Aujourd'hui, nous sommes le

 
 

 

Dépêches antérieures

Burundi - Tanzanie - Sécurité7 juin 2019
|Limogeage des responsables du camp de Nduta suite à l’insécurité qui s’accentue

Burundi - Sécurité 6 juin 2019
|Une attaque à la machette fait deux blessés en province de Mwaro

Burundi - Sécurité Routière5 juin 2019
|Un accident mortel à l’entrée de la police judiciaire de Jabe

Burundi - Sécurité4 juin 2019
|La police présente à la presse trois bandits

Burundi - Sécurité3 juin 2019
|Des bandits tués et blessés dans l’Est du pays

Burundi - Sécurité 1er juin 2019
|Une démonstration de force qui inquiète ...

Burundi - Tanzanie - Sécurité31 mai 2019
|Les réfugiés burundais sous le choc en permanence

Burundi - Sécurité30 mai 2019
|Fouilles simultanées dans les deux capitales du Burundi

Burundi - Sécurité 29 mai 2019
|Des crépitements d’armes se font encore une fois entendre à Bujumbura.

Burundi - Onu - Sécurité28 mai 2019
|Le parti Msd méfiant des réunions du conseil de sécurité de l’Onu sur le Burundi

Burundi - Sécurité27 mai 2019
|Une fouille-perquisition au quartier Jabe

Burundi - Tanzanie - Sécurité25 mai 2019
|Les réfugiés des camps Tanzaniens dans l’insécurité totale

Burundi - Sécurité24 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la ville de Bujumbura

Burundi - Sécurité23 mai 2019
|Un militaire tué par un agent de transmission dans la province de Bubanza

Burundi - Sécurité22 mai 2019
|Un homme tue son père à Cibitoke

Burundi - Sécurité21 mai 2019
|Un policier tué à Kirundo, punition ou complicité négative à la policière ?

Burundi - Sécurité20 mai 2019
|Le Sud de la capitale de plus en plus en insécurité

Burundi - Tanzanie - Sécurité18 mai 2019
|Des réfugiés burundais arrêtés en Tanzanie après une émeute

Burundi - Sécurité17 mai 2019
|Une vingtaine de personnes arrêtées pour question d’enquête

Burundi - Sécurité - Médias16 mai 2019
|Le journaliste Hassani Ruvakuki échappe de justesse à un attentat

Burundi - Sécurité15 mai 2019
|De l’intolérance politique au nord du pays sous le silence de l’administration !

Burundi - Sécurité14 mai 2019
|Les policiers dans le collimateur des passants à Makamba

Burundi - Sécurité13 mai 2019
|Ruhagarika, qu’est ce qui a changé une année après ?

Burundi - Administration 11 mai 2019
|Vers un autre malentendu entre le gouvernement et les Ongs étrangères ?

Burundi - Sécurité10 mai 2019
|L’insécurité augmente d’un cran dans la province de Cibitoke

Archives

 

 

 



Burundi - Sécurité

Un policier tue son épouse pour des raisons de vagabondage sexuel éventuellement

5 décembre 2018

Bujumbura, le 5 décembre 2018 (Net Press) . Le policier en question s’appelle Prime Nduwimana et avait un grade de major. Il vivait dans le quartier Kajiji, de la commune Kanyosha, commune Muha au Sud de la capitale Bujumbura. L’on apprend que dans la nuit de mardi à mercredi 5 décembre, il a mis fin à la vie de son épouse, Louise Hagabimana, âgée de 36 ans.

Les mobiles privilégient deux hypothèses. D’une part, l’on évoque que cet officier voulait engager une demoiselle dans leur bistrot situé dans cette entité même contre le gré de son épouse. Une autre version indique que la dame a refusé que l’homme couche avec sa maitresse au domicile du couple.

Selon des sources d’informations recueillies par la rédaction, lorsque la femme a été tuée par balles, elle portait dans son dos un enfant qui a été grièvement blessé. Pour le moment, l’enfant serait admis dans les locaux de l’Ong Médecins sans frontières pour soins intensifs. Il faudrait signaler que feue Louise Hagabimana vient de laisser derrière elle six enfants.

L’on apprend enfin que le policier en question est entre les mains de la police. L’administration locale a procédé ce matin à la collecte ses effets de service à son domicile. Il semblerait qu’on y a trouvé des tenues, un béret, un pistolet et une grenade. Des informations précisent cependant que son arrestation n’a pas été facile, sans donner plus de détails.

Les proches de la victime n’ont pas été surpris par ce crime car son mari de policier ne cessait de déclarer qu’il la tuera. Selon leur témoignage, il l’avait même dit à son beau-père longtemps avant qu’il ne commette ce forfait.

Les informations de dernière minute nous apprennent que le mari de la maîtresse de Prime Nduwimana, Thomas Kubwayo, un commerçant dans la localité de Ruvumera, a décidé de se suicider pour un repos éternel au regard du comportement de sa femme. Il aurait laissé même un testament pour cela. Au moment où elle voulait passer la nuit chez le policier, son mari était dans une morgue et la maîtresse a provoqué un autre décès dans la famille visitée, ce qui est dommage.

Sur le chapitre des droits de l’homme, l’on apprend que des allégations de violations et des violations des droits de l’homme ont été enregistrées. Au moins 22 personnes ont été tuées pendant une période d’une semaine, 4 autres enlevées au moment où 7 autres personnes ont été torturées. Les mêmes informations poursuivent que 31 personnes ont été arrêtées arbitrairement, en plus d’une victime de violences basées sur le genre. Parmi les victimes, figurent 1 mineure tuée, 2 femmes torturées et 1 femme arrêtée.

Des proches du pouvoir au niveau de la jeunesse, de l’administration, de la police et de l’armée sont pointés du doigt comme étant les présumés auteurs de la plupart de ces violations des droits humains. Précisons que des cas d’enlèvement, de torture et d’arrestation arbitraire sont pour la plupart des opposants réels ou supposés du régime de Bujumbura qui en sont victimes.

Burundi - Sécurité - Justice

Arrestation d’un membre de l’opposition !

Karusi, le 5 décembre 2018 (Net Press) . Cléophace Nkurunziza, président de la ligue des jeunes du parti Fnl fidèle à AgathonRwasa, en commune Buhiga, de la province Karusi au centre-est du pays, a été interpellé ce samedi 1er décembre par le chef de zone Buhiga, en compagnie des membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, Imbonerakure. Les motifs de son arrestation restent inconnus, selon ses compagnons politiques.

Le président de cette formation politique en province de Karusi, Nathan Barampama, dit que les membres de l’opposition sont toujours intimidés par l’administration et les membres de la ligue des jeunes du parti au pouvoir, Imbonerakure, de cette contrée administrative. Il demande sa libération sans conditions préalables.

Au Nord Ouest du pays, un militaire qui garde les sites miniers de la société russe dénommée Tanganyika Mining Burundi, a été pris en flagrant délit par la population de la commune Mabayi, en province de Cibitoke, dans la matinée de ce mardi 4 décembre, en train de violer une fillette de six ans.

Des sources policières disent que la fillette a été admise à l’hôpital de Cibitoke pour les premiers soins et le présumé violeur a été arrêté et conduit au cachot de la police de Mabayi en province de Cibitoke. Des sources sur place affirment que n’eût été l’intervention des forces de l’ordre, ce militaire allait être lynché par la population en colère.

Burundi - Ua - Politique

L’assemblée nationale contre les déclarations de l’Union africaine

Bujumbura, le 5 décembre 2018 (Net Press). L’assemblée nationale du Burundi s’inscrit en faux contre les déclarations du président de l’Union africaine, Moussa Muhamat Faki, à la fin de la semaine dernière. Dans un communiqué rendu public aujourd’hui et lu par le porte-parole de cette institution, Christian Badian Ndayihimbaze, Moussa Faki avait prévenu que l’émission d’un mandat d’arrêt international contre l’ancien président Pierre Buyoya pourrait torpiller l’unité des Barundi et les activités de la commission vérité et réconciliation.

Pour l’assemblée nationale, Moussa Faki trouve que l’émission des mandats d’arrêt internationaux contre ceux qui ont assassiné le président Melchior Ndadaye est du ressort de la commission Cvr. Elle estime que cette déclaration n’est pas du tout correcte car le pays n’est pas en guerre.

Pour la même assemblée nationale, la justice burundaise poursuit la mission qu’elle avait commencée. Par ailleurs, la commission vérité et réconciliation n’a aucune compétence de suspendre le travail de la justice, surtout de la haute cour comme le parquet général. L’assemblée s’insurge en outre contre la position de l’Union africaine qui affirme que les décisions judiciaires sont de nature politiques ou qu’elles ont l’objectif de distraire les Burundais.

A l’instar d’Albert Shingiro, ambassadeur du Burundi auprès des Nations unies, l’assemblée nationale a demandé aux organisations internationales de ne pas se mêler dans des affaires internes des Burundais, en respect à sa souveraineté. Elle demande également que ces organisations laissent tranquille la justice burundaise pour qu’elle fasse son travail en toute indépendance.

Burundi – Economie

Du détournement des biens de l’Etat tourné vers une autre facette !

Bujumbura, le 5 décembre 2018 (Net Press) . Bujumbura enregistre plusieurs manques à gagner en achetant son parc automobile à un prix exorbitant, surtout avec des commissions, surtout que ces véhicules tombent en panne quelques temps après. Au lieu de les réparer, les services étatiques les immobilisent dans des jardins des services publics et leurs pièces de rechange sont enlevées. Des voix s’élèvent pour crier haut et fort contre le détournement des biens de l’Etat tourné vers une autre facette.

Nombreux témoignages disent que le parc automobile de l’Etat luxueux acheté sur le dos du contribuable pouvait être réparé au lieu que des pièces soient volées au grand jour comme si les biens de l’Etat n’appartiennent à personne.

Burundi - Usa - Arabie Saoudite - Communication - Sécurité

"Des sénateurs américains accusent MBS d’avoir « ordonné » le meurtre de Khashoggi", dixit Rfi

Washington, le 5 décembre 2018 (Net Press) . Des sénateurs républicains américains ont affirmé mardi, après avoir été informés à huis clos des conclusions de la CIA, n’avoir « aucun doute » sur le fait que le prince héritier saoudien avait « ordonné » le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Cette position contredit directement le président américain Donald Trump, qui avait déclaré que le service de renseignement n’avait « rien trouvé d’absolument certain ».

« Je n’ai aucun doute sur le fait que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salman a ordonné le meurtre et a été maintenu au courant de la situation tout le long », a déclaré à des journalistes Bob Corker en sortant d’une réunion avec Gina Haspel, directrice de la CIA.

Chef de la puissante commission des Affaires étrangères, Bob Corker a affirmé n’avoir pas entendu au cours de la réunion, qui a duré environ une heure, l’enregistrement audio de l’assassinat de Jamal Khashoggi au consulat saoudien à Istanbul, en octobre.

« Je pense qu’il MBS, ndlr] est complice du meurtre de M. Khashoggi au plus haut niveau possible », a ajouté Lindsey Graham, pourtant un allié de Donald Trump au Sénat. Plusieurs sénateurs démocrates se sont également dits « convaincus » par le briefing de la CIA. MM. Corker et Graham ont reconnu l’importance de l’Arabie saoudite pour les Etats-Unis, notamment face à l’Iran. Mais aucun n’est prêt pour autant à fermer les yeux.

« L’Arabie saoudite est un allié stratégique et cette relation vaut la peine d’être sauvée, mais pas à tout prix », a martelé Lindsey Graham. « Notre position dans le monde et notre sécurité nationale seront plus affectées si nous ignorons MBS que si nous nous occupons de lui ». Mohammed ben Salman « est fou, il est dangereux, et il a mis cette relation en danger » car il n’est pas « fiable », a-t-il également lancé.

Cesser tout soutien militaire à l’Arabie saoudite dans la guerre au Yémen

Quelques sénateurs seulement avaient été conviés à cette rencontre avec Gina Haspel, parmi lesquels les chefs républicain et démocrate du Sénat, ainsi que les responsables des commissions liées aux questions de sécurité. La réunion était très attendue par les parlementaires, qui s’étaient indignés la semaine dernière lorsque la directrice de la CIA n’avait pas répondu à leur invitation.

Les sénateurs avaient alors riposté avec un sévère coup de semonce en direction de Riyad, passant outre la position de la Maison Blanche. Une résolution pour cesser tout soutien militaire à l’Arabie saoudite dans la guerre au Yémen avait franchi avec une nette majorité, le 28 décembre, un premier vote au Sénat. Mais son approbation définitive reste incertaine, et dépendra notamment des actions de l’administration Trump face aux dirigeants saoudiens.

Selon plusieurs médias américains, la CIA estime que l’assassinat a été commandité par le prince héritier saoudien. L’agence aurait comme preuve un échange de messages avec un proche conseiller supervisant l’opération, Saoud al-Qahtani, dans les heures précédant et suivant le meurtre.

Donald Trump n’a pas exclu que Mohammed ben Salman ait été au courant du meurtre, mais il répète que « les Etats-Unis entendent rester un partenaire inébranlable de l’Arabie saoudite ». Après une rencontre avec les mêmes sénateurs américains, le 28 novembre, son secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, avait affirmé que le rapport de la CIA ne contenait « aucun élément direct liant le prince héritier à l’ordre de tuer Jamal Khashoggi ».

Retour

INTERCAFE-BURUNDI

AVIS DE RECRUTEMENT

Dans le cadre de l’encadrement de la recherche sur le café, une convention a été signée entre l’Association Interprofessionnelle du Café du Burundi « INTERCAFE-BURUNDI »a l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi « ISABU ».

L’InterCafé-Burundi désire recruter un cabinet pour l’évaluation de la mise en œuvre de cette convention.

Le cabinet devra avoir au moins un cadre détenteur d’un diplôme universitaire en Agronomie ou en biotechnologie et un autre en gestion, finance, comptabilité avec une expérience avérée en gestion des programmes/projets agricoles.

Les termes de référence complets peuvent être retirés à l’adresse ci-après :

INTERCAFE-BURUNDI

ROHERO II, jonction Boulevard de l’Uprona et Avenue Muyinga

B.P. 3789 Bujumbura II

Tél. 22 27 67 07

La date limite de dépôt des offres est fixée au 28/8/2014à 17h30.


 

Retour

 

 

 

 

 

Burundi - Rdc - Politique16 novembre 2018
|Interview d’Espoir Ngalukiye de LUCHA

Burundi - Santé12 novembre 2018
|Message du Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, à l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques 12-18 novembre 2018

Burundi - Politique24 août 2018
|Interview du Président du parti PARENA

6 juillet 2018
|4.7.2018PROPOSITION DE RÉSOLUTION COMMUNE...

WORLD BANK GROUP31 mai 2018
|COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Burundi - Politique25 mai 2018
|COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT

Burundi - Opinion17 avril 2018
|DECLARATION DE LA CONFERENCE DES EVEQUES CATHOLIQUES DU BURUNDI CONCERNANT LA CONTRIBUTION POUR LES ELECTIONS DE 2020

WORLD BANK GROUP6 mars 2018
|Communiqué

Burundi - France - Démocratie23 octobre 2017
|Lettre ouverte des coordinateurs de la campagne “Tournons la page” à Emmanuel Macron

Par António Guterres8 février 2017
|Un continent plein d’espoir

Délégation de l’Union européenne au Burundi28 juillet 2016
|L’Union européenne (UE) publie les principaux résultats de ses activitésen matière de coopération internationale et de développement

Burundi – Sécurité16 mars 2016
|Les enfants paient les frais de la folie de leurs parents

3 mars 2016
|Procès du 26/02/1926 contre Kanyarufunzo,...

Burundi - Sécurité22 février 2016
|Quand la police devient une source d’insécurité !

Burundi – Malversations Economiques16 février 2016
|L’Inss octroie un marché gré à gré de plus de 500 millions à un particulier

Burundi – Sécurité14 décembre 2015
|Un bilan lourd, à qui la responsabilité ?

Spécial Sécurité12 décembre 2015
|Une journée plutôt noire pour les populations de la capitale

Burundi – UE – Négociations8 décembre 2015
|Burundi : des cartes sur table à Bruxelles

1er décembre 2015
|REPUBLIQUE DU BURUNDI PARTI UPRONA DE L’OPPOSITION

Embassy of the United States of America Bujumbura, Burundi 25 novembre 2015
|COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE :20 octobre 2015
|ASSASSINAT DE CHARLOTTE UMUGWANEZA - SIX CADAVRES RETROUVES DANS LA PROVINCE DE KAYANZA

UNION EUROPEENNE : DELEGATION AUPRES DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI23 juin 2015
|Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur le Burundi

LES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE BURUNDAISE ENGAGEES DANS LA CAMPANGE « HALTE AU TROISIEME MANDAT » DU PRESIDENT PIERRE NKURUNZIZA.18 juin 2015
|DECLARATION CONSECUTIVE A LA DECISION DE LA 515ème REUNION DU CONSEIL DE PAIX ET SECURITE DE L’UNION AFRICAINE TENUE A JOHANNESBURG EN DATE DU 13 JUIN 2015 SUR LA CRISE PREVALANT AU BURUNDI.

ACCORD CADRE POUR LA RESTAURATION DE L’ETAT DE DROIT AU BURUNDI7 avril 2015
|Troisième mandat présidentiel

Politique - Sécurité4 mars 2015
|Lettre ouverte