Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

19 septembre 2017

Bujumbura, le 19 septembre 2017 (Net Press) . Très tôt ce matin, vers 4 heures moins cinq minutes, des tirs à l’arme automatique ont été entendus dans la zone de Kinindo, dans le quartier de Kibenga. Les habitants de ce coin indiquent que ce serait des policiers qui faisaient la patrouille et qui poursuivaient des cambrioleurs.

Les mêmes habitants indiquent cependant que les militaires ou les policiers professionnels n’utilisent jamais leurs armes à la moindre vue d’un ennemi comme ils le disent dans leur jargon. Une hypothèse qui a rencontré plus de convergence est que ceux qui patrouillaient pourraient être des Imbonerakure comme cela se fait dans d’autres zones et quartiers de la capitale.

L’on saura que cela fait sept jours que la famille de Léopold Habarugira, trésorier de l’Upd Zigamibanga non reconnu par le ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, ne sait pas toujours où il se trouve après être enlevé par des gens non encore identifiés. Cet homme âgé de 54 ans était parmi les rares politiciens de l’opposition radicale qui sont restés au pays.

Burundi - Onu - Droits de l’homme

Genève devient un terrain d’attaques frontales des Burundais

Genève, le 19 septembre 2017 (Net Press) . C’est aujourd’hui que les experts de l’Onu qui ont enquêté sur le Burundi doivent présenter leur rapport définitif à la 36ème session de conseil des droits de l’homme. Bujumbura qui s’est senti ciblé lors de la publication de ce document en date du 4 septembre dernier, a décidé de se lever et de faire tout ce qui est en son pouvoir pour qu’il ne soit pas validé.

Ainsi, des visites dans des chancelleries européennes ont été prévues par la partie gouvernementale, dont celle de Willy Nyamitwe, conseiller principal à la présidence de la République en matière de communication, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du président Nkurunziza, dans les capitales française et suisse pour y apporter son contre rapport.

Selon le journal "LE MONDE" du 18 septembre, à la veille de la présentation du rapport sur les crimes contre l’humanité commis au Burundi, le conseiller du président Nkurunziza était en visite à Paris pour son contre-rapport. Selon ce journal, lors d’une conférence de presse de ce samedi 16 septembre à Paris, le conseiller du président Nkurunziza a préféré dire qu’il n’y a pas de guerre au Burundi.

Pourtant, il doit faire face à un rapport d’enquête qui parle des exécutions, des arrestations arbitraires, des tortures, des violences sexuelles, des traitements cruels, des disparitions forcées et pire pour lui, la commission a appelé la cour pénale internationale (Cpi) à se saisir du dossier. Le Burundi s’étant retiré du traité de Rome qui a créé la juridiction internationale, celle-ci a jusqu’au 26 octobre pour ouvrir une enquête.

Willy Nyamitwe avance un cas d’un bus brûlé, un Imbonerakure lynché par des opposants, une grenade, l’ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse, participant à une marche de la paix, etc. Il pense qu’il est raisonnable de préparer les élections de 2020 même si, selon toujours notre confrère, Willy Nyamitwe affirme que le président Nkurunziza ne veut pas être président à vie.

Un autre qui s’active est Jacques Bigirimana, président du Fnl pro Cndd-Fdd, qui va jusqu’à parler des relations intimes entre le président de la commission d’enquête et’une Burundaise qu’il n’a pas voulu citer. Il parle des relations entre cette femme et l’ancien président Pierre Buyoya, ce qui expliquerait pourquoi il y a tendance à rédiger ce rapport dans ce sens.

D’un autre côté, il y a également à Genève la présence des associations de la société civile en exil ainsi que le collectif des victimes et parties civiles "Justice for Burundi". Ce dernier indique qu’il prend acte des efforts de lobbying du gouvernement burundais pour bloquer toute suite au rapport rendu public le 4 septembre à propos du Burundi et qui doit être présenté devant le conseil des droits de l’homme. Il s’insurge contre ces manœuvres de dernière minute.

Sur un ton plutôt autoritaire, il rappelle que personne, ni Etat, ni organisation, ni institution quelconque, ne peut déposséder ses mandants le droit à accéder à la justice. Pour ce collectif, le lobbying de certains dirigeants burundais cherche à éviter l’émergence d’un processus d’enquête et judiciaire fiable

Les familles rappellent solennellement qu’elles ont souffert dans leur chair et dans leur vie affective des innombrables crimes commis. Les faits dont elles ont souffert et qui ont été décrits à la commission d’enquête sont incontournables. Par ailleurs, les crimes commis sont imprescriptibles et jamais les familles ne renonceront à ce que justice soit rendue.

Pour le collectif, "l’argument du panafricanisme agité par ses détracteurs est une trahison du mouvement panafricain". Tous les membres du collectif réaffirment leur attachement au mouvement panafricain. Les pères du mouvement - Sankara, Lumumba, Mandela, Nyerere, Rwagasore, …- n’auraient jamais permis que les dirigeants d’un pays pillent, torturent, tuent, enlèvent, violent, … leurs propres frères et sœurs. Ce sont les oppresseurs qui s’adonnent aux crimes contre l’humanité, pas ceux qui luttent pour l’émancipation radicale du continent africain.

L’Union européenne a un passé colonial. Tous, nous en sommes conscients et cette question laisse des blessures vives dans l’histoire des relations entre les peuples. Mais l’enjeu de la crise actuelle, ce n’est pas le passé colonial, c’est le présent criminel, estime le collectif. Le collectif n’aurait pas demandé mieux que la justice soit immédiatement exercée au Burundi et en Afrique car c’est là que la justice est attendue le plus fortement.

Mais à ce jour, au Burundi, pas un seul criminel lié à l’appareil d’état n’a été traduit en justice pour crime contre l’humanité. Pas un seul. Est-ce que l’effectivité de la justice signifie désormais l’absence de justice ?

Autant de questions que le collectif se pose avant d’affirmer que l’Afrique n’appartient pas aux auteurs de crimes contre l’humanité et ceux-ci n’ont aucunement le droit de confisquer la parole sur le devenir de ce continent. L’Afrique appartient aux peuples d’Afrique. A titre de rappel enfin, le collectif est composé des avocats Armel Niyongere, Bernard Maingain, Lef Forster, Lambert Nigarura et Alain Detheux.

Burundi - Droits de l’homme

La ligue Iteka publie son bulletin hebdomadaire n°76

Bujumbura, le 19 septembre 2017 (Net Press) . Il couvre la période du 11 au 17 septembre 2017 et évoque des allégations de violations et des violations des droits de l’Homme enregistrées sur cet espace. Au moins 16 personnes ont été tuées dont 9 cadavres, 2 enlevées, 7 torturées, 16 arrêtées arbitrairement et 1victime de violences basées sur le genre. Le phénomène de cadavres continue à se manifester dans plusieurs endroits du pays et aucune enquête n’est diligentée, ce qui est très inquiétant.

Des jeunes Imbonerakure affiliés au parti Cndd-Fdd au pouvoir, des agents du Snr, des policiers et des administratifs sont pointés du doigt comme étant les auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Ce bulletin relève des cas d’assassinats, d’enlèvements, de tortures et d’arrestations arbitraires dont sont victimes des présumés opposants du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza.

Des membres des partis de l’opposition, en l’occurrence ceux du Fnl, aile d’Agathon Rwasa et ceux de l’Upd-Zigamibanga ont été une cible privilégiée de la répression organisée par le régime de Bujumbura. Le bulletin s’insurge contre l’impunité des crimes qui est accordée aux proches du parti Cndd-Fdd.

Des membres de ce parti impliqués dans différents crimes jouissent de l’impunité avec une complicité affichée des pouvoirs publics. Ce bulletin émet des recommandations qui sont dirigées à l’endroit du Gouvernement du Burundi pour le changement de la situation précaire des droits de l’Homme dans le pays.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur