Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité7 octobre 2017
|La province de Rumonge de plus en plus citée dans divers crimes

Burundi - Sécurité6 octobre 2017
|Fouille-perquisition dans la prison de Rumonge, divers articles saisis

Burundi - Sécurité5 octobre 2017
|Un fusil trouvé dans une brousse dans la province de Rumonge

Burundi - Sécurité4 octobre 2017
| Un véhicule des militaires burundais en Somalie endommagé

Burundi - Sécurité3 octobre 2017
|Un vieil homme tué au couteau dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité 2 octobre 2017
|Quand l’insécurité refait surface dans la zone Cibitoke

Burundi - Manifestation30 septembre 2017
|Bujumbura dans la rue pour dénoncer et remercier en même temps

Burundi - Energie29 septembre 2017
|Le manque de courant électrique déstabilise la capitale

Burundi - Sécurité 28 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Gitega

Burundi - Sécurité27 septembre 2017
|Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

Burundi - Sécurité 26 septembre 2017
|Une personne tuée à Matana

Burundi - Sécurité 25 septembre 2017
|Le pays toujours en face de l’insécurité grandissante

Burundi - Sécurité 23 septembre 2017
|L’insécurité augmente d’un cran au Nord-Ouest du pays

Burundi - Sécurité 22 septembre 2017
|Des corps sans vie trouvés dans la capitale et au sud du pays

Burundi - Sécurité - Intempérie21 septembre 2017
|Va-t-on vers les catastrophes naturelles des pays occidentaux ?

Burundi - Sécurité20 septembre 2017
|Dix-sept adolescents arrêtés dans la province de Rutana

Burundi - Sécurité19 septembre 2017
|Des tirs à l’arme automatique entendus par les habitants de Kibenga

Burundi - Sécurité18 septembre 2017
|Un père tue ses propres enfants dans Bujumbura rural

Burundi - Kenya - Sécurité16 septembre 2017
|Les 4 Burundais attrapés à Isiolo emprisonnés à Nairobi

Burundi - Sécurité 15 septembre 2017
|Pour avoir sauvé une vie en danger, ils sont sous les verrous

Burundi - Sécurité14 septembre 2017
|La police change de langage à propos de l’enlèvement d’un opposant

Burundi - Sécurité 13 septembre 2017
|Un proche de Hussein Radjabu interpellé

Burundi - Sécurité12 septembre 2017
|Attaque armée dans Bujumbura rural

Burundi - Sécurité11 septembre 2017
|Des personnes arrêtées par des Imbonerakure au Sud du pays

Burundi - Manifestation9 septembre 2017
|Le pouvoir encore une fois dans la rue pour manifester contre un rapport de l’Onu

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Insécurité dans le pays, insécurité dans les pays voisins

27 septembre 2017

Bururi, le 27 septembre 2017 (Net Press) . Selon des informations en provenance du Sud du pays, plus précisément dans la commune de Rutovu de la province méridionale de Bururi, qui viennent de parvenir à la rédaction, un homme du nom de Melchiade Ntahomvukiye a été retrouvé mort pendu dans sa maison située sur la colline Kajondi.

Malgré que cette mort soit annoncée à la police par son épouse, elle la soupçonne d’être à l’origine de ce décès. Pour cela, elle la recherche activement pour des enquêtes afin que les vrais mobiles de son assassinat soient connus. Feu Melchiade Ntahomvukiye exerçait le métier de pêcheur dans la province de Rumonge.

Chez notre grand voisin de l’Ouest, la situation n’est pas mieux. Les Burundais réfugiés dans le camp de Lusenda, plus ou moins 30.000, sont très inquiets pour leur sécurité. En effet, ils entendent des tirs nourris, à une douzaine de kilomètres de l’endroit où ils se trouvent, dans une guerre qui oppose les Mai Mai aux Fardc, forces armées de la République démocratique du Congo.

Ces hostilités qui se déroulent actuellement dans la localité de Mboko au Sud Kivu ont commencé ce dimanche 24 septembre 2017 au moment où les rebelles des Mai Mai ont pris d’assaut cette localité. Le Hcr tente de les rassurer car des militaires de la Monusco, des militaires Fardc et des policiers veillent sur ce camp. Ils ont déjà encerclé le camp et bloqué tout passage vers l’entrée.

Dans ses récentes livraisons, la rédaction avait indiqué qu’il y a intention de déménager les réfugiés rescapés de Kamanyola pour un autre espace, probablement à Fizi. Ces derniers sont d’ores et déjà inquiets pour leur sécurité car le nouvel endroit envisagé ferait partie des terrains d’affrontements entre les Mai Mai et les Fardc.

Burundi - Assainissement

La société BCCO de plus en plus critiquée dans la capitale

Bujumbura, le 27 septembre 2017 (Net Press) . Certains clients de la compagnie de nettoyage BCCO indiquent que cette société peut passer plusieurs jours, voire un mois sans se présenter pour dégager les ordures, une critique que les autorités de cette compagnie reconnaissent parfaitement.

Il semble que le problème de véhicules qui tombent souvent en panne est le facteur principal de cette mauvaise prestation. Quand un véhicule n’est pas fonctionnel, l’endroit où il devait aller évacuer les immondices n’est pas servi dans ces circonstances. Les zones qui se plaignent le plus sont Gihosha, Carama, Ngagara et Cibitoke. Cependant, les mêmes responsables de BCCO promettent une amélioration de leur service dans un futur proche.

La société BCCO, sans concourir, avait eu le monopole de traiter les ordures de toute la capitale au détriment de 18 autres sociétés qui faisaient le même travail et qui, malgré tout, ne parvenaient pas à satisfaire aux besoins de toute la mairie. L’Ombudsman Edouard Nduwimana avait ouvertement manifesté son opposition à ce monopole de fait et avait proposé qu’il y ait concurrence loyale entre sociétés qui veulent travailler dans ce secteur, ce qui risque de se faire dès le mois prochain, selon des déclarations du maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa.

Burundi - Rwanda - France - Diplomatie

Vers la normalisation des relations entre Paris et Kigali ?

Kigali, le 27 septembre 2017 (Net Press) . Selon des informations concordantes, les députés français et rwandais devraient s’entretenir en toute discrétion dans la capitale rwandaise Kigali. Cette décision a été prise lors du tête-à-tête entre les présidents Macron et Kagame à New York lors de l’assemblée générale de l’Onu, le 18 septembre 2017.

Selon les mêmes informations, cette rencontre aura lieu au début du mois prochain et visera à redémarrer les relations entre les deux pays qui étaient tendues depuis le génocide de 1994. L’on notera que jusqu’à présent, la France n’avait pas d’ambassadeur à Kigali, le Rwanda ayant refusé la personne qui y était affectée.

Selon le journal "Jeune Afrique", lors de l’entretien de deux présidents, les discussions se sont orientées sur la direction de l’Union africaine qui va revenir au président Paul Kagame à partir de janvier de l’année prochaine. Les deux leaders se sont résolus à se voir chaque fois que de besoin sans devoir passer par des intermédiaires.

Signalons qu’en dates des 13 et 14 octobre, une réunion sur la paix et la sécurité en Afrique se tiendra à Dakar au Sénégal. Le président Paul Kagame a été invité par son homologue sénégalais à y prendre part. Et au cas où Paul Kagame accepterait cette invitation, "Jeune Afrique" trouve que ce serait une autre forme de rapprochement entre la France et le Rwanda car cette réunion sera dirigée conjointement par le Sénégal et la France.

Signalons enfin que lors du génocide au Rwanda de 1994, le parti socialiste était aux affaires et Paul Kagame avait affiché ouvertement son hostilité à la France de François Mitterrand. Passées quelques années, le parti de droite a dirigé la France mais le Rwanda ne l’a pas trouvé mieux, ce qui l’avait déçu davantage. Pour le moment, il est venu un jeune président qui a su bousculer la gauche et la droite à la fois en créant une tendance originale, d’où le Rwanda de Paul Kagame voudrait collaborer avec les nouvelles autorités françaises pour voir s’il peut en tirer quelque chose de positif pour son pays. Et si le Rwanda et la France pouvaient tourner la page ensemble, qui s’en plaindrait ?

Burundi - Rdc - Droits de l’Homme

L’Onu fabrique un rapport accablant pour le pays de Kabila

Kinshasa, le 27 septembre 2017 (Net Press) . Selon le site de Rfi, le conseil des droits de l’homme des Nations unies s’est réuni mardi 26 septembre à Genève, avec au programme le rapport annuel sur la situation des droits de l’homme en Rdc. Une déclaration dure, accablante même pour les autorités de Kinshasa, directement mises en cause pour les vagues de répression meurtrières menées dans le pays. Les forces de sécurité et les donneurs d’ordres sont pointés du doigt.

« Peu de choses ont été faites pour mener des enquêtes crédibles, impartiales et indépendantes sur les graves violations des droits de l’homme commises par les forces congolaises de défense et de sécurité » dans le Kasaï. Le conseil des droits de l’homme des Nations unies regrette que Kinshasa ne se soit pas saisi des informations transmises au sujet des 87 fosses communes recensées dans le Kasaï, et que l’action des forces congolaises, avec un usage jugé « disproportionné » de la force, ait conduit à « l’une des pires crises humanitaires du monde » : 5 000 morts et 1,6 million de déplacés et réfugiés en un an, selon l’organe onusien.

Maman Sidikou, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies et chef de la mission onusienne en Rdc (Monusco), a demandé la mise en œuvre de procédures judiciaires. « L’impunité chronique ne fait qu’encourager la violence », a-t-il souligné. « Des mesures fortes seront requises, a-t-il poursuivi, de la part du gouvernement afin de traduire en justice les éléments des groupes armés, de la police nationale et des Fardc impliqués dans des violations des droits de l’homme, y compris ceux ayant des responsabilités à tous les niveaux de la chaîne de commandement. Mettre fin à l’impunité doit être une priorité pour le gouvernement congolais et la communauté internationale. »

Les violences dans le Nord et le Sud-Kivu ou dans la région du Tanganyika sont également citées, perçues comme une conséquence de l’instabilité politique entretenue par les autorités de Kinshasa.

« Manque de volonté politique »

Car pour la commission des droits de l’homme, ce qui a été mis en place à l’issue du dialogue national de décembre dernier, est « l’antithèse » de l’accord signé, avec une répression systématique des opposants politiques, des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes. Les prisonniers politiques devaient être libérés ? Leur nombre a triplé, accuse le conseil. Le report incessant de l’annonce d’une date pour les élections promises ? Un « manque de volonté politique », pointe enfin l’instance onusienne qui estime que Kinshasa ne souhaite pas « réellement poursuivre un processus démocratique pacifique ».

« Le tableau brossé sur les droits de l’homme dans mon pays est tellement sombre que l’on donne l’impression qu’il n’y a plus d’espace pour respirer en République démocratique du Congo, a réagi la ministre congolaise des Droits humains, Marie-Ange Mushobekwa. Et pourtant, on y respire, on y exerce des activités économiques, des enfants vont à l’école, les ONG exercent leurs activités, et même près de 600 partis politiques et une soixantaine de chaînes de télévision fonctionnent en toute liberté. »

Sur la situation politique et sécuritaire, la ministre précise que « l’accord du 31 décembre 2016 est en train d’être mis en œuvre ». Et rappelle que le président Kabila a confirmé à l’Assemblée générale de l’ONU que « les élections auront bel et bien lieu. Mais ça sera, ajoute-t-elle, sans interférences étrangères. »

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.

Burundi - Parti Politique7 février 2014
|Lettre de l’Honorable Bonaventure Niyoyankana au Ministre de l’Intérieur