soir. Selon le journal, la police a lancé une campagne d’arrestation à la suite des affrontements, et a arrêté 14 personnes.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur