Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi – Sécurité 5 février 2019
|Une femme tuée par son fils en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité4 février 2019
|Sept personnes grièvement blessées au Nord Ouest du pays

Burundi - Rdc - Sécurité2 février 2019
|Les combats des Burundais en Rdc de plus en plus confirmés

Burundi - Rdc - Sécurité 1er février 2019
| Quatre corps de militaires burundais tués en Rdc rejetés par la rivière Rusizi

Burundi – Justice 31 janvier 2019
|L’étau judiciaire se resserre autour des membres de l’opposition !

Burundi - Sécurité30 janvier 2019
|Des tris nourris inquiètent la population de Gihanga

Burundi - Rdc - Sécurité29 janvier 2019
|La province de Rumonge suspend provisoirement les voyages vers la Rdc

Burundi - Sécurité28 janvier 2019
|Un dimanche pas tendre dans plusieurs coins du pays

Burundi - Sécurité26 janvier 2019
|Quand des rumeurs se propagent dans un laps de temps

Burundi - Sécurité 25 janvier 2019
|Des crépitements d’arme lourde entendus en province de Cibitoke !

Burundi - Sécurité24 janvier 2019
|L’immeuble de Lumitel, agence de Kayanza, réduit en cendres

Burundi – Sécurité 23 janvier 2019
|Le ministre de la défense remercie les forces de sécurité et les jeunes ...

Burundi - Sécurité 22 janvier 2019
|Un réfugié burundais vivant au Kenya tué

Burundi - Sécurité - Environnement21 janvier 2019
|Une foudre fait des morts dans la province de Ngozi

Burundi - Kenya - Rwanda - Sécurité 19 janvier 2019
|Le passeport biométrique des réfugiés burundais vivant au Rwanda remis en cause au Kenya

Burundi - Sécurité 18 janvier 2019
|Deux personnes tuées en province de Kayanza !

Burundi - Sécurité17 janvier 2019
|Une personne tuée à l’Est de la capitale

Burundi - Sécurité 16 janvier 2019
|Cibitoke : Un membre de l’opposition sérieusement tabassé par la police

Burundi - Sécurité 15 janvier 2019
|Un jeune agent de l’autorité de l’aviation civile tué

Burundi - Sécurité 14 janvier 2019
|Le marché de Matana dévasté par un incendie

Burundi - Tanzanie - Sécurité12 janvier 2019
|Peur-panique dans les camps des réfugiés basés en Tanzanie

Burundi - Sécurité11 janvier 2019
|Une vision différente de la mouvance présidentielle !

Burundi - Sécurité10 janvier 2019
|Le gouverneur de la province de Rumonge échappe de justesse à un attentant à la grenade

Burundi - Sécurité9 janvier 2019
|La police met la main sur 6 voleurs présumés de véhicules

Burundi - Rdc - Sécurité 8 janvier 2019
|Les réfugiés burundais vivant en Rdc s’inquiètent !

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Une attaque à la grenade fait 4 personnes blessées en commune Mugina

25 septembre 2018

Cibitoke, le 25 septembre 2018 (Net Press) . Quatre personnes ont été blessées dans la soirée de ce lundi 24 septembre lors d’une attaque à la grenade au domicile de Joseph Shongongo, un habitant de la sous-colline de Nyamabuye (colline de Rushimabarimyi, zone de Ruziba), dans la province de Cibitoke, Nord Ouest du pays, par des personnes non encore identifiées.

Les victimes sont le père de famille, son épouse et leurs deux enfants. Tous ont été blessés grièvement. Le groupe d’assaillants était armé de grenades et de machettes. Un engin explosif a été lancé dans la maison alors que la famille était en train de dîner, indique la police. Des habitants sont intervenus pour permettre le transfert des blessés vers le centre de santé le plus proche.

Par ailleurs, au moins 10 personnes ont été tuées au moment où l’on enregistre 4 cas d’enlèvement et /ou de disparition forcée la semaine dernière. L’on évoque également 6 personnes torturées et 18 autres arrêtées arbitrairement. Parmi les victimes, figurent 3 femmes tuées, 1 torturée, 5 arrêtées et 2 mineurs tués.

Burundi - Eac - Politique

Vers le retrait du Burundi de l’Eac

Bujumbura, le 25 septembre 2018 (Net Press) . L’intention de retirer le Burundi de la communauté est-africaine a été annoncée par voie de presse par le président de l’assemblée nationale, Pascal Nyabenda, sur les antennes de la radio et télévision nationales. De retour d’une réunion des présidents de l’assemblée nationale de l’Eac tenue à Juba au Sud Soudan, Pascal Nyabenda l’a déclaré à sa descente d’avion.

La raison majeure de cette idée de claquer la porte de la communauté de l’Afrique de l’Est est l’usage de l’anglais au détriment du français. Pour lui, au moment des recrutements dans cette communauté, les Burundais ne parviennent pas à entrer en compétition avec les autres ressortissants de l’Eac pour la simple raison qu’ils parlent correctement un bon français et non l’anglais.

Pascal Nyabenda dit que lors des réunions précédentes, le Burundi avait proposé qu’il y ait également l’usage du français et l’introduction du service de traduction mais que jusqu’à présent, rien n’est encore fait dans ce sens. Et de conclure que dans les jours à venir, si la réclamation du Burundi n’est pas prise en considération, ce pays sera obligé de se retirer de cette communauté.

Rappelons qu’il y a à peine une semaine, notre pays avait fait savoir au monde entier qu’il peut se retirer de la commission des droits de l’homme de l’Onu, consécutivement au dernier rapport confectionné par une commission d’enquête contestée par Bujumbura. En date du 15 septembre, le Burundi avait organisé des manifestations à travers tout le pays pour dénoncer ce rapport qui devait être présenté officiellement dans les 48 heures qui allaient suivre. L’on demandait à l’Onu de n’accorder aucun crédit à ce "condensé" de mensonges, ce qui avait même poussé les autorités à designer de persona non grata sur le sol burundais les membres de la commission d’enquête.

Estimant que sa requête n’avait pas été satisfaite, - rapport présenté et accepté avec possibilité de prolonger d’une année le mandat de la commission alors que Bujumbura ne demandait que sa radiation, - les supporters du parti présidentiel, déçus, ont regagné les mêmes rues ’en date du 22 septembre dernier pour demander cette fois-ci au gouvernement de se retrier de cette commission. Ce dernier n’a pas encore réagi face à cette requête populaire.

Burundi – Politique

Agathon Rwasa rejette en bloc les accusations de préparer la guerre

Bujumbura, le 25 septembre 2018 (Net Press) . Le premier vice-président de la chambre basse du parlement et président du Fnl Amizero y’Abarundi, Agathon Rwasa, rejette en bloc les accusations dirigées contre lui selon lesquelles il serait en train de préparer la guerre, par son rival de toujours, Jacques Bigirimana, président du Fnl reconnu par le gouvernement burundais.

Agathon Rwasa réagit à la contre attaque qu’il accuse de préparer la guerre au Burundi. Il se pose la question de savoir comment Jacques Bigirimana est le premier à détenir cette information relative à la perturbation de la tranquillité du pays, une préparation qui n’inquiète même pas l’assemblée nationale dont il est membre.

Sur la question des inquiétudes soulevées du patron du Fnl reconnu par Bujumbura, Jacques Bigirimana, comme quoi les couleurs et l’emblème du parti non encore agréé ; Fnl Amizero y’Abarundi, ressemblent étrangement aux siens. De son côté, Agathon Rwasa de savoir comment il a pu identifier tout cela alors qu’il a remis le dossier confidentiellement au ministère de l’intérieur.

Il conclut que les couleurs de sa formation politique ne se ressemblent pas à celles du Fnl de Jacques Bigirimana. Par ailleurs, cela ne devraient pas poser de problème car sous d’autres cieux, la France, la Russie et les Pays Bas entretiennent des bonnes relations alors que les couleurs de leurs drapeaux se ressemblent.

D’aucuns estiment que chaque fois que le nom d’Agathon Rwasa est évoqué, Jacques Bigirimana saute sur l’occasion pour l’attaquer frontalement. Les psychologues indiquent que cela est souvent dû à un complexe d’infériorité par rapport à la personne attaque et que l’on veut cacher. Même en sociologie, on explique que l’on déclare que "tel me déteste", c’est en réalité toi qui le hais et tu expliques pourquoi tu l’abhorres.

Burundi - Politique

De l’intolérance politique signalée au nord du pays !

Kayanza, le 25 septembre 2018 (Net Press) . Selon des sources du nord du pays, en l’occurrence dans les provinces de Ngozi et de Kayanza, persiste une intolérance politique où la jeunesse du parti au pouvoir, (Imbonerakure ), se rentrent régulièrement dedans avec les partisans de la coalition Amizero y’Abarundi .

Selon les témoins, Aisha Nkeshimana, membre de la coalition Amizero y’Abarundi, a été tabassée dans la soirée de ce lundi 24 septembre vers 19 hoo par les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir Imbonerakure. L’attaque a eu lieu sur la colline Butaganda, commune Gashikanwa, en province de Ngozi au nord du pays. Dans la même nuit, deux autres militants de la coalition Amizero y’Abarundi des collines Rusangi et Gatobo ont été séquestrés.

Et dans la même foulée, les imbonerakure ont encerclé durant toute la nuit le domicile d’André Muryango, situé sur la colline Rusengo, en commune Gashikanwa. La même famille signale qu’elle vit dans la crainte d’une attaque de grande envergure. Richard Ndagijimana, membre de la coalition Amizero y’Abarundi, a été passé à tabac par les Imbonekure sur la colline Kabuye, commune Rango, en province de Kayanza.

L’on saura qu’il y a trois semaines, les Imbonerakure et les partisans d’Amizero y’Abarundi se sont rentrés dedans faisant 2 blessés du coté de l’opposition, dont l’un a été transporté dans un état critique dans l’un des hôpitaux de Bujumbura

Burundi - Administration

Suspension provisoire de l’administrateur de la commune Mugamba

Bururi, le 25 septembre 2018 (Net Press) . Anicet Niyonzima, l’administrateur de la commune de Mugamba, a été suspendu pour une durée de trois mois par le ministre de l’intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye. Selon des sources dignes de foi, cette décision est liée à la mauvaise gestion des taxes perçues sur les feuilles vertes du thé payées par l’OTB dans cette localité.

Les rapports ont conclu sur « l’irresponsabilité et une faute lourde dans la gestion de ces fonds », peut-on lire dans le document. Le ministre Barandagiye lui reproche le manque de signalement des irrégularités dans la gestion des fonds de la commune, essentiellement les fonds versés par l’ OTB (Office du Thé du Burundi) de Tora. Le conseiller technique chargé des questions administratives et sociales assure l’intérim en attendant la fin des enquêtes.

Burundi - Tanzanie - Réfugiés

Mille vingt refugiés burundais de Nduta rentre au Burundi !

Ruyigi, le 25 septembre 2018 (Net Press) . Il était vers 11 heures de ce matin lorsque 1020 refugiés burundais de Nduta en Tanzanie, constitués par 276 familles dont 498 hommes et 522 femmes, tous originaires de la province Ruyigi, sont rentrés au pays natal, en passant par le poste-frontière de Gisuru (204 Km de Bujumbura).

Des témoins sur place sous couvert d’anonymat disent que ces refugiés ont décidé de jeter l’éponge par peur d’être tués comme leurs confrères portés disparus il ya deux semaines. Ils ont ajouté que la vie n’était plus possible car la police tanzanienne avait perturbé toute activité commerciale qui faisait vivre les familles de ces refugiés.

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte