Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité - Confessions Religieuses10 janvier 2018
|Requête de sécurité pour une délégation des évêques en visite au Burundi

Burundi - Sécurité 9 janvier 2018
|Patrick Giramahoro, un journaliste de la Rtnb arrêté à Jabe

Burundi - Sécurité8 janvier 2018
|La police met la main sur plusieurs criminels

Burundi - Sécurité6 janvier 2018
|Deux personnes tuées à la frontière burundo-tanzanienne

Burundi - Sécurité 5 janvier 2018
|Une découverte d’un nourrisson sans vie à Rumonge

Burundi - Sécurité 4 janvier 2018
|Quatre présumés malfaiteurs ont été interpellés à Musaga

Burundi - Rdc - Sécurité 3 janvier 2018
|Un refus de collaboration suivi de la suspension de l’aide par le Hcr

Burundi - Sécurité 2 janvier 2018
|Les proches d’Agathon Rwasa en phase d’arrestations systématiques

Burundi - Nouvel An1er janvier 2018
|Bonne année : passage d’une année à l’autre sans enthousiasme

Burundi - Sécurité 30 décembre 2017
|Une policière tuée par son domestique

Burundi - Sécurité29 décembre 2017
|Un jeune Imbonerakure trouve la mort dans la province de Muyinga

Burundi - Sécurité28 décembre 2017
|Kiremba : pour n’avoir pas donné à manger, une mère a été assassinée par son fils

Burundi - Justice27 décembre 2017
|Un administratif accusé de « viol » sous les verrous

Burundi - Sécurité 26 décembre 2017
|Et quand la charité commence ailleurs !

Burundi - Sécurité25 décembre 2017
|Un véhicule se renverse dans les hauteurs de Bujumbura

Burundi - Sécurité 23 décembre 2017
|Au-delà des arrestations !

Burundi - Médias - Sécurité22 décembre 2017
|Où peut-il être 17 mois plus tard ?

Burundi - Australie - Sécurité21 décembre 2017
|Un Burundais meurt noyé en Australie

Burundi - Sécurité20 décembre 2017
|Un élève arrêté dans Bujumbura rural pour vol d’arme à feu

Burundi - Sécurité19 décembre 2017
|Des militants proches d’Agathon Rwasa arrêtés

Burundi - Sécurité18 décembre 2017
|Un militaire tanzanien trouve la mort sur le sol burundais

Burundi - Politique 16 décembre 2017
|L’après Nkokora !

Burundi - Sécurité15 décembre 2017
|Deux personnes fauchées par la police dans Bubanza

Burundi - Sécurité14 décembre 2017
|Quand la justice populaire parle d’elle même

Burundi - Politique13 décembre 2017
|Spécial "Journée du 12 décembre !"

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Quand la justice populaire parle d’elle même

14 décembre 2017

Bujumbura, le 14 décembre 2017 (Net Press) . Un présumé voleur que la population de Kanyosha présente comme un homme qui sillonnait le quartier de Nkenga–Busoro de ladite zone avec des bandes de malfaiteurs armés de machettes, a été tué ce jeudi 14 décembre à l’aube par la population alors qu’il s’apprêtait à escalader les murs d’une maison. Des sources sur place indiquent que d’autres malfaiteurs armés de machettes sont parvenus à prendre le large.

Toujours dans la même contrée du sud de la capitale, deux personnes de la commune Kabezi, province Bujumbura rural, accusées de sorcellerie, ont été sérieusement tabassées par la population avant de mourir à l’hôpital. D’après nos sources, une des victimes faisait du chantage qu’il a tué son fils ce lundi le 11 décembre 2017 et l’autre est accusée par la population de cette entité d’avoir aidé l’auteur dans ce crime.

La police et l’administration locales conseillent la population de ne pas se faire justice et annoncent que les enquêtes sont en cours pour connaitre les auteurs de ce crime. Pour rappel, Gabriel Basita, âgé de 60 ans, originaire de la colline Kirambi en province de Ruyigi, a été tué pour le même motif et un certain Jean Nsekambabaye de la commune de Bugenyuzi, accusé de la même infraction, a été sauvagement tué et son corps brûlé.

Dans la même foulée, Jean Claude Ntiranyibagira, agé de 20 ans, élève de la seconde lettres modernes au lycée communal de Kirundo, commune Bugarama, province de Rumonge, accusé d’avoir assassiné son père Jean Bosco Mudari à l’aide d’une machette, a été condamné à 20 ans de servitude pénale ferme dans un procès de fragrance qui a eu lieu ce mercredi 12 décembre 2017. L’intéressé affirme qu’il a commis ce crime involontairement lorsqu’il a voulu sauver sa sœur qui était sérieusement tabassé par son père.

Des militaires accusés par le ministère public de commanditer l’attaque du camps de Mukoni, d’atteinte à la sécurité nationale et de possession illégale d’armes, de faciliter l’évasion des présumés putschistes du 13/12/2015, de faciliter les groupes armés à attaquer le Burundi, ce dernier a requis ce mercredi le 13 décembre 2017 à une peine de perpétuité par le tribunal de grande instance de Mukaza en itinérance a Ngozi.

Burundi - Economie

Le financement des élections vivement critiqué

Bujumbura, le 14 décembre 2017 (Net Press) . Lors de la plénière à l’assemblée nationale, sur le vote de la loi budgétaire de 2018, une large majorité des membres de la chambre basse du parlement burundais critique ouvertement le financement des élections de 2020. Une large majorité des députés présents, ont demandé au ministre des finances, Domitien Ndihokubwayo, si le financement des élections est une décision règlementaire.

Ils estiment plutôt que dans le domaine de la loi, celle-ci devrait être soumise à deux chambres du parlement burundais pour abrogation. Le premier vice-président de l’assemblée nationale et président du Fnl non reconnu par Bujumbura, Agathon Rwasa, ne mâche pas ses mots en soulignant que l’ordonnance portant contribution aux élections de 2020 ne tient pas compte des réalités socio-économiques. D’autres soulignent que le budget de fonctionnement 2018 devrait inclure le budget alloué au financement des élections de 2020 pour ne pas déranger la population burundaise en extrême pauvreté, surtout que le gouvernement ne veut même pas mettre au clair le montant qu’il faut pour préparer les échéances électorales de cette période.

Une opinion de Bujumbura trouve que le gouvernement devrait réduire considérablement le budget de consommation en achetant des belles voitures luxueuses et chères et de réduire les missions des officiels à l’extérieur du pays pour l’autofinancement des élections de 2020, mais aussi orienter le financement intérieur dans le domaine utile à la population burundaise telles que la santé, l’éducation, l’agriculture, etc.

Burundi - Economie

L’argentier du gouvernement demande l’adoption d’une politique d’austérité

Bujumbura, le 14 décembre 2017 (Net Press) . Au cours de l’adoption du budget de fonctionnement, édition 2018, qui s’élève à 1338,1 milliards, une loi qui a été votée par les députés à hauteur de cent pour cent, le ministre des finances lance un appel à l’opinion burundaise de se doter de la politique d’austérité.

Répondant aux questions orales des parlementaires, le ministre des finances, Domitien Ndihokubwayo, indique que le gouvernement a prévu une majoration de 71,3 milliards sur les 518 milliard prévus. Domitien Ndihokubwayo affirme que lors de la confection de ce budget, les domaines de la santé, de l’éducation, de l’énergie et des mines, de l’agriculture et élevage et les corps de la défense et de sécurité ont été les domaines prioritaires.

Burundi - Communication

Qui a intérêt à une fausse alerte sur les réseaux sociaux ?

Kigali, le 14 décembre 2017 (Net Press) . Une rumeur circule depuis ce matin que le journaliste professionnel Innocent Muhozi a rendu son âme dans un hôpital de Kigali. Nus apprenons que non seulement cela est un mensonge, mais également Innocent Muhozi est bien portant, ne souffrant d’aucune maladie jusqu’à présent.

Un message de démenti apparaît également et indique que c’est pur mensonge ayant une connotation morose non encore élucidée. Mais au-delà de cette annonce de mauvais goût, tout le monde sait qu’Innocent Muhozi est un homme mortel et qui devra un jour embrasser l’au-delà, comme par ailleurs chaque créature humaine qui vit sur cette terre. Il devient donc incompréhensible qu’une personne s’amuse à annoncer la mort des autres car, s’il advenait même qu’il meure, il boucherait sa propre tombe, laissant ouverte celle de celui ou celle qui fêterait la disparition circonscrite uniquement dans son imaginaire.

Burundi - Usa - Politique

Quand les scandales sexuels tournent vers le calvaire au pays de Donald Trump

Washington, le 14 décembre 2017 (Net Press) . Quatre sénateurs du congrès américain, dont notamment Rachel Crooks, Jessica Leeds, Samantha Holvey, ont accusé ouvertement le président américain, Donald Trump, d’avoir, dans le passé, trempé dans une affaire de harcèlement sexuel et demandent au sénat américain d’ouvrir un processus de sa destitution.

La Maison Blanche rejette en bloc ces accusations, qu’il qualifie mensongère

Pour rappel, dix sénateurs du congrès américain accusés de scandale de violence sexuelle ont déjà remis leurs tabliers. Dans la même foulée, la défaite en Alabama divise profondément le camp républicain. Au sein du parti républicain, on s’interroge comment ils ont pu perdre dans un état historiquement acquis depuis 1992, une large majorité des Républicains renvoie la balle a Steven Bannon, l’ex-conseiller de Donald Trump qui l’aurait poussé à soutenir Roy Moore malgré le scandale sexuel qui l’éclabousse. Cette crise met au jour les tensions au sein du parti présidentiel entre deux camp : d’un côté la ligne identitaire, de l’autre, celle plus institutionnelle.

Tout a commencé lorsque l’ex conseiller du président américain Steve Bannon, qui l’aurait, selon les médias américains, incité à soutenir l’ultraconservateur Roy Moore malgré les accusations d’agressions sexuelles de neuf femmes contre lui et alors que le président avait soutenu son rival pendant la primaire. ».

Deuxième défaite électorale

Après les accusations d’attouchements sexuels, la plupart des ténors républicains avaient retiré leur soutien à Roy Moore. Steve Bannon qui cherche à jouer la base du parti contre sa direction sort donc fragilisé de cette déroute en Alabama d’autant qu’il s’agit de la deuxième défaite d’un candidat ayant reçu son soutien après celle d’Ed Gillepsie en Virginie en novembre.

Sur CNN, Peter King, élu républicain de New York, n’a pas mâché ses mots contre l’ancien stratège présidentiel « cet homme qui a l’air d’un poivrot, n’a pas sa place sur la scène politique nationale ».

Donald Trump préfère insister sur sa réforme fiscale

La défaite des républicains en Alabama marque un sérieux coup dur pour Donald Trump qui voit sa majorité au Sénat réduite. Mais le président américain a préféré insister sur ce qui sera peut-être sa première victoire : sa réforme fiscale, une de ses promesses de campagne. Les chefs de file des Républicains des deux chambres du Congrès se sont finalement mis d’accord sur un texte qui doit être voté la semaine prochaine. Donald Trump s’en est félicité, ce mercredi 13 décembre, et il a insisté sur l’impact de ce cadeau fiscal sur les familles, lui qui est accusé de faire des cadeaux aux entreprises.

Burundi - France - Justice

L’hégémonie Compaoré accablé par la justice dans l’affaire Norbert Zongo

Paris, le 14 décembre 2017 (Net Press) . Entendu par la justice française le 13 décembre, le frère de l’ancien président burkinabè a refusé d’être remis aux autorités judiciaires de Ouagadougou. Le dossier a été renvoyé au 7 mars 2018. Le frère de l’ancien président du pays des hommes intègres, Francois Compaore, accusé d’être derrière l’assassinat du journaliste bourkinabe Norbert Zongo, tué alors qu’il s’apprêtait à enquêter sur l’assassinat du chauffeur de Francois Compaoré, David Ouédraogo, a été arrêté le 29 octobre 2017 à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle avant d’etre placé sous contrôle judiciaire. Il a été entendu le 13 décembre dernier par la cours d’appel de Paris, selon un communiqué du ministère burkinabè de la Justice.

Cette audience intervient dans le cadre de la demande d’extradition déposée par Ouagadougou auprès des autorités françaises. « À la question de savoir, comme la procédure l’exige, s’il consentait à être remis aux autorités judiciaires du Burkina Faso pour y être jugé, M. Paul François Compaoré a répondu « Non ». Le dossier a alors été renvoyé au 7 mars 2018 », poursuit le communiqué.

Interrogé au sujet de cette procédure dans le cadre de sa visite à Ouagadougou, le 28 novembre, le président français, Emmanuel Macron, tout en précisant que « la justice française est indépendante », avait assuré ne pas douter « que la réponse à la demande d’extradition sera favorable ». Une issue que souhaite également le président burkinabè, Rock Marc Christian Kaboré.

Les avocats de François Compaoré, quant à eux, doutent du succès de la procédure, notamment du fait que, bien qu’elle n’ait pas été appliquée depuis des années, la peine de mort est toujours en vigueur au Burkina.

François Compaoré, qui était visé par un mandat d’arrêt international depuis le 5 mai, est accusé d’« incitation à assassinat » suite à la mort de Norbert Zongo, directeur de publication de l’hebdomadaire L’Indépendant, et trois de ses compagnons, le 13 décembre 1998. Le journaliste enquêtait à l’époque sur la mort de David Ouédraogo, le chauffeur de François Compaoré.

Une commission d’enquête indépendante (CEI) instaurée sous la pression populaire a établi quelques mois plus tard que le journaliste avait été tué « dans le cadre de l’exercice de ses fonctions », mais le dossier est longtemps resté dans les tiroirs, avant d’être rouvert à la faveur de la chute de Blaise Compaoré fin octobre 2014.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))

La commémoration du centenaire de la 1ère guerre mondiale 1914-1918.6 août 2014
|Au delà des limites de notre patience !!!

Administration5 août 2014
|Petite note sur l’arrêté n°1 du 10/6/2014

Opinion28 juillet 2014
| J’OBSERVE ET J’ACCUSE :

Section UPRONA en Belgique : Conférence publique24 mars 2014
|Gouvernance démocratique au Burundi : défis et propositions de solutions.