Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Sécurité13 septembre 2018
|Deux personnes tuées dans un immeuble en construction du ministre des finances

Burundi - Sécurité12 septembre 2018
|Quand les conflits fonciers deviennent parmi les premières causes de décès au pays !

Burundi - Education 11 septembre 2018
|Une rentrée émaillée d’énormes défis !

Burundi - Sécurité 10 septembre 2018
| Des crépitements d’armes entendus à la frontière tanzano-burundaise

Burundi - Sécurité 8 septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyabihanga

Burundi - Sécurité7 septembre 2018
|Des grenades découvertes au chef-lieu de la province de Ngozi

Burundi - Sécurité6 septembre 2018
|Le chef de poste de la zone Kivumu assassiné par les forces de l’ordre...

Burundi - Sécurité 5 septembre 2018
|La police donne la lumière sur l’attaque de Ngozi

Burundi - Sécurité 4 septembre 2018
|Un hippopotame tue un pêcheur dans la localité de Kumase

Burundi - Sécurité3 septembre 2018
|Une maison brûle dans le quartier de Nyakabiga

Burundi - Sécurité1er septembre 2018
|Une personne tuée en commune Nyamurenza au nord du pays

Burundi - Sécurité31 août 2018
|Des membres d’Amizero y’Abarundi inquiets pour leur sécurité

Burundi - Sécurité 30 août 2018
|Quand les journalistes burundais deviennent de plus en plus inquiétés par la police !

Burundi - Sécurité 29 août 2018
|La police nationale découvre des fusils en zone Cibitoke

Burundi - Sécurité 28 août 2018
|Une personne tuée à Gitega

Burundi - Sécurité27 août 2018
|Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

Burundi - Sécurité25 août 2018
|Des disparitions mystérieuses qui refont surface

Burundi - Sécurité24 août 2018
|L’opposition sous le seuil de la peur dans la commune de Kabezi !

Burundi - Sécurité23 août 2018
|Une voiture en excès de vitesse endeuille des familles dans la province de Kirundo

Burundi - Sécurité22 août 2018
|Les enfants de la rue encore une fois déguerpis

Burundi - Sécurité 21 août 2018
|Un jeune berger tué au Sud du pays

Burundi - Sécurité 20 août 2018
|Deux personnes cibles de l’attaque à la grenade

Burundi - Sécurité 18 août 2018
|Un rapatriement sous contrainte !

Burundi - Sécurité 17 août 2018
|Un corps sans vie découvert flottant sur le lac Tanganyika

Burundi - Sécurité 16 août 2018
|Une personne tuée à coups de massue à Bubanza

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Du rififi entre la police et la population de Ngagara !

27 août 2018

Bujumbura, le 27 août 2018 (Net Press) . Au moment où nous mettons sous presse, nous apprenons que quelques éléments de la police nationale lourdement armés et d’autres non encore identifiés, se rentrent dedans avec la population du quartier 10, dans un endroit appelé communément Kigeri, en zone Ngagara, commune urbaine de Ntahangwa. Un conflit foncier est à l’origine de cette bagarre où un haut gradé de la République tente de construire par force sur le terrain qui ne lui appartient pas.

Des sources sur place indiquent qu’un opération économique est en train de bâtir sur une parcelle qui appartient à l’un des habitants de cette circonscription. La population de cette entité s’est levée comme un seul homme pour empêcher cette construction.

Une large majorité de populations que la police sur place qualifie d"’« insurgé » indique que trop c’est trop, que leurs parcelles ont été attribuées aux plus hauts gradés ainsi qu’aux opérateurs économiques. Ils indiquent avoir tenté et gagné plusieurs fois ces affaires devant la
Justice. Pour ces populations donc, elles lâcherons après que la police les y enterre.

Toujours en mairie de Bujumbura, un bus en excès de vitesse a foncé dans un kiosque. La scène macabre s’est passée hier vers 16 heures à quelques 200 mètres de l’hôpital militaire de Kamenge. En effet, un bus de transport en commun, Hiace, qui roulait à tombeau ouvert sur la route du 28 novembre vers la zone de Kamenge, a subitement dérapé et a foncé dans un kiosque situé à quelques deux cent mètres de l’hôpital.

L’on ne connaît pas encore les dégâts causés par cet accident mais les premières informations indiquent que le véhicule n’avait pas de passagers à bord, ce qui est à vérifier d’autant plus que personne parmi les sources n’a été sur place

Par ailleurs, au moins cinq personnes ont été assassinées au cours de la semaine dernière dans différentes localités. Parmi les victimes, figurent quatre hommes et une jeune femme. Cette dernière victime a d’abord été violée puis étranglée à Bubanza. Deux personnes ont aussi été blessées au cours d’une attaque à la grenade à Makamba.

L’on évoque aussi vingt-six cas d’arrestations arbitraires au cours de la même période. Parmi les personnes arrêtées, figurent dix membres du parti d’opposition UPD-Zigamibanga, interpellés par des agents du service national des renseignements. Il est également souligné un cas de disparition dans le site des déplacés de Bugendana, où une personne aurait été embarquée dans une camionnette dans immatriculation et conduite vers la province de Ngozi.

Burundi - Politique

Le torchon brûle au sein du Cnared Giriteka

Bruxelles, le 27 août 2018 (Net Press) . Des rumeurs de mésentente au sein de la plateforme de l’opposition regroupée au sein du Cnared circulaient depuis quelques mois, cela vient de s’exposer au grand jour. En effet, le président en exercice de cette coalition, Dr. Jean Minani, vient de suspendre pour trois mois, deux gros poissons de cette plateforme, en l’occurrence Frédéric Bamvuginyumvira et Jérémie Minani.

D’après un communiqué rendu public, Frédéric Bamvuginyumvira a pris de l’argent à la caisse avant de donner sa démission. Il n’a pas encore remboursé cet argent jusqu’à présent. En outre, il n’a pas voulu restituer un ordinateur portable qu’il utilisait quand il faisait encore partie de cette coalition.

De son côté, Jérémie Minani, ancien commissaire à l’information, est accusé d’avoir perdu le poste de président de sa formation politique, le Rdb. En plus, il doit lui aussi restituer un ordinateur qu’il utilisait quand il était encore membre de ce corps. Pancrace Cimpaye, porte-parole de longue date de cette plateforme, n’a pas écopé de sanction comme tel, mais doit lui aussi fournir le code d’accès au site du Cnared Giriteka.

Burundi - Corruption

La lutte contre la corruption, un bilan mitigé

Bujumbura, le 27 août 2018 (Net Press) . La période du 26 août 2010 au 26 août 2018, 8 ans jour pour jour viennent de s’écouler après la déclaration par la président de la République de la tolérance zéro à la corruption, rappelle l’Ong locale Parcem, qui invite au changement de mentalité, surtout en matière de la corruption dans notre pays.

Cette Ong se rappelle qu’en 2007, des institutions de lutte contre la corruption avaient été mises en place, la brigade, la cour anti corruption et même une loi contre la corruption avait été votée, en plus du discours du chef de l’Etat à Makamba qui mettait en garde les corrompus et les corrupteurs. Le président de cette Ong, Faustin Ndikumana avait constaté que même les esprits les plus sceptiques avaient soufflé un ouf de soulagement, convaincus qu’un nouvel élan était lancé.

A sa grande surprise, la Parcem a constaté que la corruption ne reculait pas malgré toutes ces dispositions. Ce fut également le constat de Transparency International, du gouvernement du Burundi et de la banque mondiale qui ont commandité une enquête qui a abouti que dans notre pays, la corruption existe à grande échelle.

Ces mesures qui devaient s’intégrer dans le cadre du Cslp II et dans le cadre légal de lutte contre la corruption n’ont pas porté de fruits car il y avait une lacune dans la législation, d’où la conclusion que ces institutions n’étaient pas indépendantes, qu’il fallait par conséquent leur évaluation. Parcem déplore que cette dernière n’a jamais eu lieu.

En 2014, une grande retraite a été organisée dans la province de Ruyigi mais les conclusions ont été tout simplement placées dans les tiroirs. Aujourd’hui, même le phénomène de déclarations des biens a disparu et les plus hautes autorités ne donnent plus l’exemple dans ce sens.

Il y a la corruption au niveau de l’environnement, de la police, des tricheries dans l’éducation, dans la justice, etc.. et Parcem déplore le fait que la jeunesse n’a pas de référence aujourd’hui en matière de bonne gouvernance. D’autant plus que même le nouveau plan de développement national ne met pas d’accent sur la bonne gouvernance.

Les gens n’ont plus peur d’afficher leurs richesses illicites et dont ils ne peuvent pas justifier l’origine. Ils prennent ce comportement comme une source de fierté, d’où cette Ong recommande aux autorités de prendre conscience du danger de ne pas lutter contre la corruption dans un pays.

Burundi - Belgique - Coopération

Le Burundi de nouveau fâché contre la Belgique

Bujumbura, le 27 août 2018 (Net Press). Une nouvelle colère de Bujumbura contre la Belgique vient de se manifester ce weekend quand le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba, a accusé la Belgique après la fuite de tambourinaires en Suisse. La Belgique est accusée d’avoir octroyé des visas Schengen à un groupe de tambourinaires burundais invités dans un festival qui devait avoir lieu du 12 au 19 août 2018.

L’information était passée inaperçue dans un premier temps après sa publication par un journal suisse. Par après, Bujumbura s’est occupée de cette affaire en accusant l’ambassade de Belgique d’en être responsable. L’on signalera que de nos jours, les relations entre les deux capitales sont délétères. Pour Bujumbura, il s’agit de manipulations et de combines en complicité avec des réseaux de passeurs et de trafiquants d’êtres humains.

A défaut de la Belgique toujours dans le collimateur, la délégation de l’Union européenne contredit Bujumbura. Bruxelles a décidé de ne plus se lancer des invectives avec ce pays pour ne pas envenimer la situation. Ce sont donc les ambassadeurs de l’Union et des Etats membres qui ont pris la défense. Pour eux, tous les documents nécessaires pour la délivrance de visas étaient réunis, y compris une prise en charge du groupe (signée) par les plus hautes autorités burundaises.

Une façon de montrer que même si la Belgique signe au nom de l’espace Schengen, il y a des règles qu’elle doit suivre et qui sont suivies à la loupe par tous ces pays représentés par la Belgique. En d’autres termes, le Burundi devait s’en prendre à tous les pays du Schengen et non à la seule Belgique.

Notons enfin que ces membres de l’Union européenne qui ont réagi ont rejeté l’accusation de Bujumbura de travailler en complicité avec des réseaux de passeurs et de trafiquants d’êtres humains.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte

Burundi – Médias – Sécurité25 janvier 2015
|Le directeur de la radio Isanganiro en clandestinité

Comité contre la torture1er décembre 2014
|Observations finales concernant le deuxième rapport périodique du Burundi