Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi –Sécurité 11 juin 2018
|Deux personnes tuées, vingt autres blessées suite à une attaque à la grenade

Burundi - Sécurité9 juin 2018
|Les Batwa arrêtés avant qu’ils ne se fassent justice

Burundi - Sécurité 8 juin 2018
|Une personne tuée à Ngagara

Burundi - Politique7 juin 2018
|Le président de la République promulgue la nouvelle constitution

Burundi - Sécurité 6 juin 2018
|Une personne enlevée et porté disparu à Ngozi

Burundi - Sécurité5 juin 2018
|Des musulmans emprisonnés pour rébellion

Burundi - Sécurité4 juin 2018
|Une famille pratiquement exterminée au Nord du pays

Burundi - Sécurité2 juin 2018
|Trente-cinq Burundais fuient chaque jour, selon le Hcr !

Burundi - Sécurité1er juin 2018
|Attaque armée à Gitega, un mort et des blessés

Burundi - Sécurité31 mai 2018
|Attaque à main armée dans le Sud de la capitale

Burundi - Sécurité30 mai 2018
|Arrestation de personnes soupçonnées de meurtres

Burundi - Sécurité 29 mai 2018
|Un trafic humain sous une nouvelle facette !

Burundi - Sécurité 28 mai 2018
|Une lourde condamnation jugée plutôt légère par la population victime

Burundi - Sécurité Routière26 mai 2018
|Une personne trouve la mort dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité 25 mai 2018
|Une personne tuée à Buganda

Burundi - Sécurité 24 mai 2018
|Une personne tuée à Mugamba

Burundi - Sécurité23 mai 2018
|Des arrestations à Muyinga

Burundi - Sécurité22 mai 2018
|Pas d’infiltrations dans la province de Bubanza, selon les autorités

Burundi - Sécurité 21 mai 2018
| Une personne tuée à Cibitoke

Burundi - Politique19 mai 2018
|Du référendum aux polémiques

Burundi - Sécurité 18 mai 2018
|Une vague d’arrestations autour d’un rendez –vous !

Burundi - Elections17 mai 2018
|Les Burundais au rendez-vous référendaire

Burundi - Sécurité16 mai 2018
|Alerte très impressionnante de la police en fin de matinée

Burundi - Sécurité Routière15 mai 2018
|Un mort et des blessés dans un accident de roulage

Burundi - Sécurité14 mai 2018
|Un militant de l’Amizero y’Abarundi tué

Archives

 

 

 



Burundi - Media - Justice

Une couverture médiatique du « guide éternel » mal tournée !

21 mars 2018

Bujumbura, le 21 mars 2018 (Net Press) . Il était vers 9 hoo de ce mercredi lorsque la journaliste de la Bbc Afrique au Burundi, Judith Basutama, apparemment sous une peur bleue mais accompagnée par son avocat, Eric Ntibandetse, a comparu devant le parquet près du tribunal de grande instance de Mukaza.

Selon des informations recueillies sur place, elle a été interrogée sur une information diffusée par sa station en date du 12 mars 2018 à 14 heures, ce qui a fait croire aux journalistes qui étaient sur place qu’elle serait en liaison avec, aux yeux de la justice, d’une couverture avec maladresse sur « le guide suprême du Cndd –Fdd ". Selon nos reporters sur place, deux policiers ont empêché une armada des journalistes locaux et étrangers de couvrir cet évènement, les intimant l’ordre de brandir leur cartes de presse.

Vers 12 h 00 , la journaliste Judith Basutama est sortie de l’audition, ce qui a attiré l’attention des passants curieux de voir une imposante équipe de journalistes qui étaient agités, assoiffés d’avoir la lumière sur cette convocation de notre consœur. Son avocat, Eric Ntibandetse, sans donner trop de précisions, a déclaré que le dossier et en cours d’instruction et que la journaliste va comparaitre dans l’avenir, sans précision de date.

Judith Basutama est connue comme une journaliste professionnelle qui vient d’exercer le métier pendant près de 30 ans. Elle avait été convoquée auparavant par le conseil national de la communication sur le même sujet et elle avait eu l’impression que tout était rentré dans l’ordre. Elle est surprise de voir que le reportage prenne la voie des instances judiciaires.

Burundi - Société

La Cntb "jette" dans la rue trois familles dans la province de Rumonge

Rumonge, le 21 mars 2018 (Net Press) . La commission nationale terres et autres biens, Cntb, vient de chasser sans manière trois familles de leurs propriétés dans la zone de Buruhukiro, dans la commune et province de Rumonge, au Sud du pays. Selon des informations recueillies sur place, ces propriétés ont été attribuées à des rapatriés.

Les mêmes informations précisent que c’est la police et les membres de la Cntb qui ont mis à exécution la décision de cette commission ce mardi 20 mars 2018. Cependant, cela a suscité des sentiments de joie chez les rapatriés qui ont indiqué qu’ils avaient été spoliés pendant qu’ils étaient en exil au moment où les résidents se plaignaient qu’ils sont jetés dans la rue. Une situation que le tout premier président de la Cntb, l’abbé Astère Kana, décédé il y a quelques années, avait toujours évitée.

Burundi - Economie

L’argentier du gouvernement tend la main à la banque mondiale

Bujumbura, le 21 mars 2018 (Net Press) . Lors d’une réunion tenue conjointement avec le ministère des finances et de la planification, la banque mondiale et les différents coordonnateurs des projets, le ministre des finances et de la planification, Domitien Ndihokubwayo, a tendu la main à la banque mondiale, l’invitant à honorer ses engagements envers Bujumbura.

Le ministre Domitien Ndihokubwayo a accusé l’argentier du monde de trainer les pieds dans le décaissement des fonds et a indiqué que sur près de 700 millions de dollars que la banque mondiale avait promis pour financer différents projets exécutés au Burundi, seulement 416 millions de dollars ont déjà été décaissés. 15 projets centrés sur la santé, l’agriculture, l’environnement, le commerce, la bonne gouvernance et l’énergie. Cinq autres projets ont été réalisés ensemble avec d’autres pays de la région.

Le ministre Ndihokubwayo demande avec insistance à la banque mondiale de débloquer tous les fonds et d’augmenter l’enveloppe allouée au Burundi. Certains projets étant déjà sur la phase de fermeture, le représentant de la banque a promis qu’avec la fin du mois d’avril, elle pourra accélérer le décaissement.

Burundi - Rwanda - Union africaine - Economie

Union africaine : l’accord sur la zone de libre-échange continentale signé à Kigali

Kigali, le 21 mars 2018 (Net Press). Sans la participation du Burundi, les chefs d’Etat africains présents à Kigali pour le sommet extraordinaire de l’Union africaine, ont signé l’accord prévoyant l’instauration d’une zone de libre-échange continentale. Le plus dur commence désormais, avec la ratification du projet.

L’accord prévoyant la mise en place d’une zone de libre-échange continentale (ZLEC) a été signé mercredi lors de la cérémonie de clôture du sommet extraordinaire de Kigali. « Ce jour est historique. Après Addis-Abeba en 1963, Abuja en 1991, Durban en 2002, Kigali marque une nouvelle étape dans notre marche vers plus d’intégration », a déclaré Moussa Faki, le président de la commission de l’Union africaine lors de la cérémonie de clôture. « Nous avons plus de quarante pays qui ont accepté de signer l’accord sur la zone de libre-échange [sur 55, NDLR], nous pouvons être fiers du travail accompli », a-t-il déclaré, sans plus de précision.

L’on signalera qu’en plus du Burundi, le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni n’a pas non plus participé à ce sommet. Selon l’opposant historique ougandais, Gizza Besigye, Museveni est jaloux de Paul Kagame. Son pays est trop petit, mais son développement est considérable. Mais les autres estiment que c’est une politique du talion appliquée par le président ougandais car Paul Kagame ne participe pas non plus aux sommets de Kampala, une affaire de mauvais voisinage là aussi, mais pour des raisons certainement différentes de celles du Burundi et du Rwanda.

Le plus dur commence maintenant

Les textes présentés par les dirigeants africains présents à Kigali sont l’aboutissement de deux ans de consultations menées sous l’égide du président du Niger, Mahamadou Issoufou, en charge des travaux et des consultations depuis janvier 2016.

Trois accords ont été signés mercredi, celui sur la zone de libre-échange, le protocole de libre circulation des personnes sur le continent et la « déclaration de Kigali », déclaration solennelle de fin de sommet. Ce projet de ZLEC, une des pierres angulaires de l’agenda 2063 de l’UA, est en discussion depuis 2012 et avoisinerait 2. 500 milliards de dollars

Burundi - Afrique du Sud - Corruption

Le président Cyril Ramaphosa suspend le responsable du fisc

Pretoria, le 21 mars 2018 (Net Press) . Selon la radio France internationale, Cyril Ramaphosa s’attaque à la corruption. Ce mardi 20 mars, le président sud-africain a suspendu le patron du fisc, Tom Moyane, accusé d’avoir couvert une affaire de fraude et d’avoir mis en péril l’intégrité du service des impôts. Une suspension applaudie dans le pays, alors que le chef de l’Etat s’est engagé à restaurer la crédibilité des institutions, après des années de scandales sous le gouvernement de Jacob Zuma.

Dans une lettre cinglante, le président Ramaphosa accuse Tom Moyane de la ruine de l’administration fiscale. Le patron du fisc est soupçonné d’avoir couvert les activités de son numéro 2, accusé de fraude. Il est également soupçonné d’avoir approuvé un remboursement de taxe de près de 5 millions d’euros à une famille d’hommes d’affaires, les Gupta, au coeur de plusieurs scandales de corruption.

Mais surtout, Tom Moyane est soupçonné d’avoir été l’homme de l’ex-président Jacob Zuma au sein du fisc. Un journaliste sud-africain a récemment révélé que Moyane aurait notamment, dès son arrivée, suspendu une enquête sur les déclarations de revenus de Jacob Zuma. Il aurait ensuite fait le ménage dans l’administration, se débarrassant de fonctionnaires trop zélés.

Tom Moyane sera entendu par une commission de discipline et pourrait être poursuivi par la justice. L’ex-président Zuma risque quant à lui d’avoir à rendre des comptes au fisc.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi

Burundi - Politique24 septembre 2014
|DECLARATION DU PARTI CNDD-FDD NO. 007/2014 PAR RAPPORT A LA RECENTE RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR LE BURUNDI

Burundi – Droits de l’Homme - Union européenne19 septembre 2014
|Résolution du Parlement européen sur le Burundi, en particulier le cas de Pierre Claver Mbonimpa (2014/2833(RSP))